Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
15 décembre 2016    /    

Otaries en folie à La Jolla, Californie-

Comment un goéland a failli causer une crise diplomatique franco-nippone majeure. Pourquoi le paradis sent le vomi de poisson et la fiente d’oiseau. Et la question que vous vous posez tous depuis toujours : quelle est la différence entre un phoque et une otarie, bon Dieu ? Vous saurez tout dans cet article californien plein d’invités surprises. Direction La Jolla, station balnéaire unique en son genre au nord de San Diego. Que faire à La Jolla ?

Fin septembre, je suis partie pour un road trip en solo au sud de la Californie. Toute seule. Je voulais pouvoir photographier les étoiles à trois heures du mat sans que personne puisse me reprocher de troubler son sommeil, je voulais me nourrir exclusivement de smoothies myrtille si ça me chante. Et je voulais avoir l’impression d’être l’héroïne d’un film. Seule au volant, avalant l’asphalte, face au coucher du soleil, avec mes caprices pour seule boussole. American dream, baby. Je fantasmais ce road trip depuis longtemps.

Road trip solo en Californie

Here I go again on my own… Oui, je m’y crois.

Et un des endroits où je rêvais absolument de retourner, c’est La Jolla, au nord de San Diego. J’y étais passée en coup de vent il y a quelques années, et mon souvenir était tellement idyllique que je me demandais s’il était réel. Il me fallait en avoir le cœur net.

Que faire à La Jolla ? Le plein d’animaux ! 

Que faire à La Jolla ? Voir des animaux, des tas d’animaux. La Jolla a ceci d’exceptionnel : une immense colonie d’otaries y a élu domicile. Au cœur de la ville, au milieu des plages, vous avez un rush incroyable de mammifères marins qui se dandinent, et qu’on entend couiner dès l’aurore.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Les otaries de La Jolla, une attraction incontournable dans tout road trip californien !

La plupart du temps, quand vous cherchez un hôtel chic, vous aspirez au calme et aux odeurs fleuries. A La Jolla, le luxe ultime, c’est un hôtel en plein milieu du vacarme et des relents de poisson à moitié digéré. Au plus près des otaries. Je me suis fait plaisir (comprendre : j’ai sévèrement douillé mais je ne regrette rien) en prenant une chambre au La Jolla Cove Suites, qui donne sur la crique des otaries. Je les entends couiner depuis mon balcon, je sens légèrement l’odeur âcre de poisson et d’urine qu’elles dégagent – mais qu’on se dépêche d’oublier, car elles sont tellement mignonnes. J’ai une chambre qui ressemble à un numéro spécial Californian Hipster de Modes et travaux, bleue, blanche et ultra chic, avec fragrance poissonnerie en bonus. Je suis au paradis.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

La Jolla Cove Suites, à 20m des otaries

Phoques ou otaries ? La question piège, et comment faire la différence

La Jolla est au cœur d’une aire marine protégée exceptionnelle, devenue le sanctuaire des otaires… et des phoques. C’est très perturbant, je sais, pour tous ceux qui ont du mal avec les chouettes et les hiboux, les chameaux et les dromadaires, les buffles et les bisons, mais La Jolla a les DEUX.

Les plus démonstratives sont les otaries (sea lion en VO).
Si elles ont des petites oreilles (contrairement à leurs cousins les phoques), c’est parce que la majeure partie des interactions avec leurs congénères se déroulent à la surface, et qu’il leur faut donc l’équipement adéquat pour entendre leurs potes grouiner, grogner et bêler inlassablement.
Si elles sont équipées de puissantes nageoires sur qui elles peuvent se tenir en équilibre, c’est que l’essentiel de leur vie se déroule sur les rochers. Voilà pourquoi le public les adore. Les otaries de San Diego, c’est un spectacle comique insurpassable. J’ai passé deux heures à les observer comme si j’étais à un stand up. Elles se donnent des tartes, se poursuivent en se dandinant, roulent sur le dos en battant des nageoires comme un chien qu’on félicite, se font des bisous, se battent pour des morceaux d’intestins de poisson dégueulasses, défient les mouettes et les pélicans, et n’ont AUCUNE peur des humains.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Les phoques et otaries de La Jolla

A ce stade, j’imagine que vous voulez voir une vidéo. Vous serez donc exaucés. 

