Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
4 novembre 2015    /    

La Bavière, ou le pays des contes de fée-

Je trouve encore et toujours des raisons de revenir dans les Alpes bavaroises, tout au sud de l’Allemagne, entre lacs, châteaux et montagnes. Les plus beaux endroits de Bavière

Idylle bavaroise, avec deux châteaux de Louis II : Neuschwanstein et Hohenschwangau.

Idylle bavaroise, avec deux châteaux de Louis II : Neuschwanstein et Hohenschwangau.

La Bavière est pour moi le pays où le kitsch cesse d’être kitsch et confine au sublime. Boiseries ornées de géraniums, bulbes baroques dorés, sommets découpés, lacs et forêts en Technicolor, forêts de contes de fée, la Bavière me donne envie d’être changée en nain de jardin et de rester ici pour toujours.

Garmisch-Partenkirchen, village de carte postale et ciels si bleus. Les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica

Garmisch-Partenkirchen, village de carte postale et ciels si bleus.

Extra Bavariam nulla vita, et si una, non est ita : il n’est point de vie hors de la Bavière, ou bien une vie qui n’en est pas une. Il règne ici une douceur de vivre inégalée, une impression roborative de confort propret et de perfection bucolique, en toute saison.

Le lac Eibsee, au pied du plus haut sommet d'Allemagne, le Zugspitze. Les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica

Le lac Eibsee, au pied du plus haut sommet d’Allemagne, le Zugspitze.

A une période de ma vie, j’ai passé beaucoup de temps à Würzburg, en Franconie – tout au nord de la Bavière. Je ne cessais de rêver du sud, des prairies de l’Allgäu et des lacs au bleu presque tropical. Würzburg est la porte de la route des Alpes, dite aussi la « route romantique », un chapelet de villages médiévaux qui mène jusqu’aux châteaux de Louis II de Bavière, le roi fou. J’avais collé dans mon agenda une photo du plus iconique d’entre eux, Neuschwanstein, prise en novembre depuis les hauteurs. On y voyait ses hauts cous blancs surgir de l’incendie automnal, et se refléter dans les eaux du lac. Au loin, la neige accordait la couleur des montagnes à celle des tours. J’ai passé des heures à dessiner ce château, et les forêts baignées par sa beauté : j’y ai installé le chef-lieu de mon imaginaire.

 Les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica

La nuit, à Neuschwanstein – une longue exposition dessine des étoiles autour du château.

Le mythe de Louis II se perpétue, malgré la disneylandisation totale du château sur la colline, les visites minutées et robotisées en trente minutes, les vitrines où on trouve des figurines de Sissi (la cousine de Louis II, et son grand amour impossible) à côté de Blanche-Neige et Cendrillon. La Bavière est hantée par une fascination morbide pour son dernier roi, au point de vendre des cartes postales de Louis sur son lit funèbre, en grand manteau noir, entouré de dizaines et dizaines de bougies ; au point de célébrer d’étranges processions funèbres le jour de sa mort, au pied du château. J’y ai assisté une fois, par un soir d’orage ; la foudre qui venait lécher les tours de Neuschwanstein et la pluie froide et méchante ne dispersaient pas l’étrange assemblée de culottes de peau et corps de chasse, venus célébrer le mythe Ludwig, l’incarnation de la Bavière éternelle.

Paysage alpin, entre Allgäu et Tirol.

Paysage alpin, entre Allgäu et Tirol.

Jeune prince de toute beauté, Ludwig (Louis en VF, donc) est un rêveur invétéré, fasciné par les chevaliers qui peuplaient les livres de son enfance, par la grandeur du siècle de Louis XIV, et par la solennité grandiose des opéras de Wagner. C’est à des peintres, pas à des architectes, qu’il demande de dessiner les châteaux dont la construction videra les caisses du royaume. Linderhof, le petit monde fantasmagorique au cœur d’un grand parc bruissant de fontaines, avec sa grotte de Vénus souterraine, sa hutte de Wodan ou son palais maure. Herrenchiemsee, le nouveau Versailles tout d’ors et de miroirs, suspendu sur une île au milieu d’un lac embrumé.

Versailles ? Non, Herrenchiemsee.

Versailles ? Non, Herrenchiemsee.

Et Neuschwanstein, la folie wagnérienne, chimère de château médiéval dressé au sommet d’un éperon rocheux – les ruines d’un véritable bourg historique vieux de plusieurs siècles ont été pulvérisées pour permettre son édification, preuve du sens historique très relatif de Ludwig. Neuschwanstein résiste mal à l’épreuve du gros plan – ses murs ressemblent à des Lego agglomérés, et ses intérieurs vides truffés d’ascenseurs (la grande nouveauté à la fin du XIXe siècle) n’invitent pas à la rêverie. Mais vu de loin, avec le flou du songe, le dessin des tours blanches qui jaillissent au-dessus des pins ne peut que subjuguer.

