Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
5 janvier 2023    /    

L’Espagne hors saison, croquer le soleil à pleines dents-

Rêvez-vous d’Espagne, des immensités sauvages de l’Andalousie, des criques turquoise des Baléares et des volcans des Canaries ? Terre de soleil et de contrastes, l’Espagne me séduit infiniment hors saison, loin de la chaleur tapageuse de l’été et dans la douceur des soleils d’équinoxe. Au printemps au milieu des fleurs, à l’automne pour retrouver encore un peu l’eau chaude et le bronzage, ou en plein hiver pour les soleils francs de janvier, l’Espagne hors saison est toujours une belle idée. J’ai vécu de très beaux voyages en Andalousie, à Elche, à Minorque, dans la région de Barcelone, et je rêve de découvrir un jour les Canaries. Voici quelques idées d’évasion hispanique, pour de merveilleuses escapades en Espagne…

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne
La beauté de l’Espagne hors saison

Minorque hors saison, coup de foudre d’automne au cœur des Baléares

J’ai visité Minorque en octobre, à l’heure de l’été indien. Sur la plus sauvage des îles Baléares, l’été jouait les prolongations. Au large de l’Espagne, au cœur de la Méditerranée, l’eau des criques turquoise reste chaude jusque tard dans la saison, et un terroir préservé remplit l’assiette de couleurs et de saveurs. Entre farniente et curiosités, goûtez la douceur d’une escapade ensoleillée… Préservée du tourisme de masse et intégralement classée réserve de biosphère par l’UNESCO, Minorque revêt plusieurs visages le long de ses 185km de littoral.

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne

Découpée par les flots et battue par les vents, la côte Nord se montre plus abrupte. Ses paysages de falaises raviront les amateurs de solitudes romantiques, comme autour du phare Favàritx, dont la tour blanche jaillit au cœur de l’ardoise noire. Sur cette côte, les baies se colorent parfois de rouge et d’ocre, comme à la plage Cavalleria qu’enflamme le coucher de soleil. On y trouve les plus belles portions du Cami de Cavalls ou GR223, ce sentier de randonnée mythique établi dès le XIVe siècle pour surveiller et prévenir les attaques des pirates. Ses 186km permettent aujourd’hui un tour complet de l’île, à pied ou sur le dos d’un cheval noir minorquin. Après les fortes chaleurs estivales, septembre-octobre est la saison idéale pour arpenter une ou plusieurs portions de ce chemin qui tutoie toujours la mer, entre falaises abruptes au nord et sable blanc au sud. Ces paysages m’ont souvent évoqué la Bretagne, les littoraux celtiques – étonnante Espagne !

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne
Le littoral Nord de Minorque

Sur son littoral méridional, Minorque se montre plus tendre, plus méditerranéenne. Amoureux des belles plages de sable fin, ne manquez pas les célèbres « Calas », des anses paisibles où la clarté des fonds sublime tous les tons de turquoise. On égrène les noms de Cala Macarella, Cala en Turqueta ou Cala Galdana comme autant de joyaux aux airs de rivages lointains, où l’eau peu profonde se réchauffe plus tôt dans la saison avec les rayons printaniers… Minorque en mai, c’est aussi une belle idée ! Et je rêve de découvrir un jour Majorque, la sublime cathédrale de Palma et les « calas » qui semblent aussi bleues et belles que celles de sa petite voisine.

espagne hors saison
Sublimes calas de Minorque

Mégalithes et labyrinthes, les curiosités géologiques de Minorque

Sur Minorque la rocailleuse, la pierre se prête à tous les caprices. L’île se singularise par la préservation exceptionnelle des vestiges d’une antique civilisation méditerranéenne, la culture talayotique. On s’émerveille devant ces spectaculaires mégalithes préhistoriques, édifiés entre l’an 1000 et l’an 700 avant Jésus Christ : les taulas, tables monumentales où des géants pourraient venir s’asseoir, les navetas, nécropoles de pierre blanche, et les grandes tours dites talaiots. Ces constructions qui impressionnent par leurs énormes dimensions n’existent nulle part ailleurs qu’aux Baléares, et Minorque a su préserver les plus beaux de tous, comme les taulas de Trépuco. D’anciens cultes de la fertilité, entre feux et sacrifices, nimbent ces murs de mystère et de magie…

Autre colosse plus contemporain, le site de Lithica a su transformer une ancienne carrière de grès en un lieu artistique hors normes, mêlant amphithéâtres, jardins et un immense labyrinthe de pierre blanche, qui accueille aujourd’hui des festivals de musique et de cinéma.