Les phoques, eux, sont plus discrets, et cherchent les criques moins peuplées. Leurs capacités de locomotion sur la terre sont bien inférieures à celles des otaries, ils rampent sur le sol comme de gros boudins poilus, et ne peuvent pas se redresser sur leurs nageoires. Les pélicans essaient toujours de leur piquer leur bouffe, ainsi que les mouettes, bien sûr, chapardeuses des sept mers.

Les Japonais, les otaries et moi et moi 

Je me méfie un peu de la propension américaine à jeter les touristes dans la cage aux fauves : les Etats-Unis ont une conception très puriste de la responsabilité personnelle, c’est le pays du « if you fall you die et tant pis pour ta gueule ».
Au Grand canyon, on vous laisse faire du yoga au bord d’une falaise de quatre kilomètres de haut si ça vous fait plaisir, et on vous vend à la boutique l’inventaire des décès burlesques et bizarres au sein du parc, « réactualisé chaque année ! ». On dirait qu’ils font exprès de vous laisser décéder à votre guise, histoire de pouvoir mettre à jour leur bouquin.
A Yellowstone, on vous lâche au milieu des bisons en rut et vous signale qu’il est tout à fait possible que vous vous fassiez charger (à en juger par la foultitude de vidéos Youtube à la Go Pro qui finissent comme le projet Blair Witch, c’est fréquent).
Du coup, j’étais un peu sur mes gardes en avisant le panneau « attention, les otaries peuvent vous mordre, vous mettre des pains dans la tronche et vous noyer, ça n’est pas notre problème », et j’ai laissé les Asiatiques intrépides et kamikazes tâter le terrain. Après les avoir vus multiplier les selfies et chorégraphies avec otarie, j’ai pu constater qu’il ne se passerait rien. Les otaries n’en ont rien à faire de nous, elles sont bien trop occupées à arracher la tête de poisson à leur camarade, à french kisser l’un et bastonner l’autre. Tant qu’on ne les touche pas, on peut se tenir très près d’elles et profiter du spectacle sans danger, et assister à un remake de la guerre de Troie version créature adipeuse, luisante et adorable.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

L’amour à la plage, version otarie

Les cormorans, ces gros hypocrites

 Le seul oiseau qui se tienne correctement à La Jolla est le cormoran, ce bel oiseau noir dont les os anormalement lourds et denses au sein du règne aviaire entravent le vol, mais rendent suprêmement apte à la plongée. Lui ne s’intéresse pas aux phoques et aux otaries, et descend comme une torpille jusqu’à trente mètres sous la surface pour pêcher. Le soir, on le voit sécher ses ailes, immobile sur les grands arbres.

J’ai dit qu’il avait des manières : rectification. Le cormoran, c’est le mec super bien sapé qui colle son chewing gum sous la table. Le cormoran est une espèce qui a failli disparaître dans les années 70 et dont la conservation est un immense succès, mais ce succès a une odeur. De caca. Sous les villas à huit millions de dollar, les falaises se couvrent de guano (caca d’oiseau) et les vieilles dames tombent dans les pommes. Mais les touristes viennent du monde entier, fascinés par La Jolla, un des rares endroits où on peut nager avec les cormorans et les otaries.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Les oiseaux de La Jolla, et leur contribution au ravalement des falaises

Initialement, je voulais nager avec les cormorans et les otaries. Après, j’ai constaté que l’océan était à 15 degrés et entièrement rempli de caca et de boyaux de poisson, et j’ai renoncé. #chochotte

La Californie va tomber dans la mer

J’ai réservé une sortie en kayak au soleil couchant avec La Jolla Kayak, pour aller explorer la réserve marine depuis l’océan. Dès le premier franchissement des vagues, je suis trempée comme une éponge, et réfrigérée, mais la visite vaut la congélation.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Kayak au coucher du soleil à La Jolla : la classe, avouez. Si l’expérience vous tente, réservez longtemps à l’avance, les places partent très vite (j’ai réservé un mois avant auprès de La Jolla Kayak, et tout était déjà presque plein).

