Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
31 juillet 2022    /    

Secrètes Alpes de Haute Provence : autour de Digne-les-Bains-

Digne-les-Bains, la capitale des Alpes de Haute Provence ? C’est la pépite méconnue, le joyau ignoré de cette région sublime, la ville qu’on traverse trop souvent sans s’y arrêter. Et pourtant… Connaissez-vous le vélodrome d’Esclangon, les clues de Barles, la cascade du Saut de la Pie, les gorges de Trévans ? Saviez-vous que la région de Digne-les-Bains était le plus grand musée à ciel ouvert du monde ? Avez-vous déjà entendu parler des étoiles de Saint Vincent et de la dalle aux ammonites ? Digne est une escarcelle à merveilles injustement méconnues.
Vous connaissez mon amour des Alpes de Haute Provence, ce pays magique qui conjugue divinement montagne et midi, entre lavandes, eaux turquoise et pierres ensoleillées. Dans cette région, vous connaissez sans doute les gorges du Verdon, le plateau de Valensole, le lac d’Allos, les superstars de la haute Provence. Pendant des années, j’ai moi aussi trop souvent traversé Digne-les-Bains sans m’y attarder, ignorant ses richesses. Mais cette fois, après cinq jours à explorer Digne et ses alentours, nous pouvons le dire : d’incroyables joyaux nous attendent.

Visiter Digne les Bains, capitale des Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne et environs : le vélodrome d'Esclangon, les clues de Barles, le géoparc de Haute Provence, les étoiles de Saint Vincent...
Digne-les-Bains, la belle insoupçonnée
Visiter Digne les Bains, capitale des Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne et environs : le vélodrome d'Esclangon, les clues de Barles, le géoparc de Haute Provence, les étoiles de Saint Vincent...
A deux pas de Digne, des sites inouïs


Notre séjour était axé autour des deux éléments forts de l’identité dignoise : l’art et la géologie.
La géologie, car nous sommes au cœur du géoparc Unesco de Haute Provence, le premier géoparc au monde : la richesse incroyable de ce territoire a justifié à elle seule leur création. Digne concentre une collection inimaginable de sites d’exception où la Terre est comme un livre ouvert sur son histoire. La dalle aux ammonites, les fontaines pétrifiantes, les clues de Barles, le vélodrome d’Esclangon en sont quelques exemples fabuleux.
L’art, car la région de Digne est le plus grand musée à ciel ouvert au monde, avec des œuvres d’art placées partout dans le paysage, plusieurs musées exceptionnels dans le cœur de Digne, et un bijou emblématique, les étoiles de St Vincent… dont le cœur est un fossile. L’art et la terre se donnent ici la main, formant un pays singulier entre tous, qui nous a profondément séduites. C’est sans doute pour cela que la grande exploratrice Alexandra David-Neel a reconnu en Digne-les-Bains son petit Tibet, et a voulu vivre et mourir ici. Êtes-vous prêts à explorer Digne ? Nous ouvrons ensemble les portes d’un royaume secret et magique…

Visiter Digne les Bains, capitale des Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne et environs : le vélodrome d'Esclangon, les clues de Barles, le géoparc de Haute Provence, les étoiles de Saint Vincent...
Les étoiles de Saint Vincent, bijou emblématique de Digne-les-Bains, fabriqué à partir d’un fossile

J’ai réalisé en reportage avec mon amie et binôme Marion Carcel alias Foehn Photographie. Ensemble, nous formons un duo de blogueuses, photographes et créatrices de contenu tourisme passionnées sous le nom d’Itinera Favonia. Un très grand nombre de photos de cet article sont les siennes.

Marion et moi lors de notre nuit en bulle au Mas des Pins, à Beynes

Le musée promenade de Digne, au cœur de l’histoire de la Terre

La région de Digne-les-Bains est un véritable trésor à ciel ouvert, d’une richesse géologique unique au monde. Le géoparc de Haute Provence fut le premier reconnu par l’UNESCO car ici, on lit l’histoire de la terre comme un livre ouvert, décryptant chacune de ses strates à la recherche de la grande frise des temps géologiques. Au coeur de la ville de Digne, le Musée promenade est le point de départ de la Route de la mémoire de la Terre et donne la clef de ses merveilles. Entre maison et musée du Géoparc, salle d’exposition d’œuvres contemporaines au centre d’art Cairn, déambulation dans un sublime jardin rempli de caprices géologiques (les fontaines pétrifiantes), c’est un magnifique mélange de paysages et de savoirs, entre tableaux féeriques et musée passionnant. Je recommande absolument la visite du Musée promenade lors de tout séjour à Digne : c’est la plus belle introduction qui soit à l’histoire du territoire, sa singularité et son identité.
Les jardins ont un charme fou, entre le jardin japonais où bruissent les sources et cascadent entre torils et petits ponts, ou encore le jardin aux papillons peuplé de créatures ailées. Le clou, le bijou du musée promenade, c’est bien sûr la grande fontaine pétrifiante, où le calcaire sculpte des féeries de tuf moussu en changeant peu à peu en pierre la mousse qui recouvre le ruissellement d’eau. La vision est onirique, spectaculaire !


