Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
11 août 2019    /    

Voyage en Slovénie : le rêve vert-

Un voyage en Slovénie, de Bled à Bohinj, des Alpes juliennes à Ljubljana, voilà le joli songe cousu de nature et de traditions que j’ai vécu en septembre dernier. Moi l’éternelle amoureuse des Alpes, je rêvais depuis longtemps de leur point le plus oriental : la Slovénie, tout au bout de la chaîne de montagnes magiques. La Slovénie me tentait, mais je ne savais pas que je serais conquise à ce point. J’ai retrouvé là-bas une sorte d’idylle alpine parfaite, entre nature intacte, traditions préservées et beauté bucolique des montagnes, des lacs et des sources. Au bord du lac de Bohinj ou sur les hauteurs de Velika Planina, le temps semble s’être figé et j’ai eu la sensation d’entrer dans un livre d’images d’Epinal. La Slovénie est belle, belle, belle et pétrie d’authenticité. Voici mon carnet de voyage en Slovénie, écrit au fil du séjour, avec l’immédiateté des sensations brutes.

lac de bohinj
Arc-en-ciel sur le lac de Bohinj

Voyage en Slovénie : impressions générales

Slovénie, petit pays plein de contrastes

Au nord, ce sont les Alpes. L’Autriche est à deux pas, l’influence autrichienne est forte : beaucoup de gens parlent plus spontanément allemand qu’anglais, on capte des radios et télés allemandes. Je retrouve cette perfection montagnarde que j’ai tant aimée en Bavière, en Autriche ou encore dans les Dolomites, cette impression de propreté cossue et de tradition fièrement défendue.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

Le costume alpin slovène transforme celui qui le porte en Gandalf le mage : il se compose d’un grand chapeau mou, d’un bâton de berger, de sabots, d’une chemise blanche à fleurs et d’une sorte de manteau de paille censé être imperméable. Gandalf version gardien de vaches. Le nord de la Slovénie est une région de montagnes, de petits villages préservés, de torrents remplis de truites, de gorges étroites, de lacs et rivières aux eaux turquoise et émeraude, de sommets effilés, d’alpages bucoliques, de villages aux crucifix et géraniums, bref, une carte postale vivante dont je suis folle.
Je n’irai pas au sud cette fois, mais je sais que j’y trouverais l’Adriatique, l’Italie à deux pas (Venise, Trieste), l’influence méditerranéenne puissante dans les villes balnéaires.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Costume alpin slovène

Je lis les relevés climatiques et suis marquée par la force des contrastes. Ljubljana est à la fois une ville du sud, où l’été est long et chaud, et une ville des Alpes : l’hiver est interminable, le mercure descend jusqu’à -20. En Slovénie, la saison de ski est très longue, parfois de novembre à mai – les Alpes viennent contrecarrer la situation méridionale.

bohinj
Bohinj

Une nation prospère, sur le modèle alpin

Il fait bon vivre en Slovénie, c’est ce qui me frappe aussitôt. Le pays est prospère et respire la propreté et l’aisance, il ressemble beaucoup à l’Autriche. Le salaire moyen est de 1000 euros, soit 400 euros de plus que la Croatie et bien plus encore que les Balkans. Parmi les pays de l’ex-Yougoslavie, la Slovénie est clairement celui qui a su tirer son épingle du jeu. Contrairement à nombre de pays d’ex-Yougoslavie qui appartenaient à l’empire ottoman, la Slovénie était habsbourgeoise – elle fut membre du saint empire romain germanique, puis de l’empire austro-hongrois. La différence culturelle se ressent fortement. Comme l’Autriche, elle est catholique, baroque, très influencée par la contre-réforme, alpine, traditionnelle. Les Slovènes sont des Slaves, mais tout ici me rappelle les pays germaniques, l’organisation des villes, le culte du recyclage et du vélo, la ponctualité un peu rigide.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Eglise baroque à Ljubljana
lac de bohinj
Douceur de vivre au lac de Bohinj