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne

La roche se prête enfin à des fantaisies plus exotiques : creusée à flanc de falaise dans un site d’une beauté exceptionnelle, la grotte Cova d’en Xoroi abrite un bar suspendu au-dessus des flots. On y vient boire des cocktails au coucher de soleil, ou même y danser toute la nuit.

Les villes blanches et or de Minorque à l’automne

La grande route traverse le cœur de l’île et relie les deux villes majeures, abritant chacune 29 000 habitants : Ciutadella sur la côte ouest, la citadelle historique, et Port-Mahon sur la côte est, la capitale. Mago le carthaginois, frère d’Hannibal, a donné son nom à la ville qu’il a fondée, et toute son histoire est empreinte de batailles et de conquêtes. Le cœur de Port-Mahon est très marqué par la présence britannique au XVIIIe siècle ; on s’amusera à chercher les « bow windows » et autres fenêtres à guillotine qui évoquent une Londres… au soleil.

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne

Son immense port fut l’un des plus disputés de Méditerranée et se visite aujourd’hui en bateau. La baie est surmontée par la majestueuse forteresse de La Mola, édifiée au XIXe siècle sous les ordres de la reine Isabelle II pour la défense de Minorque. Cet édifice qui n’a jamais connu de batailles est une belle curiosité architecturale, remplie de galeries labyrinthiques et de grands escaliers de marbre blanc. A noter qu’un grand centre d’art contemporain a récemment ouvert sur une autre île au beau milieu du port de Mahon, Isla del Rey, pour placer la création au cœur des eaux riantes.

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne

A quelques kilomètres de Port-Mahon, une curiosité mérite le détour : Binibeca, village d’artistes créé de toutes pièces dans les années 1970, qui évoque un port de pêcheurs grec avec ses maisons blanchies à la chaux.

Capitale historique, autrefois musulmane, Ciutadella demeure la plus belle ville de Minorque, avec ses façades colorées et sa somptueuse cathédrale de pierre dorée. Cœur névralgique de la cité, la Plaça des Born séduit par la beauté de ses bâtiments Renaissance, et ouvre sur les artères piétonnes du cœur historique. Il faut descendre au port, et boire un verre en terrasse au bord de l’eau : ce site superbe de jour comme de nuit accueille de nombreux bars et restaurants de qualité, comme S’Amarador.

Une escapade gastronomique en Espagne hors saison : bonnes adresses de Minorque

Parce que l’agriculture reste le secteur d’activité le plus important de cette île rurale, tout séjour à Minorque sera placé sous le signe d’une tradition culinaire forte et authentique, où la terre et la mer se disputent la primeur. De nombreux restaurants proposent des tapas maritimes comprenant coquillages, calamars et soupe de langouste. A la ferme Son Piris, on admirera la fabrication du fromage AOP emblématique de l’île, le Mahon-Menorca, fromage de vache à la croûte légèrement rougeâtre qu’on presse en de grandes fougasses de forme carrée, et on goûtera aux charcuteries porcines typiques, dont les recettes dateraient de l’époque romaine. Si le gin est la boisson phare de Minorque, le vin n’est pas en reste, et on ira goûter aux célèbres blancs de la cave Binifadet, qui propose également un restaurant au cadre idyllique, au milieu des vignes. Et pour retrouver toutes les spécialités minorquines sur la table du petit-déjeuner, on ira bruncher à la belle ferme fleurie Agroturismo Son Vives, qui est aussi un hôtel de charme. La visite des fermes, entre laiteries, caves et présence bienveillante des chevaux noirs de Minorque, est un incontournable sur cette île au patrimoine rural puissant.  Et pour un séjour basé sous le signe du raffinement et de l’exigence, on choisira Menorca Experimental, hôtel atypique où chaque chambre est décorée par un artiste, et où un spa pointu et des cours de yoga acrobatique prennent place face à la mer…