Pour atteindre le musée au cœur du jardin, on monte d’impressionnants remparts de calcaire et la vue est de plus en plus belle. En bas coule en tresse la riante rivière Bléone et la vue émerveille. Le Blayeul, la crête de Limans, le Cousson fascinent par leurs reliefs dignes des plus hauts sommets. Digne est un trait d’union entre la Provence et les Alpes, une limite climatique de la culture de l’olivier, un écrin de montagnes.

Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. Le musée promenade et la fontaine pétrifiante
Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. Le musée promenade et la fontaine pétrifiante
Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. Le musée promenade et la fontaine pétrifiante


Au cœur du parc, le musée mêle art et science pour faire revivre les âges de la terre et les fossiles emblématiques de la région, les ammonites. Les collections sont passionnantes : paléontologie, biologie, géologie, ainsi qu’une mémoire du territoire, avec notamment une salle consacrée à la tradition du pastoralisme dans les Alpes de Haute Provence et aux chemins de transhumance – la Routo.

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence. Que voir à Digne ? Blog Digne les Bains

L’histoire de notre monde depuis des millions d’années se déroule sous nos yeux. Mon coup de cœur ? Les aquariums, qui montrent les liens entre les fossiles d’autrefois et les animaux marins d’aujourd’hui. Les crinoïdes d’aujourd’hui sont les frères et sœurs des ammonites et des étoiles de Saint Vincent emblématiques de Digne – cette visite où les flots font le trait d’union entre les créatures d’hier et celles d’aujourd’hui me passionne. Une excellente introduction à la dalle aux ammonites, qui m’a beaucoup touchée…

La dalle aux ammonites et les ichtyosaures

L’histoire géologique de Digne-les-Bains, c’est celle des Alpes toute entière, et c’est une histoire d’eau. Ce qu’on nomme l’orogénèse (orogénèse, naissance des montagnes, quel mot magnifique !) des Alpes commence par un océan paléolithique, la Téthys alpine, qui recouvrait ce qui est aujourd’hui la région alpine. Il y a deux cent millions d’années, nos Alpes étaient un gigantesque océan, où batifolaient les ammonites…

C’est un étrange cimetière des éléphants paléolithique que la dalle aux ammonites de Digne-les-Bains. A l’époque où l’océan Téthys recouvrait la région alpine, des centaines d’ammonites, gastéropodes aquatiques d’autrefois, sont venues mourir sur un même fond marin. Les scientifiques ne savent pas bien expliquer pourquoi, il y a deux cent millions d’années et durant environ cent mille ans, des familles entières d’ammonites sont toutes venues mourir ici, mais le résultat est saisissant : plus de 1500 fossiles de la famille des nautiles ont fini ici leur étrange course d’escargots, une curiosité géologique unique au monde.

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence : refuge d'art et vélodrome du vieil Esclangon

La dalle aux ammonites se situe juste à la sortie de Digne, elle est facilement accessible, bien aménagée et ouvre véritablement le livre de la mémoire de la terre. Elle nous a émues, tout comme elle a ému l’artiste Ilana Halperin, dont nous avons découvert l’œuvre au centre d’art Cairn, au sein du musée promenade.

Je cite Ilana Halperin :

« Un conglomérat est une roche sédimentaire composée de nombreux types de roches différentes, naturellement liées entre elles. Une famille, tout comme une roche, peut être composée de nombreuses parties.
[…] 1500 ammonites se sont amassées, les unes sur les autres, au même endroit pendant 100 000 ans. Comment est-ce possible ? Chaque ammonite était un être vivant. Mais au Mur des Ammonites, comment les considérer comme des instants proches de vie, et pas seulement comme un long moment de mort massive ? Un évènement d’extinction prolongée. […] Chaque mort est une extinction, et donc chaque vie est importante. J’ai pleuré devant le Mur d’ammonites. Tant de vies différentes, et ici elles sont toutes exposées. Il y a deux ammonites qui ont l’air de se tenir dans les bras l’une de l’autre. Ma famille est enterrée au même endroit. Est-ce pour cela que les ammonites sont toutes tombées ici, au fond de ce bassin ? C’est difficile à imaginer, vu le temps que cela a pris – 100 000 ans. A moins que – à moins qu’il existe une vraie mémoire géologique du temps ? »

Ilana Halperin, My conglomerate family, exposée au centre d’art Cairn de Digne-les-Bains
Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. La dalle aux ammonites

Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. La dalle aux ammonites
Ilana Halperin


Il y a environ 90 millions d’années, la plaque européenne a commencé à basculer sous la plaque adriatique, et à refermer l’océan de la Téthys. Il y a environ trente millions d’années, la Téthys alpine disparut totalement et les plaques européennes et africaines entrèrent en collision. De ce choc naquirent les plus hauts sommets des Alpes, son épine dorsale, notamment les massifs du Mont Blanc, de Belledonne, des Grandes Rousses. Les compressions et déformations successives provoquées par le jaillissement des Alpes ont continué à plisser les bords externes de la chaîne. Les hautes falaises calcaires des pré-Alpes de Digne sont autant de conséquences de ces déformations de la croûte terrestre, comme une nappe qui se plie quand on la repousse. Les roches sédimentaires nées de la Téthys ont ainsi été mises à nu, dressées à la verticale, ouvrant la porte sur l’océan d’autrefois.

Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. La dalle aux ammonites
Les clues de Barles

Digne en est le témoin privilégié. On trouve ici non seulement des ammonites, mais aussi des ichtyosaures… A La Robine, près de Digne-les-Bains, le squelette d’un monstre marin appelé ichtyosaure est resté emprisonné dans la falaise. Difficile d’imaginer qu’il y a 90 millions d’années, il batifolait dans les eaux de la Téthys… et que le calcaire est devenu son aquarium pour toujours. Digne a quelque chose de vertigineux.

Le musée Gassendi et les Refuges d’art

Connaissez-vous les Refuges d’art ? Si le pays de Digne-les-Bains est le plus grand musée à ciel ouvert de France, c’est qu’ici des artistes inspirés par la géologie extraordinaire de la région ont disséminé partout des oeuvres d’art en pleine nature, qui souvent soulignent et font écho aux caractéristiques physiques de ces paysages hors normes. Invité en résidence par le Cairn Centre d’art, Andy Goldsworthy, un artiste britannique, a créé un concept unique : les Refuges d’art, des maisons abritant les oeuvres d’art fabriquées sur place et ouvertes aux randonneurs, où on peut bivouaquer dans des sites géologiques d’exception.

Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. Le védrome du vieil Esclangon et les refuges d'art du musée Gassendi
Arriver au refuge d’art du vieil Esclangon

Pour découvrir le réseau des refuges, tout commence au cœur de Digne, au musée Gassendi. Pierre Gassendi (1592-1655) fut non seulement le prévôt de la cathédrale de Digne, mais aussi un très grand astronome et savant, s’inscrivant dans le sillage d’un Léonard de Vinci avec son intelligence polymorphe et son œuvre encyclopédique et éclectique.

Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. Le védrome du vieil Esclangon et les refuges d'art du musée Gassendi
Gassendi

Le musée Gassendi de Digne-les-Bains est aujourd’hui un musée d’art original et novateur, célèbre pour ses collections contemporaines et pour la prédominance d’artistes de la mouvance du « land art ». Il abrite de nombreuses œuvres d’Andy Goldsworthy, spécialiste du land art, qui est tombé amoureux de Digne, de sa terre brune et de sa géologie unique, et a installé ses œuvres en pleine nature partout alentours. De Goldsworthy, nous retiendrons les serpents de terre ocre, aux méandres vertigineux et aux dimensions colossales.

Visiter Digne les Bains et ses environs dans les Alpes de Haute Provence. Blog sur Digne les Bains. Le védrome du vieil Esclangon et les refuges d'art du musée Gassendi

Nous sommes accompagnées, lors de la visite du musée Gassendi et de la randonnée menant jusqu’au refuge, par notre guide Pascal Mazzani. Cet accompagnateur en montagne est passionné de création contemporaine et de land art, et fait partie de la poignée de guides formés à lire, décrypter, commenter le musée à ciel ouvert de Digne.

Au musée Gassendi, nous regardons ensemble, avec Pascal et l’équipe adorable du musée, les œuvres d’Hermann de Vries, qui mêle art et science en créant des herbiers fantastiques. Nous découvrons aussi l’œuvre de Joan Fontcuberta, qui invente des chimères, expose des animaux imaginaires. L’artiste est l’auteur d’un véritable canular scientifique et artistique : les hydropithèques. Fontcuberta met en scène, avec de fausses publications scientifiques, expositions, faux sites archéologiques, la découverte de sirènes préhistoriques (les hydropithèques) parmi les fossiles dignois. Pour ce happening à ciel ouvert, l’artiste a semé des hydropithèques un peu partout dans Digne… vous en trouverez notamment un caché dans le jardin au musée promenade de Digne !

