Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
11 août 2017    /    

Les blogueurs voyage font-ils tous les mêmes voyages ?-

Les blogueurs voyage font-ils tous les mêmes voyages ? Dans leur quête d’histoires fortes et d’images de rêve, les blogueurs disent aimer marcher « hors des sentiers battus ». Pourtant, ils ont tendance à revenir encore et toujours vers les mêmes destinations et à en négliger d’autres. Le blogueur voyage est-il un défricheur de terres nouvelles, ou un routier des deux fois quatre voies du tourisme mondial ? Le prétexte de cette discussion est l’Islande, autrefois destination difficile pour aventuriers, aujourd’hui prise d’assaut par les voyageurs émerveillés et toujours plus nombreux. A l’heure où les blogs de voyage ont toujours plus de succès, comment être original ? Et surtout, faut-il l’être ? Petit billet d’humeur, et débat ouvert.

Rêver d’Islande en hiver, du désir au vertige

J’ai reçu une alerte en me réveillant ce matin. On vendait des vols à prix cassés pour l’Islande en janvier, des allers-retours à moins de 200 euros par personne pour retourner frôler le cercle polaire et tutoyer les glaces éternelles.
Je suis allée deux fois en Islande, en été, et ces deux voyages comptent parmi mes plus beaux, mes plus inoubliables. Quand le fluide magique qui crée la beauté du monde s’est renversé sur notre planète, il s’est concentré sur l’Islande : aucun autre endroit n’offre un tel catalogue de merveilles en un si petit espace. Volcans, geysers, fjords, plages, glaciers, montagnes, landes lunaires, faites trois pas, vous êtes dans un autre monde.

L'Islande est le pays des cascades. Découvrez les plus belles cascades d'Islande sur le blog de voyage Itinera Magica.

Canyon de Fjaðrárgljúfur

Chez un drogué du voyage, l’envie d’ailleurs est aussi fulgurante et irrépressible que le désir amoureux. Ça m’a pris comme un coup de foudre, je me suis dit que cet hiver, je retournerais en Islande. Je m’imaginais déjà entrer au cœur des grottes glaciaires, dans ce miroitement de transparence mortelle. J’imaginais le froid qui suspend la fureur des cascades, et les geysers qui fendent les épaisseurs neigeuses. La machine à rêves était enclenchée.
Et puis, pour me donner des idées, pour chercher mon itinéraire, j’ai tapé « Islande en hiver ». J’ai vu que beaucoup de blogueuses talentueuses et que j’adore y étaient allées avant moi, j’ai trouvé une profusion d’articles merveilleux. L’Islande en hiver, je l’ai trouvée chez Carnets de Traverse, chez Lovetrotters, chez Vie Nomade, chez Hellolaroux, chez d’autres encore. De fabuleuses variations de la beauté glacée des pôles, et des soleils roux qui frôlent l’horizon, des photos sublimes et des histoires exaltées comme je les aime – l’Islande, pays du cœur qui bat la chamade.

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Imaginez entrer au coeur de la glace…

Au premier article, mon désir était décuplé. Au cinquième, au sixième, il avait laissé place au vertige. L’Islande en hiver ? Mais tout a été dit, photographié par des virtuoses, cartographié au centimètre près, raconté à merveille par d’autres que moi. Que me reste-t-il à découvrir ? Je ne ferais que marcher dans les pas des autres. Je me suis dit que mes envies de grand nord, de longue nuit, de glace monumentale, n’avaient vraiment rien de spécial, et que d’autres m’avaient précédée depuis longtemps. C’est idiot, mais à cet instant, j’ai réalisé que j’étais très formatée dans mes désirs et mes envies d’ailleurs, et j’ai eu un peu honte de mes rêves.
La première fois que je suis allée en Islande, quand j’avais onze ans, nous avions dormi dans des lycées car il n’y avait pas d’hôtels, et eu la sensation de découvrir un eldorado inexploré. Aujourd’hui, la moitié des logements islandais abritent un Air BnB. Mes fantasmes sont devenus mainstream.

Glacier des Pélerins, Chamonix

Chamonix.

J’en ai parlé sur Twitter avec les copines blogueuses. Elles me disaient des choses très justes. « Tout voyage est unique, tu ne retrouveras jamais le même moment, la même lumière, la même atmosphère. Ce voyage t’appartiendra. » Elles me disaient « tu voyages pour toi, pas pour les autres. Pourquoi t’intéresser autant à ce que font les autres blogueurs ? ». Mais j’avais du mal à expliquer ce que je ressentais. Ce n’était pas juste un calcul de blogueuse, un besoin maladif de se démarquer.
C’est que si j’allais en Islande cet hiver, j’allais forcément refaire plus ou moins ce que les autres avaient fait, car c’était le plus beau : marcher sur le glacier, entrer dans les grottes, voir Jökulsarlon, etc. J’allais marcher dans les pas des autres. Or on va en Islande en hiver pour la sensation d’être hors du monde, plongé dans les glaces, seul sur Terre, et que si je refaisais plus ou moins l’itinéraire des autres, cette sensation d’exceptionnel et d’unique allait s’amenuiser. Aller en Islande, ce n’est pas comme aller à Palavas les Flots ou à Paris : tu t’en fiches que tout le monde ait vu la Méditerranée et la Tour Eiffel avant toi, ce sont de toute façon des destinations de masse et c’est très bien comme ça. Mais l’Islande, tu as froid, tu paies cher, tu te sens partie pour une aventure – est-ce vraiment la même chose quand l’aventure est devenue une destination de masse et que tout le monde a vécu pareil ? J’aime raconter des histoires, et que je ne sais plus quoi dire de neuf, de différent, d’autre, après tant de magnifiques récits. Et ces derniers temps, j’ai l’impression que nous sommes nombreux, nous blogueurs voyage, à faire les mêmes voyages, dans les mêmes hôtels, avec les mêmes itinéraires et les mêmes expériences.

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Le Vestrahorn, un lieu d’Islande (légèrement) moins connu, et où j’ai eu le plaisir d’une découverte : je n’avais jamais vu aucune photo de cette montagne avant de la voir de mes propres yeux.

Sur Twitter, mes copines blogueuses me répondaient : « Tu raconteras d’autres histoires, tu feras d’autres photos, nous allons toutes aux mêmes endroits et nous ne vivons jamais la même chose. » Elles ont raison. Au fond, c’est le principe de la vie : racontées en une phrase, toutes les existences se ressemblent. Elle est née, elle a grandi, elle est tombée amoureuse, elle a connu des abysses et des cimes, elle a vieilli, elle est morte. Et pourtant, personne n’accepterait d’échanger son amoureux, sa maison ou son travail avec celui ou celle de la voisine. Le sel de la vie, ce sont les détails, les secrets, les moments dont on a cassé le moule.
Toutes les vies sont pareilles et pourtant aucune ne ressemble à une autre.
Et pourtant. Si on vous disait que vous alliez partir sur la Lune, puis qu’on précisait que vous seriez la toute dernière de votre village à y aller, comment réagiriez-vous ?

Le fantasme de la carte vierge

N’avez-vous jamais rêvé de raconter une histoire que personne n’a encore entendue ? De prendre une photo que personne n’a jamais vue ? De fouler de la neige vierge ?

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Lors de son deuxième voyage, Christophe Colomb arriva en Guadeloupe, à La Désirade.

J’ai toujours été fascinée par les navigateurs et les grandes découvertes. Non pas pour l’établissement colonial, que j’abhorre – la destruction des cultures, l’exploitation des populations, la ruine des mondes –, mais pour l’acte inouï de celui qui plonge dans le blanc de la carte. Ado, je harcelais mon prof d’histoire-géo avec la Sibérie. L’étendue de vide dans la carte me hantait. « Mais là où il n’y a pas de routes ? Il y a des gens ? Le sol ne dégèle jamais ? On peut y vivre ? Il y a des villages ? » Je regardais ces vidéos où, par des températures de moins 50 degrés, l’eau bouillante se métamorphose en tempête glacée au contact de l’air.

Puis mon obsession s’est tournée vers le Pacifique, cet océan gigantesque où affleurent des confettis de terres où personne ne va jamais. J’adorais lire les histoires des îles coupées du monde, comme celle de Palmerston, au large des îles Cook : pour y accéder, comptez 9 jours de navigation solitaire depuis Tahiti, et il n’y a pas d’autre moyen. Le Pacifique sud reste un mystère. Mon arrière-grand-mère, qui a grandi aux Marquises (Polynésie française), racontait avoir connu le dernier cannibale. En vérité, il n’était sans doute pas le dernier de son espèce : en 2011, un navigateur allemand qui entreprenait un grand tour du Pacifique a été dévoré par un cannibale sur l’île de Nuku Hiva (si vous lisez l’allemand, l’histoire est ici , et elle est vraie).

 

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

La côte de Na’Pali à Kauai, Hawaï.

Je prétends rêver d’aller me geler en Sibérie ou de me faire dévorer par les cannibales aux Marquises, mais en vérité, je ne suis pas une grande aventurière. J’aime les douches, les matelas, le wifi, ces petites choses qui rendent la vie meilleure. Pourquoi cette attraction (fantasmée) pour le froid, le loin, l’inconfortable ? Par goût de l’inouï.

La recherche de l’inouï

Entendons-nous bien. Je ne suis pas de ceux qui font la course au toujours plus spectaculaire, qui escaladent le Kilimandjaro à cloche-pied, traversent l’Irak en trottinette ou dorment suspendus à des sangles au-dessus des chutes de Salto Angel. Je souris gentiment face au snobisme du voyageur qui se croit plus pur et plus malin que tout le monde parce qu’il a parcouru en trois semaines à dos de coléoptère volant ce que tout le monde fait en voiture en deux heures. J’estime que les merveilles touristiques du monde sont connues pour de bonnes raisons, et qu’on serait bête de s’en priver juste pour le plaisir de marquer sa différence. Comme tout le monde ou presque, je rêvais de voir le Grand Canyon, les rochers mythiques de Capri ou les tortues et les plages des Seychelles.

