Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
5 janvier 2019    /    

Confessions sincères d’une blogueuse-

Un début d’année est toujours un bon prétexte aux bilans, aux réflexions et aux mises au point. En ce mois de janvier 2019, j’avais envie de me livrer à l’exercice de la confession et de revenir sur l’année écoulée, vous parler de ma vie personnelle et de mon travail. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire par le passé, lors de précédentes réflexions sur le métier de blogueur et son évolution, je voudrais aussi prendre position sur un certain nombre de débats actuels, et répondre à des questions que vous m’avez posées, en public ou en privé. Je vous fais une promesse : celle de la sincérité absolue. Moi, blogueuse et journaliste-photographe en ce début 2019, comment je vais, qu’est-ce que je fabrique, de quoi je vis, qu’est-ce qui me préoccupe ? Je vous dis tout.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Regardons ensemble dans le rétro…

 

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

… et ouvrons grand la fenêtre sur 2019 !

2018, grand chaos et renouveau lumineux

De toute ma vie, je n’ai jamais vécu une année comme 2018, aussi bouleversante, éprouvante et stimulante à la fois – une année de montagnes russes, pleine de fracas et de lumière. Mon début d’année fut tout bonnement cataclysmique. En janvier, j’ai eu droit coup sur coup à une rupture d’une extrême violence, un lourd problème de santé, un combat important que je continue de mener, et je me suis sentie submergée. J’ai mesuré à ce moment-là que l’amitié entre blogueurs n’est pas un vain mot, et les marques de soutien et d’affection de la blogosphère dans ces épreuves m’ont profondément touchée.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Ma chère amie Lykorne Illettrée, ici dans son ciré jaune avec moi aux îles Féroé, fait partie de celles qui ont été extrêmement présentes pour moi – mais elle n’est pas la seule, loin s’en faut 🙂

Et puis j’ai repris fermement la barre, parce que la vie est belle et que l’envie de mordre le monde à pleines dents ne me quittera pas de sitôt. En mars, j’ai réalisé un très vieux rêve de grand nord en explorant la Laponie, l’Islande et enfin le Groenland. Les immensités blanches de l’Arctique ont joué leur rôle d’ardoise magique sur mon âme. J’ai jeté une bague qui me brûlait le doigt au milieu des icebergs d’Ilulissat, j’ai formulé des vœux, des prières et des promesses, et je suis revenue apaisée, prête à reprendre la route.

Quel pays nordique choisir ? Quel est le plus beau pays nordique ? Quel est le meilleur endroit pour voir des aurores boréales ?

Au milieu des icebergs à Ilulissat.

Quel pays nordique choisir ? Quel est le plus beau pays nordique ? Quel est le meilleur endroit pour voir des aurores boréales ?

Huskies à Ilulissat.

Au salon des blogueurs de voyage en Aveyron en avril, j’ai reçu un prix qui m’a profondément touchée, et de nombreux témoignages d’affection qui me sont allés droit au cœur.

Pourquoi aller au Salon des blogueurs de voyage ? Retour d'expérience sur WAT18 en Aveyron.

Une récompense qui me touche : 2e prix au trophée Blog Expert, après avoir pu présenter mon travail devant tous les blogueurs et exposants présents au salon.

J’ai quitté Aix-en-Provence, j’ai aussi dit adieu à la Bavière qui était ma seconde patrie et désormais l’unique objet de mes regrets, mais j’ai retrouvé ma Drôme adorée, et j’ai passé une bonne partie de l’année à explorer ses rivières, ses montagnes – notamment le merveilleux Vercors – et ses lavandes.

Découvrez les meilleures activités outdoor en Vercors : parapente, spéléologie, équitation, vélo, luge, canirando, etc. Activités de plein air dans les Alpes en été. #vercors

Un des plus beaux souvenirs de 2018 : le parapente dans le Vercors.

Randonnées dans le Vercors en été et autres incontournables du Vercors

… et cet incroyable bivouac face au Mont Aiguille avec mon amie Marion alias La faute au graph.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Beauté de la Drôme en été.

Where to see the most beautiful lavender fields in Provence? Secret tips by a local

.

De nouveaux horizons se sont ouverts. Mon sud chéri me réservait une très belle rencontre avec quelqu’un de spécial dans un département voisin du mien, et 2019 fut l’année où j’ai découvert les charmes de l’Occitanie, notamment du Gard.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Aux arènes de Nîmes.

 

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Aux cascades du Sautadet, dans le Gard toujours.

Voyages proches et lointains

D’autres grands voyages ont scandé l’année : en 2018, j’ai découvert l’Ouzbékistan, la Louisiane, les îles Féroé et la République dominicaine. D’autres escapades m’ont emmenée hors de nos frontières : à cheval en Ardenne belge, au milieu des palmiers à Elche en Espagne, à Dakhla dans le Sahara marocain, en Slovénie et dans le Tessin en Suisse.

Partons pour un grand voyage en Ouzbékistan. De Samarcande à Boukhara en passant par la steppe, voici un itinéraire de rêve pour découvrir les incontournables d'Ouzbékistan.

Ouzbékistan.

 

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Dakhla.

 

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Iles Féroé.

Mais j’ai aussi passé beaucoup de temps en France, à Montclar la station de ski solidaire, dans les gorges du Tarn, en Bourgogne, en Alsace, à Rouen, dans la Manche, dans la Loire, à Lyon et à Nice. (Comme vous le voyez, il me reste un certain nombre d’articles à écrire !)

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Strasbourg

J’aime passionnément notre pays et il m’apparaît de plus en plus clair que mon amour du voyage n’est pas une envie de déracinement, que je ne souhaite plus m’expatrier et que ma vie sera sans doute française. A chacun de mes voyages « hexagonaux », je mesure davantage encore l’infinie diversité de notre pays, sa richesse et sa beauté, et la profondeur de mon attachement à la France. Je crois que c’est à Nice que j’aimerais vivre – je vous en parlerai dans un prochain article.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Nice.

Vivre de mots et d’images : être blogueuse pro et journaliste-photographe

Comme vous le savez, j’ai deux casquettes, celle de blogueuse professionnelle pour Itinera Magica, et celle de journaliste-photographe indépendante, spécialisée dans le tourisme.

Itinera Magica va bien, et j’en suis infiniment heureuse. A l’heure où j’écris cet article, début janvier 2019, vous êtes plus de 35 000 visiteurs individuels à visiter le blog chaque mois, et plus de 35 000 à me suivre sur les réseaux sociaux, dont presque 21 000 sur Instagram. Au-delà des chiffres, ce sont des personnes, des amitiés qui se nouent, de la bienveillance et des échanges auxquels je ne renoncerais pour rien au monde. Je vous dis merci, merci pour votre présence, votre gentillesse.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Les 9 photos que vous avez le plus appréciées sur Instagram en 2018 : Dolomites, Vercors, Féroé, Gorges du Tarn, Vercors, Dolomites, Rouen, Martinique, Féroé.

Mon autre grande satisfaction professionnelle en 2018, ce sont les reportages que j’ai réalisés pour Version Femina. C’est chaque fois un vrai bonheur de voir mes mots et mes photos dans ce beau magazine qui touche trois millions de lecteurs chaque dimanche. Vous allez continuer de m’y retrouver souvent en 2019, avec de nombreux reportages prévus, et je m’en réjouis.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Reportages réalisés en 2018 pour Version Femina.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

.

Mes deux métiers vont main dans la main : j’ai souvent eu envie de partager sur Itinera Magica de merveilleux voyages réalisés en tant que journaliste, et de nombreuses destinations découvertes en tant que blogueuse se sont ensuite retrouvées dans mes dossiers tourisme pour Femina, comme la Loire, les gorges du Tarn, le Vercors, l’Aveyron, les Shetland, Hyères, Cabourg, l’Estérel, Montclar, etc. Cet équilibre me rend très heureuse.

Week end dans la Loire, au sud de Lyon : chambre d'hôtes abordables et romantiques. Week end romantique au vert au sud de Lyon

La Loire : une belle découverte de blogueuse que j’ai pu partager dans Femina.

 

De Dijon à Beaune, prenons la route des vins de Bourgogne, entre grands crus et hôtels de luxe. Un séjour romantique au coeur de la Bourgogne

La Bourgogne, du blog à la presse, le coup de coeur se partage.

