Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 

Ariane Fornia, écrivain voyageur-

Bienvenue sur le blog d’Ariane Fornia, écrivain amoureuse des lointains !

Ariane Fornia, écrivain française

Pose rêveuse dite de l’écrivain voyageur.

Romans et recueils de chroniques

 

Dieu est une femme, L’année de mes quatorze ans
Denoël, 2004

 

Ariane Fornia, écrivain français

Dieu est une femme

Je me suis fait connaître à l’âge de quatorze ans pour un recueil de chroniques acides, véritable précis de crise d’adolescence, intitulé Dieu est une femme. C’est un texte insolent, souvent cruel, dans lequel je ne me reconnais plus aujourd’hui – mais qui pourra vous être utile si vous avez, vous aussi, un ado démoniaque à la maison…

Comment s’en sortir lorsqu’on a quatorze ans, dans un monde où l’adolescent-roi semble plus incompris que jamais ? Avec une surprenante maturité, Ariane Fornia raconte son univers quotidien. Douée d’un irrésistible sens de l’humour (noir), elle dresse un impitoyable inventaire : le collège de province où sévit la compétition du look, l’apprentissage de la guerre des sexes, l’horreur des cours de maths, la frénésie de consommation, la carrière politique d’un père député… Portée par une intelligence précoce, cette chronique évoque les grandes et petites aliénations du cobaye adolescent d’aujourd’ui, des fast-foods aux jeux vidéo en passant par les stars du petit écran et… la quête d’un sens à la vie.

Un livre décapant pour tous les parents désespérés d’abriter à domicile ce monstre de cynisme qu’est l’adolescent. Et pour tous les adolescents désespérés de découvrir la férocité du monde.

La déliaison, avec Sylvie Brunel
Denoël, 2005

 

Roman la déliaison sur le blog d'Ariane Fornia

La déliaison

Je reste attachée à ce roman d’adolescence, écrit à quatre mains avec ma mère, Sylvie Brunel. Il s’agit d’un roman, et non d’un témoignage, les personnages de Claire et Viviane sont des êtres de papier. Mais leurs errements, leurs maladresses et leur soif d’amour et d’absolu nous ressemblent…

Claire a toujours regardé Viviane, sa fille adolescente, comme sa meilleure amie. Le lien étroit qui unit la mère et la fille s’est encore resserré après le divorce et le départ du père. L’ironie acide de Viviane, son regard sans indulgence sur le monde des adultes, ne semblent pas à Claire une menace pour leur bonheur. Mais, comme dans la tragédie antique, l’aveuglement frappe toujours les plus clairvoyants.

La Déliaison est le roman d’un divorce insidieux entre mère et fille. Un lent désamour, au départ insensible, qui s’installe dans la vie de tous les jours. Écrite par une mère et sa fille dont les deux voix se répondent, se cherchent et parfois se heurtent, c’est l’histoire du malentendu inscrit au plus profond des êtres. C’est aussi le tableau criant de vérité, souvent d’une grande drôlerie, du monde des adolescents d’aujourd’hui, déchirés entre besoin d’amour et désir de fuite, tyrannie de la consommation et espoir de liberté.

Après Dieu est une femme, Ariane Fornia signe avec sa mère, Sylvie Brunel, le roman de l’impossible dialogue entre les générations.

 

Dernière morsure
Robert Laffont, 2007

 

Livre Dernière morsure sur Itinera Magica blog d'Ariane Fornia

Dernière morsure

Dernière morsure, c’est Dieu est une femme en moins méchant, et en plus drôle. Je reviens à la chronique pour ce portrait de ma génération et de ses mœurs incongrues. Mais entre les lignes, je décèle aussi ce vertige de la fin de l’adolescence – quand on a 17 ans, que la boussole devient folle et qu’on se sent seul au monde.

Sous forme d’abécédaire – de A comme Adolescent à Z comme Zigzag en passant par C comme Communisme, H comme Hormones ou O comme Onanisme –, Ariane Fornia nous initie d’abord à sa tribu, à ses moeurs et à ses contradictions. Dans une deuxième partie, plus personnelle et sensible, on découvre à ses côtés les études, les rites de passage, les histoires d’amour, les interrogations existentielles, le rapport aux livres, les adultes.

Verve, humour mordant à chaque page, intelligence féroce, sens de la formule, parti pris de l’autodérision : on pense à la plume déliée d’une Amélie Nothomb lycéenne.

 

Le prochain roman !
Jean Claude Lattès, 2017

 

Hawai'i Ariane Fornia

Cette photo est un indice !

Par superstition, je n’ose pas encore trop vous en dire sur ce roman que je vais rendre à mon éditrice à la fin de l’été 2016, et qui devrait sortir courant 2017.

C’est une histoire d’amour et de mythes qui se joue sur des îles lointaines…

 Les lecteurs d’Itinera Magica y retrouveront ma mystique des lointains, ma quête des horizons infinis. Je vous en dirai plus le moment venu !

Traductions

 

Traité d’équitation pour ma bien aimée
Le Rocher, 2015

traité d'équitation ariane fornia

Agrégée d’allemand et docteur en littérature allemande, j’ai régulièrement le plaisir de prêter ma plume aux auteurs que je traduis. En 2015, j’ai composé, traduit et présenté une sélection de textes équestres de Rudolf G. Binding, romancier et poète mort en 1938, dont le chef d’œuvre est le Traité d’équitation pour ma bien aimée, un poème en prose de toute beauté.
Ce recueil a reçu le Prix Pégase 2015.

« Viens ! A cheval ! » C’est à une chevauchée lyrique et sensuelle que Rudolf G. Binding (1867-1938) nous convie dans ce Traité d’équitation qui n’en est pas vraiment un. Lettre d’amour à une femme chérie en secret ou beau poème en prose, ce texte chante les joies des galops vers l’horizon ouvert, la beauté de la lumière qui s’accroche à une crinière, et les délices de cette liberté à laquelle la passion pour les chevaux nous initie. Mêlant préceptes équestres, leçons amoureuses et envolées fulgurantes, il dit l’ivresse du mouvement et de la vitesse, et professe une équitation sentimentale toute en légèreté, où le jeu délicat entre le corps de la cavalière et celui du cheval ressemblerait à une danse.

 Paru en 1924, ce superbe texte, qu’anime une grande sensibilité, fut souvent réédité en Allemagne, et figure en bonne place dans les bibliothèques des cavaliers d’outre-Rhin. Alexandra Besson, écrivain, germaniste (et cavalière) le présente ici au public français, accompagné d’extraits d’autres œuvres qui disent l’amour inextinguible de Rudolf G. Binding pour les chevaux.

 

Presse & médias

Passionnée par les livres, les voyages et les cultures que j’ai la chance de côtoyer, j’écris régulièrement pour différents médias. J’ai été chroniqueuse dans Métro et pour l’émission Ça balance à Paris, et je suis aujourd’hui collaboratrice de La Revue, pour qui je parle de livres et de voyages.

 

Travailler avec moi

Si vous désirez en savoir plus sur mon travail d’écrivain, de traductrice et de journaliste, si vous souhaitez me voir écrire pour vous, contactez-moi : itineramagica@gmail.com

Blog d’Ariane Fornia, écrivain française

Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.