L’ombre de Tito

J’essaie timidement de poser des questions sur Tito, président de l’ex Yougoslavie, en ayant peur d’offenser mes interlocuteurs, mais le sujet ne choque pas. Les Slovènes ont une bonne opinion de lui. Avec les Russes et les Polonais, les Slovènes sont le pays dont la population civile a le plus souffert de l’occupation nazie, particulièrement atroce en raison de leur mépris pour les peuples slaves et de l’idée selon laquelle la « re-germanisation » de cette région qui avait fait partie du Saint empire romain germanique pendant des siècles passait par la destruction des Slovènes. Le pays s’est libéré lui-même, sans soldats étrangers (mais avec des livraisons d’armes anglaises), avec Tito en grand chef de la résistance. L’effort extraordinaire de libération a soudé les peuples de Yougoslavie derrière lui. Tous disent la même chose, « seul Tito pouvait nous unir ». Les Slovènes ont un bon souvenir de la Yougoslavie, et disent pourtant que la rupture était inévitable après la mort de Tito. Les différences culturelles étaient trop importantes, les différences de niveau de vie trop flagrantes. Les Slovènes sont sortis vite et proprement de la Yougoslavie, sans guerre, sans effusion de sang – leurs voisins balkans n’ont pas eu cette chance…

Quelques spécialités à découvrir en voyage en Slovénie

* Le lait. Les vaches sont innombrables dans ce pays d’alpages et de pâturages. On trouve des distributeurs de lait, de yaourt et de crème dans les villes. Le yaourt à la myrtille est excellent, ce qui me réjouit – c’est ma drogue préférée.


* Le miel. La Slovénie est le pays qui a inventé au 18e siècle l’apiculture moderne avec Anton Jansa (1734-1773), apiculteur officiel de la cour de Vienne. Une tradition ancienne est préservée : le fait de peindre les ruches avec différentes couleurs, voire des fresques, des miniatures, des scènes bibliques, de vraies œuvres d’art. Au 18e siècle, on pensait que les abeilles reconnaissaient ainsi leur ruche. A Bled, à Ljubljana, on trouve d’innombrables boutiques vendant tous les miels possibles et imaginables, et des crèmes à la gelée royale, des sérums au venin d’abeille… Avec 5 apiculteurs pour 1000 habitants, le pays a le plus grand ratio au monde. La Slovénie a obtenu des Nations Unies que le 20 mai (naissance d’Anton Jansa) soit déclarée journée mondiale de l’abeille et des pollinisateurs. Je croise des ruches au beau milieu des villages, dans les jardins. Les abeilles sont très présentes partout, plus que chez nous – visiblement, le déclin global des abeilles est moins frappant ici, où elles sont très choyées.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Miels et cosmétique de luxe au château de Bled.


* Les pommes. En ce mois de septembre, le pays croule littéralement sous les pommes, comme la Sicile sous les oranges. Pommes partout, dans les rues, dans les jardins, que personne ne peut ramasser tant elles sont nombreuses. Bien sûr, on boit d’excellents jus de pomme.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

* Les champignons. Après la Finlande et la Suède, la Slovénie est le pays le plus boisé d’Europe. 60% de sa surface est couverte de forêts. L’obsession slovène, c’est la cueillette des champignons, et en ce moment on les retrouve sur tous les marchés, dans tous les plats. Il paraît que voler ses champignons à un Slovène est la seule chose qui puisse le faire sortir de ses gonds.


* La potica, espèce de gros gâteau à couches multiples (noix, pommes, crème, pavot…) complètement étouffe-chrétien. Je reconnais là la subtilité toute germanique dans la pâtisserie.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

* L’artisanat d’art traditionnel : porcelaine, cristal, dentelle, poterie.