Je reçois souvent des messages privés sur Instagram me demandant de quoi je vis : de la création de contenu textuel et visuel, à 100%. Je réalise des reportages avec cession de photos, à la fois pour la presse et directement pour les destinations. J’aime passionnément mon métier et je mesure pleinement ma chance, même s’il y a évidemment beaucoup de travail et de fatigue à la clef. Je suis en déplacement deux ou trois semaines par mois, très peu chez moi, mes journées sont très, très longues (j’adore vraiment les réseaux sociaux, l’échange et le partage qu’ils permettent, mais qu’est-ce que c’est chronophage !), je gère beaucoup de choses simultanément jour après jour, certains retards de paiements me posent vraiment problème, je dors peu et je ne suis pas sûre de pouvoir faire cela toute ma vie, surtout si j’ai un jour des enfants. Mais je vis des choses extraordinaires, je le sais bien, et j’en profite au maximum, avec la gratitude et l’exaltation d’avoir réalisé mon rêve et la conscience de sa fragilité. Je sais que les années que je vis en ce moment sont extraordinaires, et que quoi qu’il arrive ensuite, cela restera un moment très spécial et mémorable de ma vie.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Kangerlussuaq, Groenland. Même si je pouvais vivre mille ans, je n’oublierais pas…

La question de l’affiliation : pourquoi j’en fais très peu ou le problème Booking

Mon modèle économique est donc basé exclusivement sur la création de contenu (ce qui explique pourquoi je voyage autant et pourquoi mes journées sont si longues). A lire les bilans de mes collègues blogueurs, par exemple celui de Novomonde que j’apprécie, je sais que nombre d’entre eux tirent aussi d’importants revenus de l’affiliation. Je leur envie un peu cette source de revenu stable, plus facile et pratique, mais ce n’est pas quelque chose que j’ai personnellement réussi à mettre en place. Je la pratique occasionnellement, par exemple dans la page présentant mon matériel photographique ou dans mon article livres & objets de Noël, et si vous souhaitez me soutenir en utilisant ces liens, j’en serais très heureuse. Mais cela reste marginal sur Itinera Magica. Pourquoi ?

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Si vous achetez un livre ou un objet que j’ai recommandé en utilisant mes liens affiliés, je touche une petite commission, mais le prix ne change pas pour vous.

Cela tient principalement à une chose. L’affiliation qui rapporte le plus d’argent aux blogueurs mettant en valeur des hébergements, c’est Booking. Or je travaille beaucoup avec des hôteliers, ayant beaucoup de plaisir à vous présenter de beaux hôtels, chambres d’hôtes et gîtes indépendants. Et l’immense majorité d’entre eux me racontent que Booking les prend à la gorge. Avec sa situation de quasi-monopole et sa pratique de référencement ultra agressif (avant de trouver le site web direct d’un hôtel dans Google, vous tombez toujours sur une multitude de liens Booking), le site s’est imposé comme un incontournable, et exige des commissions exorbitantes. Pour chaque réservation effectuée via Booking, le site prend 17 à 25% du montant de la nuit – sur le prix TTC et non sur le prix HT, ce qui signifie que l’hôtelier paie des commissions même sur l’argent qu’il renversera à l’Etat. Inutile de dire que nombre d’hôteliers indépendants se sentent complètement vampirisés, et ne supportent plus Booking.
Ils développent donc des stratégies de contournement et offrent des tarifs et options plus avantageux aux personnes qui réservent en direct, par exemple : les plus belles chambres, le petit-déjeuner offert, le parking, etc. Les hôteliers me disent souvent « précisez bien à vos lecteurs de réserver en direct chez nous, et pas sur Booking ». Vous imaginez bien que dans ces conditions, il m’est totalement impossible d’aller insérer un lien affilié Booking dans l’article…

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Comme de nombreux hôteliers, Le Cèdre à Beaune pratique des tarifs bien plus avantageux en direct que sur Booking.

De même, je ne suis pas vraiment satisfaite de l’affiliation que je pratique actuellement sur les livres et objets, via Amazon. J’ai lu comme tout le monde les craintes des libraires indépendants face à Amazon, et les reportages alarmants sur les conditions de travail de leurs employés. J’aimerais beaucoup pouvoir développer un mode d’affiliation plus éthique, honnête (on me propose tout le temps de l’affiliation sur des produits ou services que je n’ai pas testés, ce n’est évidemment pas possible pour moi, je refuse catégoriquement de mentir à mon lectorat), mais qui reste malgré tout rémunérateur. Je pense que je cherche la quadrature du cercle, mais si vous avez des idées…

La question de la sincérité des blogueurs

Puisqu’on parle d’éthique et d’honnêteté, j’en profite pour répondre à une question qu’on me pose souvent. Les blogueurs sont-ils sincères ? Si j’ai été invitée quelque part et que quelque chose me déplaît, est-ce que je le dis ? A quel point suis-je transparente ? On m’a parfois reproché d’être trop enthousiaste. Si l’immense majorité des commentaires que je reçois sont positifs (merci !), j’ai parfois droit à une petite pique du type « vous surjouez l’enthousiasme » « vous abusez des superlatifs », etc. A cela, j’aimerais répondre en deux temps.

Premièrement : on ne fait pas mon métier sans être doté d’une nature fondamentalement enthousiaste. On ne fait pas mon métier sans aimer profondément le voyage, la découverte, les lieux, les gens, les histoires, les paysages. Les gens qui n’ont pas le cœur qui battent face à un petit chalet typique juché au sommet d’une montagne, par exemple, ne font pas mon boulot. Quand on devient blogueur de voyage, c’est qu’on est sincèrement curieux du monde et de ceux qui l’habitent, sinon le job est trop usant et épuisant. J’aime mon job, j’aime les lieux, j’aime les gens, j’aime l’immensité des découvertes à portée de main. Je n’ai pas à me forcer pour voir la beauté du monde et le charme des expériences. Même crevée et stressée, la splendeur d’un paysage ou le charme d’un resto typique me séduit toujours autant. Je sais que j’ai de la chance, que beaucoup envient la vie que je mène, même si elle n’est pas aussi parfaite qu’ils le croient parfois. Je ne veux pas me comporter en gamine gâtée qui méprise son bonheur.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Mes voyages s’accompagnent de fabuleuses rencontres. Il faut encore que je vous raconte ma visite de Grimentz en Suisse, où j’ai goûté le “fromage des morts”, le “vin des glaciers”, découvert les “combats de reines”, le tout au milieu de maisons datant du XIIIe siècle. Emotion puissante.

 

Le plus beau spa d'Alsace, un spa de luxe et d'exception ? La Source des Sens vous attend pour un week-end romantique et bien-être.

Un des plus beaux séjours de 2018 : La Source des Sens à Morsbronn, en Alsace. Je vous mets au défi de ne pas être enthousiaste 😉

Deuxièmement : oui, mes voyages sont parfaits ou presque. Ils sont conçus comme tels, et c’est fait exprès. Je vous explique.

Si vous me lisez régulièrement, vous le savez : la création de contenu est mon métier et je ne dissimule donc jamais un partenariat. Tous les articles que je réalise pour une destination, une marque, un hébergeur, etc, précisent clairement le cadre dans lequel le voyage a été réalisé : je cite et je remercie mes partenaires. Vous aurez remarqué que j’utilise toujours des formules du type « j’ai été invitée par XYZ, merci à eux pour l’organisation de ce voyage », et non des formules du type « ce voyage a été sponsorisé, mais cela n’influence en rien mon jugement ». Pourquoi ? Soyons honnêtes : évidemment que cela m’influence d’être accueillie dans un bel hôtel, de tester des activités hors-normes, de manger des plats délicieux, de bénéficier d’un accompagnement personnalisé, etc. Mais je n’ai aucunement besoin de mentir. Tout sera authentiquement parfait, tout sera conçu pour être parfait, et je n’aurai pas à me forcer pour être enthousiaste. Pourquoi ? Parce que le but d’un tel reportage est de montrer comment tirer le meilleur d’une destination, vous montrer comment vous pourrez, à votre tour, réaliser un voyage parfait. Lorsqu’un office de tourisme invite un blogueur, son but est de montrer tout ce qu’on peut voir, vivre, faire, manger, admirer sur place, pour que le blogueur puisse, à son tour, conseiller sa communauté sur la meilleure façon de tirer parti de son séjour.