Les grottes de La Jolla sont tectoniques : ici, la plaque continentale américaine et la plaque pacifique glissent l’une sous l’autre, dessinent ces paysages effrayants, et concoctent un séisme d’ampleur cataclysmique. Au-dessus des falaises, des maisons à huit millions de dollars sont en train de s’écrouler dans l’océan. D’ici vingt ans, toutes sont condamnées. Les propriétaires doivent anticiper la destruction et les raser avant effondrement, sous peine de payer des amendes monumentales si jamais les débris de leur maison viennent polluer la réserve marine. Petite ambiance apocalyptique au paradis condamné.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Grottes tectoniques de La Jolla. Ici la Terre se déshabille

 

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Les maisons luxueuses de La Jolla. Toutes celles en lisière de falaise sont condamnées à brève échéance…

Des fonds marins remontent des fragments d’une algue gigantesque dont je ne connais pas le nom, et dont le corps d’hippocampe géant est percé de larges cercles ronds qui améliorent la flottaison. Il paraît que ces réseaux d’algues sont tous liés au plancher océanique, comme une immense forêt qui se donne la main sous les eaux. Au loin, nous apercevons deux dauphins. La Jolla est magique.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Kayak dans les vagues à La Jolla. Ce n’est pas moi (puisque je prends la photo), c’est la mono, mais on fait la même taille et elle est blonde comme moi, donc on fait comme si de rien n’était.

Et en retournant vers la plage, je surfe sur une vague avec mon kayak, et j’ai l’impression d’être une vraie California girl. Même si c’était un kayak. I win at life quand même.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

Là pour le coup, ces morceaux d’anatomie humaine sont authentiquement les miens.

Comment un goéland a failli déclencher une crise franco-nippone

Le soir, le bar rooftop de mon hôtel est occupé par un mariage où on joue du Abba jusqu’à  deux heures du matin, ça doit être une délégation suédoise. J’attends donc le petit déjeuner pour le tester.

Après un sublime lever de soleil sur les phoques et les palmiers de La Jolla, j’accède finalement au fameux restaurant rooftop, où est servi le petit déjeuner. La vue sur la mer est glorieuse, je me sens élue des dieux, et en plus il y a de la soupe de fraises. Mais c’est la machine à gaufres est l’objet de toutes les convoitises. Prêtez attention, c’est là que commence mon histoire.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature !

J’ai tenté de faire des photos lifestyle. A droite, l’arche nuptiale de la délégation Gimme gimme a man. A gauche, le petit déjeuner sur palmiers. Dans une assiette en carton. Pas ma faute si les Américains tuent mes velléités lifestyle.

 Une seule machine à gaufres pour tout le resto, et un cycle long, puisqu’il faut que la pâte crue prenne d’un côté, puis de l’autre, au moyen d’une rotation à 360 degrés qui faisait complètement fantasmer mon cher et tendre quand on voyait ça dans les motels d’Arizona (« t’as vu ! ça tourne complètement sur soi-même ! »). Je lui en ai acheté une pour son anniversaire, ce qui me rend moins sensible à l’appel du gaufrier, et laisse mon tour à une Japonaise dont je vois les yeux briller d’excitation et de désir. Au bout d’au moins quinze minutes, elle revient avec sa gaufre couverte de sirop d’érable et s’assoit à quelques mètres de moi. Puis se relève une dernière fois pour aller chercher une fourchette, et c’est là que le drame survient.

Un goéland fond sur la terrasse et engloutit en une seconde la gaufre chaude et luisante de sucre, et déguerpit sans demander sans reste. La Japonaise revient, constate l’absence de la gaufre et me foudroie du regard. « C’est pas moi ! C’est le goéland ! » J’essaie de lui expliquer que non, je n’ai pas regretté mon acte de charité antérieur et voulu récupérer ce qui me revenait de droit pendant qu’elle avait le dos tourné, que j’ai beaucoup de respect pour le principe de propriété de la nourriture et probablement pas la capacité d’ingérer une gaufre entière en trois secondes, mais que le goéland a moins de sens civique et plus de souplesse buccale. Je vois bien qu’elle ne me croit pas. Je sens les relations franco-nippones à un point de glaciation qui me chagrine, mais heureusement, le goéland revient et emporte une banane directement dans l’assiette d’un gosse qui se met à hurler. Me voilà réhabilitée.