Nature et identité en Slovénie : écolos et tradis

Ce qui me marque, c’est la combinaison de la prospérité, de la modernité et de la préservation de traditions ancestrales. Les Slovènes connaissent le monde, voyagent et sont polyglottes, mais ils émigrent peu. Ils restent souvent dans leur région. Ils vivent dans des villages minuscules ou de petites villes où tout le monde se connaît. Ils épousent d’autres Slovènes, à l’extrême limite des Autrichiens ou des gens d’ex-Yougoslavie. Dans les villages, les maisons sont très proches les unes des autres, souvenir de l’époque où il fallait resserrer les villes pour préserver les pâturages. Le catholicisme reste fort, les mariages se font nécessairement à l’église. Il y a quelque chose d’un peu ancien qui me plaît ici, une ambiance de village soudé et attaché à son terroir, l’ouverture sur le monde en plus. Je me dis que je pourrais vivre ici.

stara fuzina
Le magnifique village de Stara Fuzina

L’ambition de la Slovénie, c’est le tourisme vert. Le pays craint très fort un tourisme de masse, qu’il subit déjà à Bled. Pour cela, de nombreuses mesures sont prises. La culture du recyclage est forte, avec du tri sélectif partout, et de vrais encouragements à la mobilité verte. Le centre de Ljubljana est entièrement piétonnier, sauf tôt le matin pour les livraisons, mais des navettes électriques entièrement gratuites sillonnent la ville et peuvent être appelée sur demande. Au lac de Bohinj, à Bled, on multiplie aussi les navettes gratuites. Les pistes cyclables sont omniprésentes, la location de vélos très abordables.  Je constate l’insistance sur les produits locaux – nombre de restaurants spécifient la provenance des aliments, mettent un petit drapeau slovène ou vert à côté des produits locaux.
Le tourisme surfe sur l’écologie, avec beaucoup « d’eco-resorts ». Ceux que j’ai visités étaient super, alliant confort et écologie, mais apparemment il y a aussi, comme partout, pas mal de greenwashing et d’arnaque, où on paie au prix fort l’inconfort.
La communication du pays est axée sur la nature. La couleur de l’office national du tourisme est le vert, et on communique beaucoup sur la rando, le vélo, le kayak, etc.
Ce sont des écolos tradis affables et qui mangent du yaourt aux myrtilles. Oui, vraiment, je pourrais vivre ici.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Avec Grega de Hike and Bike à Bohinj
Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

Voyage en Slovénie : le carnet de bord

La vallée de Bohinj et la gorge de Vintgar

J’arrive dans la vallée de Bohinj, à l’entrée du parc national de Triglav. Je suis heureuse de découvrir le sixième pays de l’arc alpin, après la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Les Alpes juliennes (celles de Slovénie) sont à la mode, elles figurent parmi les 10 destinations 2018 du Lonely Planet, et semblent le mériter : j’adore ces paysages de cascades, de gorges, d’alpages et de villages préservés.
Le Triglav (2400 mètres) est le plus haut sommet slovène et un véritable mythe national. On est pas un vrai Slovène sans l’avoir gravi au moins une fois, un peu comme le Mont Fuji au Japon. La première ascension eut lieu en 1778, soit 8 ans avant le Mont Blanc – cela m’intéresse, moi qui croyais que l’alpinisme avait été inventé en Chamonix et que personne n’avait grimpé à une montagne avant. Certes, le Mont Blanc est deux fois plus haut, mais tout de même. A Bohinj, une statue commémore les « quatre braves » qui ont réussi ce premier exploit. On voit le Triglav de partout autour du lac, une belle figure tutélaire dentelée.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Le Triglav au fond, et les quatre braves

Le lac de Bohinj est superbe. On y nage, fait du paddle, du kayak, et les bateaux à essence sont interdits. L’église au bord du lac, hélas fermée, est la plus célèbre de Slovénie, en raison de sa décoration complètement bizarre et ésotérique :  des anges avec des dents (Dracula n’est pas très loin…), des démons, des anges en trompe l’œil qui ouvrent et ferment les yeux… Je mange une fabuleuse glace à la myrtille en bénissant ce pays. Je fais un grand tour en vélo électrique avec Grega de Hike & Bike, prestataire super sympa et passionné.

