Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
21 juin 2017    /    

Au coeur de la Provence, le Vaucluse à vélo-

A vélo dans les Dentelles de Montmirail : splendeur et supplice

Entre le Mont Ventoux et les dentelles de Montmirail se dévoile un des plus jolis paysages de Provence : une succession de coteaux escarpés, de merveilles géologiques et de villages perchés de toute beauté, comme Le Barroux ou La Roque Alric. C’est une région que j’ai toujours adorée, moi que le Mont Ventoux fascine depuis toute petite. J’ai eu le bonheur de la découvrir en vélo, et je vais vous dire toute la vérité, amis lecteurs. 1) C’était absolument sublime. 2) J’ai souffert atrocement.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Paysages sublimes, Provence authentique : ça vaut le coup de souffrir.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Voir ça toute la journée : le bonheur.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Je l’ai fait. La preuve.

Le vélo et moi, une histoire compliquée

Ma vie : j’ai épousé un Allemand qui coche toutes les cases des stéréotypes germaniques (sauf la bière). Comme tous les Teutons, mon cher et tendre alias Monsieur Viking est un fanatique enragé de la bécane. Tous les matins et tous les soirs, il se tape 17km en pente pour aller au boulot à vélo (ce qui fait 34 chaque jour, amis du calcul mental), et le dimanche soir, il ne veut pas aller au ciné parce qu’il doit graisser sa chaîne et changer ses pneus. Gravir des pentes dignes de refiler un infarctus à tout être humain normalement constitué est son idée du loisir, et il a toute une collection de shorts mochissimes qui signalent sa condition de cycliste.
Spoiler : je ne partage pas sa passion. Pourtant, j’aime le sport, je vous jure. J’adore monter à cheval, j’adore nager, j’adore courir, j’adore faire des burpees sur une musique épileptique au Body Attack, mais le vélo, ça n’a JAMAIS été mon truc. Déjà, parce que les automobilistes font souvent peu de cas de la survie des cyclistes, et que chaque fois que je monte sur un vélo, je me fais frôler par un handicapé du code de la route, et que je finis en poissonnière à hurler à pleins poumons « et les distances de sécurité, espèce de diplodocus » en lançant des malédictions vaudous. Ensuite, parce que ça fait tellement mal aux fesses. Enfin, parce qu’en vélo, j’ai le sens de l’équilibre d’un Teletubbies sous marijuana et que j’ai toujours l’impression que je vais me vautrer lamentablement. Bref, j’ai tendance à laisser Monsieur Viking gravir des cols tout seul et aller moi à la plage, comme quelqu’un de civilisé.
Mais tout a changé en ce dimanche de mai.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Ca c’est Mr Viking, fier et beau avec son vélo dans le Vaucluse.

« Et un circuit en vélo dans le Vaucluse, ça vous tente ? »

Quand on m’a proposé une journée de découverte du Vaucluse à vélo, mon cœur s’est partagé. J’ai un principe dans l’existence : je ne refuse jamais quelque chose qui se passe en Provence. La Provence, c’est mon pays ma patrie mon amour, et mon projet de vie est de passer mon temps à l’arpenter, la photographier et lui chanter la sérénade. En plus, les circuits en question étaient sublimes. C’était tout ce que j’aime : le cœur escarpé du Vaucluse, au pied du majestueux gardien de Provence, le Ventoux. Des paysages de coteaux, de villages funambules, et au détour de chaque virage, les crêtes découpées des Dentelles de Montmirail. Vous connaissez la région des Dentelles, autour de Beaumes-de-Venise ? C’est un des plus beaux coins de Provence, où on récolte des vins réputés aux arômes minéraux et ensoleillés, où le sol s’est fracturé il y a des millions d’années quand les Alpes ont jailli du sol, et les Dentelles ont poussé comme des canines de dinosaures au sommet des collines, fascinantes, majestueuses.
Une de mes meilleures amies, Alice, a grandi tout près de là, dans les Baronnies drômoises, et ces paysages me rendent toujours heureuse : ils me rappellent nos après-midis à nous balader au milieu des vignes et des cerisiers, à projeter de monter un groupe de punk rock féministe au lieu de réviser le bac français.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Coteaux du Ventoux.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Au loin, le village du Barroux s’élève au dessus des vignes et des genêts.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Cerises ensauvagées sur les flancs des collines. (Petit clin d’oeil à mon amie Alice, dont le père est producteur de cerises, qui a passé son adolescence à les ramasser et qui ne peut plus les voir en peinture !)