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Antelope Canyon, ou aller dans un lieu censé être magique et mystique, mais surexploité par le tourisme de masse. Expérience mitigée.

Je suis une blogueuse de voyage « bourgeoise », comme la plupart d’entre nous : je cherche des soleils d’hiver proches, des liaisons aériennes faciles, un bon rapport qualité/prix. Je vais en Guadeloupe en décembre et dans le Verdon en juin, mes vacances sont souvent celles de Mr et Madame Tout le Monde. C’est aussi pour ça que nos lecteurs nous lisent : parce que comme nous, ils n’ont pas forcément beaucoup de temps et beaucoup d’argent, et ils cherchent des voyages faciles à reproduire, de l’inspiration accessible.
Mes articles de blog sur la France ont souvent plus de succès que ceux sur le bout du monde, et je le comprends tout à fait. Notre pays regorge de merveilles et j’ai vécu des moments de surprise extrême sans quitter nos frontières. J’ai eu de véritables éblouissements esthétiques à deux pas de chez moi, et je suis heureuse de montrer qu’on peut vivre une intense évasion à coups de TGV ou d’autoroute A7.

La France, c’est pas mal non plus.

Mais parfois, nous sommes saisis par le frisson de l’inouï quand nous rencontrons ceux qui osent l’incongru. Mon amie Amandine alias La lykorne illettrée est allée au Groënland il y a deux ans, sur le lac Baïkal gelé l’hiver dernier, et ses voyages m’éblouissent. Un des blogs de voyage les plus puissamment originaux qui existent, c’est probablement celui de Laurent One Chaï, le mec qui prend un cargo pour Cotonou, traverse le Pakistan et le Tadjikistan en moto ou en bus défoncé, apprend l’arabe au Caire et m’a donné follement envie de découvrir l’Ouzbékistan. Je suis devenue allergique à l’expression « hors des sentiers battus », mais j’estime que s’il y a bien quelqu’un qui a le droit de l’utiliser, c’est lui.

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Mon expérience « hors des sentiers battus » (pour le coup, c’est vrai) : camp dans le désert à Tan-Tan, Maroc, pour une conférence hautement surveillée aux portes du Sahara.

A ma modeste échelle (je ne suis pas Laurent, moi, je n’ai pas fait 90h de train entre Moscou et Ürümqi), mon hiver 2016/2017 a été pour moi l’hiver de l’inouï. Déjà, je vivais à Munich, et c’était extrêmement dépaysant : j’ai pu descendre dans des canyons de glace, nager à poil au milieu de la neige, devenir pote avec des chèvres humanoïdes et réaliser toutes sortes d’expériences insolites en Bavière en hiver. Mais surtout, j’ai réalisé deux rêves de gamine, deux projets un peu fous qui me tenaient vraiment à cœur. En janvier, mon voyage aux îles Shetland m’a permis d’assister au festival viking Up Helly Aa, la fête du feu dans le grand Nord. Fin février, j’ai vu se lever la plus grosse vague du monde à Nazaré, Portugal : 30 mètres de furie écumante qui déferle sur la falaise brune.

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Expérience puissante à Shetland, tout au nord de l’Ecosse, entre la Norvège et les Féroé

 

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

L’hiver à Munich, on s’amuse beaucoup.

J’ai ressenti une immense exaltation, une joie extrême. Je n’avais pas fait grand-chose, mais j’avais l’impression d’être une aventurière, une pionnière des temps anciens, celle qui va là où personne ne va. Ça n’était pas une question d’égo, de guéguerre ridicule à « qui c’est qui a le voyage le plus ouf ». C’était cette ivresse de l’inconnu qu’on éprouve à vivre des choses que peu de gens de votre entourage ont vécues, à être sans repères, sans jalons, sans guide (il n’y avait même pas de guide touristique digne de ce nom pour Shetland ! à peine trois pages dans le Michelin), de tout découvrir par soi-même. Je n’étais pas influencée par les histoires et les images des autres, mon inspiration était première, spontanée, et je me sentais libre. Aucun risque de vouloir reproduire les voyages des autres, aucun dilemme « j’ai vu ça comme super photo sur Instagram et j’ai envie de le faire moi aussi, je copie ou pas ? ». En repensant à mes voyages de l’hiver dernier, et en constatant avec surprise mon hésitation face à l’Islande à l’hiver, dont j’avais pourtant rêvé, j’ai ressenti pour la première fois le poids des voyages des autres, et la façon dont ils transformaient les miens, que ce soit parce que je les copiais inconsciemment ou, au contraire, parce que je cherchais à m’en démarquer, que je me disais « pas cet hôtel, pas cette photo, pas cet itinéraire, parce que Machin a fait ça et je ne veux pas qu’on me prenne pour une copieuse ».

Comment un blogueur voyage peut-il se démarquer ? Blog de voyage et originalité

Bien le bonjour des monstres de Nazaré. (Les fourmis dans la photo ? Des scooters des mers. Pour vous donner l’échelle.)

On est d’accord, ce sont des problèmes de riches. Voyager est un privilège, un luxe, et mes états d’âme quant au fait de copier ou non les voyages des copains sont dérisoires au regard de l’état du monde. Ca fait caprice de petite fille gâtée de dire « je ne veux pas aller en Islande parce que tout le monde l’a fait avant moi », j’en suis consciente. Mais ceci est un blog de voyage, et ceci est ma rubrique Réflexions voyage, et j’avais envie d’engager le dialogue avec vous sur l’originalité en matière de blog voyage. 

Les comparateurs de vols, ou la restriction du champ des possibles ?

Tous les blogueurs de voyage sont drogués aux comparateurs de vols, moi la première. Skyscanner, Easyvoyage, Expédia, Liligo… ils sont nombreux à faciliter notre addiction aux ailleurs en offrant en quelques secondes des tableaux de comparaisons des vols pour la Terre entière. Sur Skyscanner, je suis fascinée par la fonction « partout ». Vous rentrez un mois de l’année, par exemple janvier 2018, un aéroport de départ, et la liste de toutes les destinations possibles se déroule sous vos yeux émerveillés, par ordre de prix croissants. Je pense que je ne suis pas la seule blogueuse voyage à avoir un rapport un peu compulsif aux comparateurs de vol : presque tous les jours, je fais des tests. « Et février depuis Marseille, et mars depuis Lyon, et avril depuis Nice ?… » Je regarde. Je fantasme. Je rêve. J’imagine. Au début, j’ai eu l’impression que le monde était à mes pieds. Aujourd’hui, je me demande si ce n’est pas en train de restreindre notre imagination. Trépignant sur les starting blocks, nous attendons la bonne offre, le tarif intéressant, pour foncer. Mais est-ce que nos envies du monde ne sont pas en train de rapetisser à la mesure des hubs bien desservis par les compagnies aériennes ? Les comparateurs de vol et les compagnies low cost ont domestiqué nos désirs : des city trips proches, des connexions directes, pourquoi chercher autre chose ? Ce n’est absolument pas un reproche, car je suis la première à plaider coupable (la preuve), mais je ne compte plus le nombre d’articles de blog sur un citytrip à Prague, un week-end à Lisbonne, à Edimbourg (très envie d’y retourner, d’ailleurs, j’attends un vol pas cher ;-)), à Rome, à Budapest, à Porto, etc. Je continue moi-même à en écrire, je ne compte pas m’arrêter, et je lis ceux des autres avec toujours le même plaisir. Car oui, ces villes sont belles, et on aurait bien tort de s’en priver. Mais je l’avoue, je rigole doucement (avec bienveillance, amis blogueurs, ne m’en voulez pas) de nos prétentions à l’originalité dans des circuits ultra balisés. Quand je vois passer un énième post ayant pour titre « Reykjavik / Barcelone / Londres hors des sentiers battus », je me dis que nous sommes d’infatigables jardiniers, ratissant jusqu’à la racine les bas-côtés des autoroutes touristiques mondiales.

Blog voyage et originalité : comment se démarquer ?

Prague.

 

Blog voyage et originalité : comment se démarquer ?

Florence.


Je pense à mes vieux amis allemands qui, comme les pantins du running gag, me demandent « et pourquoi tu ne vas pas à Majorque ? » chaque fois que je mentionne la recherche d’une destination nouvelle, parce que tous les vieux Allemands d’Allemagne vont à Majorque deux fois par an, et je me demande à quel moment nous allons finir par nous lasser. Nous exploitons une destination jusqu’à la lie, puis nous nous lassons et passons à la suivante. Ce qui était nouveau l’an dernier ne l’est plus cette année : en 2016, j’étais allée aux Açores et aux Seychelles, et naïvement, je me sentais un peu pionnière. Cette année, plusieurs amis blogueurs y sont allés à leur tour, et je suis ravie pour eux. Mais je me demande où je pourrais tenter ma chance, cette fois – acheter l’illusion de la découverte.  Je ne sais pas si nos vies nous permettent d’oser si souvent l’inouï.

 

Vous ne connaissez pas les Açores? Une grande histoire d'amour vous attend. Découvrez le diamant de l'Atlantique, entre volcans, vagues et jardins. Que faire aux Açores, que voir ? Tout sur Itinera Magica, blog de voyage amoureux des lointains.

Magiques Açores. Le plaisir d’aller dans un endroit dont on ne sait pas encore grand chose.

