Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
25 mai 2018    /    

De Kangerlussuaq à Copenhague: Groenland, fin du voyage-

Kangerlussuaq est l’étape obligatoire de tout voyage au Groenland : les vols internationaux passent forcément par son aéroport. Mais Kangerlussuaq est bien plus qu’un hub, c’est aussi l’endroit où il est le plus facile d’approcher la fascinante calotte glaciaire qui recouvre la quasi-totalité du Groenland. Je vous propose une petite incursion auprès des glaciers éternels, avant de retrouver les couleurs scandinaves à Copenhague.

Mon voyage au Groenland s’arrête ici. Après Nuuk et Ilulissat, je suis biberonnée à la démesure, gorgée de spectaculaire, j’en redemande encore, mais il est déjà temps de repartir. Le Groenland a une dernière surprise pour moi : Kangerlussuaq. Peu de voyageurs y font halte. La ville est avant tout un aéroport international, le seul du pays à pouvoir accueillir les gros porteurs arrivant du Danemark après 4h20 de vol. Je n’ai que quatre heures d’escale à Kangerlussuaq, avant de continuer mon périple vers mon vieux continent.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Kangerlussuaq : l’étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

 

Aller au Groenland

Copenhague, porte d’entrée vers le Groenland

Au pied de la calotte glaciaire à Kangerlussuaq

Quatre heures à Kangerlussuaq, c’est bien trop court, mais elles seront mises à profit. Je vais approcher cette particularité géographique inouïe qui rend le Groenland si unique, si spectaculaire et extraterrestre : l’inlandsis, calotte glaciaire qui recouvre 80% du pays. C’est à cause de cet océan de glace de presque deux millions de kilomètres carrés que les villes se serrent sur les côtes, comme autant d’îlots isolés. C’est à cause d’elle qu’il n’y a pas de routes au Groenland, pas de chemins de fer, et aucune ville à l’intérieur des terres, pays des marcheurs blancs, des monstres mythologiques et de la glace éternelle. C’est grâce à elle que le Groenland ne ressemble à aucun autre pays au monde, qu’il défie l’entendement et éperonne l’imagination, qu’il donne le vertige et hypnotise les cœurs. Au cœur du Groenland, où personne ne va jamais, si ce n’est les scientifiques en hélicoptère, la calotte est épaisse de 3km par endroits.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Au bord du vertige.

Kangerlussuaq a ceci de fabuleux qu’on peut ici approcher au pied de la calotte, sur la plus longue route du pays. (Cette route est la seule à relier, en été et en 4×4 seulement, deux villes groenlandaises : Kangerlussuaq et Sisimiut. Partout ailleurs, les trajets de ville en ville se font en avion, ou en bateau l’été.)

A l’aéroport, je retrouve mon guide Adam Lyberth. J’ai eu beaucoup de chance de pouvoir bénéficier de ses services pendant mon bref arrêt à Kangerlussuaq : Adam est très demandé. La veille, il a emmené des photographes norvégiens faire du light painting et des mises en scène lumineuses dans les glaces de l’inlandsis. L’après-midi, il accueille un groupe de journalistes danois pour une randonnée glaciaire. Adam est fou de sa région et en est un merveilleux ambassadeur.

Nous prenons la piste en direction de la calotte, à travers des paysages nouveaux pour moi. Revenant d’Ilulissat, royaume de la glace, j’observe qu’ici le décor a changé. Pour la première fois depuis le début du voyage, je vois de la végétation. Nous sommes ici au sud du Groenland, dans son grenier fertile (si cette expression peut s’appliquer à un pays pareil). Ici, pas de pergélisol, la terre est fertile en été. L’agriculture groenlandaise, longtemps rendue impossible par les âges glaciaires, redevient possible, comme au temps des vikings. On peut désormais déguster les carottes de Kangerlussuaq et du sud groenlandais. On trouve ici des arbres minuscules, qui ont été plantés il y a quarante ans et ont mis tout ce temps à pousser, de l’herbe couverte de givre, et des animaux. C’est ici la région des troupeaux de rennes et de bœufs musqués, qui sont en vérité des chèvres. Ce sont des animaux énormes, presque préhistoriques, que j’avais vus empaillés dans la boutique de Nuuk vendant leur laine, Qiviut. Il paraît que la laine de bœuf musqué est la plus chaude qui existe sur Terre.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Vision rare au Groenland : des arbres ! Minuscules, et qui ont pourtant mis des dizaines d’années à grandir…

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

L’herbe du sud du Groenland, ourlée de givre

 

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Chèvre musquée empaillée dans une boutique de Nuuk

Je verrai deux rennes, dont une femelle courant sur la glace avec une grâce inouïe, mais hélas pas de bœufs musqués. En quatre heures, le temps de les guetter nous a manqué. Adam me raconte qu’en été, on peut partir randonner plusieurs jours autour de Kanguerlussuaq, camper sur la calotte glaciaire, approcher les bœufs musqués, pêcher dans le fjord. Il m’explique aussi que Kangerlussuaq est une base astronomique réputée pratiquant l’analyse des aurores boréales, car ici les nuits sont claires 300 jours par an. Les scientifiques envoient régulièrement des ballons et des sondes au cœur des tempêtes multicolores, afin de récolter des particules d’aurore. L’idée me fascine. Je m’imagine chasseuse de papillons dans le ciel immense, collectant les trésors miroitants de l’aurora borealis.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Une femelle renne surgit…

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

.