bohinj slovénie

Nous visitons ensemble le village de Stara Fuzina, magnifiquement typique, avec ses maisons en bois, ses géraniums, ses pommiers, et enchaînons avec la découverte d’une gorge et d’une cascade dans le parc national de Triglav. Cela me fait terriblement penser à la Bavière et à l’Autriche : des Alpes moins hautes que les nôtres, mais très vertes, très aquatiques, et aux villages ultra traditionnels. Evidemment, j’adore.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Gorge dans le parc national de Triglav, près de Bohinj

Tôt le matin, dans la lumière dorée, je visite la gorge de Vintgar, qui est absolument sublime : une gorge étroite, vertigineuse, traversée par une rivière émeraude avec de multiples cascades. Un chemin de fer surplombe la gorge : il reliait autrefois l’Autriche, la Slovénie et l’Italie dans un long voyage de légende. Aujourd’hui, il a le statut de curiosité folklorique : des trains à vapeur d’époque le parcourent le week-end.
Je pars avec un regret : ne pas avoir vu la turquoise vallée de la Soca, qui me fera revenir ici…

Bled, l’incontournable

Me voici à Bled. Bled est LE spot touristique en Slovénie, et il faut dire qu’il y a de quoi : c’est un cocktail parfait de tout ce qu’on aime quand on est un touriste un peu romantique. Il y a un lac bucolique avec des barques traditionnelles, un château de conte de fées perché au sommet d’une falaise et une petite église baroque sur une île au milieu du lac. C’est absolument magnifique, sans doute un des plus beaux lacs des Alpes, et un des plus pittoresques. On comprend pourquoi les Habsbourg et Tito avaient une résidence d’été à Bled. Je souris de voir que la Villa Bled, résidence d’été de Tito, est aujourd’hui un hôtel de luxe 5* – ainsi finissent les communistes au temps du capital.

lac de bled voyage en slovénie

J’arrive à Bled à la nuit, pour dîner au prestigieux restaurant gastronomique du château de Bled. La vue sur le lac est extraordinaire. Plusieurs couples célèbrent leurs fiançailles ou leur mariage dans ce cadre féerique. Le chef est talentueux, cela se sent à chaque étape, et prépare des produits locaux de façon extrêmement raffinée. Cela sera mon plus beau repas lors de ce voyage en Slovénie.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Vue depuis le restaurant du château de Bled


Sur le lac de Bled, une seule sorte de bateaux est tolérée : des barques traditionnelles qu’on déplace à la rame seulement. Les bateliers du lac de Bled appartiennent à un cartel, pardon, une confrérie, jalousement préservée depuis 1740 (date de la création de la confrérie par l’impératrice Marie Thérèse). Cela fait donc 250 ans que la charge se transmet exclusivement de père en fils pour les 27 propriétaires de ces barques en bois ouvragé qu’on ne déplace qu’à la rame (aucun moteur n’est toléré à Bled). Ils sont en situation de monopole depuis 250 ans, et j’avoue que cela se sent. On part pour la petite chapelle avec une heure de retard sans aucune explication, mais c’est tellement beau que j’oublie de râler.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

Je retourne de jour au château de Bled pour découvrir une expo intéressante sur les guerres de religion en Slovénie, qui fut un des premiers foyers du protestantisme. Une machine Gutenberg a permis la diffusion de la Bible en plusieurs langues, et plusieurs prédicateurs protestants s’étaient réfugiés au château de Bled. La contestation religieuse fut écrasée dès le 16e siècle, bien avant la guerre de 30 ans. La contre-réforme a été très forte en Slovénie et le pays est résolument catholique depuis. Puis je redescends au bord du lac pour un repas délicieux dans un des nombreux restaurants sur la rive. Au menu : truites et champignons.