Bref, j’ai dit oui, et on m’a proposé plusieurs parcours. Il y avait des circuits de différents niveaux, du plus facile au plus difficile. Mais celui qui me tentait, c’était celui-là : « Ventoux et Dentelles« . Malaucène, Suzette, Lafare, La Roque Alric, le Barroux, les Dentelles, le Ventoux : un nectar de beauté vauclusienne, tous mes chouchous en brochette.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Le Barroux, Renaissance et lumineux

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Vue sublime sur les Dentelles depuis le Col de la Chaîne.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Paysages minéraux typiques de cette région

Le descriptif précisait bien : vues magnifiques, mais gros dénivelé, parcours difficile et très physique. Du coup, j’ai essayé d’inventer un stratagème pourri. Je voulais envoyer Monsieur Viking faire effectivement le circuit en vélo, et le suivre tranquillou en voiture, me poster aux endroits stratégiques et le photographier lui. Mais mon cher et tendre est un brin sadique et il m’a culpabilisée : « Songe à ton éthique de blogueuse, mein Schatz. Soit tu avoues à tes lecteurs que tu m’as esclavagisé et que tu n’as même pas fait le parcours toi-même, et tu passes pour une tarte. Soit tu leur mens en prétendant l’avoir fait aussi, et tu dis toujours que tu ne mens pas à tes lecteurs, n’est-ce pas ? Il faut qu’on le fasse ensemble. J’ai graissé ton VTT et regonflé tes pneus inutilisés depuis 115 ans. Je t’ai même fait un pique-nique plein de graines bizarres comme tu aimes. Tout est prêt, tu ramènes tes fesses et tu montes en voiture ».

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Et j’ai subi en silence, héroïque. (Euh, pas en silence du tout, en fait. Avec force jérémiades et lamentations et menaces d’asphyxie imminente.)

La mort qui tue

Je vous ai promis la vérité, la voilà : j’ai été pitoyable. Il faut dire qu’il faisait une chaleur à crever – le thermomètre sur le vélo de Mr Viking a été jusqu’à annoncer 43 degrés. Et le parcours était VRAIMENT en montagnes russes. On descendait des côtes tellement vertigineuses que je croyais qu’on allait arriver au centre de la Terre, et après Mr Viking me disait « mauvaise nouvelle, maintenant on va remonter tout ça » ! Au début, c’est-à-dire les cinquante premiers mètres, je portais mon sac à dos moi-même, avec mon gros Canon et mes objectifs. Au bout de trente secondes, je l’ai confié à Mr Viking, qui s’est retrouvé avec un sac rose et violet de dresseur de Pokémon, et a dû s’arrêter tous les trois mètres pour que je puisse faire des photos des paysages magnifiques qu’on traversait. Le parcours était censé se faire en 2h30, on l’a fait en six heures (parce que je prenais des photos tout le temps, hein, pas parce que je mettais pied à terre dès que ça montait trop ou que ça descendait trop fort, ok ?). A un moment, je me suis crue sur la colline du Golgotha, à porter ma croix sous le soleil ardent. J’ai vu des oliviers, je me suis assise dessous, j’ai sorti le jus de goyave et les cookies en disant « vous ferez ceci en mémoire de moi », et j’ai attendu que les Romains viennent me chercher, mais même Ponce Pilate ne voulait pas de moi.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Les oliviers sous lesquels j’ai tenté d’écrire mon ultime évangile.