Il m’est parfois arrivé, par le passé, de rater complètement des voyages. J’avais réservé des hôtels pourris, je ne savais pas qu’on pouvait faire telle activité, j’étais venue au mauvais moment, bref, je suis passée à côté de l’expérience. Le but d’un accueil blogueur est de montrer COMMENT ne pas passer à côté de l’expérience. Il ne s’agit absolument pas de mentir, de prétendre qu’un hôtel est luxueux si c’est un boui-boui, de faire miroiter des activités qui n’existent pas, etc. Ce n’est absolument pas dans l’intérêt d’une destination de mentir sur la marchandise. Il s’agit de sélectionner, organiser, choisir, pour savoir où aller, que faire, que voir. Il s’agit de vous présenter un voyage certes parfait, mais reproductible. De vous donner les clefs pour que ce que vous viviez soit aussi bien que ce que j’ai vécu moi.

Visiter Dijon, la capitale de la Bourgogne. Mes incontournables à Dijon pour un week-end parfait à Dijon.

Les plus belles vues, les meilleures adresses… un blogueur sélectionne ce qui vaut vraiment le coup.

Quand un office du tourisme invite un blogueur, il va discuter avec lui de ses attentes. Il va lui demander : qui est votre communauté ? Qu’est-ce qu’elle aime ? Qu’est-ce que vous avez envie de voir ? Vous êtes plutôt luxe, plutôt aventure, plutôt famille, plutôt cuisine, plutôt fête… ? A partir de ces premières réponses, il va tenter d’élaborer un programme idéal. Le blogueur va ensuite faire des recherches, bien se renseigner, faire ses propres propositions, dire « je préférerais faire telle chose, j’ai l’impression que cela me correspond mieux… ». Au fil des échanges, on arrivera au voyage parfait, adapté à la personnalité du blogueur, et reproductible par d’autres. Je n’ai pas à me forcer à être enthousiaste, parce que ce que je vis mérite presque toujours que je le sois.

Confession sincère d'une blogueuse : les blogueurs sont ils sincères ? les blogueurs détruisent ils la planète ? Blog et écologie, influenceurs et sincérité

Embarquer pour une superbe aventure en République dominicaine.

Quand un blogueur n’a pas aimé un séjour

Mais que se passe-t-il s’il y a un raté ? Si malgré tout ce travail préalable, quelque chose me déplaît, se passe mal, comment on gère ? Il y a plusieurs cas de figures, et j’ai déjà fait l’expérience de chacun. Voici ma gestion personnelle du Truc Qui Foire Malgré Tout. J’ai un principe : ne jamais mentir à mon lecteur. Je n’écris JAMAIS « j’ai adoré » si ce n’est pas vrai. Mais je ne veux pas non plus blesser inutilement, et j’ai développé des stratégies de contournement.

* Cas 1 : les circonstances sont contre moi. Facile à gérer, il faut être sincère, cela ne blessera personne. « On m’a dit que la vue était extraordinaire, mais je suis malheureusement venue un jour d’épais brouillard. Ne venez pas si la météo n’est pas au beau fixe, vous ne verrez rien. » « Ce resto de plage est fermé par temps de pluie. »

Que voir dans la Loire ? Châteaux des gorges de la Loire, randonnées en Forez, artisanat et spécialités de la Loire, villages de caractère.

Les 3 dents dans la Loire, sublime panorama sur… ah non, pas aujourd’hui, finalement.

* Cas 2 : je ne suis pas la cible de cette activité. Un peu plus délicat, mais gérable malgré tout, toujours avec sincérité. « Une visite à réserver aux amateurs. Si vous appréciez le street art, cette visite est faite pour vous. » (En ce début 2019 j’assume tout et je crie haut et fort : le street-art, ça va bien cinq minutes en ce qui me concerne.) « Je pense que cette activité est idéale pour les enfants et les familles. » (Mais moi je n’ai pas encore jugé utile de me reproduire.) « La trottinette de descente n’est clairement pas pour moi (plus jamais vous me faites faire un truc comme ça pitié), mais si vous êtes un peu casse-cou (et que vous rêvez de mourir rapidos), vous allez vous régaler. »

Découvrez les meilleures activités outdoor en Vercors : parapente, spéléologie, équitation, vélo, luge, canirando, etc. Activités de plein air dans les Alpes en été. #vercors

Trottinette de descente : j’ai failli crever, mais Marion a kiffé.

* Cas 3 : certains aspects sont super, d’autres moins. J’ai adoré la piscine, mais les chambres sont moches. La vue est sublime, mais la nourriture laisse à désirer. C’est là qu’il faut être subtil. Je refuse de me montrer brutale, mais je ne mens pas non plus. Je fais preuve de diplomatie, j’accentue le positif en suggérant que le reste vaut moins le détour.

Aller dormir dans un igloo ? Je vous promets un retour d’expérience sincère.

* Cas 4 : il faut éviter un piège, je le dis clairement. « Attention, ne réservez pas le ferry de 6h du matin, qui dure 3h, prenez plutôt le ferry de 7h qui fait un trajet direct en une heure et demi ».

* Cas 5, rarissime : c’est vraiment nul. Très simple, je n’en parle pas du tout, aucune mention, rien. Je suis là pour cultiver la beauté, le positif, l’inspiration. Je n’ai pas envie de consacrer mon espace virtuel à descendre en flammes des activités ou des lieux, que je sois invitée ou pas – vous ne me verrez jamais parler de ce que je déteste, même quand je voyage de façon totalement autonome sans partenariat. Je ne tiens pas un blog pour ça. Oui, il m’arrive parfois de voir des endroits moches, des hôtels pourris, des activités sans aucun intérêt. Je zappe et j’oublie. Je n’utilise pas mon temps de vie à traiter des photos laides et écrire des textes sur des trucs qui ne méritent que l’oubli. Sur Itinera Magica, je ne veux parler que de ce qui fait battre mon cœur plus fort, m’enthousiasme et me réjouit. Avec ou sans partenariat. Il m’est (très rarement) arrivé d’expliquer à un partenaire que je ne souhaitais pas parler de telle ou telle chose, car je n’avais rien de positif à dire à ce sujet. On en parle calmement et poliment, et tout se passe bien.

Bref, je n’ai pas l’impression que ma conscience souffre de mon métier, j’ai l’impression de trouver le bon équilibre entre sincérité indispensable et diplomatie nécessaire. Mais une autre question taraude actuellement la blogosphère.

La question de l’écologie : les blogueurs détruisent-ils la planète ?

Je m’aventure maintenant sur un terrain miné, je le sais.

Pour beaucoup, 2018 a été l’année de la prise de conscience réelle quant au changement climatique. J’ai lu beaucoup de résolutions, venant de blogueurs et de non-blogueurs, de gens disant : désormais je sais que je dois faire quelque chose à mon échelle, et je vais changer mon comportement (manger moins de viande, passer au zéro déchet, ne plus prendre l’avion, aller au travail en vélo, etc). Comme toute personne saine d’esprit, j’approuve et j’applaudis évidemment cette démarche de responsabilisation écologique. Redécouvrir les beautés de sa région sans courir systématiquement au bout du monde, produire moins de déchets et recycler ceux qu’on cause, végétaliser son alimentation, privilégier des activités respectueuses de l’environnement, comment être contre ? Je suis heureuse de cette sensibilisation collective, de cet engagement plus largement partagé.
Je suis avec bonheur des blogs comme celui de Belette rousse, à l’engagement environnemental et animaliste  inspirant, et j’apprécie les contributions de blogs comme Wait & sea au débat sur la responsabilité éthique et écologique des blogueurs.

ariane fornia photographe

Sauvons les tortues, réduisons les plastiques !