 

Vie sauvage à Kangerlussuaq

.

Puis soudain, les glaciers surgissent. Approcher l’inlandsis restera une des expériences les plus fortes du voyage. Ici commence l’océan de glace. Si un fou ou un mage voulait marcher de Kangerlussuaq à Ittoqqortoormiit, sur la côte opposée, il lui faudrait traverser 1200 kilomètres d’enfer bleu, au milieu de crevasses profondes comme des gouffres.  Je me sens face au mur de glace de Game of Thrones, minuscule à côté d’un magma de glace tranchante comme un raz de marée figé par le regard de la Méduse.

En été, une rivière impétueuse et violente coule au pied du glacier, portant les glaces fondues vers la mer. A cette époque de l’année, tout début avril, elle est encore gelée. Adam la sonde précautionneusement, puis me fait traverser la rivière en m’ordonnant de suivre exactement ses pas. Je vais toucher les murailles de glace, entrer quelques instants dans les cavernes qui se creusent à leurs pieds. Je n’arrête pas de répéter que c’est incroyable. Le Groenland m’aura offert des expériences d’une intensité émotionnelle rare.

Surgissement du glacier…

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Avec les monstres.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

La rivière gelée

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Entrer dans la glace

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

.

Il faut déjà repartir. Je dis adieu aux glaciers, le cœur coloré de bleu pâle.

De Kangerlussuaq à Copenhague avec Air Greenland
Aller au groenland – vol groenland – aller au groenland depuis la france – paris groenland

Air Greenland, la compagnie aux avions rouges, m’a réservé une belle surprise pour ce dernier vol vers Copenhague : une place en business class. Elle est lumineuse, aérée, ultra confortable, et je suis contente comme une gamine de pouvoir me prélasser pendant 4h20 dans mon fauteuil presque entièrement inclinable. Je commence par regarder avec mélancolie le Groenland s’éloigner par le hublot, puis une fois que nous sommes en mer, je fais comme les gosses : je touche tous les boutons (ah tiens, je peux surélever les pieds ! et si j’appuie là ça fait quoi ?), je teste tous les snacks, bref, je n’ai pas vu le vol passer.

Air Greenland est en pleine démocratisation du Groenland avec la baisse des tarifs depuis Copenhague, la création de packages vol + hôtel attractifs et la multiplication des destinations groenlandaises. Regardez la liste des destinations – si vous êtes comme moi obsédé du grand nord, vous allez devenir fou. Je consulte les magazines de bord et je me mets à rêver d’Ittoqqortoormiit, Kulusuk, Uummannaq et Upernavik. Je suis encore dans les airs et je rêve déjà de faire demi-tour et de retourner sur l’île gelée.

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

En business class avec Air Greenland.

Aller au Groenland

Le rouge, emblème de la compagnie nationale groenlandaise.

Aller au Groenland avec Air Greenland

Rêver déjà de revenir…

Kangerlussuaq : l'étape incontournable de tout voyage au Groenland, au plus près de la calotte glaciaire.

Le menu à bord…

Pour la plupart des voyageurs partant de France, il vous faudra sans doute passer une nuit à Copenhague à l’aller ou au retour. C’est aussi mon cas, et je me réjouis des douze heures que je vais pouvoir passer dans la capitale danoise.

Copenhague version groenlandaise
aller au groenland – copenhague groenland – paris groenland – vols groenland

Il fut un temps où le Danemark régnait en maître sur les mers du nord. L’Islande, les îles Féroé et le Groenland étaient ses colonies. Peu à peu, toutes se sont émancipés. La République d’Islande est fondée en 1944, dissolvant l’union avec le Danemark. Le Groenland obtient le « home rule » (statue d’autonomie renforcée) dans les années 1970, les îles Féroé dès 1948, et planifient actuellement un référendum sur l’indépendance.