Au début de la journée, j’étais dans mon mode normal et patriotique, « la Provence c’est trop beau, c’est mon fils ma bataille, je bois la coupo santo à ta santé oh toi mon païs béni des dieux », tout ça. A la fin de la journée, je demandais à Mr Viking : « et les Pays-Bas, qu’est-ce que t’en penses ? ça a l’air bien les Pays-Bas. C’est vachement plat. On pourrait faire du vélo toute la journée tranquille. Viens, on déménage aux Pays-Bas. Je vais manger du gouda, m’acheter des fringues orange, et demander la nationalité néerlandaise, d’accord ? »

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Provence adorée

Sublime Vaucluse

Mais c’était beau, c’était même magnifique. Le parcours commence à Malaucène, le village mythique de Pétrarque, au pied du Mont Ventoux. La silhouette tutélaire du géant chauve veillera sur nous toute la journée, ne cessant de réapparaître au profit d’une (énième) côte à gravir.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Au dessus des coteaux, le Ventoux nous observe.

Puis la Route de la Chaîne nous a conduit jusqu’à Suzette, village que je n’avais jamais visité jusqu’à ce jour et qui m’a marquée par son atmosphère paisible et authentiquement provençale, avec ces cloches graciles qui se détachent sur la silhouette du Ventoux.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Cloches de l’église de Suzette

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Papillons de Suzette

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Cyprès et genêts…

Partout, ce sont des vignes en terrasse, un paysage abrupt que la main de l’homme a su apprivoiser et adoucir. Le parcours traverse trois coteaux AOC prestigieux : Ventoux, Côtes du Rhône, Beaumes de Venise. Je ferais bien un encadré dégustation, là, mais autant vous dire que si j’avais bu du vin ce jour-là, j’y serais sans doute encore, accrochée à une dentelle.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Un terroir exceptionnel : trois types de sol différents, trois coteaux.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Vin des Dentelles en préparation…

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Terroir prestigieux

J’ai adoré les villages perchés, notamment Le Barroux avec son château Renaissance qui me rappelle les châteaux de la Drôme Provençale où j’ai grandi, et l’étonnant hameau de La Roque Alric, mon plus gros coup de cœur de cette journée. C’est un lieu cinégénique, un endroit légendaire où l’histoire résonne avec solennité. Les Celtes furent les premiers à bâtir des repères fortifiés dans les Dentelles, puis les Romains vinrent occuper le rocher mythique ; enfin, c’est un seigneur germanique, Alaric, qui alla planter son château au sommet du rocher au XIIIe siècle. Autant dire qu’il était normal que mon Teuton de mari aille sur les traces d’Alaric gravir la côte pendant que je haletais comme une tuberculeuse en phase terminale. J’ai finalement survécu à l’ascension, et j’ai adoré le panorama fabuleux qu’on découvre des hauteurs du village, qui embrase toutes les Dentelles.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

La Roque Alric.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Les rues de la Roque Alric.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Panorama fabuleux sur les Dentelles depuis l’église.

En fin de parcours, en revenant vers Le Barroux et Malaucène, le Ventoux réapparaissait dans la lumière descendante, et je puisais mes dernières forces en me disant « qu’est-ce que cette région est belle, qu’est-ce que je l’aime », t’écriras ça sur ma tombe hein chéri ?

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Le Barroux.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Au milieu des vignes…

