Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
10 octobre 2015    /    

Rêves et chimères au Lavandou-

Le Var. Court et martial, lancé par cette lettre en forme d’envol, ce département a toujours eu pour moi un nom de citadelle insulaire, d’outremer mystique, de forêt profonde. Mais au Lavandou, il revêt une douceur dont je ne me lasserai jamais. Un week-end d’automne au Lavandou, une des plus jolies stations balnéaires du Var.

FrenchRivieraSunset

Coucher de soleil dans le port du Lavandou.

Une vocation provençale

Toujours quand je prends la route vers le sud, je ressens cette irrésistible attraction de la mer. Je suis née au bord du Rhône, et toute petite je l’entendais déjà rouler la nuit sous mes fenêtres; je me suis toujours dit que j’étais faite pour descendre le fleuve et rejoindre la mer. Rouler vers le sud, c’est obéir à la force du courant, à ce tropisme aussi irrésistible que la gravité, tout ceci est dans l’ordre des choses. Je pense aux tournesols, et je me dis que moi, je suis marétrope ou tournemer : il faut me rendre à l’eau. J’ai gardé des week-ends à la mer, petite, un amour irrationnel pour l’A7, pour les différentes stations qui jalonnent le parcours, pour le château de Mornas, la séparation des autoroutes qui est toujours un dilemme – à gauche Avignon, Aix, la côte d’Azur, à droite la Camargue, Montpellier, l’Espagne et l’Atlantique, comment choisir ? – et l’arrivée dans la lumière. Depuis que je vis à Aix la plupart du temps, j’ai découvert la joie de la poursuite, toujours plus au sud, le long de la côte d’Azur : voir défiler l’épine dorsale de la graniteuse Sainte Victoire, surmontée de la croix du midi à laquelle s’accroche toujours une éclaircie, les deux baies successives, Cassis et La Ciotat, ouragan de lumière bleue, le cœur dormant de la Sainte Baume, les tours de la Cadière et les souvenirs d’enfance, la traversée de Hyères et son vertige de palmiers qui me rappelle toujours Los Angeles, la route de Saint Tropez, les criques édéniques du Lavandou, puis de nouveau la Californie avec Nice et Cannes, et enfin la route de Menton, sinueuse et labyrinthique, avec ses vues vertigineuses au détour d’un virage, jusqu’à San Remo, jusqu’à l’Italie. Je suis une femme d’engouements irrésistibles et je suis retombée amoureuse de mon enfance.

Lever de soleil sur la plage Saint Clair.

Lever de soleil sur la plage Saint Clair.

Le Lavandou, le secret bien gardé de la Côte d’Azur

Je me suis attachée à l’exploration méthodique des plages de la côte d’Azur, et ces derniers mois, Le Lavandou est devenu un de mes refuges préférés contre le monde et la mélancolie. Comment être encore triste, quand on prend la petite route qui mène de Hyères au Lavandou, cette route littorale que la mer, les jacarandas, les agaves et les cactées viennent assaillir de leurs sérénades à chaque virage ? Moins tapageur que Saint Tropez, moins célèbre que Porquerolles, Le Lavandou tient les promesses de douceur que son nom recèle.

Le sentier du littoral, ce merveilleux chemin de randonnée qui ourle la côte d'Azur, passe bien sûr par Le Lavandou - ici, la portion qui mène du port à la plage Saint Clair.

Le sentier du littoral, ce merveilleux chemin de randonnée qui ourle la côte d’Azur, passe bien sûr par Le Lavandou – ici, la portion qui mène du port à la plage Saint Clair.