Puis Pascal nous mène en montagne et nous aide à repérer et lire dans le paysage les œuvres d’art disséminées. Nous tombons sur des “0m” (prononcer « zéro M »), des signes de l’infini, ou encore un mystérieux carré Sator, comme autant d’énigmes pimentant le paysage et invitant à un grand jeu grandeur nature. Le “carré magique” Sator, qui se lit dans tous les sens, est un emblème ésotérique très ancien – j’en parlais dans mon article consacré à la Vallée d’Aoste. Il nous conduit à un village abandonné dans les années 1950, où le cimetière témoigne d’une vie disparue, et nous ouvre la porte enfin du refuge du Vieil Esclangon, où nous attend le serpent magique…

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence : refuge d'art et vélodrome du vieil Esclangon


C’est Andy Goldsworthy qui a initié le concept novateur des refuges d’art : des refuges abritant des œuvres d’art et ouvertes au public. La somme à acquitter pour y passer une nuit est modique, et il suffit de demander la clé au musée Gassendi pour pouvoir dormir dans ce happening vivant. Nous irons, Marion et moi, passer une nuit au refuge du Vieil Esclangon, où le serpent magique d’Andy Goldsworthy veille sur nous dans le noir, les méandres de son ventre et les craquelures de l’argile rousse ondulant à la lumière des bougies.


Restées seules tandis que Pascal redescend, Marion et moi savourons un authentique dîner sudalpin – les produits de l’épicerie Macaron de Provence à Digne, dont le succulent fromage AOP des Alpes de Haute Provence, le banon – avant de nous endormir au milieu des constellations…

Un des plus beaux sites des Alpes de Haute Provence : le vélodrome d’Esclangon

Je vous ai raconté notre nuit au refuge d’art au vieil Esclangon, mais je dois absolument vous parler du paysage en lui-même…
Le vélodrome d’Esclangon est un site inouï. La surrection des Alpes a dessiné, il y a des millions d’années, cet improbable synclinal où la Terre ondule et se plisse comme du sable mouillé sous la main d’un enfant. La promenade commence au fond de la vallée du Bès. Nous allons rejoindre les hauteurs, en direction du vieil Esclangon. Nous sommes au cœur de l’UNESCO Géoparc de Haute Provence, classement UNESCO qui consacre le caractère unique au monde de ce patrimoine géologique. Le vélodrome est un amphithéâtre grandiose, un spectacle XXL des féeries telluriques et des caprices du temps.

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence : refuge d'art et vélodrome du vieil Esclangon

Au fond du vélodrome se dresse la mythique lame de Facibelle ? Cette lame de grès de 50 mètres de hauteur pour 3 mètres de large se dresse comme un aileron fendant les voussures de l’océan minéral, défi dressé à l’érosion à travers les millénaires.

Au fond coule le Bès, charriant la rumeur dès temps enfouis tandis que monte la brume du soir…
On ne se lasse pas de contempler ces visions chthoniennes…

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence : refuge d'art et vélodrome du vieil Esclangon

Mais d’autres sites majestueux nous attendent…

Sites géologiques magiques et randonnées incroyables autour de Digne

Randonner dans la région de Digne-les-Bains est un éblouissement perpétuel. Si nous n’avons pas eu le temps de monter au Cousson et sur la crête de Limans, nous avons vécu des scènes grandioses aux clues de Barles et dans les gorges de Trévans. Ici la Terre révèle ses secrets de fabrication, nous révèle les rouages de sa machinerie, déploie des spectacles géologiques saisissants.

Coup de cœur pour un site très difficile à photographier, mais qui m’a éblouie : les Clues de Barles. Dans cette gorge, les strates de la couche terrestre, soulevées par la surrection des Alpes, sont dressées à la verticale dans un incroyable mille-feuilles minéral. Impossible de ne pas être fasciné par ces draperies pétrifiées semblant encadrer le spectacle inouï de la nature.

N’oublions pas une très belle cascade jaillissant d’un cirque rocheux à quelques kilomètres des Clues de Barles : le Saut de la Pie ! Facilement accessible mais de toute beauté, elle a un charme fou.

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence . Le saut de la pie

La randonnée des gorges de Trévans

Une randonnée merveilleuse : les Gorges de Trévans. Nous avons eu un énorme coup de cœur pour cette gorge où cascade une eau turquoise au cœur d’un canyon ocre. La première partie de la randonnée nous conduit au fil de l’eau, entre gorges et vasques, dans une féerie aquatique. En remontant ensuite sur les hauteurs, les panoramas de part et d’autre de la gorge sont somptueux, par exemple sur les ruines de la Chapelle Saint André. La boucle est somptueuse de part en part, entre bruissements des eaux, forêt enchantée et vues ouvertes sur le grand soleil du sud.