Mais il existe un quartier de Copenhague où le lien avec le nord n’est pas brisé. En face de Nyhavn, le merveilleux quartier kitsch et coloré qu’on voit sur les cartes postales, un pont piétonnier et cycliste conduit à l’ancien quartier des docks. A l’époque où le Danemark était une puissance coloniale, les produits de tout le royaume arrivaient ici, dans d’immenses hangars où on stockait notamment le poisson. Aujourd’hui, ces anciens hangars abritent un grand centre culturel de l’Atlantique nord. L’ambassade d’Islande, la représentation groenlandaise et la représentation des Féroé font flotter leurs drapeaux au-dessus d’un décor de lave et de mousse volcanique : on a rapporté des roches islandaises pour créer un petit morceau d’ailleurs dans la capitale danoise. Je découvre les environs avec un guide adorable qui me raconte le temps des bateaux chargés de poissons et de graisse de baleine, exploitant les richesses mythiques du nord. Ce quartier me donne follement envie d’aller au Groenland alors même que j’en reviens à peine. Et je me jure de découvrir un de ces jours les îles Féroé, dont les reliefs découpés et les solitudes ventées me fascinent.

Une journée à Copenhague

A Copenhague, le quartier des anciennes colonies nordiques : Islande, Groenland, Iles Féroé

Une journée à Copenhague

.

A l’intérieur du centre culturel, ce sont des expositions consacrées à l’art des trois îles. L’ambiance est maritime, rétro, elle évoque le long passé marchand de ces hangars. Un léger souvenir de l’odeur de poisson se devine parfois quand on approche les murs, mais les volumes sont magnifiques, tout de bois clair et l’atmosphère m’enchante. A côté, ce sont les archives historiques, et le centre d’eskimologie. On étudie ici la culture groenlandaise, sa langue et son histoire. Il paraît que le musée national danois, que je n’aurai pas le temps de visiter, abrite aussi une fabuleuse section consacrée au Groenland.

Un ours polaire gardien d’ascenseur

Variation autour du costume national groenlandais : fleurs et tissage

Une journée à Copenhague

La bibliothèque polaire

carte du monde par le pôle nord

Le monde vu depuis le pôle nord

Je déjeune avec Idrissia Thestrup, de Visit Greenland, dans un restaurant fabuleusement décoré de sirènes sur Nyhavn. Je lui dis combien j’ai aimé ce voyage qu’elle a organisé, et quelle impression fabuleuse le Groenland a laissé sur moi. Cette destination va monter en puissance et fasciner infiniment tous ceux qui s’y rendront. On sent les frémissements. Séducteur en devenir, le Groenland va briser des cœurs…

Avant de m’envoler pour la France, j’ai encore le temps de photographier les façades de Nyhavn et d’aller faire un coucou à la célèbre petite sirène de Copenhague. Je reviendrai à Copenhague, peut-être même encore plus vite que ce que j’imaginais.

Une journée à Copenhague

Nyhavn, le quartier pittoresque et coloré

 

Une journée à Copenhague

La petite sirène de Copenhague

 

Une journée à Copenhague

Au hasard des promenades.

 

Restaurant délicieusement maritime à Nyhavn

 

Une journée à Copenhague

Nyhavn.

Si vous voulez continuer de suivre mes aventures sur Itinera Magica, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter.

Aller au Groenland : le voyage d'une vie, de Copenhague à Kangerlussuaq. Une aventure dans le grand nord.

Epinglez-moi !

Merci infiniment à Visit Greenland – notamment à Idrissia – et à Air Greenland pour ce voyage fabuleux dont je me souviendrai toute ma vie. Le Groenland est une expérience intellectuelle, visuelle, sensorielle hors normes, et quand j’y repense, j’ai la sensation d’avoir visité une autre planète, et de garder des petits morceaux de glace au cœur. Je reviendrai…

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

18 commentaires pour
“De Kangerlussuaq à Copenhague: Groenland, fin du voyage”

  • Ces blocs de glace sont absolument incroyables ! Ca paraît presque irréel je trouve… Quel beau voyage en tout cas, les paysages sont vraiment à couper le souffle 🙂 Merci pour ce récit qui fait rêver !

  • Ouahhhou… on reste scotchés devant la beauté des paysages et la magie des photos ! C’est la première fois que je vois une image aussi belle de la petite sirène de Copenhague, dont je comprends soudain la magie qu’elle exerce sur le monde. Itinera Magica est notre sirène à nous, qui entonne les chants les plus tentateurs du voyage, jette sa magie sur les lieux et les cultures, nous berce de rêves d’ailleurs. Au fil de ses parutions hebdomadaires, toujours enchanteresses, ce blog rend beau le monde et nous transforme en voyageurs avides de tout connaître…. Bravo !