Souvent, l’inouï est cher, pas pratique, se paie par douze escales et des nuits dans des salles d’attente d’aéroport, demande trois semaines de vacances successives, beaucoup de débrouillardise ou beaucoup d’argent. Je rêve de Samoa et de Tonga, de Groenland, de Belize, d’Iles Vierges britanniques, de Russie, d’Ouzbékistan, d’Iles turques et caïques, de Vanuatu, de Zanzibar, de Tasmanie. Et puis je cherche les vols, et je renonce. Trop cher, trop loin, trop compliqué. En revanche, cette super offre pour la République Dominicaine… Difficile de résister à la tentation du pas cher et du pratique, et il n’y a aucune honte à sauter sur une bonne affaire. Au coeur de l’hiver, je crois que je n’en aurai plus rien à faire de l’originalité, et que j’irai n’importe où, pourvu que je trouve du soleil. La vie est courte, et Punta Cana et la Martinique sont superbes. Mais je me demande si nous ne nous illusionnons pas quant à notre statut de « voyageurs », nous qui piétinons souvent sur les mêmes chemins, croyant découvrir le monde alors que nous ne faisons que le traverser sur des rails.
Je me dis parfois que je vais essayer de me désintoxiquer des comparateurs de vol, pour voyager par rêve et non par aubaine. Pour tenter de me demander où je veux vraiment aller, indépendamment des occasions qui s’offrent à moi. J’hésite sur le type de voyage que je veux, le genre d’histoires que je voudrais raconter – faire rêver en allant très loin ou aider à explorer autour de soi en restant tout près. Mais plus profondément, je me demande où j’irais si je n’avais pas de blog, s’il n’y avait aucune mode, aucun phénomène d’influence et a contrario, aucune pression de l’originalité à tout pris? Irais-je chercher l’inouï ou le facile ? Sincèrement, je ne sais pas. Je crois que les blogs ont profondément modifié notre comportement de voyage, et que nous avons parfois du mal à nous reconnecter avec nos vrais désirs.

Pourquoi et comment aller aux Bahamas ? Quelle île choisir ? Guide du pays de Pirate des Caraïbes

Partir, où ?

Alors, l’Islande l’hiver prochain ? Je n’ai pas décidé.

Les blogs de voyage et l’originalité

Et vous ? Après avoir commencé à discuter sur Twitter, je serais curieuse d’avoir votre avis sans la limite des 140 caractères. Pensez-vous que l’originalité est un critère important ? Est-ce que les voyages des autres blogueurs vous influencent dans un sens ou dans l’autre – pour s’inspirer ou se démarquer ? Si un blogueur voyage vous parlait d’un coin ultra secret et difficile d’accès, iriez-vous, ou bien vous diriez-vous que ce lieu lui appartient ? Etes-vous drogué des comparateurs de vol ? Choisissez-vous par opportunité ? Pensez-vous que les blogs de voyage doivent se démarquer à tout prix ? Diriez-vous que nos blogs se ressemblent trop ?

Les blogueurs voyage font-ils tous les mêmes voyages ? Blog et voyage et originalité

Epinglez moi !

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

42 commentaires pour
“Les blogueurs voyage font-ils tous les mêmes voyages ?”

  • Pour répondre à ta question « faut-il être original? », ma réponse est oui et non: oui dans sa personnalité, mais pas dans ses destinations. Si je viens te lire, c’est parce que j’aime ta façon d’écrire et j’adore ta personnalité. Tu peux parler du trou du cul du monde, je trouverai toujours tes articles géniaux c’est une certitude. Ce ne sont pas tes destinations qui me font revenir sur ton blog, c’est peut-être une destination en particulier qui m’a fait venir la première fois, je ne m’en rappelle pas. Mais si je reviens, c’est pour toi et ta plume. Et je trouve presque idiot de se laisser dicter ses prochaines destinations en fonction de leur originalité, sauf pour les blogueurs de métier pour qui c’est une nécessité que je comprends. Mais nous, pour qui tout cela est un loisir, il faut que nous nous laissions dicter par nos envies avant tout, que la destination ait déjà été ratissée par les autres n’a aucune importance, nous porterons certainement de toute façon un regard nouveau qui en intéressera plus d’un.
    Et tu sais, pour reprendre tes termes, si tu concrétises ce rêve et que tu vas en Islande cet hiver, malgré le fait que beaucoup d’autres ont fait exactement les mêmes choses, je suis persuadée que sur le moment, tu l’auras cette sensation « d’être hors du monde », car sur le moment, tous ces blogueurs ne seront pas là, ils ne seront même peut-être plus dans ta tête tellement ton émerveillement prendra toute la place!
    Ah le snobisme du voyageur… voilà un sujet qui enflamme mes neurones ces temps-ci! Mais oui les merveilles sur-visitées le sont pour une très bonne raison et je ne vois pas de raison de les éviter à tout prix. Tout comme ces termes à la mode, « hors des sentiers battus », ça me sort par les yeux!!! Ce besoin de se sentir différent, exceptionnel. La plupart de ceux qui en parlent n’ont rien fait qu’un autre ne pourraient pas faire. Et ceux qui sont réellement sortis des sentiers battus sont d’une humilité hors-compète, quel paradoxe, ils sont admirables. Et c’est marrant, parce que quand je dis ça, je pense juste à Laurent de One Chaï moi aussi. Quel voyageur, et quelle personnalité!
    Tu sais, quand tu dis « copier les autres inconsciemment », je pense plutôt que tu as l’impression de copier à force de te rendre compte que beaucoup l’ont fait d’une manière similaire à celle dont tu rêves. Mais non, l’idée est bien venue de toi à la base, et tu devrais t’accrocher fort à ce rêve malgré tous ces freins qui ne devraient pas en être.
    C’est marrant, je n’ai pas du tout le même rapport que toi aux comparateurs de vols. En fait je cible toujours mes recherches sur un désir qui n’est né que de moi. Du coup je ne vois pas passer les fameux deals qui m’enverraient ici ou là par opportunité.

  • Merci pour ton commentaire adorable qui me touche énormément. Je suis d’accord avec toi, on lit un blogueur pour son ton, ce qu’il est, sa personnnalité.
    En fait, plus cette discussion avance, plus je réalise que ce n’est même pas une question d’originalité « pour le blog » : c’est pour moi. Pour mon ressenti de la destination, pour ma façon de l’appréhender. Quand je refais le même itinéraire qu’un autre malgré moi (ce qui arrive beaucoup en Islande), il n’y a plus la même magie. C’est pour ça que j’ai décidé d’y renoncer pour cette fois.
    Pour les comparateurs, j’ai tellement de désirs et d’envie que je suis ouverte à beaucoup de choses et j’attends que l’opportunité coincide avec mon désir 🙂
    Merci pour ton long commentaire passionnant.

  • Mais franchement vas y en Islande en hiver, même si tu fais le même trajet que d’autres, c’est ton voyage, tes émotions et tes galères qui rendront ton voyage unique par rapport aux autres. Moi il m’arrive tellement de galères car je suis une poisseuse, je sais que mon voyage sera unique rien que pour ça et mes souvenirs seront donc bien différents, même si on est des millions, moi inclue, à avoir vu la même cascade, le même canyon…
    Sinon personnellement, je ne choisis mais alors pas du tout la facilité des comparateurs de voyage. Je suis allée en Macédoine et en Serbie car je suis profondémment fascinée par les Balkans, j’ai passé une nuit entière à l’aéroport d’istanbul pour atteindre la Macédoine. Je suis allée en Slovénie il y a 10 ans avec ma petite Clio, bien avant qu’elle ne devienne hyper à la mode comme la Croatie. L’Islande, j’en rêvais depuis des années (15 ans), mais ce n’est qu’en 2016 que j’ai pu me payer l’Islande (4700€ à deux, ouch) et même si mon itinéraire n’est pas des plus originaux, car des centaines de blogueurs ont déjà écrit des articles dessus, pour moi j’ai réalisé mon rêve d’ado avec mon propre argent en plus. C’est une concrétisation à titre personnel. Bon comme je suis blogueuse j’en profite pour faire des articles, mais au départ mon choix de destination part d’une envie profonde et personnelle.
    Et puis franchement t’inquiète, entre les îles Shetland et un séjour à l’Atlantis, tu es pour moi super originale, j’en connais pas beaucoup d’autres comme toi.

  • Ah t’es trop mignonne ! l’originalité par la poisse, j’adore… « bon alors je suis allée au Grand Canyon et j’ai failli tomber dedans »… ça c’est moi en revanche 😉
    T’es adorable ! Je crois que Shetland est + original que l’Atlantis, mais tu vois vraiment ce n’était pas « pour faire original », c’était un désir intense que j’avais depuis mon premier voyage en Ecosse en 2010 : voir Up Helly Aa. J’adore cette idée de voyage intime, profondément désiré, j’adore ton récit sur les Balkans, du coup je file voir sur ton blog s’il y a la Serbie, la Macédoine, tout ça 😉 Merci pour ton point de vue et ton petit mot super gentil.