Trésors de la Terre dignoise : des sources…

L’eau thermale chaude et guérisseuse de Digne-les-Bains était connue depuis l’Antiquité romaine : Digne fut une cité de bains, et ce dès sa fondation. Dans cette capitale de la géologie miraculeuse, l’eau soigne ! Si les thermes historiques, réservées aux curistes, sont plus médicales, le tout nouveau spa thermal de Haute Provence fera le bonheur des voyageurs en quête de bien-être. Rien d’austère, ici tout est lumière, luxe et douceur, on vient pour un voyage luxueux au pays de la détente. Les bassins sont magnifiques, entre une vaste piscine se partageant entre intérieur et extérieur avec jets et remous, des jacuzzis à différentes températures, des zones de détente résolument zen, des bambous et des oliviers.

J’ai bénéficié d’un soin (avec d’excellents produits fabriqués en Provence, les gammes Ciel Azur et Origine) détendant et relaxant dans ce cadre exquis et sous les mains expertes de ma masseuse ! Les produits qu’on nous a confiés ont enchanté ma salle de bain et j’ai continué à savourer les vertus et la douceur des Alpes de Haute Provence durant de longues semaines après notre belle visite… L’atmosphère lumineuse de ce spa et la carte des soins m’ont beaucoup séduite, j’y reviendrai avec bonheur en vacances.

… et des étoiles de Saint Vincent

L’autre richesse inouïe du sol dignois, ce sont les étoiles de St Vincent, des étoiles fossiles héritées des millénaires enfuis : il s’agissait de pentacrines, un animal marin des temps anciens. Le sol dignois regorge de ces étranges animaux étoilés. Autrefois, chacun les ramassait librement et s’en parait les jours de fête : les étoiles de Saint Vincent sont devenus le bijou iconique de la Haute Provence, un marqueur identitaire très fort, un objet d’art et d’histoire rare.

Les fossiles sont aujourd’hui protégés, il est interdit de creuser la terre pour les trouver, mais quelques bijoutiers ont pu garder des stocks anciens et le droit de fabriquer ces superbes objets emblématiques de la région. Les pentacrines sont sertis d’or ou d’argent, montés sur des parures de toute beauté. Norbert Mille est le plus célèbre des bijoutiers créant les étoiles de St Vincent. Quatre générations d’artisans passionnés : après nous avoir montré les photos de sa grand-mère, et raconté la transmission puissante de la joaillerie dans sa famille, il travaille aujourd’hui avec son fils à Oraison ! Je rêve de posséder un jour un de ses bijoux majestueux qui disent le caractère exceptionnel du sol dignois, où la terre offre ses trésors…

Visiter Digne-les-Bains, ses deux cathédrales, ses fontaines…

Connaissez-vous le cœur de Digne-les-bains, la capitale des Alpes de Haute Provence, la belle insoupçonnée ? Je vous ai parlé de la géologie extraordinaire qui l’environne, plongeons maintenant dans le centre ville !

A Digne, vous trouverez non pas une, mais deux cathédrales, ou plutôt co-cathédrales, une situation rarissime. La ville romaine était basse, installée dans la plaine, la ville médiévale gagne les hauteurs pour se protéger des incursions, comme partout en Provence. Au Moyen-Âge, les évêques commencent à s’installer dans la ville haute, et à ne plus avoir le courage de descendre dans les faubourgs pour célébrer la messe… une deuxième cathédrale est créée de facto.
Restaurée au XIXe dans un style néo-gothique, Saint Jérôme, la cathédrale haute, est la plus flamboyante des deux, avec son allure lombarde radieuse, toute de marbre clair. Elle trône sur la colline centrale et se voit de loin. C’est pour cela que les évêques ont voulu cette seconde cathédrale au cœur de la cité.

Mais la cathédrale historique, c’est la romane, Notre Dame du Bourg, une des plus anciennes cathédrales de France.

Vestige de l’antiquité, les fouilles ont révélé dans sa crypte une ville latine des premiers siècles absolument gigantesque. Un monument archéologique et une visite absolument passionnante, révélant la richesse et la puissance de la ville romaine antique. La crypte se visite, et impressionne par son ampleur, sa richesse, et tout ce qu’elle révèle de l’ancienne ville latine enfouie. Les fondations de l’ancien forum, les ruelles, les objets retrouvés, tout m’a marquée, d’autant que nous avons bénéficié d’une visite guidée d’une immense qualité.

Dans la crypte…

Que dire de la grande fontaine XIXe? Le musée promenade n’est pas le seul à posséder sa fontaine pétrifiante… Dans cette ville calcaire, toutes les fontaines sont pétrifiantes, le calcaire fossilisant la mousse en se déposant, et il faut régulièrement retirer les concrétions de tuf. Poétique !