Le Vaucluse à vélo : en fait, c’est super

Soyons clairs, amis lecteurs. Les parcours aménagés par Provence à vélo sont sublimes et vraiment bien faits, il faut juste être moins quiche que moi et en choisir un adapté à votre niveau. Je ne veux surtout pas vous décourager, car ce sont vraiment les plus beaux parcours à vélo en Provence, parce qu’ils ont été spécifiquement conçus pour ça : ce sont de vrais parcours cyclistes, aménagés comme tels. Mr Viking a déclaré « le Vaucluse, c’est le paradis du vélo« , et je vous laisse vous fier à son expertise de fanatique bavarois vélomaniaque.
Ce que nous avons vraiment apprécié, Mr Viking en sa qualité d’expert cycliste et moi en ma qualité de poissonnière fréquemment sujette aux pugilats avec les automobilistes irrespectueux, c’est la qualité du tracé pour éviter les voitures au maximum. Je n’ai eu d’altercation avec personne et personne ne m’a frôlée, doublée trop près, énervée, etc, parce que le parcours était conçu à la perfection. Il s’agissait bien de routes bitumées, très agréables (pas de petits cailloux qui font mal aux fesses des cyclistes inexpérimentés), mais l’itinéraire évite au maximum les routes fréquentées et passe par des axes secondaires, des petits chemins étroits où les voitures sont rarissimes, et vous ne croiserez presque pas d’automobilistes, si ce n’est au début et à la fin autour de Malaucène. Nous souffrons tous les deux de l’absence d’itinéraires vélo aménagés autour d’Aix-en-Provence, et nous nous sommes dit que le Vaucluse avait vraiment bien géré cette question, que ces parcours étaient vraiment un super plan pour profiter du paysage en toute sécurité. La signalisation est très bien faite, il est facile de retrouver son chemin. Et nous n’avons traversé aucun coin moche ou inintéressant : le parcours entier était « scénique », comme disent les Américains. Bref, j’ai été totalement convaincue l’aménagement pour les cyclistes, et ça m’a donné envie de recommencer (En hiver. Sur des routes plates.)

Tous les parcours, y compris des fastoches, c’est par là : Provence à vélo.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Le type de panneaux à suivre.

Allez, on est conquis : l’an prochain, on continue notre exploration du Vaucluse à vélo, et on se fait le Ventoux. Enfin, surtout Mr Viking.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Vignes et dentelles, je ne m’en lasse pas.

Pour rester dans le Vaucluse et découvrir le Mont Ventoux avec moi, c’est par ici ! 

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Le Ventoux émerge des coquelicots…

Merci à Vaucluse Provence Attractivité de m’avoir forcée à me mettre un coup de pied dans le derrière : je ne regrette rien, c’était magnifique ! Et merci à Mr Viking d’avoir porté mon sac, subi mes jérémiades, préparé le pic-nic et de m’avoir laissée dormir dans la voiture pendant tout le chemin du retour. J’avoue, j’ai eu droit à un SOS blogueuse assistance au top sur ce coup-là.

Pour d’autres délires christiques et aventures en Provence et ailleurs, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter.

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

A bientôt, joli Vaucluse

Cet article appartient à la série #EnFranceAussi, une initiative de blogueurs qui veulent promouvoir la beauté et la richesse du patrimoine français. Le thème de juin était « Côtes et coteaux », choisi par le blog 1916kilomètres. Pour gagner un guide Gallimard, rendez-vous dans le groupe Facebook En France Aussi.

 

Découvrir le Vaucluse à vélo : au coeur de la Provence, entre Ventoux et Dentelles.

Le Vaucluse à vélo : épinglez moi !

 

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

20 commentaires pour
“Au coeur de la Provence, le Vaucluse à vélo”

  • Bah pourquoi avoir pris le plus difficile ? Tu es une femme de défis en fait. Les photos sont belles, et ça donne envie de claquer la porte du bureau et de se mettre en selle right now !

  • Super article comme d’habitude ! Tu me fais mourir de rire et à la fois tu me donnes envie de faire du vélo en Provence. Bravo !

  • En voilà une belle promenade, et quelle aventure ! Comme d’habitude, tes photos sont sublimes et donnent envie de grimper sur un deux roues pour découvrir la Provence (et la France ^^).
    J’y pense de plus en plus, reste juste à m’organiser et rassembler nos forces pour se lancer 🙂
    Merci pour ce chouette article, ça fait du bien de lire un nouvel article de toi !