  • Coucou !
    Je pense qu’il faut vraiment suivre ses envies, même si ça a été raconte 10 fois! J’ai l’exemple de la Finlande l’été. Beaucoup de blogueurs en parlent, mais cela n’a pas altérer mon avis de la découvrir. Et le pays est suffisamment grand pour que je me retrouve à trouver aucun article sur où j’avais jeté mon dévolu ! 😉 J’ai comme toi, envie du Grand Nord pour cet hiver, et normalement je devrai y arriver !!! (Iiiiiiiiiih ) Je vais me faire une idée des destinations sur les blogs, mais après mon choix se portera sur la ou l’envie est maximale !! Même si plusieurs y sont déjà allés ! (En fait moi j’hésite entre Finlande et Suède en Laponie)
    Pour finir, comme tu le dis, je prefere voyager moins mais a des endroits qui me font envie. Je ne regarde presque jamais les comparateurs, que quand j’ai choisi mon voyage ! Le choix de la destination n’est lié qu’à mon envie (et celles de mes hommes aussi…)😁.
    Donc, vu que t’as le coup de foudre pour l’Islande, moi je te dis : fonce ! Et si le fait que d’autres blogueurs en ait déjà parlé te gêne, et bien essaie un voyage juste pour toi, sans penser blog ! 😁 ( Bon tu penses quand même à nous sur twitter hein 😉)

  • Ce que je recherche avant tout dans mes voyages, c’est l’authenticité et la simplicité 🙂
    J’adore ton article et ton travail car l’authenticité tu la détiens!
    En ce qui concerne les blogueurs, ils n’influencent pas mes choix mais me permettent d’en savoir davantage sur un lieu ou de piquer ma curiosité et de continuer à me faire rêver car c’est le rêve, l’imaginaire qui nous permet aussi d’être créatif ou tout du moins d’être sans cesse surpris des découvertes lors de nos voyages 😉
    Pour le coin ultra-secret, ( qui ne le serait plus pour le coup, puisque divulgué 🙂 ) j’irai sans aucun doute! Cela étant dit, s’il doit le rester ( secret), il le restera car l’intérêt du secret est d’être bien gardé 😉
    Ce que je recherche avant tout chez un blogueur, c’est la sincérité et leur plume, leur créativité mais pas l’originalité car elle peut engendrer parfois des conflits d’égo!
    Pour finir, je dis ISLANDE si c’est ton envie car c’est l’important . Il faut savoir s’écouter et décider d’un endroit qui nous plait et pas d’un endroit qui vendra du sensationnel.
    Ton blog est vraiment génial , ton talent réside dans ta plume et ton art du récit, j’adore ! L’originalité tu la détiens déjà 😉
    Merci pour cet article.

  • Merci Gaëlle pour ta gentillesse qui me touche énormément, c’est un vrai plaisir de t’avoir rencontrée via twitter ! Merci pour tes mots adorables. Je suis très influencée par les blogs et je le revendique, j’adooore les lire, c’est un régal pour moi. Et je vais découvrir davantage le tien avec grand plaisir 🙂

  • A moins d’aller dans un endroit peu peuplé perdu au.milieu de nul part les probabilités de refaire le même voyage que quelqu’un d’autre sont assez importante. En ayant un blog la question devient plus est ce que je voyage pour moi ou pour faire rêver mes lecteurs? Forcément c’est très frustrant de voir qu’une destination très fréquentée ne laisse plus de place a la nouveauté et savoir a l’avance que notre article ressemblera plus ou loin à tous ceux deja existant du web. Mais est ce une raison pour ne pas découvrir ce pays? Personnellement je lis très peu d’articles des endroits que je vais visiter afin de garder le charme intact et de choisir librement les endroits qui me plaisent 🙂

  • Ah je suis accro aux blogs de voyage, je ne pourrais pas renoncer à les lire 🙂 j’adore m’inspirer, piocher, etc. Mais bien sûr, j’essaie de ne jamais refaire pareil. Merci Sarah pour ton commentaire !

  • Je ne pense pas qu’il faille voyager pour se démarquer mais pour se faire plaisir. Si cela te fait plaisir d’aller en Islande en hiver pourquoi ne pas y aller ? Personnellement je ne me pose pas autant de questions ^^ je n’ai pas non plus la prétention de vouloir faire un article absolument incroyable que l’on aura jamais vu auparavant et j’ai bien conscience que mes voyages sont banals mais ils me plaisent et c’est le principal 🙂 par contre contrairement à toi je ne choisi jamais 1 desti en fonction du prix du billet, je choisi la desti et les dates et ensuite je lache 1 bras pour le billet d’avion (ou pas si j’ai de la chance, car ça arrive aussi! Ou si c’est vraiment bcp trop cher et je me résigne à changer de plan) Bref je suis pas une bonne blogueuse bon plan de ce côté la ^^
    Sinon parfois les destinations un peu originales ne sont pas si lointaine. L’année dernière j’ai découvert la Slovénie, je n’avais quasiment rien lu sur ce pays et j’ai été émerveillée. Une vraie surprise inattendue sur la route de Croatie ! Alors ce n’est pas les Îles Kerguelen, ce n’est pas au bout du monde mais pourtant on en parle peu !

  • En fait pour moi ça n’est pas juste par rapport au blog, m:ais à ma propre émotion et sensation de découverte 🙂
    Je suis d’accord avec toi, il y a des perles en Europe. Moi c’est Allemagne/Autriche. Personne ne mesure à quel point elles sont belles ! Totalement pour la découverte magique à deux pas de chez nous !

  • Merci pour cet excellent article !
    N’étant pas blogueuse voyage (j’ai juste lancé cette année mon modeste blog photo, pour enfin avoir mon petit espace dédié sur le net. Alors oui ce sont des photos de voyage principalement, mais je n’ai pas la vocation de les raconter sous forme de récit ou de conseils 🙂 ), je me rend compte qu’on a finalement au moins deux visions à ce sujet : le voyageur lambda et le voyageur qui consomme beaucoup de blog voyage etc. Je me situe dans la première catégorie et je me rend compte que ma vision des choses est assez différente de la tienne : je suis forcément au courant des destinations un peu « in » du moment et je le dis sans honte qu’elles sont parmi mes plus grandes envies (ah l’Ecosse, les pays Scandinaves, les parcs nationaux américains) mais j’ai l’impression que je garde mon émerveillement vis à vis de ces destinations absolument entier, sans avoir eu le côté saturation d’avoir lu trop d’articles sur ces sujets justement… Et du coup, j’avoue n’en avoir un peu rien à faire si mes photos sont identiques à celles de tout plein d’autres personnes, c’est pour moi avant tout que je fais ça (comme ça t’a été dit sur Twitter !) et j’en retire beaucoup de plaisir et de beaux souvenirs… 🙂 Je ne cherche pas l’originalité dans mes voyages, peut être parce que je n’ai pas en plus cette « pression » de devoir publier quelque chose qui se démarque des autres, exercice particulièrement difficile de nos jours comme tu as pu le souligner.
    Je suis aussi bien moins influencée qu’avant par les blogs francophones puisque j’habite au Québec depuis 3 ans maintenant, et que toutes ces destinations européennes me sont bien trop lointaines (à mon grand dam, y’a tellement de choses à voir en France et en Europe!). J’en profite par contre pour découvrir tranquillement mon coin, histoire d’avoir le moins de regrets possibles quand je rentrerais en mère patrie. Mon rêve du moment ? Voir des aurores boréales, aller en Gaspésie et aux iles de la Madeleine…
    Bref, un beau pavé pour te dire de profiter avant tout de chaque opportunité qui t’es donné de voyager, d’oublier Internet qui nous impose trop de codes parfois, et d’appréhender le tout avec simplicité. Ça se ressentira forcément dans tes posts et c’est ce qui va faire qu’ils seront uniques et à ton image… (ou comment enfoncer des portes ouvertes en conclusion :p)

  • Ah je ne connais pas ton blog photo, je vais le découvrir avec plaisir ! Tu habites à Québec, tu rêves de Gaspésie et d’aurores, eh c’est cool tout ça, je suis curieuse 😉
    Merci beaucoup pour ton commentaire adorable et pour ton point de vue rafraîchissant. C’est vrai, les gens qui nous lisent ne lisent pas forcément 18 autres blogs. Je pensais plus à ma propre émotion. Mais en effet… je m’en fais sans doute pour rien !

  • Personnellement, je n’arrive qu’à écrire mes voyages sous forme de « journal de bord », donc je sais que normalement, c’est quasi impossible qu’un autre bloggeur ait vécu la même anecdote ou la même mésaventure que moi x)
    Pour ce qui est de l’originalité, je pense que c’est propre à chaque lecteur/bloggeur. Par exemple je rêve d’aller un jour en égypte et j’adore lire des articles à ce sujet , même si cela concerne des endroits identiques. Et je ne me priverai pas d’en faire un article si j’y voyageais, même si c’est dans des endroits ultra touristiques. Je suis bien d’accord avec la personne qui t’a dit que chaque expérience de voyage est différente !
    Pour ce qui est de ton blog, je suis totalement dingue de TES PHOTOS. Elles sont vraiment exceptionnelles (je suis jalouse même T_T). J’aime aussi les contenus anecdotiques, personnels plutôt que les articles genre BONS PLANS EN ESPAGNE ou 10 CHOSES A VOIR EN ESPAGNE enfin tu vois xD et ce que j’adore dans tes articles c’est que c’est un peu un mélange des deux.
    Voilà voilà, bisous ^^

  • Ah t’es adorable ! oui j’essaie de faire les deux, récit anecdotes, et conseils pratiques et incontournables pour le lecteur qui a besoin d’infos précises. Tu as raison. A vrai dire je pensais moins au blog qu’à ma propre émotion et mon positionnement face à l’histoire que je veux raconter.
    Plein de bisous!

  • Je comprends complètement ta recherche d’originalité dans le voyage… j’essaye aussi de me démarquer… mais il y aura toujours des personnes qui auront fait un itinéraire très semblable avant toi et qui auront posté un bel article sur le sujet ! J’apprends à m’en moquer aussi, après tout, c’est vrai : chaque voyage est unique et on doit le faire surtout pour soi, pas pour les autres.