Digne respire le sud. Ses façades colorées, ses cadrans solaires, ses fontaines, ses calades sinueuses, nous sommes bien en Provence…

La maison-musée d’Alexandra David-Neel

Lorsqu’on visite Digne, il faut absolument aller découvrir la maison d’Alexandra David-Neel, la grande voyageuse et exploratrice de l’Himalaya. Amoureuse de la région, voyant en la crête des montagnes de Digne son “petit Tibet”, Alexandra David-Neel s’est installée ici, a bâti sa maison mi-temple, mi-bibliothèque, mi-tremplin vers l’ailleurs, y a écrit ses livres, et y a fini ses jours. Figure singulière aux mille vies, voyageuse, exploratrice, figure spirituelle, écrivaine, femme libre, elle est connue du grand public pour son voyage de 14 ans en Asie. Elle fut la première Occidentale à entrer (déguisée, clandestinement) dans la cité sacrée de Lhassa, et écrivit de nombreux livres sur le bouddhisme. Elle vécut même dans un ermitage au cœur de la chaîne de l’Himalaya, où elle vivait de façon ascétique. Ses aventures, ses itinéraires périlleux et solitaires dans une région alors totalement fermée et hermétique aux Occidentaux, forcent le respect. Quand Alexandra David-Neel est née en 1868, l’Europe connaissait très mal le Tibet, l’Himalaya, le bouddhisme, et ses voyages et essais ont nourri notre connaissance. Exploratrice, femme libre annonçant à son mari qu’elle partirait pour des années à l’autre bout du monde, figure spirituelle, elle a beaucoup marqué son temps. Sa maison est à l’image de sa vie : insolite, hors normes, ouverte sur l’ailleurs et l’intérieur. Les lieux sont restés intacts, comme ils l’étaient lors de son décès en 1969 à l’âge de 101 ans. Une visite touchante et incontournable !

Digne outdoor : la via ferrata du Rocher de neuf heures

Culturelle, provençale, authentique, Digne est aussi une ville de sports de nature, installée au cœur d’une région dont le cœur bat en plein air. Notre séjour fut ponctué par une merveilleuse expérience vertigineuse : la via ferrata qui surplombe la ville de Digne, surmontant l’imposant rocher de Neuf heures. Un vrai coup de cœur pour Marion et moi.
La vue sur la ville en contrebas est exceptionnelle. Le parcours est varié, ludique, avec des ateliers intéressants et originaux, et une vraie dimension pédagogique : tout au long du parcours, vous apprendrez des tas de choses sur les oiseaux qui nichent dans ces falaises et que vous côtoierez.

Moi qui suis férue de via ferrata et qui en ai souvent fait, par exemple la merveilleuse via ferrata du Roc du Vent dans le Beaufortain, j’ai pleinement apprécié la beauté, l’originalité, la variété des ateliers de celle de Digne. Une via récente, bien équipée, ludique, qui propose de vrais beaux panoramas et qui vaut le détour ! Pour les amateurs de via : par sa configuration, ses points de vue, son allure générale, elle m’a rappelé la via ferrata du rocher Saint Julien, à Buis-les-Baronnies – ce qui est une belle référence, vous en conviendrez !

Visiter Digne les Bains dans les Alpes de Haute Provence. Que voir à Digne ? Blog Digne les Bains

Un magnifique pic d’adrénaline et de beauté dans ce séjour dignois, placé sous le signe de la géologie, des sports outdoor et des panoramas grandioses. Nous nous sommes régalées avec Sébastien, notre adorable et enjoué moniteur.

La roche dignoise n’aura pas fini de nous réjouir… encore tant de sommets à explorer !

Digne les Bains

Bonnes adresses à Digne-les-Bains : où manger à Digne

En face de chez Alexandra David-Neel, on poursuit le voyage oriental chez Nusa Café, une belle adresse originale combinant restaurant végétarien, coffee shop bio et salon de massage et de soin bien-être. L’atmosphère invite à l’évasion, la cuisine est fraîche, savoureuse, originale, haute en couleurs. Une très belle adresse fidèle à l’esprit éclectique de l’exploratrice, qui invite à prendre soin de soi !

Envie de Provence authentique ? Rdv au café et épicerie Macaron de Provence, qui rassemble à la fois des spécialités de la région, des thés, des produits locaux, et surtout les fameux macarons de Provence : de savoureux macarons personnalisés et personnalisables, qui prennent les couleurs et motifs de votre choix. Nous y avons pris un petit-déjeuner savoureux, et nous avons emporté leurs produits au refuge du vieil Esclangon, pour une double dose de douceur dignoise !

Blog bonnes adresses à Digne les bains

Un déjeuner au pied de la statue de Gassendi, sur la place principale de Digne ? Le Café Kris est un resto convivial avec une belle grande terrasse sur la place, une pizzéria, un bar à tapas, tout est fait maison et l’atmosphère est chaleureuse. On mange bien et on savoure le plaisir d’une ambiance typiquement provençale.