Visiter l'Espagne hors saison : Minorque en automne
Délices de la mer

Explorer les Canaries en hiver : l’Espagne grandiose

Lanzarote, Tenerife, Fuerteventura… Je rêve de ces confettis volcaniques jetés au cœur de l’océan Atlantique. A ce jour, je n’ai encore jamais eu le plaisir d’arpenter ces terres grandioses, dont toutes les images me font rêver. Les îles des Canaries me fascinent par la beauté solitaire de leurs paysages intacts, et souvent les photos que je découvre m’évoquent des visions extraterrestres – caldeiras désertiques, visions de dunes immenses, terres sculptées par le feu, pays de volcan. Elles me rappellent les Açores, ou encore Hawaï, par leur solennité chthonienne et la puissance de leurs solitudes sublimes. On me dit que les Canaries sont une oasis de soleil au cœur de l’hiver européen, et j’adorerais poursuivre ma découverte de l’Espagne hors saison par une escapade en décembre sur ces îles. Fêter Noël ou le Nouvel An aux Canaries, n’est-ce pas tentant ? Je rêve de découvrir Tenerife l’ardente, et je sais déjà où j’irais dormir le jour où je partirai en voyage là-bas : à l’hôtel Grand El Mirador, superbe complexe en bord de mer aux allures de palais enchanté appartenant au groupe d’hôtels Iberostar à Tenerife.
Mais parfois c’est aussi la douceur qui règne, avec d’immenses plages de sable blanc, où l’eau m’évoque un paradis tropical. Il y a quelques années, j’ai eu le bonheur de visiter Dakhla, dans le grand Sahara marocain, et on m’a souvent dit que les paysages de Dakhla ressemblaient à ceux de Fuerteventura, avec leurs dunes immenses, leurs solitudes subtropicales, leur âpreté et leur aridité sublime. Je garde un merveilleux souvenir de la lagune de Dakhla, où fusaient les kite-surfers – comme à Fuerteventura.
A défaut d’images des Canaries où j’espère voyager bientôt, en voici quelques unes de Dakhla…

Visiter les Canaries en hiver
Visiter les Canaries en hiver

Une escapade de printemps à Barcelone et PortAventura

Ado, j’étais tombée amoureuse de Barcelone, la ville enchantée de Gaudi. La Sagrada Familia, avec son architecture de forêt minérale, telle une canopée luxuriante où s’épanouiraient mille excroissances de pierre, m’avait hypnotisée. J’ai perdu toutes mes photos de Barcelone, mais je garde le souvenir lumineux des promenades dans cette cathédrale de la créativité.
En 2022, je suis retournée dans la région de Barcelone, pour découvrir un des plus grands parcs d’attraction d’Europe : PortAventura ! Le parc décline un concept exotique et cosmopolite : chaque zone de Portaventura correspond à une région du monde, décorée de façon exubérante et délicieusement stéréotypée. Vous arpenterez le Far West entre ghosttowns hantées par les fantômes de cow boy tués lors de la ruée vers l’or et cactus à la floraison magique au printemps, rêverez aux cimes de l’Himalaya dans une escapade mystique au Népal, fuserez comme un bouchon de vin dans la région de Porto, ou ferez un tour en Chine lors du nouvel an entre lampions rouges et dragons fâchés. J’ai beaucoup aimé la richesse de la végétation de PortAventura, entre cactus opulents, bougainvilliers multicolores et oiseaux de paradis. Je suis venue lors d’un week-end de mai, et l’affluence m’a empêchée d’en profiter pleinement – je vous recommande de venir à PortAventura hors saison, en semaine et de préférence tôt dans le printemps ! L’Espagne hors saison est toujours plus douce…

Le sud de l’Espagne : l’Andalousie et Séville

Le sud de l’Espagne en hiver me fait rêver par sa douceur, ses orangeraies, son atmosphère presque tropicale, là où l’Europe touche l’Afrique. Je rêve de voir depuis l’Alhambra de Grenade les neiges couronnant la Sierra Nevada, tandis qu’un flot de douceur mauresque baigne les fontaines et les jardins aux saveurs africaines. J’aime l’Espagne du sud hors saison, loin de la fournaise de l’été, les villes ensoleillées où on sort tard, et où l’architecture porte l’empreinte du métissage, entre influence maure et reconquête chrétienne.