Je dors au très beau Rikli Balance hotel. Rikli était un Suisse du 19e, inventeur de cures que ne renieraient pas les bobos d’aujourd’hui (comme moi) : végétarisme, pas d’alcool, repas légers, marche et bains thermaux. S’il surprenait ses curistes en train de manger de la viande ou de boire de l’alcool, il les virait du sanatorium sans ménagement. C’est comme ça que le tourisme s’est développé à Bled, les aubergistes du coin récupérant les hérétiques exclus. Le Rikli Balance Hotel d’aujourd’hui est clairement moins spartiate. Le spa est gigantesque, fabuleux. Je bénéficie d’un massage de tout le corps (1h20 !) avec des huiles essentielles de montagne, je suis en string en papier jetable et une dame à l’air sévère me malaxe énergiquement tout le corps comme si j’étais une boule de pain complet. Très sympa.

Sur les sommets de Velika Planina

Je prends la route pour Velika Planina, une région alpine près de Kamnik. C’est de toute beauté. Je retrouve les Alpes en majesté : sommets élevés, alpages verdoyants, sources claires. Nous montons à un hameau de haute altitude exclusivement réservé aux bergers depuis des siècles, et je suis fascinée. Pour vivre ici, il faut avoir des vaches sur les estives, telle est la règle. Le village n’est habité que de mai à septembre, lorsque les vaches sont en altitude. L’électricité n’est pas venue par des câbles, mais depuis 15 ans, les bergers y ont droit grâce à des panneaux solaires. Les maisons respectent toutes le plan traditionnel : il s’agit de cabanes en bois totalement différentes de ce que j’ai vu partout ailleurs dans les Alpes, avec une structure ronde, un bois grisé, une architecture vraiment ultra typique à cette région de Slovénie. Je n’ai jamais vu ça. Nous buvons un jus de pomme chez Robert, berger et aubergiste pour les touristes en quête d’authenticité alpine.

velika planina

La chapelle « Notre Dame des Neiges » est saisissante, avec son autel en chaîne noueux, son architecture qui me rappelle les églises en bois debout (Stabkirche) de Norvège. Je suis dans un autre monde.


Nous redescendons dans la vallée et découvrons la source de Bistriska, d’un vert saisissant, et sa gorge. Ce pays est magnifique.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

Ljubljana, baroque et art nouveau

Je suis bien disposée envers Ljubljana dès la découverte de mon hôtel : le merveilleux Vander Hotel, un 4 étoiles ultra design et un peu bling bling avec un bar de hipster, un resto magnifique sur la rivière et une terrasse rooftop avec piscine, coucher de soleil et tabourets en forme de bouchon de champagne. Je regrette de n’avoir personne avec moi pour faire des photos super instagramables.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

Encore une fois, je ressens profondément mon amour pour ce que les Allemands appellent « Mitteleuropa » (l’« Europe du milieu », celle de l’ancien empire des Habsbourg). J’ai adoré Ljubljana parce que j’y retrouve un moule culturel précis dans lequel mon imaginaire s’est formé, à Munich, à Augsburg, à Salzbourg, à Innsbruck, à Vienne, à Prague, à Ljubljana aujourd’hui. Ce sont d’anciennes villes médiévales complètement refondues à l’époque baroque, à l’époque de la Contre-Réforme catholique, avec une sorte exubérance baroque lumineuse qui me met en joie. Ce sont des villes souvent marquées ensuite par l’Art nouveau, par un début de 20e siècle profondément symbolique et onirique. Le grand architecte Art Nouveau de Ljubljana a aussi marqué Prague de son empreinte : c’est Plečnik. Ce sont des villes où vivaient, avant les catastrophes atroces du 20e siècle, des allemands, des italiens, des juifs, des slaves… C’est le cœur battant de la vieille Europe et c’est ma patrie intellectuelle fantasmée. Je retrouve lors de ce voyage en Slovénie un imaginaire qui m’a accompagnée durant toutes mes études, un idéal européen vivant.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end

A Ljubljana, la ville médiévale a disparu avec le tremblement de terre de 1511, à l’exception du château surplombant la ville sur sa colline. La ville est résolument baroque : grandes façades lumineuses, bulbes dorés, murs pastels. Je pense à Salzbourg, à Innsbruck, notamment pour le côté « cuvette » au milieu des Alpes et la profusion baroque.