  • Bravo pour cette livraison qui laisse scotché devant la beauté des paysages et la magie des photos ! C’est la première fois que je vois une image aussi belle de la petite sirène de Copenhague, dont je comprends soudain la magie qu’elle exerce sur le monde. Itinera Magica est notre sirène à nous, qui entonne les chants les plus tentateurs du voyage, jette sa magie sur les lieux et les cultures, nous berce de rêves d’ailleurs. Au fil de ses parutions hebdomadaires, toujours enchanteresses, ce blog rend beau le monde et nous transforme en voyageurs avides de tout connaître…. Bravo !

  • J’aimerais beaucoup aller à Copenhague, ça m’attire bien plus que Amsterdam par exemple.

  • Coucou 🙂 Je suis un peu nostalgique en lisant cet article, le dernier (pour l’instant !) de ta série Groenlandaise… À travers tes mots et tes photos, j’ai pu toucher du doigt un peu de cette beauté glacée, de ce bleu irréel et magique des contrées nordiques, de cet incroyable Groenland qui hante mes rêves et mon cœur. J’irais un jour, c’est certain. ! Merci pour ces instants de découverte et d’émerveillement… À bientôt !

  • Tes photos du Groenland sont tellement belles, poétiques et puissantes, c’est un endroit que j’aimerais tellement visiter, je rêve de suivre tes pas et d’y aller à mon tour 🙂
    Un très bel article qui donne envie de boucler ses valises de suite ^^

  • Merveilleux article , lui aussi “ourlé de givre ”
    Mais Itinera Magica n’embellit-elle pas tout ce qu’elle voit, touche ou photographie ?
    La petite sirène de Copenhague m’avait semblé si petite : aurait-elle grandi ?

  • Des particules d’aurores, des glaciers démesurés, des rennes… ça fait rêver tout ça!

  • La calotte glacière, ça a l’air tellement impressionnant ! 😮 Je crois que, si j’organise un voyage au Groenland, je choisirais la saison où il est possible de bivouaquer là-bas. Quand j’ai lu ça, j’ai eu des images plein la tête et je me suis dit “Wow, c’est une expérience de dingue ça!!” (Et après, on ira cueillir des baies en Laponie ♥)
    En vrai, ces deux petites escapades m’ont bien fait envie. Bien évidemment, les géants de glaces font grosse impression ! Mais Copenhague a quelques chose de doux, de poétique, et j’adorerais la découvrir. Ma meilleure amie Florelle l’a visité quand nous étions en Suède, et elle en aussi revenue enchantée. J’adore ta photo de la sirène aussi, qui a quelque chose de magique et de ténébreux, qui donne un sentiment qui pour moi colle avec la créature mythologique.
    Je partirais volontiers avec toi dans les terres du nord – tu sais à quel point elles me fascinent ! En attendant, je t’embrasse bien fort ♥

  • Tes articles sont toujours tellement riches et intéressants ! Merci merci de nous emmener avec toi en voyage à travers tes merveilleux récits !
    Tu m’avais déjà conquise avec le Groenland et Copenhague me fait de l’oeil aussi maintenant !
    Bisous à toi !

  • Toujours aussi beau <3
    Je rêve de découvrir Copenhague, mais de Toulouse ce n'est pas très facile ! Mais j'espère pouvoir y faire quand même un petit citytrip un de ces jours !

  • Un bon coup de fraîcheur au moment même où l’on subit ces chaleurs tropicales venant avec les orages ! ça fait du bien !
    Gilbert

  • Copenhague me fait tellement envie! C’est coloré et plein de détail j’ai envie de m’insérer dans chacune de ses photos. et les glaciers n’en parlons même pas c’est encore plus incroyable! Le froid ne paralyse pas seulement le corps mais aussi l’esprit. On reste de glace devant de tels paysages !

  • Copenhague, bien sûr c’est sur ma liste … mais pas le Groenland !
    Alors que faire ? Plus de 4 heures d’avion, ça ne fait pas un petit détour surtout quand on voyage en eco !
    Mais les images sont si belles … commençons par rêver en les regardant et puis on verra bien.

  • Voilà, je termine ta série sur le Groenland et je meurs d’envie d’y aller ! Cette immensité blanche est fascinante et tellement différente de ce à quoi nous sommes habitués dans nos pays tempérés. Un jour, peut-être…

  • Bonjour
    Ainsi donc Kangerlussuaq marque la fin d’un rêve de grand nord et de grands espaces, de wilderness et aussi de temps révolus. Ce séjour groenlandais est certainement passé bien trop vite mais peut-être y avez vous trouvé l’envie d’y retourner dans une autre saison…
    Bises savoyardes

  • Tes photos sont dingues!
    Ce pays a l’air tellement magnifique !!

  • Merci pour toutes ces notes de voyage… au nord! Ca fait tout drôle de voir les paysages sous la neige quand il fait – enfin – ensoleillé à Bruxelles ! Mais tu donnes très envie d’aller découvrir le Groenland 🙂

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.