IMG_5456

Neuschwanstein et Hohenschwangau, entre lacs et forêts.

 Les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica

Château de conte de fées.

Interné par des conseillers soucieux de le voir dilapider la richesse du royaume pour construire des folies de pierre, Ludwig est mort dans des circonstances mystérieuses, qui ne seront jamais élucidées. On l’a retrouvé mort sur la rive du lac de Starnberg, en compagnie de son médecin, parti avec lui pour une promenade en barque. Crise de démence qui aurait mal tourné, tentative de fuite, suicide, assassinat ? L’essaim de théories bourdonne encore, alimenté par les Bavarois légitimistes qui rêvent de restaurer le royaume – pour eux, Ludwig aurait été supprimé parce qu’il s’opposait à la dissolution de la Bavière dans l’Empire allemand, gouverné par Guillaume Ier et la Prusse triomphante. Le roi romantique, friand de promenades en luge au clair de lune et d’opéras joués au fond des grottes, est l’emblème de la Bavière insoumise.

La ville de Füssen.

La ville de Füssen.

 

Königsee. Les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica

Königsee.

Outre Starnberg, où Ludwig s’est noyé, on compte des dizaines, des centaines de lacs en Bavière, tous plus follement exotiques les uns que les autres, si cristallins et colorés qu’on rêverait d’y plonger comme dans une mer chaude – si on ne les savait descendus des glaces. Au pied du Zugspitze, la plus haute montagne d’Allemagne, le lac Eibsee fascine avec ses deux couleurs, le vert émeraude près des rives, et le bleu de la plus grande profondeur. Des dizaines d’îlots solitaires le coiffent de verdure, comme une carte au trésor tout juste exhumée.

Le lac Eibsee.

Le lac Eibsee.

J’ai aussi une grande affection pour le “lac des rois”, le Königsee, au coeur duquel se niche une petite île enchanteresse à laquelle on accède en bateau, et son église, St. Bartholomä. Les montagnes plissées comme un grand accordéon semblent ne jamais permettre au soleil d’éclairer tous les versants à la fois – en automne, le contraste est époustouflant.

Eglise St. Bartholomä, au coeur du Königsee.

Eglise St. Bartholomä, au coeur du Königsee.

 

Königsee.

Königsee.

Toutes les églises de Bavière se ressemblent un peu, avec leurs rotondités baroques qui leur confèrent un faux air slave, et leur tendance à poser au milieu de paysages grandioses, Alpes, lacs et forêts.

Plaines verdoyantes et églises aux bulbes baroques, le paysage bavarois typique.

Plaines verdoyantes et églises aux bulbes baroques, le paysage bavarois typique.

La Bavière m’a appris à ne plus croire au kitsch, ou à ne plus m’en formaliser. A aimer les vaches avec leurs lourdes cloches autour du cou, l’ouverture de Tannhäuser et les couchers de soleil étourdissants sur des sommets enneigés. En Bavière, j’ai dix ans à nouveau, et je me remets à croire aux princes et aux princesses, je lis les lettres de Sissi à Ludwig, les témoignages de leur amour impossible, au bord de lacs bleu gentiane. Ces contrées furieusement romantiques offrent mille prétextes à qui veut vivre comme dans un livre enluminé – on serait presque tentée d’embrasser des crapauds et de chevaucher des citrouilles. Lors de mon dernier voyage, j’ai dormi à l’hôtel Sonne à Füssen, dans une chambre tout en velours rouge et en dorures, avec lit à baldaquin. Les couloirs étaient remplis de costumes d’époque, de partitions de Wagner et de portraits de Ludwig, sous lesquels on pouvait dîner aux chandelles. Et sur le signe Do not disturb ? Le portrait iconique de Ludwig… affublé de lunettes de soleil. Tout juste assez de dérision pour me donner bonne conscience d’aimer à ce point être chavirée par les lumières du crépuscule. “Is des net schee?”, demanderait un Bavarois dans son dialecte inimitable – “est-ce que ça n’est pas beau ?”

Coucher de soleil à Füssen. Les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica

Coucher de soleil à Füssen.

=>La suite ici : la Bavière en hiver

Découvrez les plus beaux endroits de Bavière sur Itinera Magica.