Après un sublime lever de soleil sur les phoques et les palmiers de La Jolla, j’accède finalement au fameux restaurant rooftop, où est servi le petit déjeuner. La vue sur la mer est glorieuse, je me sens élue des dieux, et en plus il y a de la soupe de fraises. Mais c’est la machine à gaufres est l’objet de toutes les convoitises. Prêtez attention, c’est là que commence mon histoire.

Photo d’illustration figurant plus ou moins un goéland. (Prise à Laguna Beach, 150km au nord)

On the road baby

Après avoir recouvré mon honneur et restauré les relations diplomatiques, je m’engage sur la route qui me fait fantasmer depuis des années, la première raison de ce roadtrip californien : la route 101 ou Pacific Coast Highway, de San Diego à San Francisco le long de la mer, par les villages balnéaires. A l’âge de dix ans, j’avais fait la partie Los Angeles – San Francisco avec mes parents. J’en garde un souvenir odysséen. Cette fois, ce sera San Diego – Los Angeles, une portion de route entrevue il y a quelques années, mais sans avoir le temps d’en profiter vraiment. Direction Laguna Beach.
A suivre !

Après un sublime lever de soleil sur les phoques et les palmiers de La Jolla, j’accède finalement au fameux restaurant rooftop, où est servi le petit déjeuner. La vue sur la mer est glorieuse, je me sens élue des dieux, et en plus il y a de la soupe de fraises. Mais c’est la machine à gaufres est l’objet de toutes les convoitises. Prêtez attention, c’est là que commence mon histoire.

Crépuscule à La Jolla

Si vous aimez les aventures animalières insolites, n’hésitez pas à aller voir mon article super rigolo sur la faune et la flore d’Arizona ICI.

Et je vous garantis que vous voulez sortir les pop-corns et attendre l’article sur Laguna Beach, car vous n’avez jamais rien vu d’aussi parfait et idyllique. Inscrivez-vous à la newsletter pour ne pas rater ça.

Voyage à San Diego : ne manquez pas La Jolla ! Jouer avec les otaries en toute liberté, faire du kayak au milieu des phoques… une destination californienne nature ! Travel in La Jolla, California

Voyage à La Jolla : épinglez moi sur Pinterest !

voyage à La Jolla – road trip californie du sud – que faire à la jolla – que voir à la jolla – itinéraire road trip californie – road trip solo californie – voyager seule en californie – activités à la jolla – voir des animaux en californie – otaries la jolla – phoques la jolla – kayak la jolla – blog la jolla – top 10 à faire à san diego – top 10 à voir à san diego – voyage à san diego incontournables

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

46 commentaires pour
“Otaries en folie à La Jolla, Californie”

  • Un vent de fraicheur cet article ! J’ai adoré, tu m’as donné le sourire tout le long et surtout avec ton histoire de gaufre !

  • Merci beaucoup Lucie, ça me fait vraiment plaisir que ça te plaise ! Tu m’aurais vue au moment de la gaufre, j’en menais pas large 😉

  • AAAAAH J’adore le ton de ton article, entre le caca, le libéralisme américain et la gaufre de la discorde. Super top ! Par contre pas sûre que tu m’aies convaincue d’y aller ahaha Il faut dire que j’ai déjà vu les lions de mer de Pier 39 à SF 😉

  • Oh non je ne voulais pas t’en dissuader ! j’ai vraiment adoré cet endroit, tu es vraiment au coeur de l’action, tout près d’elles, tu peux nager avec si t’as la foi, bref c’est merveilleux ! merci beaucoup !

  • Quelle expérience, seule en plus !!
    Je suis admirative. Et j’ai bien ri au paragraphe “If you fall you die” haha sacrés américains !

    Julie

  • Je ne suis pas une maniaque du voyage solo, j’aime bien aussi voyager avec amis, famille, chéri, etc, mais de temps en temps, je trouve que ça fait vraiment du bien. J’ai apprécié ma liberté totale et mon “égoïsme” sur ce voyage : je faisais ce que je voulais, quand je voulais, aucune négo, c’était assez jouissif j’avoue, même si parfois dans des endroits sublimes je regrettais de n’avoir personne avec qui partager ça ! merci Julie !