Dauphins et baleines : les Journées de l’écume au Lavandou

Pendant les « Journées de l’écume », en septembre, Le Lavandou célèbre son titre officieux de « capitale des dauphins ». Je découvre à cette occasion qu’un gigantesque sanctuaire marin, Pelagos, s’étend du golfe de Ligurie aux îles d’Or qui font face à Hyères, et que Le Lavandou est l’un des sommets de ce triangle magique. Du Lavandou, on peut prendre des bâteaux qui conduisent au large, tôt le matin, et promettent la rencontre avec les cétacés. Des dauphins, souvent, et parfois, des baleines. Je voudrais vivre ce moment à nouveau, quand un puissant jet d’eau crève soudain la surface, quand une queue immense balaie les flots et laisse deviner l’ampleur majestueuse de l’animal qui se meut sous le bleu, quand la surface bosselée par la houle, comme la carapace d’un monstre antique, s’ouvre pour laisser jaillir une créature plus gracieuse et fascinante encore. Il me faudra revenir au Lavandou, encore et encore.

Lever de soleil sur la plage Saint Clair. Un bateau, un chien, un oiseau.

Lever de soleil sur la plage Saint Clair. Un bateau, un chien, un oiseau.

La plage de Cavalière, ou plage des Paillettes

Et puis, une autre chose encore au Lavandou accroît l’intimité avec l’océan. La plage de Cavalière, qu’on appelle aussi « plage des paillettes », m’a changée en sirène pour quelques instants. « Pictures or it didn’t happen », dit-on toujours, mais cette chose-là relève du miraculeux, comme le fantôme aperçu dans le miroir, ou la chimère dans la brume : je n’ai pas réussi à la photographier. Plage des paillettes – c’est donc vrai. Le sable est cousu de petites roches éblouissantes qui décuplent le scintillement de l’eau, minuscules morceaux de lumière qui transforment l’or de la plage en voie lactée. Je marche dans le ciel, extatique. Quand je me déshabillerai le soir, j’aurai des paillettes partout dans mon maillot, j’essaierai en vain de les mettre en bocal, mais elles y perdront tous leurs reflets ; elles ne se révèlent que sur la peau humaine, comme si elles avaient pour vocation unique de nous métamorphoser en sirène iridescente.

La plage de Cavalière, ou plage des Paillettes. Au fond, on devine le Cap Nègre, et la célèbre maison qui se dresse à la pointe de la péninsule.

La plage de Cavalière, ou plage des Paillettes. Au fond, on devine le Cap Nègre, et la célèbre maison qui se dresse à la pointe de la péninsule.

Rester plage Saint Clair pour toujours…

Mais la plage que j’aime par-dessus toutes les autres, c’est la plage Saint-Clair, avec ses airs de lagon tropical, le bateau bleu posé au bord des palmiers, les restaurants de plage en bois flotté, toute cette panoplie de l’idylle qui me donne envie de changer ma vie en long été indien, d’oublier l’hiver et de rester ici pour toujours.

Peut-être que si je fais mes adieux au monde, si je me love dans une crique et que je me soumets aux marées, si je laisse les algues m’habiller jusqu’à me faire rocher, si des écailles me poussent sur le corps, peut-être alors que la mort m’oubliera; je vivrai pour toujours entre deux vagues, et je me ferai sable et écume, murmure des flots, secret du ressac. De moi, il ne restera plus que deux yeux, pour boire inlassablement la beauté de la mer et ses promesses d’éternité, voir, voir jusqu’à plus soif, pour que mon œil se fasse à son tour océan, ivre de refléter la plus haute perfection que la Terre ait créée. Voir la mer, à jamais.

La plage Saint Clair, et sa barque bleue.

La plage Saint Clair, et sa barque bleue.

Pratique – Organiser son voyage au Lavandou. Blog Le Lavandou

Aller au Lavandou par les transports en commun

La gare et l’aéroport les plus proches sont à Toulon (avions et TGV), à 20km de là. Vous avez des bus qui vous conduisent ensuite au Lavandou.
En voiture, vous êtes à un peu plus d’une heure de Marseille.