Bavière, le pays magique. Epinglez moi sur Pinterest ?

que voir en Bavière – que faire en Bavière – les plus beaux endroits de Bavière – châteaux de Louis II – itinéraire Bavière – blog voyage Bavière – voyage Bavière – Oberammergau – Füssen – Neuschwanstein – Linderhof – Garmisch-Partenkirchen – photos de Bavière – séjour en Bavière – blog Bavière – Königsee

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

16 commentaires pour
“La Bavière, ou le pays des contes de fée”

  • Cet article me replonge dans mon enfance, moi aussi… Enfin, le début de mon adolescence, plutôt, et le deuxième voyage scolaire que j’ai fait en Allemagne. Je me souviens de Neuschwanstein, bien sur, mais ce n’est pas celui que j’ai préféré ; trop de démesure en lui. Moi, j’ai beaucoup aimé le plus modeste Linderhof Schloss, et sa fontaine cascade.
    Ton image, que tu décris comme “le paysage bavarois typique”, ravive en moi les dernières minutes de car, quand on arrivait enfin dans cette région mystérieuse aux promesses de beauté… Ca y est, j’ai envie de me replonger dans mes photos de voyage !

  • Je suis d’accord avec toi : Linderhof, c’est mon préféré aussi… J’en ai quelques photos en hiver, dans l’article suivant, celui sur la Bavière sous la neige. J’adore la grotte souterraine, le jardin, le clavecin ancien, le palais maure, l’atmosphère féerique… Merci pour ta visite et tes mots !

  • Que c’est beau… Je ne connais pas du tout la Bavière… Un jour j’irai!!! Superbe article!

  • Merci beaucoup Anne-Lise, avec ton amour des grands espaces et des lieux un peu mystiques et magiques, je pense que tu vas adorer ! N’hésite pas si tu as besoin de conseils pour l’itinéraire – je pense que je vais faire un post itinéraire en Bavière, d’ailleurs 😉

  • Tiens, tu connais plus de la Bavière que moi! Merci pour ce bel hommage à mon pays natal 🙂

  • Merci beaucoup, liebe Stefanie! Freut mich sehr, dass dir der Beitrag gefallen hat! J’adore ton blog 🙂 merci pour la visite !

  • Ah la Bavière! J’avais 6 ans quand mes parents m’y ont amené pour la première fois. On avait alors rapporté un poster du château de Neuschwanstein (pas facile à écrire!) qui est toujours accroché dans le sous-sol chez mes parents. Inutile de te préciser que pour le gamin que j’étais à l’époque, ce château symbolisait toutes les histoires de chevaliers possibles. En voguant sur le lac près de l’église St. Bartholomä, je me souviens que le capitaine coupait les moteur et sortait une trompette. Dans le silence le plus complet, il jouait quelques notes et l’écho revenait quelques secondes après pour lui donner la réponse. Merci de me rappeler ces bons souvenirs! 😉

  • C’est toujours le cas sur le Königssee ! ils coupent le moteur du bateau, un trompettiste joue quelques notes, et l’écho les répète, c’est assez magique, j’adore ce moment !
    J’imagine bien l’effet de Neuschwanstein sur un coeur de petit garçon passionné par les chevaliers… moi même, j’ai 8 ans quand je le vois surgir ! Merci beaucoup pour ta visite et ces histoires 🙂

  • […] route vers la Bavière, je suis passée par l’une des plus belles autoroutes que je connaisse. Dans la région de Nantua […]

  • Que j’aimerais y aller !! les paysages de Sissi, mon idole enfant ! et c’est exactement ça : quand le kitsch cesse d’être kitsch 😀 J’adore !

  • Toi aussi tu as rêvé devant Sissi ! je crois qu’elle nous a toutes fascinées, et pourtant sa vie a été tellement dure et triste… je l’aime beaucoup, elle était intelligente, cynique, un peu désespérée, une héroïne moderne finalement !

  • Tu écris merveilleusement bien, tes photos sont superbes! Il ne me reste plus qu’à y aller pour de “vrai”…Un magnifique endroit pour toutes les princesses!

  • Et avec tes doigts de fée, tu sauras coudre la robe couleur de temps, ou la robe couleur étoiles, pour être au diapason de ce lieu magique… Merci beaucoup, Marielle !

  • Bonjour. Vraiment sublime la Bavière avec ces petites églises à clocher à bulbe, en passant par ses châteaux, dignes de contes de fée, et ses merveilleux petits lacs. Après les Dolomites, c’est une région que l’on envisage de faire prochainement. Merci de m’avoir donné cet avant-goût, d’y aller, tes photos sont vraiment magnifiques. A très bientôt. Martine

  • […] Mon article sur les plus beaux lacs de Bavière à l’automne Mon article sur les châteaux de Bavière en automne […]

  • […] c’est une folie 19e, complètement pittoresque et fantasmagorique, un peu comme Pierrefonds ou Neuschwanstein. J’adore ce Moyen-Âge imaginaire des grands rêveurs de la Belle Epoque. Le château était bien […]

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.