La cathédrale de Ljubljana est d’ailleurs un quasi clone de celle de Salzbourg : inspiration chapelle Sixtine, très haute voûte ronde percée, inspiration contre-réforme à fond dans la déco. Je suis très marquée par les portes, refaites dans les années 1980 pour la venue de Jean-Paul II – elles sont à la fois saisissantes et effrayantes, une grande fresque de métal fondu montrant toute l’histoire du christianisme en Slovénie, la première christianisation à l’époque romaine, la repaganisation avec l’invasion des Slaves, puis le baptême des Slaves, la grande épopée des croisades, la contre-réforme, les grands évêques du 19e. Jean-Paul II trône au sommet.

L’autre grande influence qui marque la ville, c’est donc celle du fameux Plečnik, architecte star de l’art nouveau dans l’empire austro-hongrois qui a marqué de son empreinte Prague, Vienne, et surtout Ljubljana. Il a édifié partout des sortes de lampadaires à la fois symbolistes et futuristes, des ponts, et plusieurs monuments, dont un qui ressemble au Flat Iron new-yorkais. La vieille ville est entièrement piétonne et s’organise autour d’une rivière, Ljubljanica, un affluent de la Save. La plus belle marche est en bord de rivière, lumineuse et joyeuse. Les ponts sont innombrables, les plus célèbres étant les « trois ponts » de Plečnik face à l’église mariale, une architecture à la fois ultra classique et audacieuse qui sublime l’église baroque adjacente, et un pont à cadenas d’amour qui ressemble au pont des arts parisiens. Je pense aussi à Paris, à Nancy. J’adore l’art nouveau, j’adore cette atmosphère à la fois germanique et méditerranéenne, ce genre de lieu hybride me correspond.

Je vais enfin saluer le mythique « pont du dragon » que j’ai si souvent vu en photo. J’adore cette vision fantasmagorique.

Quelques bonnes adresses à Ljubljana 

– Rogaska, fabrique de cristal depuis 1655
– Movia, petit bar à vins de vins slovènes (micro production car petit pays, mais bons vins, avec la grande diversité des climats, des Alpes à la Méditerranée – ils font de tout)
– Dvorni, idem : vins + tapas slovènes
– Klobasarna, le fast food slovène : des saucisses
– Honey House : magasin de miel traditionnel avec les ruches peintes. L’apiculture est un incontournable de tout voyage en Slovénie
– Piranske Soline : les salines de Slovénie, le sel pour la cuisine, la cosmétique, etc
– Gujzina, resto réputé travaillant notamment l’huile de pépin de citrouille, spécialité slovène, et les fameux gâteaux si légers (potica, gibanica)
– Galeria Idrijske Cipke : travail à la main de la dentelle, très impressionnant, très cher
– Druga Violina : café resto réputé aux velléités artistiques et branchées
– Valentin : excellent resto de poissons à l’emplacement de l’ancien marché aux poissons
– Monstera Bistro : cadre un peu terne mais nourriture très bonne et locale
– Vander Hotel : le resto est excellent et situé en bordure de rivière. Mon 2e coup de cœur gastronomique lors de ce voyage en Slovénie.

Je quitte la Slovénie avec un nouvel amour au cœur et quelques certitudes renforcées :
– Pour leur mélange de paysages grandioses et de cultures à l’identité si forte et persistante, les Alpes sont la chaîne de montagnes la plus merveilleuse du monde et mon amour pour elles est immortel.
– J’ai vraiment une affinité profonde avec ce type de destinations : donnez-moi de la Suisse, de la Bavière, de l’Autriche, de la Slovénie, c’est tout ce que j’aime.
– Ce pays mérite tout le bien qu’on en dit.
– Les myrtilles et leurs dérivés, c’est vraiment la vie.
Slovénie, merci, je reviendrai, j’en suis sûre.