Dormir au Lavandou : mon hôtel préféré

  • Vous trouverez plusieurs campings au Lavandou, mais je ne les ai jamais testés.
  • J’ai un énorme coup de coeur pour le Roc Hôtel, sur la belle plage Saint Clair. L’hôtel n’est pas juste en front de mer, il est pratiquement dans la mer. La vue est superbe. A partir de 87 euros en basse saison, un lieu enchanteur.
  • Pour une folie ou pour rêver : sur la magnifique plage de Cavalière, le Club de Cavalière & Spa. J’ai eu l’occasion de le visiter et j’ai été éblouie. Chambres somptueuses, jardins et terrasses sur la plage, luxe et charme fou, un endroit absolument parfait, qui rentre au top 3 des hôtels qui me font le plus rêver sur la Côte d’Azur. A partir de 307 euros en basse saison.

Les plus belles plages du Lavandou

Le Lavandou compte douze plages, autant dire que vous serez comblé. La grande plage du Lavandou est la plus accessible et familiale. Certaines, comme la plage de l’Elephant ou la plage du Rossignol, sont difficiles d’accès, donc plus sauvages et solitaires. J’ai deux énormes coups de coeur : la plage St Clair et la plage de Cavalière, vastes, claires, aux eaux translucides – un rêve sur la Côte d’Azur.

Excursions à partir du Lavandou – Que faire au Lavandou ?

Blog sur Le Lavandou, que faire au Lavandou

Une infinité de plages sublimes autour du Lavandou

 

Que faire au Lavandou ? Voir les plus belles plages de la Côte d'Azur ! Blog Le Lavandou

Que faire au Lavandou ? Epinglez moi !

blog le lavandou – week-end le lavandou – où dormir au lavandou – plages du lavandou – plage de cavalière – hôtels au lavandou – plus belle plage du lavandou – que faire au Lavandou – voyage sur la côte d’azur – le lavandou ou saint tropez 

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

8 commentaires pour
“Rêves et chimères au Lavandou”

  • Le Lavandou … Que de souvenirs !

    Dès les vacances de ski derrière moi, je rêvais déjà de la douceur du littoral azuréen. Je rêvais de glaces, de churros et bien sûr, de la grande étendue bleue. Chacun de mes pas se posaient dans l’attente de cette semaine au Lavandou, de sa tranquillité, de son goût de vacances et de ses plages ensoleillées … Je te rejoint donc à 100% !

  • L’atmosphère des vacances d’été… les glaces, le sucre dans l’air, les odeurs de monoï et de crème solaire, l’ambiance des bars à l’heure de l’apéro au coucher du soleil… j’aime tellement l’été au bord de la Méditerranée, pour moi ce sont des moments de bonheur pur ! Merci !

  • Merci pour ce beau blog. Moi Aussie j’aime la douceur magique du Lavandou surtout en basse saison.

  • Merci beaucoup, Françoise ! En basse saison, la côte d’Azur, c’est idyllique…

  • Je me reconnais tellement dans votre texte que j’aurai pu l’écrire moi même. Vingt cinq ans que je viens au Lavandou, trois fois par an en moyenne. Cet endroit est un enchantement dont je ne suis pas près de me passer. J’ai aimé également l’article sur le Cap Taillat que j’ai découvert pour la première fois en septembre. Un endroit sublime également, des plages paradisiaques.
    Bravo et merci pour ce blog très bien fait.

  • Chère Sylvie, merci pour ce commentaire adorable qui me touche beaucoup. Je comprends votre passion pour Le Lavandou et la côte d’Azur en général ! Un endroit merveilleux, nous avons de la chance… que j’aime notre pays, et surtout le Sud, je dois l’avouer ! Merci pour votre gentillesse.

  • Ah si je connais bien tous ces endroits, pays de mon enfance. J’y ai passé toutes mes plus belles vacances, depuis l’âge de 6 ans où je prenais déjà l’avion toute seule, pour me rendre chez mes grands-parents, à Cavalaire sur mer. Que de beaux souvenirs ! Nous y allons presque tous les hivers, avant l’invasion des touristes, c’est un vrai régal ! Merci pour tes magnifiques photos. Bonne journée. Martine.

  • Merci Martine, oui c’est une région fabuleuse !

Laissez un commentaire