  • Ouh la mon dieu que j’ai rit en te lisant ma pauvre pour connaître parfaitement le coin je n’ose imaginer la souffrance que tu as du endurer !! Mon grand-père habitait un petit village appelé Gigondas à quelques kilomètres de Beaume de Venise (excellent muscat en aparté le meilleur du monde sans être chauvine:) ) Sa maison avait une vue imprenable sur les dentelle de Montmirail. Malaucène, Suzette, où on allait acheter chez un petit producteur des abricots à tomber par terre tellement ils etaient bons. M’en souvient c’était au bout d’un route qui finissait en chemin caillouteux !! Le Mont Ventoux, une vrai merveille oui mais en voiture !! Quand on y montait je voyait ces pauvres malheureux sur leur vélo et je me disais ils sont malades pourquoi se faire autant de mal c’est top en voiture !!! Bref en tout cas tu as raison ce sont des endroits sublimes dont je garde de merveilleux souvenirs et le doux chant mélodieux des cigales résonne encore à mes oreilles

  • Très bel article qui me redonne à nouveau l’envie de découvrir cette région qui m’est totalement inconnue. Mais pas à vélo (j’ai horreur quand ça grimpe !), à pied bien sûr ! Il doit bien y avoir une foule de randos à faire dans le coin… En été par contre j’imagine que ça doit être horrible de marcher sous la chaleur là-bas. Alors peut-être plus au printemps, ou en automne. Les petits villages m’attirent aussi énormément… En tout cas bravo pour ta prouesse, car c’en est une ! Et merci pour ce super article !

  • ben moi j’ai fait le Danemark a velo… Sans entraînement à cause du manque de pistes cyclables en France lol.
    Mon everest : 84km chargée ! Le mal aux fesses s’arrête au bout d’une semaine, quand la selle a sectionne les nerfs lol.
    Alors chiche, j’attends ton tour des pays bas l’été prochain?

  • Très bel article avec des photos juste sublimes. Mais pourquoi ne pas avoir essayer le vélo à assistance électrique? C’est quand même une belle invention pour certains (certaines )😉

  • J’ai adoré !!! Les photos sont superbes, surtout celles des panoramas depuis un point de vue en hauteur (ma prise de vue favorite). J’ai adoré ton texte aussi, sincère et touchant, et drôle à la fois.
    Bref, un article pile comme je les aime !

  • Ahaha heureusement que je n’étais pas là, ton mari nous aurai abandonnées sur place 😀 je crois que je suis aussi douée que toi en vélo !!

  • C’est magnifique et j’aime beaucoup ta manière de nous décrire ton expérience à vélo 😉
    Moi non plus je suis pas une grande fan du vélo alors je comprends et je me dis que tu es une grande malade de l’avoir fait 😉

  • J’ai passé un très bon moment à lire tes exploits héroïques et ton humour me plaît beaucoup ^^
    Très belles photos et beau reportage

  • Ah chouette balade à vélo dans le Vaucluse 🙂

    Je vois que tu as un peu souffert sur la petite reine ; le parcours avait l’air escarpé aussi. Après voyager à vélo demande un peu d’acclimatation sur les premiers jours surtout lorsque l’on débute. Mal aux fesses, jambes courbaturées … Après tout cela devient qu’un lointain souvenir.
    Mais bon au final prête à recommencer ?
    Ton article est très beau et donne envie d’aller découvrir cette belle région de France … à vélo !

    Au plaisir de te lire,
    Valentin
    courir-lemonde.com/

  • c’est un très bel itinéraire, ça donne envie d’y aller, La Roque Alric à l’air superbe et tous ces petits villages aussi, et encore super bien raconter , merci beaucoup !

  • Bravo pource beau reportage, ton courage et ton abnégation ! Je ne pourrais faire de même à vélo … Les paysages sont toujours aussi magnifiques, les dentelles notamment. Mais je me vois bien un circuit en voiture en s’arrêtant bien sur pour admirer les points de vue et faire des petites poses gourmandes chez les vignerons ou tables provençales ! Prête à tout pour de belles découvertes Bises

  • Je n’ai pas pris le temps de te lire cette fois car il est l’heure d’aller au boulot, j’ai juste profité de tes jolies photos pour me donner des envies de vacances (comme si je n’en avais pas déjà assez!). J’ai suivi ton séjour sur les réseaux sociaux, ça avait l’air topissime!!!