  • J’adore la forme de cet article, qui est aussi plein de fond ! Je connaissais la différences des oreilles entre les phoques et les otaries, ainsi que leurs odeurs pour les avoir côtoyés (de loin) en Afrique du Sud. Mais quelle chance quand même de pouvoir les “humer” de près 😉.
    Et la photo du kayak au soleil couchant est à tomber par terre !!
    J’attends la suite avec impatience !

  • Merci beaucoup Marieke ! Ah oui, j’avais adoré tes photos d’Afrique du sud, ce sont vraiment des animaux à part quand même, hyper attachants !

  • Tu as le don de raconter les histoires comme personne Ariane ! Bravo, je me suis régalée avec ton article 🙂 Même si nous ne sommes pas allés jusqu’à la Jolla, cela ravive mes souvenirs de la west coast et de ses nombreux habitants. Les fameuses otaries nous les avons également croisées tout le long de la route 1 (et encore plus à Morro Bay avec les loutres <3) sans oublier leurs copains à l'odeur infecte, les éléphants de mer de Piedras Blancas ou encore les bancs de baleines au large. Et le clou du spectacle, c'était à Point Lobos ! Bon j'arrête, tu l'auras compris, c'est un sujet qui m'emballe 😉
    J'ai hâte de lire la suite de tes aventures. Laguna Beach, trop sympa aussi !

  • Oh tu as vu les loutres de Morro Bay ! Quelle chance, ça devait être magifique ! et oui, je me souviens des éléphants de mer, je les avais vus petite et j’avais vraiment adoré. La Californie est merveilleuse côté wildlife, toute la côte ouest d’ailleurs, jusqu’à Vancouver et ses baleines ! Merci beaucoup pour ta visite !

  • Oh merde, j’en ris encore…. Tes histoires sont palpitantes… Et hilarantes 😀 :D, je suis fan !!! Pas mal l’excuse du Goéland, je n’aurai pas fait mieux 😀 !! Ce coin a l’air magique dis donc, avec toute cette faune, c’est hallucinant ! Et en prime, j’irai manger moins bête ce midi, je saurai faire la différence entre un phoque et une otarie (le phoque a l’air bien moins loti…). Puis la vidéo Otaries en mode Lovers sur la plage, c’est digne des plus belles comédies romantiques !! Merci pour tes chouettes articles, ça me met toujours de bonne humeur (tu avais déjà commencer ce matin avec tes histoires de dentifrice 😀 :D) ! Bisous !!

  • T’as vu, j’ai la technique de folie pour piquer des pancakes aux pauvres Japonaises. Merci pétillante licorne ! Super hâte de lire tes prochains articles, tu mets toujours des arcs-en-ciel dans mon coeur, écris écris écris qu’on se régale !

  • Ok, je note pour une prochaine destination ! c’est sur ma route vers le nord, même si je n’y serai pas de suite !
    Tu m’as faite bien rire en parlant des odeurs… C’est exactement l’impression qui m’est restée lorsque j’ai vu les Otaries et les cormorans à Ushuaia… De près…!

  • Ah oui, à Ushuaia aussi tu as eu droit au baptême olfactif ! J’ai hâte de lire la suite de tes aventures en Patagonie !

  • Super article ! Je viens de découvrir ton blog et j’adore. J’adore les otaries depuis petite. Tes photos sont magnifiques 😍 Je m’abonne direct à ta newsletter

  • Merci Alicia, ça me fait vraiment plaisir !

  • J’ai passé quelques heures à la Jolla et je pense que c’était trop court, c’est dommage ! J’y retournerais bien !
    Par contre j’ai vu des otaries. Ou des phoques, j’en sais rien… 😀 c’était peut être des lions de mer tu me diras lol !

  • Ahaha la confusion avec les lions de mer ! j’ai mis au moins 3h à piger que sea lion = otarie 😀

  • J’aurais été tellement mal à l’aise qu’on m’accuse d’avoir mangé la gaufre et que personne ne croie à mon histoire de goéland ^^
    Très bel article en tout cas, je ne connaissais pas La Jolla et tu me donnes envie de découvrir cet endroit ! Merci pour cette découverte.