Voyage en Slovénie : Bled, Bohinj, Vintgar, Velika Planina, Ljubljana. Un road trip en Slovénie pour un long week-end
Epinglez-moi !

Je suis venue en Slovénie en tant que journaliste, en voyage de presse individuel organisé par l’OT de Slovénie, pour un reportage pour Version Femina. Cet article de blog n’est qu’un bonus, je partage mes impressions avec vous sans aucune obligation, juste pour le plaisir. J’ai adoré ce pays.

*

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

16 commentaires pour
“Voyage en Slovénie : le rêve vert”

  • Oh la la ! Juste splendide, la nature est au rendez-vous partout, j’adhère et comme je te l’ai dit sur FB, la Slovénie est sur ma Wishlist dorénavant, merci pour cette très jolie pépite que tu nous fait découvrir au fil de tes photos.

  • Merci beaucoup, Laure, ravie qu’elle te tente !

  • Quel pays splendide. De quoi en tomber amoureux.

  • Merci beaucoup Sabrina !

  • J’attendais un article sur la Slovénie de la part de mes quelques blogueurs voyages favoris, je l’ai enfin ! Merci pour ce bel article plein de détails culturels. J’ai 2 petites questions, est-ce que le mois d’août te semble adapté pour partir en Slovénie, et est-ce faisable avec un bébé de 2 ans ?

  • Coucou Pauline ! Merci beaucoup :))) Alors, j’y suis allée en septembre, ma réponse sur août tient donc plus de la supposition, mais je pense que oui : c’est un pays alpin, donc tu auras de la fraîcheur et pas une canicule écrasante. Bien sûr, il y aura plus de monde, comme partout en Europe en août, mais bon, la Slovénie, ce n’est pas non plus Barcelone – l’endroit le plus touristique est vraiment Bled, mais il y a plein de coins moins célèbres. Et pour un bébé : oui, oui, clairement, c’est un pays sûr, accessible, “facile”, je n’y vois pas d’objection ! Bonnes vacances !

  • Très beau reportage. La Slovénie qui était déjà un nom que j’avais vaguement en tête vient de prendre place sur ma liste d’envies. Tu m’avais déjà donné envie avec l’Ouzbékistan et j’y vais en octobre. Alors peut être la Slovénie l’année prochaine 🙂

  • Merci beaucoup, Aurore ! Je te le souhaite vraiment !

  • J’ai beaucoup apprécié ton article avec énormément d’infos intéressantes qui mettent bien en valeur toutes les singularités de ce pays – il a vraiment une histoire et une culture passionnantes ! Et vu les paysages, je comprends que tu t’y sois régalée 🙂
    Effectivement c’est un autre format de billet, mais très agréable à lire aussi !

  • Merci Céline, tu es adorable, merci pour ton retour !

  • Quelle destination magnifique que la Slovénie ! Nous n’en avons vu que la vallée de la Soca il y a 2 ans, mais c’était un vrai coup de coeur ! Maintenant il nous reste à découvrir tous les beaux sites dont tu parles !

  • Je reviendrai pour cette vallée merveilleuse, je me le promets !

  • Merci pour cet excellent article sur la Slovénie. Tu m’as encore plus donné envie d’y aller.

  • Ce pays a l’air d’avoir une forte identité. Je ne le pensais pas. En tout cas, tu confirme que ce pays doit être ajouté sur notre wishlist 👍. Les paysages semblent magnifiques.

  • Incroyable ! Il a fallu que je lise cet article sur Itinera Magica pour me rendre compte que j’allais adorer la Slovénie et qu’il fallait absolument que j’y aille. Ce compte-rendu de voyage, à la fois synthétique, plein d’humour, mais aussi pétri de culture et d’histoire, est un vraie réussite. Bravo et un immense merci ! (je regrette juste qu’il n’y ait pas de photos d’anges avec des dents….)

  • Des paysages impressionnants et reposants. La Slovénie a l’air magnifique et ton article me donne très envie de la découvrir de mes propres yeux!

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.