Bonnes adresses à Digne : trois beaux hébergements

Nous avons dormi trois nuits à Digne (plus une nuit au refuge d’art), trois nuits pour trois ambiances : un hôtel de charme, une bulle insolite et un gîte luxueux. Nous avons beaucoup aimé les trois univers.

La Villa Gaia

Sur les hauteurs de Digne, la Villa Gaia est un hôtel de charme, une belle maison XVIIIe où l’atmosphère est douce et l’accueil chaleureux. Les chambres ont un chic provençal tout mistralien, entre boiseries lustrées et tapisseries très fines qui m’évoquent les félibriges et leur goût très sûr, très ensoleillé. Les reflets jouent avec la vigne vierge, la voiture rétro cultive une élégance hors du temps, et on apprend que de nombreux artistes ont séjourné ici avec bonheur, à commencer par Andy Goldsworthy. Le soir, on nous sert un excellent menu savoureux et végétarien, avec un velouté de pois, des ravioles à la bourrache, c’est délicieux, végétal et fin. Une très belle immersion dans l’atmosphère dignoise…

Blog bonnes adresses à Digne les bains

Les bulles du Mas des Pins

Parés pour une expérience de cosmonaute en pleine nature ? Au Mas des Pins à Beynes, Marion et moi avons vécu une expérience vraiment insolite.
Le Mas des Pins propose plusieurs hébergements atypiques en pleine nature : des cabanes, des bulles, le tout dans un cadre verdoyant face au coucher de soleil. C’est un magnifique domaine pour s’évader et vivre une nuit hors du commun, loin du monde et hors du temps.
Nous avons coincé la bulle dans notre bulle au Mas des Pins…
Il existe plusieurs types de bulles et Marion et moi expérimentions celle-ci pour la première fois : la bulle est en surpression, gonflée par un compresseur. Un sas à l’entrée permet de garder l’étanchéité de la bulle (on ferme le sas avant d’entrer, sinon elle se dégonfle !). Je dois vous le dire : l’expérience est particulière et peut secouer les personnes claustrophobes. La sensation d’air raréfié et de modification de la pression m’a perturbée.
Ce que j’ai adoré, en revanche, c’est le confort du lit ultra moelleux, la beauté de la déco cosy et colorée, le repas de produits locaux et tarte maison pris au coucher de soleil, et le fait de dormir les yeux dans les étoiles, la canopée des pins penchée vers notre sommeil. Je me suis réveillée en pleine nuit au milieu des constellations sous la voûte étoilée.

digne les bains bulle hebergement insolite
digne les bains bulle hebergement insolite

Marion et moi en avons profité pour faire un yoga sylvestre, toutes de vert vêtues en harmonie avec les bois…

Le gîte du vieil Aiglun

Dernier soir de notre voyage. Ce coucher de soleil sera une apothéose, on se le promet. D’autant que nous le voyons depuis un lieu magique, extraordinaire : le gîte du Vieil Aiglun. Le vieil Aiglun est un village du XVIe siècle, perché à 800m d’altitude, au-dessus de Digne dans un décor intemporel digne d’un film de Pagnol. Lavandes à perte de vue, cyprès toscans et or du soir, la douceur roule sur le paysage.
Nous sommes sur la terrasse de notre gîte, le gîte du vieil Aiglun. Havre de douceur, le gîte du vieil Aiglun est un hébergement inouï, illuminé par le couchant. Un nid délicat perché sur la montagne, où nous nous sentons merveilleusement bien. Je me vois déjà y revenir, en EVJF, en lune de miel, en famille. Les infrastructures sont luxueuses, avec la piscine donnant sur une incroyable terrasse, trois gîtes spacieux et superbes pouvant accueillir chacun entre cinq et huit personnes, le panorama sur les champs de lavande depuis les chambres…

Bonnes adresses à Digne les Bains : le gîte du vieil Aiglun


La vue est inouïe, inoubliable. Le coucher de soleil sur la montagne du Cheval blanc nous émerveille et nous rappelle ces trois jours passés à galoper à ses pieds, en septembre dernier, lors d’une randonnée équestre autour de Digne. Pour Marion et moi, la région de Digne-les-Bains est devenue la maison. Bonheur de revenir dans des lieux tant aimés…

Bonnes adresses à Digne les Bains : le gîte du vieil Aiglun

Continuer d’explorer les Alpes de Haute Provence

Sur Itinera Magica, l’amour des Alpes de Haute Provence a rempli de nombreuses pages, et je vous invite à découvrir tant d’autres expériences…  


Parcourir la région de Digne-les-Bains à cheval, entre route Napoléon et terres noires.
Visiter les merveilles secrètes de Colmars-les-Alpes et Seyne-les-Alpes, dans la haute Provence grandiose.
Rêver à Moustiers-Sainte-Marie au cœur du Verdon.
Savourer la douceur du midi entre Gréoux-les-Bains, Valensole et Esparron-de-Verdon.
Arpenter la Routo sur la trace des transhumances.

