Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
25 mai 2022    /    

Ski de rando en Savoie, une aventure avec Chilowé-

Chausser ses peaux de phoque et partir à l’assaut des sommets de Saint Sorlin d’Arves, en Savoie, avec une vue sublime sur les Aiguilles d’Arves, dormir dans un refuge avec une fabuleuse ambiance de cordée et voir le soleil se lever sur le glacier, cela vous tente ? C’est ce que j’ai vécu fin mars, lors d’un très beau week-end en haute montagne avec Chilowé. Chilowé, ce sont des « micro aventures » outdoor en France, en petit groupe convivial, qui proposent déconnexion et oxygénation de façon éco-responsable et chaleureuse. Pas besoin de quitter la France pour avoir la sensation de partir sur la lune … un dépaysement profond à deux pas du quotidien, c’est exactement ce que doit procurer la micro aventure. Qu’elle se vive en rando, en raquettes, en kayak ou comme ici en ski de rando, elle doit permettre de se couper du monde, le temps d’un week-end, et donner la sensation d’avoir vécu un grand voyage sans avoir pourtant pris l’avion ou changé de pays. Par amour de la neige et des Alpes, j’ai choisi cette aventure savoyarde, et j’ai vécu un très beau week-end au cœur de la haute montagne française, univers magique de glace et d’immensité.
Je vous raconte.

Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Ski de rando avec vue sur les Aiguilles d’Arves
Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
La joyeuse bande et le refuge de l’Étendard où nous avons dormi
Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Lever de soleil sur le glacier

Jour 1 : l’ascension de l’Aiguille de Laisse en ski de rando

Vous connaissez mon amour des montagnes… J’étais donc enchantée de retrouver au point de rendez-vous le samedi matin, à Saint Sorlin d’Arves, la petite équipe constituée de Michel, guide de haute montagne, et une joyeuse bande sympa de filles et de garçons venus tâter les plaisirs de la poudreuse. Tous ont à peu près mon âge, et viennent d’un peu partout en France, de la Normandie à la Côte d’Azur. Après un passage chez le loueur pour récupérer l’équipement spécifique au ski de rando (skis légers, peaux de phoque, couteaux, et pack de sécurité : détecteur de victimes en avalanche, pelle et sonde), nous sommes partis. Le but ? Conquérir des sommets à la force de nos cuisses et explorer de beaux itinéraires hors piste à Saint Sorlin, très beau village savoyard rendu célèbre par les sublimes Aiguilles d’Arves qui le couronnent. Bonheur de randonner avec un tel panorama, ces pics majestueux et reconnaissables entre mille !

Aiguilles d'Arves
Les légendaires aiguilles d’Arves
Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Michel, notre guide
Aiguilles d'Arves
Ici nous quittons le domaine skiable et partons vers les hors piste…


Le premier jour, nous partons à l’assaut de l’Aiguille de Laisse (2879m). Nos chaussures de ski sont en mode marche, nous avons collé les peaux sous les spatules, notre talon est libre, et nous cheminons sous un grand soleil vers le sommet. L’effort est soutenu, d’autant qu’il fait chaud, mais tout au long de la montée, la vue sur les Aiguilles d’Arves est grandiose, et la beauté du paysage nous distrait de la fatigue.

Ski de rando avec Chilowé à Saint Sorlin d'Arves en Savoie

Arrivés au sommet de l’Aiguille de Laisse, c’est le Mont Blanc qui pointe son nez, et mon grand amour la Meije au loin… je me souviens avec nostalgie de mon ascension en septembre dernier de la Meije orientale, et suis émue de retrouver cette silhouette familière.

Vue au sommet de l’Aiguille de Laisse sur les Grandes Rousses, avec le regard tourné vers l’Alpe d’Huez


Le temps de la descente est venu. Nous enlevons nos peaux, tournons notre fixation et fermons nos chaussures pour se mettre en mode ski. Notre ski de randonnée redevient un ski alpin classique. Et c’est parti ! Sur cette neige polie par un soleil ardent, nous recherchons les zones de neige entre les plaques de glace, et nous rions de nos jolies gamelles. Après une belle longue descente et la traversée d’un lac gelé, il est temps de rejoindre notre gîte pour la nuit, le refuge de l’Etendard, où nous attend une vraie belle ambiance montagnarde…

Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Traversée du lac gelé
Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Arrivée au refuge

La nuit au refuge de l’Etendard, à Saint Sorlin d’Arves

J’ai un amour profond pour les refuges de haute montagne. Lorsque Chilowé m’a envoyé le vaste catalogue des aventures proposées – il y en avait pour tous les goûts : une initiation au bivouac, une construction d’igloo, un stage de survie, du yoga, un trek guidé, une nuit en refuge, du vélo, de la voile, du canoë, de l’alpinisme, du surf… –, le fait de dormir dans un refuge de haute montagne avait été pour moi un critère de choix décisif.