  • Je pense que plutôt que d’arreter les comparateurs de vols… tu devrais arrêter de lire des blogs voyage… sauf le mien bien sûr puisqu’il est unique… puisque mes voyages sont uniques 😜

    Plus sérieusement… je comprends. Parfois toutes ces idées me passent par la tête… mais en fait elles en sortent bien vite. Je voyage pour me faire mal aux yeux de bonheur, pour voir mes filles découvrir de nouvelles cultures (ma plus jeune fille mange des cookies portugais depuis 15 jours, c’est une grande découverte) et Jac revenir heureux d’une partie de pêche. Je comprends aussi que ce soit très loin de ta façon de voyager et de voir le voyage… mais peut-être la vérité est dans la deconnexion. Prends un billet pour un lieu très visité mais que tu ne connais pas… et pars sans lire une ligne ni sur le net ni dans un guide. Ton sentiment d’exploration sera alors neuf : J’attends le résultat 😊

  • Ton article fait réfléchir et pas qu’un peu. Je ne vais pas pouvoir répondre longuement, il est 2h30 du mat, je suis sur le tel, c’est pas simple.
    Les blogs de voyage m’inspirent rarement. Ils me font rêver mais ne me donnent pas envie de marcher dans leurs pas (je retiens d’ailleurs rarement les infos). Mon père et ses amis baroudeurs oui, complètement. Je ne sais pas comment ils se débrouillent pour dénicher toujours le sentier battu dont je n’ai jamais entendu parler sur les blogs. Ah ben si. Ils ne lisent pas les blogs mais ils parlent avec tout le monde sur les routes, on leur révèle les coins secrets à ne pas ébruiter.
    J’avoue que je ne dis pas tout non plus sur le blog. Je résiste à l’appel du buzz et du devant de la scène pour garder mes pépites sous ma cape de « super-baroudeuse ». Pourtant je sais que ça cartonnerait. Pour la célébrité, on repassera. 😉 Idem pour l’originalité. Il y a plus important.
    Si je cherche à sortir des sentiers battus, c’est parce que je suis fortement claustrophobe. La foule, le bruit, l’agitation me stressent et m’empêchent de profiter. Je déteste l’incivilité de bcp de touristes et suis scandalisée de l’attitude de certains envers les locaux. J’ai du mal à me contenir de les apostropher. Et quand je voyage, je veux me frotter à l’échange avec l’autre. Même avec des signes ou des dessins. Ce contact est faussé dans les lieux très touristiques ou l’appât du gain prime. Dommage.
    C’est souvent pour ça que je fais chaque pays au moins 2 fois: la première pour faire les incontournables (aux aurores ou le soir pour diminuer les perches à selfies) et la seconde pour me détacher de ça et vivre mon voyage avec l’âme, davantage au petit bonheur la chance.
    Enfin, je ne suis pas accro aux comparateurs de prix. Mes vacances sont fixes et scolaires, je sais que je vais cracher au bassinet dans tous les cas ! L’avantage c’est que je ne craque pas sur des offres d’AR pour Londres à 2€ mi septembre… Je peux pas ! 😉

    Je pense sincèrement qu’il faut se détacher du blogging en tant que lecteur ou auteur, et vivre son propre voyage vers le bonheur: près ou loin, au club med ou dans un van, au froid ou dans le désert, peu importe. L’important c’est de se demander pour qui et pour quoi on voyage. Si c’est pour les autres, c’est comme courir après la lune. Ça n’apportera rien.

    Et je m’arrête là car mes neurones s’emmêlent de fatigue ! Mes mots et mes arguments aussi… J’ai presque perdu ton fil, Ariane ! 😄

  • Belle réflexion. Pour ma part, oui les blogueurs m’inspirent (comme toi ac les shetland) mais non, je ne choisis pas mes destinations en fonction d’eux (bien que maintenant je veuille aller faire ce festival bicking). Certes ils m’influencent dans le sens où je découvre plein d’endroits merveilleux où j’aimerai potentiellement aller, mais ma destination sera choisie uniquement en fonction de MES envies. Sortir des sentiers battus je m’en tape un peu. Certes c’est cool de faire des trucs que les autres n’ont jamais fait mais si c’est juste pour justifier un article de blog je ne vois pas l’intérêt si tu ne le fais pas pour toi D’ABORD. Dans ton cas, la question est de savoir si tu dois aller en islande en hiver même si tant d’autres blogueurs l’ont fait avant toi (et tant d’autres gens encore qui ne partagent pas leur experience sur le net). Le fait de se poser la question est peut etre une réponse en soi. Si c’est vraiment ton rève, achètes ce billet. Si tu hésites trop, cherche une destination pour laquelle le click d’achat se fera dans la seconde. Vis pour toi, pas pour ton blog ni pour les autres. 😘

  • En tant que blogueur voyage notre vision est forcément altérée. Moi aussi il m’arrive, pour le Sri Lanka notamment, de me dire merde tout le monde y va, tu vois Ben je te l’avais dit il y a 3 ans qu’il fallait y aller maintenant. Et puis, avec du recul, loin de l’ordi, des réseaux sociaux, quand je suis posée sous mon sapin dans le jardin, je me dis bordel, mais qu’est-ce que j’ai envie d’y aller en fait ! Et je m’en fiche que untel ou untel y soit allé. Bien que, si j’y vais, au retour, pour l’écriture des articles, je me dirai forcément, est-ce les gens vont penser que j’ai « tricher », que untel m’a influencer ?

    Moi aussi il m’arrive de rêver à une page blanche, une terre vierge, mais existe t-elle cette Terre promise ? Dans notre société, nous ne sommes plus des aventuriers à la soif de découverte comme jadis. Tout nous est acquis ou presque (et quand je dis ça, je ne le dis pas d’un air supérieur, ça reste une observation), presque toutes les voies terrestres, aériennes, maritimes nous sont ouvertes ? Qu’est-ce qu’il rend aujourd’hui l’impossible dans un voyage ? L’argent, le cran, le temps ?

    Mon rêve ultime c’est d’aller au Groenland, y passer 5-6 mois au sein d’une famille Inuit et faire un reportage ethnographique. Le Groenland, cette Terre que je fantasme depuis que je suis en âge de comprendre un reportage. Cette année la talentueuse Aurélie y est allée, mais ce n’est pas la seule, il y en a eu d’autres, des blogueurs voyages aux Mr et Mme toute le monde. Pourtant, pourtant, je continue de rêver, d’imaginer le scénario, et d’attendre le bon moment, l’impulsion.

    Pour l’Islande je te comprends. J’ai longuement hésité l’année dernière pour notre premier voyage et puis l’occasion était trop belle. Pourquoi me priver de tant de beautés, d’un voyage extraordinaire sous prétexte que je ne serai pas seule ? Alors OK à certains moments le nombre de touriste me tapait sur les nerfs, pas tant le fait de ne pas être la seule à avoir pensé à l’Islande, mais plus par rapport à l’irrespect de certains (mais c’est un autre sujet 🙂 Finalement, comme je le dis dans un de mes articles sur l’Islande : « Ils étaient là, à quelques dizaines de mètres de moi, agglutinés devant ces orgues de basalte, à attendre promptement leur tour sans même regarder autour d’eux. Pauvres fous, cet océan est là et vous ne le voyez pas ? Comme un secret mal gardé, il s’offrait à nous sans personne pour l’apprécier. Cette idée ne m’a jamais lâchée de ces trois jours : voyager en Islande sans vraiment capter l’essence de l’île ? » Ils étaient nombreux oui, à regarder dans la même direction. Alors nous avons décidé de regarder ailleurs.
    Je mentionne aussi le fait que beaucoup dépeigne l’Islande comme une Terre qui envoute par ses tons gris et sombres. Je m’attendais à ça. Je m’y étais préparé à cette foutue pluie, ces gris, ce vent. Finalement, nous ne les auront jamais vu ces foutus nuages. Encore un préjugé lié aux blogs.
    Tombé à l’eau très vite !

    De même pour NYC. Oui je n’ai pas honte de dire que NYC était un gros rêve. Je ne prétend pas de ne pas être intéressé par NYC parce que c’est trop cliché. Non non non, j’en rêvais, j’assume !!! J’y suis allée et j’ai découvert un NYC que je ne soupçonnais même pas, que je n’avais pas vu sur les blogs. M’enfoncer dans les rues de Coney Island en hors saison, sans une âme, juste une voiture de voyous qui nous tourne autour. Prendre le sub et nous arrêter au pif ! Plus les endroits sont connus, plus c’est intéressant de se dire qu’on a su découvrir quand même des choses ! Le challenge est encore plus gros pour nous blogueurs 🙂

    Je rejoins très bien ta réflexion, même si je n’aurais jamais su aussi bien la retranscrire avec les termes justes. Je pense, que notre plus gros problème, c’est qu’au fond, on a le nez dans les blogs, tout le temps. On les lis tous, on a cette impression de tout voir. Il faut savoir sortir de cette vision trop étriquée, trop renfermée et oser, rêver, VIVRE !!!!
    Alors, si tu rêves de voir l’Islande en hiver, je ne peux te dire que de foncer. La vie est trop courte pour ne pas réaliser ses rêves. Le pire d’une vie ? Avoir des regrets ! Je vois mes parents amers dans leur village du nord, à regretter beaucoup trop de choses, et ça les rend malheureux trop souvent. Tant qu’on le peux, tant que c’est possible, il faut réaliser ses rêves.

    Fonce, vis et continue de rêver !