  • J’étais horriblement mal à l’aise ^^ elle était furieuse et je voyais qu’elle ne me croyait pas du tout, alors que c’était impossible d’engouffrer une gaufre américaine entière (énorme, épaisse) en 10 secondes !
    Merci beaucoup !

  • Super article ! Qu’est ce que j’ai ri avec l’histoire de la gauffre ! C’est dingue qu’elle ait vraiment pensé que ce soit toi, ahah. En tout cas ton article me donne envie d’aller découvrir ce coin que l’on ne connait pas. On avait hésité à inclure San Diego et puis il fallait faire des choix, on savait de toute façon que l’on reviendrait dans le coin, et tu viens de confirmer notre désir 😉

  • San Diego est merveilleuse, ma ville américaine préférée ! mais vous avez vu des trucs fabuleux pendant votre road trip américain, je le sais – vos photos du Nouveau Mexique m’ont fascinée, et ça pour le coup, c’est un coin que je n’ai pas vu !

  • Ahahah, tu me fais tellement rire ! 😀 On sent toute ton excitation / bonheur / épanouissement / accomplissement de rêve de California Girl… Bref, on s’y croit, avec toi ! J’en arrive même à rêver de soleil et odeurs de boyaux 😉
    J’adore la photo de toi sur la route (entre autres). Comme cet air de liberté donne envie… Ça me manque, le voyage en solo !

  • Merci Julie, t’es adorable, si j’arrive même à te faire rêver d’odeurs de boyaux alors je rougis, flattée 😉 Merci !

  • Ton article m’a fait mourir de rire mais m’a également fait rêver !
    J’espère vraiment pouvoir visiter San Diego un jour car c’est vraiment un endroit qui m’attire et je regrette de l’avoir manqué l’année passée.
    Et si je le fais, je pense que j’opterais pour le même hôtel que toi ! 😀

  • Merci joli Chaton ! tellement hâte d’avoir ton blog en ligne pour lire tes aventures américaines en version longue !

  • PS; et j’adore l’idée du road trip solo !
    Je ne sais pas si j’oserais mais ton exemple m’inspirera peut-être 😉

  • Les USA sont un super pays pour débuter, je pense ! Spectaculaire, sûr, facile, tout est pratique et fluide, je pense que c’est le bon endroit pour débuter !

  • Génial ces otaries!

  • Merci Anne !

  • Love these photos dear!!

  • Thank you dear Lisanne!

  • You are so brave to embark on the roadtrip by yourself! I hear you though us women we are so much easier with food. I would happily survive of smoothies, avocado with toast and almond milk with granola through out my travels, but with the hubby we gotta always go out to eat, which sometimes can waste a lot of precious time and the little one is sooo complicated with food…. But I can see the solo trip was totally worth it! What a great view you had from the hotel, and never knew the difference between a seal and a sea lion!

  • Ah ah it’s so true! Men always want “real food”, women are happy with healthy snacks they just grab by the road! It’s also one advantage of traveling alone 😉

  • Mais que c’était drôle cette histoire de goéland !! Improbable ! 😀
    Et puis, partir seule sur les routes, quelle belle aventure ! Se retrouver avec soi même et réaliser une part de rêve, c’est beau.
    J’ai adoré également le surf en kayak, ha ha !

  • Bonjour. Peu à ajouter aux commentaires précédents, inutile de répéter que c’est bien, ce qui est le cas. J’ai visité succinctement la Californie en septembre 2016 mais je ne suis pas allé à La Jolla. J’ai vu des phoques sur la côte, mais d’assez loin. J’ai surtout vu des essaims de Français pullulant partout, ce qui m’a un peu gâché le séjour. Je ne retournerai plus là-bas en septembre! Merci pour le partage. HT

  • Merci beaucoup !