Mais j’ai aussi vu monter, notamment sur Twitter, une dérive qui m’a gênée, je dois le dire : celle de la police écologique, de la culpabilisation, de la prise à parti et de la dénonciation de comportements perçus comme déviants. Un certain puritanisme écologique se développe et se montre prompt à juger.
C’est une influenceuse qui explique comment fabriquer un shampoing écolo, et qui se fait clouer au pilori illico : comment ose-t-elle parler d’écologie alors qu’elle prend l’avion quinze fois par an ? L’influenceuse décide donc de ne plus jamais parler d’écologie, c’est plus prudent, quand bien même sa démarche était sincère.
C’est un touriste qui explique tout content qu’il va réaliser son rêve de tour du monde, et qui se fait aussitôt engueuler : autant d’avions, autant de pays, c’est irresponsable, il ne pourrait pas plutôt aller en Mongolie en roulotte plutôt que de tuer la planète dans son Airbus pour Oulan-Bator ?
Pire encore, c’est une blogueuse qui annonce sa grossesse et se prend en pleine figure le messianisme masochiste d’un décroissant trop zélé : avoir des gosses, c’est détruire la Terre, comment ose-t-elle se reproduire face à la catastrophe écologique ? Il vaudrait mieux que l’espèce humaine s’éteigne.

Visiter Elche en Espagne : la plus grande palmeraie d'Europe, la gastronomie du sud de l'Espagne, le mystère d'Elche, les plages d'Elche...

Palmeraie (entièrement artificielle) à Elche. Les hommes façonnent aussi la beauté de la Terre…

Je le dis sans détour, je suis mal à l’aise face à cette atmosphère de chasse aux sorcières et de doigts pointés.
Je crois profondément à la lutte contre la pollution et à la dégradation de l’environnement, mais je suis mal à l’aise face à l’hystérie apocalyptique, à la certitude que « nous sommes tous foutus » et aux appels à revenir à l’âge de pierre. Je reste résolument progressiste et optimiste quant à la faculté d’adaptation et d’évolution des sociétés humaines, et vigilante quant au respect des libertés individuelles et au droit de chacun de mener sa vie comme il l’entend. Développer des voitures et des avions plus propres, généraliser les modes de consommation plus durables au meilleur prix au lieu de culpabiliser systématiquement le seul consommateur, adapter l’urbanisme aux changements climatiques annoncés, me plaît davantage que de restreindre les libertés individuelles en attendant la fin du monde.

Plongez au coeur des bayous de Louisiane et des plantations, entre alligators et swamp tours. Immersion mythique en #Louisiane.

Coucher de soleil sur le Lake Martin, où alligators et humains parviennent à co-exister en bonne intelligence.

Je suis la première à dire qu’il faut redécouvrir la beauté de la France, qu’un week-end à Rouen, Strasbourg, Nice ou Biarritz est aussi merveilleux qu’un week-end à Amsterdam ou Berlin, mais l’injonction à ne plus du tout prendre l’avion et renoncer à la formidable ouverture sur le monde et ses cultures qu’a pu signifier la démocratisation des long-courriers m’attriste. Je suis vigilante quant aux dérives du tourisme de masse qu’ont pu subir Venise, Barcelone ou Lisbonne, et je suggère de renoncer autant que possible aux croisières et aux Air BnB, grands artisans d’un tourisme prédateur. Pour vous en convaincre, je vous invite à lire le billet de mon amie Lucie alias l’Occhio di Lucie au sujet des croisières à Venise, et celui de Miss Texas au sujet du fléau Air BnB à Lisbonne : expatriées dans ces deux villes, elles savent malheureusement de quoi elles parlent. Mais je reste convaincue des bienfaits économiques, sociaux, culturels du tourisme en général. Il reste la plus belle forme de « mondialisation pacifique », comme l’a écrit le géographe Rémi Knafou.

Découvrez les Dolomites à l'automne.

Le tourisme change, la cause environnementale progresse, et c’est tant mieux. Depuis mon séjour dans les Dolomites, les drones sont désormais interdits sur ce lac, en raison de nuisances trop importantes. Je le comprends et le respecte.

Un plaidoyer pour le tourisme

Je reste résolument favorable au tourisme et convaincue de son rôle de levier indispensable au développement et à la prospérité des territoires. J’ai déjà eu l’occasion de le dire ailleurs. Mon amie Olivia alias La fille de l’encre a récemment convié plusieurs blogueurs, dont moi, à évoquer leur vision du tourisme solidaire – un billet que je vous conseille, et dans lequel j’exposais mon attachement au tourisme « traditionnel ».

Pourquoi croyez-vous que les offices de tourisme cherchent à faire venir des journalistes, des influenceurs, des blogueurs, pourquoi croyez-vous que les territoires ruraux cherchent absolument à développer le tourisme ? Le tourisme permet le développement et la valorisation de territoires enclavés, il incite les territoires à faire de leur originalité, leurs particularismes et leurs traditions une source d’attractivité au lieu de les écraser sous le rouleau compresseur de l’uniformité. Il crée de l’emploi hors des gros centres urbains et permet à de nombreux habitants des zones rurales de rester vivre chez eux, de perpétuer des modes de vie et des savoir-faire et de tirer un revenu de cette préservation culturelle. Il crée de la richesse, des services, de l’accessibilité. La géographe Sylvie Brunel a montré dans son essai La planète disneylandisée comment le tourisme encourage les gens à rester ce qu’ils sont, à être fiers de ce qui les différencie, et œuvre à la conservation de manifestations culturelles qui auraient disparu sans le regard émerveillé que le touriste porte sur elles. Moi qui suis Provençale, je sais que le tourisme permet de garder les marchés de Noël aux treize desserts, le pastrage, les transhumances, les pèlerinages, les défilés équestres en Camargue, les chants, les costumes d’Arlésienne, et combien la représentation des traditions encourage leur perpétuation.

Que faire en Camargue ? Balades à cheval, bonnes adresses, incontournables, retrouvez tout sur le Camargue.

Les abrivades du 11 novembre sur la plage des Saintes Maries.

 

Découvrez les 10 plus beaux lacs de Bavière sur Itinera Magica, blog de voyage amoureux de l’Allemagne.

Préservation de la culture équestre hivernale développée en Bavière par le roi Louis II, grâce au tourisme.

Pensez à Montclar, la station de ski solidaire et autogérée des Alpes du sud, où les habitants ont mis toutes leurs économies dans le rachat de la station et une énergie considérable à son fonctionnement. Si la station de ski avait fermé, un village entier serait mort, des gens qui vivaient ici depuis des générations auraient dû abandonner leur montagne, sans même pouvoir revendre leur maison qui n’aurait plus eu aucune valeur. Partout dans les Alpes, le développement du tourisme a permis aux gens de rester en montagne en ayant des revenus l’hiver, alors que la seule pratique agricole l’été n’aurait plus permis leur subsistance dans le monde moderne. Sans le tourisme, toute la culture montagnarde européenne aurait disparu avec l’inexorable désertification des villages d’altitude.

Une station de ski familiale et solidaire dans les Alpes du sud : Saint Jean Montclar, autogérée par ses habitants

Montclar, authenticité et dévouement

Pensez au Castel d’Alzac, un château du Moyen-Âge sauvé de la ruine par l’initiative extraordinaire d’un maire et de ses administrés motivés, qui ont travaillé bénévolement à sa métamorphose en gîte 5 étoiles et dont les bénéfices reviennent à l’ensemble de la commune. C’est une fabuleuse source de dynamisme dans un petit village aveyronnais.

Un gîte de luxe en Aveyron et un projet collectif solidaire porté par tout un village ? Ne cherchez plus ! Bienvenue au Castel d'Alzac !

Au Castel d’Alzac en Aveyron.

Mais je veux aussi saluer les nombreuses initiatives privées, les hôteliers indépendants, les restaurateurs amoureux du bon goût, les prestataires passionnés. J’en vois sans cesse au cours de mes voyages. Je pense par exemple à La Source des Sens, où un couple passionné d’hôteliers indépendants ont su créer l’hôtel-spa le plus extraordinaire que je connaisse, un havre de luxe et de beauté inouï, qui emploie 30 personnes dans un petit village du nord de l’Alsace. Je pense au Mas Cacharel, hôtel d’une authenticité exceptionnelle au cœur des étangs et des roselières, qui se bat pour perpétuer l’héritage de Crin-Blanc et de la vraie Camargue. Je pense à la laiterie du Gontey et aux autres belles chambres d’hôtes dans la Loire, aux Fleurines en Aveyron et au Gîte Emeraude encore, à tant d’autres hôteliers indépendants et exigeants. Je pense aux restaurants labellisés Maître Restaurateur – label de confiance car décerné par les services de l’Etat sur inspection régulière – qui cultivent le fait-maison, les circuits courts, le travail avec des producteurs locaux de qualité.