Ski de rando à Saint Sorlin d'Arves en Savoie avec Chilowé
Refuge de l’Etendard

Je les avais découverts pour la première fois de façon livresque, dans le célèbre roman Premier de cordée de Frison-Roche, rêvant d’ascensions épiques au fond de mon lit. Frison-Roche raconte ainsi l’arrivée de ses héros alpinistes au refuge :

« Dans la salle commune éclairée par un falot fumeux, trois cordées d’alpinistes mangeaient et buvaient ferme ; on pouvait deviner, à voir leurs cordes toutes mouillées qui gisaient dans un coin de la pièce, à moitié raidies par le gel, qu’ils arrivaient juste d’une longue randonnée glaciaire. La cuisine était une grande pièce carrée, basse de plafond, entièrement boisée. L’aiguille Noire et les Dames-Anglaises s’y encadraient, comme par la fantaisie d’un peintre, et, à cette heure tardive, alors qu’il faisait nuit depuis longtemps dans les vallées, les cimes étaient encore faiblement éclairées à contre-jour par une lueur nacrée flottant sur les crêtes et irisant le feston de leurs corniches. Bien que la pièce fût soigneusement close, un vent coulis filtrait dans la cuisine, refroidissant sournoisement l’intérieur du refuge. Du givre, déjà, étoilait les vitres. Brocherel, le gardien, s’affairait autour du fourneau. A la table commune, quelques guides et porteurs mangeaient en ressassant leurs éternelles histoires de courses. »

Premier de cordée, Frison-Roche

Ma première expérience en refuge, je l’ai vécue au refuge des Cosmiques, à Chamonix, lors de mon initiation à l’alpinisme en vallée Blanche. L’été suivant, lors de ma semaine de randonnée dans le Val d’Hérens en Suisse, j’avais pu en découvrir un autre, la Cabane de la Tza (en Suisse, les refuges se nomment cabanes, mais l’ambiance et le concept sont exactement les mêmes). Enfin, en septembre 2021, j’ai vécu ma plus belle expérience alpine à ce jour avec l’ascension de la Meije orientale, qui m’a permis de dormir au fabuleux refuge de l’Aigle sur le flanc Est de la montagne magique. Une expérience que je dois encore vous raconter ici sur le blog !

refuge de l'aigle meije orientale
Refuge de l’Aigle, sur le flanc oriental de la Meije
ascension meije orientale vue sur le doigt de dieu
Lever du jour au sommet de la Meije orientale, avec vue sur le doigt de Dieu

Au refuge de l’Etendard à Saint Sorlin, j’ai tout de suite retrouvé l’ambiance que j’avais adorée : les gens revenant fatigués et heureux d’itinéraires sauvages au cœur des sommets, le repos autour d’un bol de thé fumant, l’esprit de cordée, la beauté inouïe de nos Alpes sauvages par la fenêtre que le couchant illumine, la bibliothèque de petits livres rouges Guérin racontant les épopées alpines qu’on lit avant de se coucher, la bouteille de génépi au dessert…


Le refuge de l’Etendard était gardé, cet hiver, par une famille adorable, gérant ensemble la lourde logistique d’un tel établissement et préparant des repas délicieux. J’ai été sensible à l’effort appuyé de mise en valeur des produits locaux – un tableau de craie nous précisait l’origine de tous les produits servis ce soir-là, et les commerçants et producteurs de la région de Saint Sorlin étaient quasi exclusivement représentés. Le repas était délicieux et très copieux, un délice après une journée d’efforts.
Nous nous sommes couchés tôt, dans notre dortoir à 8, comme en colonie de vacances : chacun son lit superposé.