    (& Merci pour la mention ♡)

  • Hello,
    même si tout a été dit (enfin le sentiment que tu as), c’est quand même très différent de la vivre en vrai (les romans d’amour aussi tout a été dit.. n’empêche que c’est mieux de le vivre en vrai non ?? 🙂 …
    Et si au final, tu ne trouves vraiment rien d’original, tu n’écris rien… ce voyage nourrira ton expérience et, qui sait, de donnera des choses à dire pour un autre voyage…

    Quand aux coins secrets .. faut venir me voir en vrai pour les découvrir 🙂 … teasing de ouf ça !! 😉

    Bref, ton blog est le reflet de tes voyages (ou pas d’ailleurs..) .. ce n’est pas lui qui doit te guider vers une ou l’autre des destinations…

    Biz
    Patrick

  • Comme déjà dit en 140 caractères quelle productivité ! Mais c’est un débat de fond intéressant et tu as bien fait de revenir dessus. Par où commencer ? Je pense que mise à part les copieurs certifiés qui reproduisent de A à Z il est difficile pour un blogueur lambda de reproduire un contenu à l’identique ou alors ça s’appelle du plagiat et là n’est pas la question. Ce que je veux dire c’est qu’aucun voyage ne se ressemble. Je parle beaucoup de mes émotions dans mes écrits et je pense que, sans prétention, elles m’appartiennent et sont uniques dans leur genre. Oui nous sommes allés en Islande en juin, un énième road trip sur ces routes déjà empruntées par tellement de blogueurs et autres voyageurs. Et pourtant j’ai l’impression que notre aventure a été unique. En fait elle l’a été. Je lis les blogs oui mais au final je ne note jamais rien, et oublis, et nous vivons de ce fait notre propre aventure sans penser à ce que les autres ont fait ou non. Les aléas permettent aussi de construire cette « différence ». Etre original oui c’est bien, si on ne cherche pas à l’être. Je pense que se laisser vivre et suivre ses envies nous permettent de l’être. Le monde est petit et tout a déjà été vu ou presque. Mais je comprends ton sentiment, je rêve aussi de pouvoir prendre mon courage à deux mains pour me rendre dans des endroits peu visités. J’ai des contacts ici et là qui me permettraient de voir cette autre facette du monde qui me fascine tant. Peut-être qu’un jour j’oserai. En attendant je vis les voyages dont je rêve et je me tiens loin des comparateurs de vols que je n’utilise jamais. A tord peut être ? Je fonctionne sur l’envie et « l’impulsion-réfléchie ». J’ai envie d’aller à Madère, à Porto, au Canada, à Hawaii, en Nouvelle Zélande, vais-je m’en priver parce que d’autres blogueurs l’ont fait avant moi ? Certainement pas, je compte bien vivre ces aventures à ma façon, je n’ai qu’une vie et je ne cherche pas à la rythmer sur la mélodie des autres. Et puis qui dit qu’au final ne vais pas décider d’aller en Laponie ou en Tanzanie ? Chaque création est unique et je pense que ton sentiment, bien qu’il ne soit pas infondé, laissera bientôt place à l’extase de la découverte, la tienne. Afin que ta propre histoire puisse en découler. Et puis aussi ce n’est pas parce que Machin est allé là que je vais forcément y aller. Il y a un temps pour tout dans une vie, et tu vas par exemple je ne suis pas encore prête à aller en Afrique. Je ne sais pas pourquoi, ça a l’air super pourtant et j’ai déjà des idées de voyages ce n’est pas le problème. Mais non… Pas maintenant. Je pense qu’il faut appréhender sa vie comme si chaque lendemain comptait. Et si c’était le dernier où aimerais tu être ? Le voilà ton prochain voyage…

  • Voilà une réflexion intéressante !
    Pour moi qui suis (beaucoup) plus âgé, les questions se posent de façon un peu différente et il y en a deux qui m’importent :
    – les années qui me restent pour voyager ne me permettront d’aller (ou de retourner, car peut-on prétendre bien connaître une destination après quelques jours ou semaines) partout où les envies me poussent. Alors la première question est celle-ci : quelles sont les destinations qui me tiennent le plus à cœur, où je regretterais vraiment de ne pas être allé voir, sentir, rencontrer, comprendre (un peu), admirer, photographier , … tant que j’en ai le loisir et la capacité ?
    – les blogs de voyage ne sont intéressants que par ce qu’ils nous révèlent des étonnements, des émotions et des passions de leur auteur et rien ne m’énerve plus qu’un article sur une destination fréquentée, dans le cadre d’un séjour formaté, qui prétend donner de conseils de visites, d’hébergement ou de restauration ou pire nous dire les x choses à faire ou à voir. Ma seconde question est ainsi : pour qui est-ce que j’écris un article ? Dois-je parler de ce qui m’a plu ou déplu, étonné, de ce que j’ai appris, compris (ou plutôt cru comprendre) ou de ce que je pense que mes lecteurs attendent ? Tu devines aisément ma réponse à cette question.

  • Pour ma part, j’ai découvert l’Islande en 2010, quand ce n’était pas encore si populaire, quand je n’étais pas blogueuse voyage. Par conséquent, j’adore ce pays et je n’aurais jms l’impression de copier quiconque parce que au fond « j’étais là avant ». C’est sûr , que je ferais sûrement des choses que d’autres blogueurs ont déjà fait, mais ça m’est égal, mes voyages n’ont rien à prouver aux autres et ça me va très bien ainsi 🙂 Après oui, je pense qu’on s’entre-influence, et parfois, peut-être qu’on est pas tenté par certaines destinations par effet de mode mais l’essentiel c’est d’arriver à faire passer ses projets avant l’image qu’on donne 🙂

  • Comme je te le disais sur Twitter, j’ai plein de choses à dire. Mais je vais sans doute en oublier, haha !
     
    Je pense qu’il y a toujours eu des modes et des tendances, bien avant les blogs voyages, et bien avant Internet.
    À mes yeux, le marché des voyages et du tourisme ont toujours fonctionné comme ça. De la promotion, de la communication. Et je ne vais rien d’apprendre en disant que c’est la destination qui fait le plus de bruit qui attirera plus de monde.
    Et de là découle d’autres tendances : le luxe, le camping, l’aventure complète, l’écoresponsable, etc.
     
    Et je pense la même chose : tout voyage est UNIQUE.
    Parce que nos sentiments sont différents, nous n’avons pas les mêmes sensations face à tel ou tel paysage, parce qu’on se base sur le vécu, le passé, … Et que chaque vie n’est pas la même, on ne ressentira pas du tout la même chose. Ce qui peut émouvoir quelqu’un peut très bien nous laisser complètement indifférent.
    À chaque fois que je me retrouve à Glen Coe = je pleure. Parce que c’est grand, c’est majestueux, …. Et parce que je ne sais pas me l’expliquer. C’est à la fois de la joie, de l’émerveillement, et de la nostalgie. Mais pas de la tristesse. Jamais.
    J’imagine que les milliers de touristes qui sont passés par là, avant moi, et qui passeront par là, après moi, n’ont et ne ressentiront pas forcément la même chose.
     
    Je comprends très bien le fantasme de la découverte et de la carte vierge. Mais, après tout, quand on se rend dans un pays pour la première fois, c’est NOTRE découverte. Même si on a pu s’inspirer à travers des photos et des articles… Ça y est. On est là, pour NOTRE première fois. Et c’est important.
    Ce qui ne m’empêche pas, personnellement, à repartir (souvent) au(x) même(s) endroit(s). Pour (re)découvrir, avec un œil nouveau. Découvrir de nouvelles choses malgré tout, parce qu’on a beau aller dans tel endroit depuis 10 ans, il y a toujours de nouvelles sources de découvertes.
    Et de là, je reprends ce que j’ai dit sur Twitter : je voyage pour moi, pour ma connaissance et mon plaisir personnel. Je n’écoute pas les autres me dire que « non, mais enfin, tu as déjà FAIT ce pays, n’y retourne pas ». Je n’écoute QUE mon cœur. Et c’est grâce (à cause de ?) à lui que je repars en Ecosse. Encore et toujours. Et que je n’écoute pas mes proches qui me disent « Quoi ? Encore ?! Mais pourquoi tu ne vas pas en Irlande plutôt ? »
    Oui, il y a PLEIN de destinations qui me font rêver. Mais je voyage pour moi. Je ne veux pas faire voyage quelqu’un.e par procuration. Là, ce ne serait pas MON voyage. Même si, au fond, la découverte me ferait plaisir.
     
    De toute façon, tous les recoins (ou presque) de notre planète ont déjà été explorés. J’ai conscience que je ne serai jamais la première à fouler le sol de tel ou tel endroit. Mais ça me va. 😄
     
    En tout cas, je trouve de l’originalité dans chacun de tes articles, et visiblement je ne suis pas la seule à le penser ma belle Alexandra. C’est toujours un plaisir de te lire. Et puis ça fait voyager ! Un blog voyage, ça sert aussi à donner des idées. 🖤
     
    Après tout, le voyage, il se fait dans l’espace, mais aussi dans le temps !
     
    PS : je suis à Edinburgh en octobre, si jamais… 😇
    Gros, gros, gros bisous ! xxx

  • Ton article est super! Moi aussi j’ai tendance à avoir plus de succès dans les articles en France qu’à l’étranger. Et je confirme on a quand même de belles surprises sans quitter les frontières. Apres je pense aussi que chaque voyage est différent. quoi qu’il arrive on finira tous par passer la ou d’autres sont deja passer … puis combien de fois j’ai lu des articles sur la muraille de Chine qui n’avait pas apprécier cet endroit alors que moi j’ai adoré ? On est tous differents et le principal c’est de vivre ses envies ! Le voyage ne sera que plus beau!