Merveilleux Gîte Emeraude, un de mes plus beaux souvenirs de 2018.

Refuser le manichéisme

Je veux aussi dire un mot pour le grand luxe, souvent décrié injustement par ignorance. Dans nombre de pays, seuls les hôtels de luxe ont les moyens financiers de préserver l’environnement exceptionnel dans lequel ils ont choisi de s’établir, de développer indépendamment des services d’un Etat défaillant leurs propres systèmes d’assainissement, de traitement de l’eau, des déchets, leurs panneaux solaires, etc. Ils savent qu’ils ne doivent pas scier la branche sur laquelle ils sont assis. Les hôtels les plus luxueux que j’ai visités étaient profondément engagés dans une démarche éco-responsable, par exemple à l’Alila à Oman. Je vous parlerai aussi prochainement de Dakhla, dans le Sahara marocain, d’où je reviens, où on développe un très grand luxe dans un profond respect de l’environnement.

alila jabal akhdar plus bel hôtel d'oman

Alila Jabal Akhdar à Oman : ultra luxe, vraiment écolo.

J’ai même parfois défendu des complexes qui servent souvent de cibles faciles, comme l’hôtel Atlantis aux Bahamas : ce méga-resort et parc d’attraction maritime, souvent critiqué pour ses aquariums, est aussi le seul endroit au monde où on parvient à faire se reproduire le poisson-scie, espèce menacée d’extinction, et un des meilleurs centres de réhabilitation des tortues blessées au monde. Je refuse le manichéisme, « gentils petits hôtels écolos » versus « méchants complexes de luxe » – le monde réel est complexe et nuancé, et le but du voyage, c’est aussi de réviser ses idées reçues.

Pourquoi et comment aller aux Bahamas ? Quelle île choisir ? Guide du pays de Pirate des Caraïbes

Atlantis.

La responsabilité et le sens de la vie du blogueur de voyage

Cela ne signifie pas que je cautionne tout, bien évidemment. J’ai déjà expliqué pourquoi je ne désire pas, à l’heure actuelle, me rendre aux Maldives, ni en Birmanie, en raison du génocide pratiqué contre les Rohingyas. Aucun pays n’est parfait, mais certaines violations des droits de l’homme heurtent trop ma conscience pour que je puisse continuer à soutenir le régime concerné. Mais si vous choisissez de passer vos vacances là-bas, promis, je n’irai pas vous allumer sur Twitter, je vous laisserai vivre en paix.
J’ai des principes éthiques auxquels je ne souhaite pas déroger, je tiens à les expliquer et à les défendre, et je crois toujours à la responsabilité du blogueur de voyage : ne pas promouvoir des choses illégales, immorales, destructrices, œuvrer en faveur d’un tourisme intelligent, sensibiliser les gens. Je vais continuer à vous répéter comme une scie qu’il ne faut pas sortir les étoiles de mer de l’eau, pas même dix secondes, par exemple, parce que cela les tue.
Mais toutefois, il est hors de question pour moi d’aller attaquer d’autres voyageurs quant à leurs choix.

Pourquoi et comment aller aux Bahamas ? Quelle île choisir ? Guide du pays de Pirate des Caraïbes

Coulisses de cette photo : j’ai arraché cette pauvre étoile aux mains d’un ignorant qui l’avait sortie de l’eau et je l’ai redéposée au fond. Photo prise sous l’eau, évidemment.

Je vous l’ai dit, je n’aime pas les croisières, pour des raisons écologiques et sociales. Je n’aime pas ces énormes bateaux qui crachent un fioul très lourd et toxique, bien plus polluant que les pots d’échappement des automobiles, ces énormes bateaux qui arrivent le matin dans une ville, lâchent des milliers de touristes dans les rues sans qu’ils consomment quoi que ce soit, puisqu’ils mangent et dorment sur le bateau sans profiter à l’économie locale. Ce n’est pas un modèle soutenable. Mais qui suis-je pour juger celui qui prend une semaine de vacances dans l’année et rêvait par-dessus tout d’une croisière en Méditerranée, dont c’est le seul loisir et plaisir ? Moi qui voyage trente-six fois dans l’année, je n’ai pas à lui jeter la pierre, ce serait injuste et assez indécent. Ayons des causes à défendre, des combats qui nous tiennent à cœur, mais ne nous faisons pas la guerre les uns aux autres.

Que voir et que faire en Aveyron ?

Sauvez la planète, allez en vacances en Aveyron. Je vous jure que ça vaut le détour.

Il y a quelques temps, mon amie Audrey alias Arpenter le chemin avait publié un beau billet s’interrogeant sur le sens de la vie de voyageur : nous profitons de la beauté du monde, nous savourons, nous sommes heureux, mais que construisons-nous, que faisons-nous pour les autres ? Notre vie de voyages a-t-elle un sens ? Parce que je crois profondément aux bienfaits du tourisme, pour ceux qui l’accueillent et pour ceux qui le pratiquent, je peux dire que oui, ma vie a un sens, et que je me sens utile. Quand Montclar ou le Castel d’Alzac m’écrivent en me disant « merci Ariane, grâce à vos articles nous avons eu plusieurs réservations », je me dis que j’ai contribué à des initiatives auxquelles je crois, modestement œuvré à faire vivre ces beaux projets. Quand je reçois un message privé sur Instagram me disant « merci Ariane, grâce à toi je suis allée à Caen et j’ai adoré cette ville », je suis profondément heureuse et touchée d’avoir pu inspirer une journée de découverte et de joie à quelqu’un. J’adore mon métier, vraiment, et je crois qu’il a un sens au-delà du plaisir personnel que j’en tire.

Une station de ski familiale et solidaire dans les Alpes du sud : Saint Jean Montclar, autogérée par ses habitants

Skier solidaire à Montclar.

Prendre ou pas l’avion en 2019

Mais alors, la planète, je m’en fous ? Non, absolument pas. Mon principal problème en ce moment, c’est celui des déchets plastiques, dont l’accumulation m’effraie. Je passe beaucoup de temps en transit, et je suis sans cesse obligée d’acheter à manger dans des gares, des aéroports… où on me sert toujours dans des barquettes plastique. J’essaie vraiment de m’engager dans une démarche de réduction des déchets, chez moi et en voyage, d’éviter les contenants en plastiquer, de produire moins de plastique et de le recycler autant que possible. Je suis en recherche constante d’idées à ce sujet, et très intéressée par le développement des bioplastiques.

Même s’il s’agit pour moi davantage d’éthique que d’écologie, je suis très engagée dans la protection animale et je ne mange pas de viande (si ce n’est au Groenland et en Ouzbékistan, où il a été impossible de faire autrement) – si vous avez déjà vu une vidéo de L214 dans un abattoir, vous me comprenez sans doute. J’aime profondément les animaux, trop pour les manger. Toutefois je sais la contribution de l’élevage extensif aux paysages français, à l’entretien des montagnes et des prairies, et j’ai adoré voir les belles vaches sur le plateau de l’Aubrac et les moutons sur les pentes des Alpes du Sud. J’ai du respect pour les éleveurs et je sais combien ce sujet est complexe.

Que voir et que faire sur l'Aubrac ? Activités et choses à voir à Laguiole et Brameloup, brame du cerf, burons, fromages. Blog Aubrac, nord Aveyron

Vaches sur l’Aubrac.

Reste la question de l’avion. J’ai vu passer sur Twitter de nombreux appels à ne pas prendre l’avion en 2019. Je comprends ce choix : je sais la contribution importante des avions à l’émission de gaz à effet de serre. On peut être écolo toute l’année et exploser son « empreinte carbone » en un long-courrier, j’en suis consciente.

A titre personnel, la promotion touristique est mon métier, et il implique de prendre régulièrement l’avion, tout comme des dizaines d’autres professions – voyageurs d’affaire, commerciaux, artistes, sportifs, etc. Cela ne changera pas en 2019. Quand on m’envoie en reportage trois jours au Maroc, je n’ai pas la possibilité de m’y rendre en kayak.

Pourquoi et comment aller aux Bahamas ? Quelle île choisir ? Guide du pays de Pirate des Caraïbes

.