Je crois que Séville est, à ce jour, la ville espagnole que j’ai le plus aimée et qui a le plus marqué mon imagination. Là aussi, j’avais eu l’impression d’une fabuleuse efflorescence architecturale, d’une ville où les torsades baroques et les arabesques maures se mêlaient aux troncs des palmiers dans une harmonie esthétique incroyable. L’architecture imite la nature, Séville est une forêt de tours et de flèches en fleurs.La région de Séville a été romaine, wisigoth, puis arabe du 8e au 12e siècle – ce sont les Arabes qui donnèrent son nom à l’Andalousie, « Al Andalus ». Séville fut une des villes les plus opulentes et grandioses de l’empire maure, riche en mosquées et palais somptueux. Qui visite l’Alcazar comprend la puissance des rois arabes espagnols, et leur empreinte sur le pays. Puis vint la Reconquista, et au lieu de détruire les merveilles arabes, les chrétiens choisirent de les transformer, de changer les minarets en clochers, les mosquées en cathédrales. L’art qu’on nomme « mudejar », c’est la fusion de l’influence arabe et chrétienne, le prodigieux syncrétisme architectural qui rend cette région si belle. Séville, c’est le mariage de deux mondes, le trait d’union. Sous la chaleur de l’Andalousie, Séville a hérité des Arabes la culture de l’eau, des canaux, des profondes citernes souterraines qui ressemblent à des châteaux gothiques inondés. J’ai été fascinée par l’Alcazar, palais maure d’une incroyable beauté, avec ses jardins remplis d’oiseaux, ses canaux où l’eau jaillit, son fastueux Salon des Ambassadeurs à la voûte d’or. A côté de l’Alcazar, la cathédrale de Séville est surmontée d’une tour devenue symbole de la ville : la Giralda, ancien minaret almohade changé en clocher chrétien.

Alcazar de Séville
Fabuleux Alcazar : la voûte du salon des ambassadeurs, les jardins et la citerne souterraine

Le sud de l’Espagne : Elche et la région d’Alicante

Si Séville est très célèbre, Elche, au sud de l’Espagne, demeure plus méconnue. Pourtant, sa palmeraie labyrinthique mérite qu’on s’y perde et qu’on remonte le temps au cœur de son feuillage. Je vous invite à découvrir mon article consacré à cette superbe cité située dans la région d’Alicante : visiter Elche à l’automne reste un de mes plus beaux souvenirs d’Espagne. Elche fut, comme tout le sud de l’Espagne, une ville maure, et les Arabes développèrent ici une palmeraie immense qui est aujourd’hui la plus grande d’Europe. Imaginez contempler depuis les remparts d’Elche cette véritable mer végétale, où les cimes opulentes ondulent doucement dans une légère brise. Cette palmeraie magique est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, et c’est un rêve d’Orient à portée de main. Deux-cent quarante mille palmiers, soit un palmier par habitant, façonnent le visage exotique et dépaysant d’Elche. J’ai retrouvé cela à Elche et j’ai adoré le cœur de ville. Mais Elche et la région d’Alicante, c’est aussi un pays d’agriculture, où poussent les grenades, les dattes et les figues, comme un goût d’Afrique au sud de l’Espagne. Le campo d’Elche, c’est la région rurale qui s’étend entre la ville d’Elche et la mer. On y cultive, outre les dattes, les tomates, les figues, les grenades, les artichauts, les olives… La région de Valence et d’Alicante, c’est aussi celle des grands plats de riz qu’on cuit dans d’immenses poêles sur un feu ouvert, par exemple l’arroz con costra (riz en croûte, très roboratif, avec différentes viandes dedans), et surtout la fideuia, que j’ai adorée, faite avec du vermicelle et des fruits de mer. Moi qui ne connaissais que la paëlla, j’ai découvert de nombreux autres visages de la gastronomie espagnole !

Visiter Elche en Espagne : la plus grande palmeraie d'Europe, la gastronomie du sud de l'Espagne, le mystère d'Elche, les plages d'Elche...
Visiter Elche en Espagne : la plus grande palmeraie d'Europe, la gastronomie du sud de l'Espagne, le mystère d'Elche, les plages d'Elche...
.
Grenades mollar dans le campo d’Elche

J’espère que ces quelques idées vous auront donné envie de vacances en Espagne, dans la douceur des arrière-saisons ou de l’hiver… Pour plus d’idées de voyage, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter !

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

2 commentaires pour
“L’Espagne hors saison, croquer le soleil à pleines dents”

  • Je partage à 100 % ton amour pour l’Espagne. Ce n’est pas pour rien si nous y allons au moins 2 fois par an. L’Andalousie reste ma région préférée, mais il y a tellement de trésors à découvrir, qu’il faudrait plusieurs mois pour tout voir. J’ai adoré aussi la palmeraie d’Elche, un incontournable ! Je ne connais pas Minorque, et ses villages blancs, à voir tes magnifiques photos cela me tente bien !

  • Je découvre cet article, dont tu n’as pas encore fait la promotion sur tes réseaux sociaux, et j’en suis éblouie… Moi qui cherche toujours des idées d’escapades, je redécouvre l’Espagne et ses splendeurs grâce à tes mots et tes clichés hors saison.
    Une destination à remettre sur ma liste 😉

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.