  • Moi, je trouve que ton blog ne ressemble à aucun autre: tout d’abord grâce à ta plume, inimitable, inspirée, profonde, sublime et si poétique! Tu peux décrire une destination-phare, visitée par des milliers de blogueurs voyage, ton récit à toi sera le plus beau. Je suis fan, et admirative de son succès, largement mérité <3

  • Coucou ma petite Alex ! D’abord merci pour le joli clin d’oeil et ces gentilles phrases sur moi, voilà qui me touche beaucoup <3 ! Le sujet que tu abordes ici est super intéressant, et je comprends exactement ce que tu veux dire 😀 😀 !! Je suis allée en Islande la première fois juste avant que ce soit une destination à la mode, et j'y suis retournée l'année d'après et j'ai déjà noté une différence ; aujourd'hui nous ne découvrons plus de terres inexplorées, et nus nous entassons tous vers les mêmes contrées… Et en même temps, quels que soient les pays nous aurons toujours moyen de trouver des coins reculés… Et de raconter de nouvelles histoires, et de façon différente.. Oui j'ai lu beaucoup d'articles sur les mêmes destinations, et pourtant je peux te dire que chaque article Itinera Magica est unique et me fait découvrir des coins d'une façon que personne d'autre n'a raconté (#jesuisfan)… L'Islande l'hiver, tu le sais, j'ai eu un énorme coup de coeur, c'est ce qui a réveillé mon appétit de voyages et tout le reste… Je sais que j'y retournerai, peu importe le nombre d'articles. Si tu y vas, je suis sûre que tu te sentiras là-bas seule au monde et que la magie opérera ! C'est vrai que j'aime chercher des destinations qui sortent des sentiers battus, c'est surtout l'amour de la neige et du froid qui m'ont poussée là-bas. Finalement, la solution se trouve peut-être quelque part entre tout ça ; de temps en temps, un peu de défi, parfois des lieux plus touristiques mais qui nous font rêver, et des virées dans notre pays qui compte, je suis d'accord avec toi beaucoup de lieux magnifiques… Je suis partie un petit week end dans le Perche, à 1h30 de notre appart, et ben c'était fou !!! De la nature à l'état pur, quasiment personne, des étoiles comme je n'en avais pas vues depuis longtemps… On y retourne à la fin du mois 😀 !!! Bref, tout ça pour te dire, va ou le coeur t'en dit, au soleil, dans la neige, en France, ou loin loin loin, de toutes façons, je serai toujours là pour dévorer tes articles <3 !!

  • Voilà une réflexion très intéressante !
    Je me suis reconnue dans beaucoup de tes interrogations…
    En fait, avant que je me mette à bloguer il y a 1 an et demi, j’étais dans ma bulle, je ne lisais presque pas de blog (ou alors quelques uns, qui étaient loin d’être professionnels). Du coup, je vivais chaque voyage comme une grande découverte, je me sentais privilégiée de la vie et j’avais le sentiment d’être quelqu’un d’exceptionnel qui vivait de grandes aventures, et chaque pays me marquait profondément.
    Depuis que je tiens notre blog, je me suis retrouvée parachutée dans un monde rempli de dizaines, de centaines de blogueurs qui voyagent plusieurs fois dans l’année, j’ai lu des tonnes de récits, vu des milliers d’images passer sous mes yeux… Et depuis mes voyages n’ont plus eu le même goût qu’avant, bien qu’ils soient toujours très magiques. Dans ma tête tout à changé, j’ai parfois l’impression d’être un mouton, un petit point noir (privilégié certes) parmi tant d’autres dans le monde des voyageurs.
    Bien sûr, je voyais bien les touristes lors de mes voyages, je savais que j’étais loin d’être la seule à profiter d’un endroit extraordinaire, mais je n’avais pas connaissance de leurs récits, de leurs photos, et ça n’avait pas le même impact.
    J’ai parfois envie de prendre du recul, de lire moins de blogs, pour retrouver la magie d’avant. Je pense que j’ai un gros travail à faire dans ma tête, et apprendre à oublier le temps d’un voyage, les autres blogueurs pour continuer de profiter pleinement de mon expérience, qui sera forcément unique !
    Dans quelques semaines, je retourne dans un pays qui a été vu et re vu, mais peu importe, j’ai ce pays dans la peau et j’y reviendrai des dizaines de fois même si beaucoup de blogs en parlent ! Je sais que je vais voir des lieux très connus, mais je sais aussi qu’on va faire nos propres découvertes et que le jour ou j’écrirais mon article, il aura forcément quelque chose de différent (enfin j’espère! 😉 ). Le plus important c’est son expérience et il faut apprendre à oublier que tout le monde y a été. Finalement ça a toujours été comme ça, c’est juste qu’on ne le voyait pas sur la toile…
    J’espère que je me suis pas trop égarée ou fait du hors sujet 🙂

  • Pour ma part, je choisis mes destinations de voyages en fonction de mes envies du moment. J’adore lire des blogs de voyages, ça me permet de rêver en attendant le prochain voyage ou de le préparer en chinant des conseils ici et là mais ça ne m’influence pas dans mes choix. Tout comme les comparateurs de vols, je compare seulement quand la destination est choisie.
    Je pense que voyager, c’est avant tout pour toi qu’il faut le faire, peu importe que tel ou tel blogueur soit allé avant toi dans tel endroit. Le voyage est avant tout une passion et c’est pour soi qu’il faut le vivre. J’adore ton blog, ton style d’écriture est vraiment top et tes photos sont superbes, peu importe la destination, je viendrais te lire car j’apprécie ce que tu fais : ça vient du coeur et ça se ressent. A l’heure actuelle, je trouve que beaucoup de blogueurs n’écrivent pas forcément avec le coeur mais rédigent plus en fonction de ce qu’attendent la plupart des lecteurs en y délaissant l’essence même de l’écriture (qui pour moi est principalement de transmettre des émotions et des ressentis, ce n’est que mon humble avis). Je ne suis pas une grande blogueuse (a vrai dire je commence a peine) mais pour moi il est important de rester soi-même dans ce que l’on écrit et transmet à travers son blog, chose que tu fais très bien. En cela, pour moi tu te démarques des autres blogs de voyages.

  • Alors c’est drôle parce que je ne me sens pas du tout influencée par les blogs voyages pour partir, ni même par les offres de rêves, mais j’ai fait la plupart des destinations « bateaux » que tu cites comme Edimbourg, Porto, Londres etc… En fait je n’ai pas la prétention d’en faire un récit de voyage « hors des sentiers battus » mais comme tu le dis aussi, chaque voyage est unique, donc oui si mon blog parle de mes expériences au fond ce ne sera pas les même que d’autres…
    Je les partage d’abord pour moi, pour conserver une trace et la relire dans dix ou cinquante ans. Et ensuite pourquoi pas si ça peut inspirer les autres.
    J’ai fait une liste avec mon chéri de tous les endroits qu’on veut voir dans notre vie. En deux ans, on en a fait beaucoup en Europe, des ultra prisées, parce que pour nous c’était pratique, abordable et que ça s’est fait comme ça. Maintenant, on se rend compte qu’il y a des voyages qu’on voudrait faire avant d’avoir des enfants, le compte à rebours est lancé donc on pioche dans notre liste les endroits les plus loins et tant pis pour le prix.
    Pour choisir entre l’Islande ou les Etats Unis cet automne, on a utilisé Skyscanner oui. Mais l’Islande ce sera pour une autre fois… Donc pareil, je me sens pas particulièrement influencée par les comparateurs de prix.

    Peut être que plus vieux, on aura des envies de voyages plus « originaux »… Mais je n’ai pas d’envie de voyages ultra dépaysants non plus, il y a des choses que j’aime moins et tant mieux si certains partent en mode explorateur, je serai même ravie de les lire. Ca changera peut être ma vision ou peut être pas. Mais cet aspect là n’est pas la seule raison de notre partage. Comme cela a été dit, j’aime ta plume, ton authenticité, la richesse de tes articles, c’est pour cela que je viens ici. Donc que tu partes une troisième fois en Islande ou que tu fasses un trek dans le Sahara ou encore que tu passes un week-end à Nice, je te lirai surement.

    En lisant ton titre, je pensais aux blogueurs qui sont payés pour aller voyager à droite ou à gauche et c’est plus ça qui m’inquiète. Est ce que justement cela ne fait pas passer certains pays à la trappe? Je comprend qu’on accepte ces voyages, mais je trouve que ça enlève de l’authenticité, tout est toujours beau et rose chez les blogueurs voyages, peu se permettent de parler de ce qu’ils n’ont pas aimé (tu le fais et c’est aussi pour cela que je te lis) et parfois j’ai l’impression de me faire berner. Peut être pour cela qu’ils n’influencent pas mes envies de voyage (dû moins consciemment).

  • perso je pense que dans la blogosphère il y a ce qu il fait
    je fais ts les mois une revue des articles qui m ont fait tilt et je px te dire que même si je ne lis pas tous les articles existant sur les blogs francophones il y a de la diversité
    on les repère vite les blogs qui font du copier coller
    moi ce qui m amène à revenir c est la plume de l auteur il faut qu il y ait ce petit plus
    je m attache au blogueur
    que le voyage soit court ou lointain cela n a pas d importance l essentiel c est qu il ai réussi à m évader
    j avoue que pr mes destinations je ne suis pas influencé par les blogueurs au point d’écarter un voyage
    car je sais qu on a tous un ressenti différent
    exemple de Naples où j avais plusieurs échos négatifs sur cette ville avec les mêmes choses qui revenaient souvent
    et bien figure toi que j ai kiffé ce voyage mais trop trop
    j ai eu l effet inverse tout le monde tari d éloge sur Rouen mais chez moi ça a fait pschitt mais totalement
    on a ts des ressenti différent, pleins de critères influencent ce ressenti
    on ne recherche pas ts les mêmes choses
    mes envies se nourissent svt de rêve d’enfant ou d adolescence comme pr les Usa ou le Brésil
    me concernant je ne cherche pas à être original juste à raconter mes voyages
    je pense que mes voyages me ressemblent et ne ressemblent à personne d autre
    même sur une destination déjà très visitée je peux t assurer que mon récit sera différent
    comme mes voyages sont uniques mes récits le sont aussi