En revanche, cela fait déjà longtemps que j’ai choisi de prendre beaucoup moins l’avion à titre privé, pour mes vacances et loisirs, ne serait-ce que pour des raisons de commodité : les aéroports, le franchissement de la sécurité, de la douane, les vols serrés comme des sardines, je le subis déjà à titre professionnel, je n’aime pas vraiment me le réinfliger à titre personnel. J’adore redécouvrir les bonheurs du voyage en France, en train ou en voiture. Cela va s’accentuer en 2019, où je vais continuer à beaucoup voyager dans notre pays. Si vous me suivez, j’aurai le plaisir de continuer à partager avec vous les merveilles de la France, et j’en suis ravie.

Road trip en Haute Provence : lavandes de la Drôme et des Baronnies, Sisteron, Serre-Ponçon. Blog de Provence

Sisteron, son rocher et sa citadelle – que la France est belle !

 

Influenceurs et écologie

Alsace.

 

influenceurs et écologie

Annecy

Cap sur 2019

Ce long article va s’achever ici, en vous invitant chaleureusement à réagir en commentaire, pour parler de l’évolution du blogging, de l’éthique, de l’écologie, du sens de la vie et des perspectives pour 2019. Je sais que certains sujets abordés sont polémiques, et je suis tout à fait ouverte à vos réactions – avec franchise et courtoisie toujours.

Un dernier sujet restera en suspens dans ce long billet : la question du couple et de son exposition virtuelle ou non quand on est blogueuse. Je crois que cet article est déjà suffisamment long, et je garde un nouvel article confession-débat sur ce thème pour le mois de février – la Saint Valentin sera une occasion parfaite pour en discuter !
Pour ne pas le rater, et pour ne pas rater l’Alsace, Lyon, Nice, les îles Féroé, la République dominicaine, les Bahamas, Dakhla, etc, je vous invite à vous inscrire à ma newsletter.

Je n’ai pas de grande résolution ou de changement de cap à vous annoncer pour 2019. Après le chaos que fut 2018, je savoure le calme, la continuité, le fait de persévérer dans mes projets et de cultiver mes envies, sans ressentir le besoin de mettre un grand coup de gouvernail. Plus que jamais, j’aspire à la joie.

Je remercie du fond du cœur toutes celles et tous ceux qui me suivent et me permettent, par leur présence et leur soutien, de continuer à voyager, à créer, à raconter la beauté du monde et la magie des expériences proches et lointaines. Merci à vous.

Je vous souhaite à tous une belle et heureuse année 2019.

influenceurs et sincérité

Débutant l’année dans ma ville rêvée : Nice.

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

114 commentaires pour
“Confessions sincères d’une blogueuse”

  • J’ai lu ton article avec beaucoup d’intérêt et je salue vraiment l’intelligence de tes propos. Tu sais argumenter ton point de vue et tes choix professionnels/personnels sans jamais critiquer ou comparer, c’est vraiment très appréciable ! Je te souhaite de pouvoir continuer longtemps à vivre de ta passion, tout en apportant du dépaysement et de belles découvertes à tes lecteurs ! Merci pour la référence à mon blog 😉 Au plaisir de te lire, Sophie

  • Merci beaucoup d’être passée ici, Sophie. Je te lis avec plaisir et comme tu le vois, ton blog me stimule beaucoup, j’avais adoré ton article sur les coulisses du tourisme lisboète. Merci pour ces encouragements qui me vont droit au coeur et au plaisir de te suivre encore en 2019 !

  • Merci de nous rappeler en effet que rien n’est tout noir ni tout blanc. Trop “d’enthousiasme” pour un principe ou une cause pour nous rendre en effet un peu trop facilement très moralistes. En plus d’être un peu prétentieux, c’est probablement peu efficace, car personne n’aime qu’on lui fasse ainsi la morale et considérera le ou la donneur de leçon pour un ou une abruti.
    J’ai tenu ce rôle sans doute parfois un peu trop facilement par le passé, mais j’espère avoir un peu mûri (et vieilli 😀 ).
    Néanmoins, je reste convaincu qu’aller au Maroc en kayak, ça se tente 😉

  • Laurent, si quelqu’un sur Terre peut aller au Maroc en kayak, c’est bien toi ! J’adore ta façon de tracer ton chemin qui ne ressemble à aucun autre. Même assagi, reste cet ovni attachant roi du Kiffistan 😉 Des bises et merci pour ton petit mot !

  • Ton plaidoyer pour le tourisme est parfait! C’est exactement ça! J’ai aussi l’intention d’en parler prochainement parce que je viens d’un petit village qui ne demande qu’à recevoir la planète entière après des décennies de déboires économiques. En fait, toutes tes réflexions ici sont très justes et me rejoignent tellement! Garde ta franchise et ton honnêteté, tu ne pourras jamais être perdante, ton succès est amplement mérité. Que 2019 soit lumineux et au plaisir de te recroiser un de ces jours, chez-toi, chez-moi ou ailleurs!

  • Merci pour ton message adorable, Annabelle ! cela a été un vrai bonheur de te rencontrer en 2018 – pardon de ne pas avoir pu t’accueillir en Provence, tu es tombée sur une phase de grand chaos dans ma vie comme tu le sais, mais je te promets que je ferai mieux le jour où tu reviendras chez nous. Hâte de lire ton reportage sur le petit village dont tu parles ! Je t’embrasse

  • Merci pour ce beau bilan très sincère et toute en finesse ! Je me pose aussi la question de diminuer l’avion depuis plusieurs années. En 2018 j’avais essayé de ne pas le prendre et j’ai craqué par deux fois et cette année n’en parlons pas avec mon Voyage aux antipodes ! Du coup je pars pour longtemps et j’ai arrete les City trip de quelques jours en avion.
    Le plastique est aussi quelque chose qui me fait peur et quand je vois à quel point il y en a partout c’est l’horreur !
    À part préparer tes pique nique a l’avance ou prendre uniquement des sandiwichs emballes dans du papier (pas tjs dispo / pas tjs dans le goût que l’on veut) j’ai pas de solution miracle à te proposer. En déplacement maintenant je prends ma gourde isotherme et demande mon thé dedans et récemment j’ai achete un kit de couvert en inox à monoprix qui se range dans une petite boîte plastique (réutilisable bien sûr) pour déjà réduire la partie couvert jetable (encore faut il etre assez réactive pour les refuser !)

  • Merci pour ton retour, Mathilde ! Moi aussi je me suis mise à la gourde et aux couverts récemment, j’ai 2 jeux de couverts que je peux prendre avec moi et laver rapidement au robinet, j’essaie vraiment de lutter contre l’envahissement du plastique mais c’est si dur… dès que tu as faim dans un aéroport, par exemple, tu te prends quatre tonnes d’emballages. J’essaie d’aller vers des produits sans emballage plastique, par exemple une part de quiche aux légumes servie dans une assiette, etc. J’adorerais une législation plus contraignante sur cette question. Récemment, j’ai vu passer sur FB l’initiative d’un supermarché zéro déchet, le Drive tout Nu, vers Toulouse, j’adore le concept !

  • Quel article ! Merci pour ta sincérité et ta franchise, ça manque vraiment. La transparence est une valeur qui manque sur trop de blogs.

    Je suis globalement d’accord avec tout. Moi aussi j’ai vu passer toutes les bonnes résolutions de diminuer ses vols et prendre des moyens de transports alternatifs. Si ça existe. Dans mon coin de Canada, Greyhound a disparu, il n’y a plus de liaison en car (pourtant je l’ai fait, de passer 33h dans un bus pour ne pas prendre l’avion) et le train est plus pittoresque que pratique. Malheureusement, parfois, on a pas le choix !

    En 2019, je continuerai à te lire !

  • Merci pour ce message adorable. J’adore ton point de vue canadien sur la question. Je suis fascinée par la dureté mythique et solennelle de la vie à Winnipeg, par les distances, le climat, les contraintes – chez toi, tout se déroule à une autre échelle… Je continuerai aussi à te lire en 2019 <3

  • Un grand merci pour cette page.
    Je vous souhaite le meilleur pour 2019.
    Continuez à me/nous faire rêver, par l’excellence de vos articles.
    Cordialement .
    René.