Nous nous sommes enveloppés dans nos draps de sac (la seule chose que nous devions apporter nous-mêmes) et blottis sous les couettes du refuge, et tout de suite endormis…

Jour 2 : le glacier du Grand Sauvage en ski de rando

Ces moments en haute montagne…
Dormir en refuge, dans un dortoir où le réveil sonne très très tôt, s’équiper dans la nuit et sortir dans le froid à la lumière de la lune. Les gestes sont un peu engourdis, les paupières un peu lourdes, mais on sait qu’il est temps de partir : en haute montagne, on se met en chemin avant le jour, quand la neige est encore dure et sûre, et on tente de rentrer tôt, avant la fonte et la transformation de la neige…
Cheminer dans les immensités blanches de la haute montagne, entre glaciers et sommets, et voir peu à peu le rose colorer la neige, l’aurore embraser les cimes, et le soleil toucher enfin la blancheur pour la changer en or pur. Ce sont les moments que je préfère, ceux où on oublie la fatigue, le froid, les ampoules, car la beauté inouïe du monde glacé vous récompense de toutes les peines. Un lever de soleil en haute montagne et tout vaut le coup. Ce moment était magique.

ski de rando à saint sorlin d'arves savoie avec chilowé
ski de rando à saint sorlin d'arves savoie avec chilowé

Nous avons cheminé sur le glacier qui s’étend, majestueux, entre les Cimes du Grand Sauvage et le Pic de l’Etendard. Nous sommes montés au col du Grand Sauvage pour admirer la vue sublime sur les Aiguilles d’Arves, et sommes redescendus sur le glacier – la plus jolie descente du week-end, un vrai moment de bonheur dans ce vallon ample et large où la neige du matin était tendre et où nous nous sommes vraiment amusés.

ski de rando à saint sorlin d'arves savoie avec chilowé
Sous la Cime du Grand Sauvage
Vue au col du Sauvage

Le retour fut plus ardu : la mauvaise qualité de la neige à ce moment-là (les chutes de neige abondantes de fin de saison sont arrivées une semaine plus tard) nous a forcés à une longue et éprouvante traversée de retour vers Saint Sorlin. Mais c’est aussi ça, la haute montagne : savoir que les Alpes sont reines, qu’il faudra se plier à leurs caprices du moment, et suivre les décisions de notre guide, Michel, qui connaissait mieux que nous les conditions et ce qu’il était possible ou non d’entreprendre. Quand on redescend des montagnes, on est crevé, courbaturé, mais heureux, bourré d’oxygène, de globules rouges et de rêves de grands espaces, songeant déjà aux prochaines ascensions et exultant à l’idée des prochains sommets à conquérir…

Chilowé, spécialiste des micro-aventures outdoor en France

Vous connaissez mon attachement au made in France, aux Alpes, et mon amour des grands espaces. J’ai aimé partir avec Chilowé, car leur concept correspond à ce que je cherche à vivre dans tous mes voyages français : une belle expérience en pleine nature, un dépaysement total sans quitter pourtant l’hexagone. Chilowé, ce sont des voyages en France, en petit groupe et encadrés par des guides sympas et compétents, qui permettent de sortir un petit peu de sa zone de confort et de s’essayer à de nouvelles choses sans danger et sans stress. Lors de nos échanges sur Instagram, vous êtes nombreux à m’avoir dit rêver de tester une nuit en bivouac (mais ne pas forcément avoir le matériel pour, ou oser sauter le pas de dormir seul dans la nature), de faire une séance de yoga dans la neige, de tester les raquettes ou le ski de rando, de dormir en refuge ou en cabane, ou encore de vous essayer à l’alpinisme. Chilowé propose ce genre de choses, avec des valeurs de proximité, de convivialité et de respect de la nature qui me touchent.

Bivouac dans les Alpes…
… surf à Seignosse …
… trek dans le Vercors…
…cheval à Seignosse…
bivouac dans le Beaufortain, autant d’exemples d’expériences qu’on peut vivre avec Chilowé.

Il n’est pas besoin de partir loin pour se dépayser radicalement, et je suis bien d’accord : la France est une mine d’aventures ! Ski de rando, kayak, yoga, raquettes, trek et bivouac, surf, voile, les possibilités sont infinies… Alors, vous venez dormir dehors ?

Merci à Chilowé et à toute l’équipe du week-end à Saint Sorlin d’Arves, et notamment notre guide Michel, pour cette belle aventure savoyarde.

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.