Et si vous êtes tombé amoureux de la géologie dignoise, continuez à explorer le géoparc et à arpenter les routes de la mémoire de la Terre.

Sisteron, sa clue, sa citadelle, son rocher

Vous adorerez Sisteron, sa citadelle et son rocher.
C’est une des plus belles forteresses des Alpes, et sans doute ma préférée : la sublime citadelle de Sisteron. Elle fut la porte et la gardienne de la Provence face aux assauts du Dauphiné, puis de la Savoie. Elle se dresse au-dessus du fleuve, où les eaux turquoise du Buech se mêlent aux flots plus gris de la Durance dans un magnifique camaïeu aquatique, et face à l’impressionnant rocher de la Baume avec ses mille strates dressées, encore un exemple de l’incroyable géologie des Alpes de Haute Provence. La clue de Sisteron est peut-être la plus belle de Provence.

Les Mées, roches et crus

Amoureux de géologie tourmentée, vous serez fous des Pénitents des Mées, ces énormes rochers de poudingue ressemblant à des moines encapuchonnés qui surplombent le village et disent des légendes de tentation et de châtiment divin. Un site qui stimule l’imaginaire, qui fascine et captive. Ne manquez pas de faire un tour au fabuleux domaine vinicole des Bergeries de Haute Provence à Châteauneuf-Val-Saint-Donat, où les vins ont fait une entrée de comète dans le cercle fermé des crus qui comptent. L’accueil est chaleureux et la dégustation divine.

Visiter les Mées dans les Alpes de Haute Provence

Vous rêvez des Alpes de Haute Provence en hiver ? Après avoir adoré skier à Montclar les 2 Vallées, j’ai hâte de vous raconter mes séjours hivernaux en vallée de l’Ubaye et en vallée de la Blanche Serre-Ponçon. N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour ne rien manquer des joyaux de ce pays unique entre tous…

Un immense merci aux Alpes de Haute Provence, à Isabelle, Eric, Sébastien, Erika, à toutes celles et tous ceux qui nous ont accueillies, pour ce séjour merveilleux. Irrésistibles Alpes de Haute Provence, toujours !

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

6 commentaires pour
“Secrètes Alpes de Haute Provence : autour de Digne-les-Bains”

  • Bonsoir Ariane,

    Je te remercie pour ton article intéressant. Je ne connais pas du tout Dignes mais grâce à ton amie Marion pour les photos ça a l’air magnifique comme ville et ça me donne envie d’aller le visiter un jour.

    A bientôt.

  • Quel article !
    Je ne connaissais pas Digne soir cet angle du tout ! C’est tellement proche de chez moi que je n’ai plus d’excuse et que j’aurai grand plaisir à y aller me perdre quelques jours, entre la maison d’Alexandra David-Néel, la via ferrata, le spa et les randonnées ! Wahouuuu
    Merci pour la découverte !

  • Quelle merveilleuse mémoire cette dalle aux ammonites et ichtyosaures… comment cela a pu résister après tant d’années, le temps, les intempéries et catastrophes en tous genres, y compris aux prédateurs humains ! Les soins dans le spa thermal ont dû être très agréables et bénéfiques au niveau relaxation ! Bravo Ariane pour le p’tit feutre… tu le portes aussi bien que l’ami Gilbert !
    Hi hi hi…et en plus, il te va à merveille, et avec ce soleil actuel, qui brûle tout… c’est une très bonne protection ! Faudra le porter plus souvent, vu que tu es très souvent au soleil ! J’ai enfin convaincu mon épouse cette année, après plus de 50 ans de vie commune !
    Gilbert

  • Merci de tout coeur et j’adore ce clin d’oeil au feutre ! Je le porte assez souvent, j’adore ce chapeau… le look aventurier 🙂 Je t’embrasse !

  • Ariane,
    Je vous décerne la médaille d’or pour vos commentaires sur cette ville de DIGNE LES BAINS et ses environs bien trop souvent ignorés. Dignois éloigné pour raison professionnelle vous m’avez fait vibrer à l’évocation de ces lieux merveilleux qui raconte l’histoire géologique. j’avais 15 ans et la dalle aux ammonites nous fascinait déjà, mes copains et moi. Nous partions du centre ville en vélo pour admirer ces pierres …. qui étaient pour nous un mystère…….

  • Merci pour votre commentaire qui me va droit au coeur, je suis profondément touchée. J’imagine tellement avoir 15 ans et découvrir la Dalle avec mes amis à vélo… on dirait le début d’un Spielberg des années 80, magie et mystère ! Très belle journée à vous

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.