  • Cher René, merci pour ce mot qui me touche profondément. Je vous remercie pour votre présence et votre soutien et vous souhaite une merveilleuse année 2019.

  • Quelle chronique ! Un vrai billet d’humeur qui balaie de nombreux points différents ! Moi j’aime ce blog pour les découvertes que j’y fais ! Bien sûr, si vous en vivez, il faut définir une certaine éthique ! Cela vous honore ! Mais le lecteur n’est pas dupe et décrypte derrière les formules la réalité ! Pas de souci !
    Pour moi qui anime un blog littéraire, culturel et de mes récits de voyage perso pour le plaisir, l'”influencement” n’est pas une préoccupation !
    Alors au plaisir de me faire voyager en 2019 au gré de vos perigrinations ! J’aime les belles photos et les belles histoires !
    Merci

  • Merci pour votre message adorable. Oui, le lecteur décrypte, mais il faut l’aiguiller, et réserver le summum de son enthousiasme à ce qui le mérite vraiment 🙂
    Je vous comprends, et j’adore aussi lire les blogs de ceux qui n’en vivent pas, je trouve cela très bien que les blogueurs pro et les blogueurs par plaisir cohabitent dans cette grande et belle blogosphère variée. La fraîcheur et la spontanéité des blogueurs non pro est aussi un “rappel à l’ordre” pour nous tous et je trouve très bien de ne pas vous perdre des yeux. Je vous souhaite une belle année 2019 !

  • Merci pour ce partage, pour ta sincérité ET POUR TON ENTHOUSIASME (love !) !!!!!
    J’ai beaucoup apprécié de te lire et tout particulièrement que tu nous offres ces réflexions avec une aussi belle ouverture d’esprit.
    Je t’embrasse, à nouveau mes très sincères bons voeux pour 2019, prends grand soin de toi précieuse Ariane.

  • Merci pour ton message adorable, et encore merci de m’avoir ouvert les portes de la Laiterie en 2018 ! j’espère qu’on se recroisera en 2019,je t’embrasse affectueusement et te souhaite beaucoup de succès.

  • J’adore vos récits, photos ils me font voyager … et votre approche de l’écologie, de l’environnement : excellent … J’attends votre prochain journal avec impatience…

    Si vous avez un quart de seconde à me consacrer auriez vous l’adresse d’un hôtel à Nice avec vue sur la mer et plutôt confortable … Merci d’avance et bonne route 2019 . Andrée

  • Chère Andrée, un grand merci pour ce message qui me touche ! OUI oui oui j’ai un merveilleux hôtel vue sur mer à recommander à Nice : l’hôtel West End. C’est là que j’ai pris la photo de moi dans l’embrasure de la fenêtre + la toute dernière photo de l’article. C’est un palace rétro 1900 sur la promenade des Anglais avec une vue incroyable. Enorme coup de coeur.
    Je vous souhaite une belle année 2019 !

  • Bonjour Ariane, quel bel article, touchant et profond. Sincère, sans aucun doute. Nous te rejoignons sur plusieurs points, notamment celui de l’écologie, qui nous interpelle depuis un bon bout de temps à présent.

    Il est vrai que l’on cherche à nous culpabiliser de prendre les transports comme l’avion, mais notre impact est bien moindre que celui des multinationales qui ne font qu’augmenter les aller/retour par le ciel et la mer.

    Quand on a peur et l’on va vers un inconnu, tous les extrêmes nous rattrapent. Alors que la solution est la modération et un changement de vie. Ce n’est pas la fin du monde, mais la fin d’un monde.

    Nous ne réglerons pas les problèmes planétaires en arrêtant de voyager, mais en voyageant autrement. En consommant autrement.

    Nous restons persuadés qu’un meilleur monde est possible, mais pas en interdisant tout. Les quelques efforts que nous citoyens pouvons faire, ne sont que des miettes à l’échelle industrielle. C’est tellement facile de culpabiliser un peuple pour leur faire croire le contraire.

    Soyons responsables mais pas dupes.

    Bon voyage en 2019 !

  • Chère Stéphanie, cher Frédéric, merci pour ce beau commentaire. Je suis totalement d’accord avec toi sur la question des responsabilités partagées… je déplore l’unique culpabilisation du consommateur tout en continuant à financer (avec des crédits d’impôt ou des subventions) des activités très polluantes pour de grandes entreprises. Cette distorsion me gêne beaucoup. “Responsables mais pas dupes”, bien résumé ! Une belle année à vous.

  • Salut Alexandra. Je viens de lire ton article “bilan” que j’ai trouvé sincère et tellement juste et plein de nuances 👏👏👏
    J’ai juste une remarque au sujet de Booking. Je comprends tout à fait ta position au sujet des commissions… et j’en parle tous les jours aux hôteliers tout autour du monde pour essayer de comprendre le système et notamment pourquoi contrairement à ce que tu dis, les tarifs sont presque toujours moins chers sur Booking que sur leurs sites. Et c’est valable par exemple aux USA ou en Thaïlande où nous sommes actuellement et pas que ! (En France par contre, on est d’accord que c’est souvent l’inverse)
    Combien de fois on s’est retrouvé face à la réception d’un hôtel à réserver une chambre moins chère sur Booking qu’en direct ? Ça ne t’arrives jamais ?
    Et dans beaucoup de pays, les hôtels n’ont même pas de site internet et Booking est le seul moyen pour eux de remplir…
    Du coup, afin d’être totalement transparents, nous, on a décidé depuis le premier jour d’indiquer 2 liens par établissement dans nos articles : le lien direct vers l’hôtelier et le lien Booking pour que nos lecteurs comparent. Ne serait-ce pas la solution ? Car on déplore tous les 15-20% de commission que Booking prend aux hôteliers, mais en même temps, la visibilité offerte par le site sur internet et le gain en taux de remplissage de chambres valent le coup. Sinon les hôteliers quitteraient tous le site !
    Voilà, je voulais juste échanger avec toi sur ce point en particulier. Encore une fois, l’histoire Booking est à nuancer je pense.
    Je te souhaite plein de beaux voyages en 2019.
    Franck

  • Merci infiniment, Franck, d’avoir pris le temps de rédiger ce commentaire et de me faire ce retour, c’est passionnant et très intéressant comme nuance.
    Cela m’a beaucoup intéressée de lire ce que tu dis, qu’aux USA et en Asie, c’est moins cher sur Booking qu’en France. DU coup, j’ai un peu googelisé pour les USA (je ne sais pas pour l’Asie) et la raison est liée aux impôts. Le système français est beaucoup plus lourd et contraignant, les hôteliers ont des taxes importantes, et la commission de Booking vient donc s’ajouter à des tas de taxes déjà existantes, ce qui rend la compétitivité impossible. Aux USA, très libéraux, beaucoup moins taxés, le système est très différent, on peut vendre à perte notamment (ce qui est impossible en France), on peut être très agressif dans la compétition sur les prix, et il arrive souvent que Booking soit moins cher comme tu le dis. La règle de la compétitivité à tout prix n’est pas faussée, c’est du vrai libéralisme. J’imagine que cela doit être pareil en Asie.
    En France en revanche, cela ne m’est jamais arrivé, sauf dans un cas très précis : quand Booking veut te donner une récompense personnalisée, du type “pour te remercier de ta fidélité, 15% en moins”. Merci beaucoup pour ce retour. Je voulais juste répondre sur un point (France toujours, je ne parle pas pour USA et Asie que tu connais mieux que moi) : pourquoi les hôteliers ne quittent-ils pas le site ? Parce que Booking se venge impitoyablement des hôteliers qui le font, j’en ai un exemple très précis en tête… Un hôtelier en Provence quitte Booking, aussitôt Booking met en place un référencement punitif : dès qu’on tape le nom de son hôtel dans google, les 10 premiers liens sont des liens booking qui semblent mener vers lui, mais mènent en fait vers son concurrent placé à 300m de chez lui. Ils siphonnent toute sa clientèle et le rendent impossible à trouver par la voie du référencement naturel. Du coup, il capitule et revient sur Booking, mais ne met plus que 2 chambres dispo sur Booking, juste pour être présent sur le site… Je suis d’accord avec toi, Booking offre une super visibilité, mais c’est à double tranchant car ils créent un monopole avec des conditions abusives. Je sais que beaucoup d’hôteliers français demandent à leur syndicats d’essayer de peser (en vain) sur l’Etat français pour être mieux protégés.
    Il m’arrive d’utiliser parfois Booking, notamment quand je ne parle pas la langue du pays et que je veux être sûre de la réservation, je connais tous les avantages de ce site. Je pense que votre méthode est très bien, vous avez raison de donner le choix. Merci beaucoup d’avoir pris le temps de nuancer mon point de vue. Je vous embrasse tous les 2, Richard et toi, et vous souhaite une super année 2019. A très bientôt !