  • Hahaha, j’ai beaucoup ri en lisant cet article. Entre les “gros boudins poilus”, les goélands gourmands et le guano… ! ^^

    Ce doit être génial de faire du kayak là. 😍 Bon… J’adore en faire… Alors… ❤️

    xx

  • “Que faire à La Jolla ? Le plein d’animaux ! ” Voilà, tu m’as convaincue d’aller à La Jolla. Animaux = argument de choc!
    La video “bisou des otaries” m’a beaucoup plu. C’est super d’intégrer ce genre de mutimédia au coeur d’un article comme celui-là, l’effet est complet!
    « if you fall you die et tant pis pour ta gueule » Ton humour, que je l’aime!
    Oooh, je suis terriblement déçue que tu ne te sois pas jeté à l’eau ! J’aurais tant aimé te voir nager avec les cormorans… Mais je connais ton côté frileuse, alors je ne te blâme pas 😉 je suis sûre qu’après nos vacances au Groenland, tu craindras moins le froid 😉
    La crise franco-nippone… Et le goéland chapardeur! Tu as quand même du bien rire, quand tu as vu l’oiseau voler la gauffre de la jeune femme! C’est un anecdote hilarante, vraiment! J’imagine la tête de l’oiseau version BD “Non non, ce n’est pas moi!” avec encore du sucre sur le bec.
    Pour les photos :
    – Here I go again on my own… : je ne sais plus si je te l’ai déjà dit, mais j’adoooore cette photo. La petite robe blanche te va à merveille, et la perspective qu’offre la route est sublime. J’aime aussi la lumière, et ce bleu profond (again) qui te colle à la peau. Par dessus, je sur-aime ce qu’évoque cette photo : une Alexandra libre comme l’air, passionnée et passionnante.
    – “L’amour à la plage, version otarie” : bien évidemment, je suis amoureuse, moi aussi. tes photos des otaries/phoques sont absolument superbes, bravo, vraiment!
    – “kayak au coucher du soleil à La Jolla” : l’une de mes photos préférées de cet article. Aaaah, nous et notre amour du kayak… ♥
    – “Là pour le coup, ces morceaux d’anatomie humaine sont authentiquement les miens.” : de l’humour, des magnifiques photos, de la bonne humeur : combo gagnant !
    Un très bel article, qui me laisse encore une fois rêveuse. Merci!
    Je t’embrasse,

  • je ne savais pas que c était un voyage solo
    je n avais pas été jusqu à La Jolla mais j ai aoré la région de San Diego en 2015
    dire que ça va bientôt faire 2 ans
    que le temps passe vite
    California addict forever !!

  • J’ai découvert La Jolla lors de notre roadtrip californien en 2014. Nous y sommes baladés quelques heures après la visite de Old San Diego. J’en garde un très beau souvenir iodé aux bruits des cris des otaries. Je me souviens de ce peintre assis façe à la mer, je l’ai observé un moment, puis posé mon regard sur cet immense espace en mouvement qu’est la mer. Depusi, cet instant j’ai des envies d’Hawai.Je ne regrette absolument pas d’avoir baclé la visite de mission bay pour pousser un peu plus loin, et découvrir La Jolla.
    Le lendemain, nous avons repris la route vers LA via la highway 101. Je n’en garde pas un souvenir extraordinaire. Nous arrivions à la fin de notre roadtrip acte I, les yeux pleins d’étoiles.
    Ce pays est amaizing !

  • Je comprends tellement ton envie d’Hawaï ! J’ai adoré ces îles majestueuses. Et comme toi, La Jolla, c’est un souvenir unique… Mais pour la highway 101, moi j’ai adoré, attends l’article sur Laguna Beach 🙂 je t’embrasse fort !

  • Un road trip en solo c’est pas un truc que je ferais je pense, je n’aime pas assez conduire pour ça. >_< En tout cas tu t'es fait plaisir c'est super!!! J'imagine trop la japonaise qui ne croyait pas ton histoire de goeland gobeur de gauffre, et toi qui devais te décomposer en racontant ton histoire. XD

  • Je vais faire un article “conseils pour un road trip solo” je pense 🙂 J’adore ça !
    Merci beaucoup Cindy !

  • […] de ma culpabilité à gâcher de la nourriture. Comme vous le savez si vous avez lu mon article de blog sur La Jolla, les goélands et moi, on a un […]

  • […] et la route ». La première partie de mon séjour a été littorale et radieuse : San Diego, La Jolla, Oceanside, Laguna Beach. Puis j’ai bifurqué vers l’intérieur, vers le comté de Riverside, […]

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.