  • Aaaaah le vélo ! Moi aussi je vais au travail comme ça. Par contre, j’ai moins de kilomètres à faire, haha !
    J’aime bien, ça me réveille le matin. Ça me réveille un peu trop quand je suis à deux doigts de l’accident parce que les gens me prennent en sandwich entre leur voiture et celles garées à ma droite. Ou quand ils s’arrêtent brutalement sur MA piste cyclable (avec leur voiture, hein, toujours) et que je renverse presque une piétonne.
    Ou encore les piétons qui râlent… Parce que je roule sur la piste cyclable (bon okay, beaucoup de gens râlent en fait, pas que moi hahaha, mais MOI, j’ai de VRAIES raisons de le faire !)
     
    En tout cas, c’est vraiment beau. Par contre… 40°C ? Au dessus de 20°C, c’est la canicule pour moi et je fonds ! (c’est à ce moment là que tu me dis : « Oui, mais Clémentine, tu habites en Bretagne, il y a bien une raison… ! » ← se remet à peine de la vague de chaleur qu’on a eu, haha…) 
     
    Par contre… Les Pays-Bas ! Chouette idée. Ça me dit bien ça, héhéhé.
    Je t’embrasse foooort. xxx

  • Article très sympathique, bravo pour avoir été au bout surtout !!! On attend le Ventoux l’année prochaine ! 🙂
    Benjamin

  • Ahhh oui le Vaucluse en vélo ça doit être pas mal !
    J’avoue traîner dans ces coins là principalement pour des missions photo. Je viens, je cherche le spot (comme au lac de bimont à la Ste Victoire où je suis passer outre les barrages de sécurité haha) , je fais mes prises de vue et je repars .. Il faudrait que je prenne davantage le temps d’explorer la région .. Je m’y attelle déjà depuis quelques semaines (la Camargue, bientôt les gorges du verdon, Saint Pons ..) mais il y a encore tant de choses à voir <3

  • Je suis de la région et j’ai toujours crû qu’il n’y avait que les américains pour faire du vélo en Provence, ahaha. Non, j’rigole. Mais en été c’est l’enfer avec toutes les voitures qui te serrent de prêt. Mais il est vrai qu’ils ont organisé de belles pistes cyclables. Au printemps ou encore les week-end de fin septembre et octobre, en revanche c’est le bonheur. Tiens je vais regonfler mes roues. Bons voyages. Philippe

  • Je connais ta peur presque phobique du vélo, et je te trouve incroyablement courageuse de te lancer dans des épopées comme ça!
    Les shorts mochissimes m’ont beaucoup faite rire, parce que c’est uniquement comme ça que je caractérise les cyclistes 😉 Et bien évidemment, moi aussi je suis quelqu’un de civilisée :p (Vincent lui, ne gravit pas les col en vélo mais les descend à la vitesse de l’éclair. Moi, j’ai décidé de rester en vie et je l’attends en bas 😉 )
    En tout cas, ton auto-dérision me touche beaucoup, et apporte vraiment un plus à cet article, j’ai bien ri ! Et les photos, comme toujours, sont très belles et illustrent à la perfection tes mots :
    « Voir ça toute la journée : le bonheur. » J’adore le contraste de couleur de celle-ci, elle est vraiment très Provençale ! 🙂
    « Je l’ai fait. La preuve. » : je l’adore : une belle preuve 😉
    « Au loin, le village du Barroux s’élève au dessus des vignes et des genêts. » : belle réalisation, très printanière, la profondeur de champ est très bien choisie!
    « Cloches de l’église de Suzette » : je suis sensible à ce genre d’image, et je la trouve très réussie! 🙂
    « Le Ventoux émerge des coquelicots… » : mon coup de coeur de cet article 🙂
    A bientôt pour de nouvelles aventures à vélo ! (la prochaine fois, essaye le tandem : testé et approuvé ;))

Laissez un commentaire