  • Quel bel article et pour une thème tellement passionnant. Le débat est bien amené bravo. Pour le coup, cette question je me la suis posée la semaine dernière dans un lieu plutôt alternatif et militant entre Drôme Provençale et Hautes-Alpes. Dans ce lieu où aucun reseaux ne passe, totalement coupé du web, Je me suis demandé si cela etait opportun d’en parler au travers d’un article… j’avoue que je n’ai pas encore trouvé la réponse… Un peu comme toi pour l’Islande… En fait, tout dépend de l’angle sur lequel nous le présentons. Si nous le faisons de façon bienveillante et sincère, je pense que cela vaut la peine d’être fait. Reste à savoir si j’ai assez de temps. En tout cas cette expérience était géniale, ça à été un peu notre curé « digitale detox » ca fait du bien aussi… faudrait que Je lance un débat là dessus aussi 😀 Je ne sais pas si cela t’a fait avancer sur ton choix de partir en Islande mais bon 😎

  • […] Autriche ? Petite parenthèse, mais ces questions font échos au superbe article d’Alexandra « les blogueurs font-ils tous les mêmes voyages? ». Je ne souhaite pas me poser comme une blogueuse défricheuse, moi aussi je suis les moules et […]

  • Je ne lis aucun blog de voyage à part le tien pour cause d’intense frustration. Je ne voyage plus. Je fais très vaguement un chouïa de tourisme. 😝 5 maigres jours l’an dernier à Budapest et 6 jours étiques en Crète début juin.
    Si je n’avais pas charge d’âmes et un certain budget, j’irai dans un premier temps retrouver l’Iran et mes souvenirs de jeune ado puis visiter le Vietnam dont je rêve depuis toute petite, ensuite comme une gosse, je ferai, les yeux fermés, tourner un globe terrestre et y poserais le doigt, en espérant qu’il y aura un chouette volcan dans le coin. Mais… 😔 Et franchement, je m’en battrai l’œil et le flanc droit de la patrouille de ce qu’on aura pu écrire ou photographier avant. Mais alors, dans les grandes largeurs! Je ne suis pas sûre de t’avoir éclairée, sauf sur l’étendue de ma frustration de sédentaire forcée. 😂

  • Excellente réflexion, comme d’habitude ! Je n’ai pas lu tous les commentaires, tu me pardonneras les redites (faut-il être original dans ses commentaires ? Prochain sujet de chronique !)

    Je suis contente que tu aies précisé qu’il s’agit d’un problème de riche, car j’ai failli tiquer à la phrase « j’ai les vacances de Madame Tout le Monde » : Madame tout le Monde va peut-être dans le Verdon en juin, mais certainement pas en Guadeloupe – en hiver, elle reste sûrement à Vesoul ou Saint Pourcin sur Sioule, et elle est bien contente d’être partie une fois cette année. Après, c’est certainement qu’on parle aussi du microcosme des blogueurs de voyage et des gens qui les suivent, donc d’une minorité privilégiée.

    Quelque hose que je vis en ce moment, c’est de voir mon « exclusivité » justement s’évanouir : là où je chronique toutes les expériences fabuleuses à vivre dans mon coin de Canada, avec un retentissement mitigé (bébé blog oblige), je suis à la fois contente de voir des grosses pointures se bousculer au portillon par chez moi cet été, et un peu agacée de voir que cette destination pourrait devenir tendance. Par possessivité, par peur de perdre ce qui faisait ma niche peut-être ? Toujours est-il que j’avais l’impression que mon Canada secret ne va plus l’être longtemps. Du coup, je passe mes vacances toujours plus loin au Canada, bêtement ravie d’avoir un peu retrouvé ces sentiers moins battus.

    Quant à nos envies, elles sont forcément influencées, mais pas forcément par les blogs. J’ai souvent envie d’aller voir du côté des destinations que mes amis ont adoré, e ayant vu leurs photos ou pas. Parce que finalement, ce qui donne envie, c’est la passion avec laquelle les gens racontent leur expérience (ou font des photo superbes…). L’originalité, elle est sûrement là : si quelqu’un raconte les Bahamas avec la verve d’une huître, ça ne va pas donner envie. Mais quand c’est toi… 😉

  • Et pourquoi pas l’Islande ? Dans ces magnifiques décors sauvages… on peut, peut-être… vivre des Vacances tranquilles ! Quoi que ! Par contre…il y a des destinations qui ne m’attirent plus du tout ! Quelle tristesse ce Monde en folie !
    Gilbert

  • J’ai dévoré ton article au petit matin, en me réveillant dans une tente inconfortable d’un camping un peu pourri en Albanie (mais on captait le wifi du bar, comme quoi).
    J’ai choisi l’Albanie parce que : j’étais convaincue que c’était un beau pays ; et parce que personne n’y va, enfin, peu de français.
    J’ai eu beaucoup de « et pourquoi vous allez pas plutôt en Grèce ? »
    On cherche parfois à se faire valoir socialement à travers nos voyages, qui aura passé les vacances les plus sexy ?
    Pourtant, j’aime autant voir des villes ou des pays « populaires » que des destinations plus confidentielles. Surtout, parce que je trouve que les récits des blogueurs peuvent être inspirants (l’effet wahou) et utiles (noter les conseils) mais pourtant la lumière, les rencontres et tout le reste feront de mon expérience une expérience personnelle.
    Ce qui sera plus difficile, peut être, c’est d’écrire. Sur Rome, par exemple, des milliers d’articles retracent le séjour des blogueurs. Quand j’écris sur la ville, je veux proposer autre chose, et c’est difficile, parfois je n’écris pas certains articles car je me sens dans la répétition. J’attends que ça vienne, que ce soit plus original. Et si ça vient pas tant pis ! Il y a plein de lieux dont je n’ai pas encore parlé alors que je les ai visités. J’attends l’angle juste.
    Ce que je trouve préoccupant, par contre, dans notre relation grandissante avec les comparateurs de vol, c’est que les questions écologiques semblent avoir disparu, comme si surconsommer du voyage n’avait pas d’impact. C’est un peu hors sujet par rapport à ton article, mais c’est quelque chose qui influence, personnellement, mes choix de voyage et surtout le nombre que j’en ferai.
    En tous cas, j’ai trouvé ta réflexion très intéressante, et le débat sur l’originalité ne me semble peut être pas en être le vrai coeur : comme en art, je crois qu’on n’invente jamais rien en écrivant, au mieux on casse un peu des schémas, la question est plutôt, je crois, comment ?

  • article passionnant et passion , comme les commentaires qui s’en suivent.
    Mais remplace voyage, par recette…est ce que tu vas arreter de manger de la quiche lorraine parce que ton voisin en fait une hier soir. Libre à toi de changer la recette, de l’agrementer selon tes goûts, et bien dans un voyage c’est la même chose.
    J’ai un miniscule blog, perdu au sein de la blogsphere, c’est mon univers, il me ressemble, je n’en retire que du plaisir, aucun revenu, aucune pression, je suis la boss. Je peux comprendre lorsqu’on en retire un revenu que la « pression » n’est pas la même. Il faut surprendre, innover mais dans tous les cas ne pas vendre son âme au diable sous pretexte de faire mieux que. Avant tout tu voyage pour toi, et ensuite pour ton public. Si tu commence à mettre tes fans avant tes envies, ton voyage ne t’appartiendra plus, et tu ne vas pas l’apprecier.
    Si t’aime le chèvre dans ta quiche, et bien mets du chèvre c’est toi qui la mange pas le voisin 😉 !

  • Grand sujet de réflexion ! Je pense aussi que chaque expérience est différente ; il existe autant de voyageurs que de façon de voyager et que de regards sur un même voyage. Quand bien même tout aurait déjà été vu, dit et photographié sur une destination, quelle importance, si toi tu ne l’as pas encore vécu ! Je rejoins certains commentaires qui disent que l’on voyage avant tout pour soi. La contrainte d’un « gros » blog, surtout quand on en tire un revenu, c’est effectivement de choisir ses vacances en fonction de ce qui plaira le plus à ses lecteurs, de la plus-value que l’on peut apporter à la blogosphère… Mais il ne faut pas oublier que tout part du bonheur à voyager, et ne pas finir par voyager pour bloguer.

    Je pioche dans les récits de blogueurs des idées, que je note dans une appli, où je vais ensuite piocher quand j’organise mes escapades. Ils ne dictent donc pas le choix de mes échappées, mais enrichissent par petites touches leur contenu. Il y a du bon à prendre dans chaque article et je n’ai jamais vu 2 récits qui se ressemblent 🙂

  • Du coup, il ne faudrait plus aller à Séville, à Rome, à Lisbonne, à Londres, à Paris, à New York … pour éviter de voir ce qui a été trop vu déjà ?
    Évidemment que nous traversons tous et toutes les mêmes paysages et que nous prenons tous et toutes les mêmes routes … seulement, nos yeux sont uniques et c’est bien ça qui fait la spécificité de notre aventure non ?

  • Très bonne question qui ouvre la porte à un laaaaaarge débat ! Je suis de ceux qui pensent que tu dois suivre tes envies et non la tentation de l’hyper capitalisme qui a conduit à la création de cet outil bien pratique (dont je suis aussi adepte) ; le comparateur de vol. Les comparateurs, en affichant des listes, deviennent des catalogues, des rayons de magasin. On vit une nouvelle fois l’invention du super marché. Si les destinations bon marché (de notre point de vue) deviennent à la mode, elles sont souvent salies par ces mêmes modes (tourisme de masse engendrant entre autres problèmes une pollution accrue, augmentation des prix, intrusion dans la vie des locaux etc). Comme disent les kékés : YOLO Ariane ! Suis tes envies et va en Islande 😉

Laissez un commentaire