  • Article super intéressant et très bien écrit ! C’est vrai que la question de l’écologie en tant que blogueur voyage est bien difficile à soulever et à répondre mais tu l’as merveilleusement bien fait ! Bons voyages pour 2019 ! 😉

  • Merci, Marie, pour ce mot qui me touche beaucoup ! je te souhaite une très belle année 2019 !

  • Bonjour Ariane, je guettais ton nouvel article avec impatience !

    Tu fais partie des belles rencontres de l’année 2018 en ce qui me concerne, j’aime ton style et la sincérité qui se dégage de tes articles, et de tes photos.

    Je ne peux être que d’accord avec ce que tu dis en matière d’écologie et de tourisme responsable, le monde n’est ni blanc ni noir. Je pense que si nous avions plus de bons sens, nous ferions de meilleurs choix.
    Dans mon métier, la photographie, je vois de nombreux photographes prendre l’avion juste pour faire quelques photos d’un site sur deux/trois jours…Est-ce que quelques photos méritent que l’on détruise autant de ressources ? Si je dois prendre l’avion (et je vais le prendre plus d’une fois en 2019…), ce sera pour prendre mon temps et surtout pour ne pas survoler les choses. Faire moins mais faire mieux en quelque sorte…
    Au plaisir de te lire, je te souhaite une très bonne année 2019 avec tous mes vœux de santé et de bonheur, et qui sait, nos routes se croiseront peut-être en 2019 !

  • Merci Stef, tu es adorable, tu sais que le plaisir est partagé : j’aime énormément te suivre, sur IG et sur le blog, me régaler de tes photos et de l’originalité de tes perspectives.
    Je te comprends. Je pense que parfois, on a pas le choix (on te confie un reportage à tel endroit sur 3 jours), mais quand on choisit ses propres projets, c’est bien de s’installer dans la durée, de prendre le temps… j’aime énormément les images des photographes qui restent longtemps sur place. J’ai récemment découvert le travail de Charles Fréger et j’ai adoré sa façon de s’immerger dans un pays et un peuple, c’est très inspirant je trouve.
    J’espère te croiser en 2019 ! Des bises !

  • Bonjour ma belle !

    D’abord excellente année à toi. Bravo pour tout ce que tu as accompli et pour combien tu m’as fait rêver, à titre personnel. Je ne savais pas que tu avais subi une rupture difficile et j’en suis bien malheureuse pour toi. Pour ce qui est de l’autre problème, tu as développé une maladie chronique ? J’ai la maladie de Crohn moi-même, donc je suis bien placée pour comprendre. Et elle est survenue après un choc émotionnel… Bref, je comprends bien ton désarroi face à la montée de l’extrémisme écologique. J’ai souvent des débats enflammés avec mon frère a ce sujet qui en a marre d’être culpabilisé de manger de la viande, des rillettes et d’utiliser des pailles. Mais en même temps, j’ai du mal en tant que tempérament passionné à accepter qu’on ferme les yeux sur tout.

    En ce qui me concerne, je ne vois pas l’intérêt de stigmatiser les gens comme toi qui prennent beaucoup l’avion. Tu es une personne doublement consciente de l’état dans lequel se trouve le monde aujourd’hui et de par ton métier tu peux aussi envoyer des message “préservons notre belle planète”. Parfois, il faut des émissaires pour que des milliers, voire millions prennent conscience. C’est ce que fait mon ami Max Bird. Peut-être que tu as entendu parler de lui, c’est un YouTube qui vient de tourner un reportage avec Ushuaia TV sur la montagne d’or. Il est parti en Tanzanie quelques mois avant pour découvrir la véritable initiative derrière le projet du moteur de recherche Ecosia.

    Ce qui compte, c’est d’être conscient et de faire un petit peu d’effort chaque jour pour essayer de faire au moins aussi bien que la veille.

    Toujours est-il que je te soutiens à 100%. Ton discours me correspond totalement. J’espère bien en 2019, avoir la chance de passer un moment avec toi. Pour bavarder. ^^Je t’embrasse et te souhaite un bon rétablissement moral et spirituel. Si j’ai bien compris tu as retrouvé un chéri donc c’est cool. En espérant qu’il prenne bien soin de toi.

    Des bisous

  • Merci beaucoup pour ton message, Ornella. Je ne savais pas que tu souffrais d’une maladie chronique (ce n’est pas la même chose pour moi, je vais t’écrire en privé), et je suis désolée. J’espère que tu trouves au quotidien la force de la résilience et les ressources pour aller bien, prendre soin de toi, apprivoiser la maladie. Je te souhaite beaucoup de force et de douceur <3
    Je découvre Max Bird grâce à toi. C'est passionnant. Je suis d'accord avec ce que tu dis, il faut montrer le monde pour avoir envie de le préserver.
    Merci pour ton message adorable. Je t'embrasse affectueusement

  • Bonjour, et merci pour cet article très intéressant !
    J’aime beaucoup ton blog, notamment pour la très belle plume qui s’y déploie. Je lis toujours avec plaisir tes articles.
    Néanmoins, j’aurais bien aimé que tu expliques plus en détail ton parcours dans celui-ci. Comment es-tu arrivée jusqu’ici ? Comment devient-on “blogueuse voyage” ? Il me semble que tu as fait des études pour devenir professeure, à quel moment et comment as-tu bifurqué ? Je sais que ce sont des questions très générales, mais je l’avoue, je suis toujours intriguée par les gens qui parviennent à vivre de leur blog (ou de leur passion, en général).
    J’aurais aimé que tu nous parles aussi de ça dans ton article, qui sait, ça pourrait peut-être aider certaines personnes ou éveiller des vocations. Une prochaine fois peut-être ? 🙂
    Bonne année 2019 en tout cas, et à bientôt !

  • Merci beaucoup, Caroline, pour ton message. J’ai évoqué mon parcours dans deux articles : un plus général, Peut-on vivre de son blog de voyage ? et un autre plus perso, Ma vie nomade, stop ou encore ? Tu trouveras les deux dans la section RFéflexions voyage de mon blog (même catégorie que cet article-là). J’spère qu’ils répondront à tes questions, et sinon écris moi 🙂 Je te souhaite une belle année et te remercie pour ton passage ici !

  • Cela répond à bien des questions que je me posais , sans plus d’action compte tenu de ma réserve envers ce que le net fourni en général.
    Donc bravo pour la communication honnête de vos découvertes e votre enthousiasme.
    Bonne continuation en cette Nouvelle Année

  • Merci beaucoup pour ce message chaleureux !

  • Quel bonheur de te lire ce matin! Je te rejoins sur plusieurs points, notamment en ce qui a trait au positivisme de tes articles. Que 2019 soit porteuse de bonheur, de rires et de magnifiques découvertes.

  • Merci infiniment. Je te souhaite une magnifique année 2019 !

  • Quel article !!!!! J’aimerais te dire pour commencer : que serait le monde sans enthousiasme ? Il en faut , et encore plus par ces temps agités, ou l’on se pose beaucoup de questions sur l’avenir du monde, me semble t il. Je suis toujours enthousiasmée par tes écrits sur instagram, ça me redonne toujours du baume au cœur, n’en déplaise à ceux qui trouvent que tu es trop enthousiaste. C’est un peu comme s’il fallait cacher son bonheur pour que ceux qui sont malheureux ne s’enfoncent pas plus encore. Or, c’est bien l’opposé qui est bénéfique. Tirons nous les uns les autres vers le haut, et pas vers le bas… Je te remercie pour ton point de vue sur booking, en fait je me rends compte ( bien que nous ne nous rendions pas souvent à l’hôtel..) que souvent je vais effectivement sur booking, mais j’essaye toujours de réserver ensuite en direct. c’est un bon moyen de comparaison mais si je peux réserver autrement je le fais. (sauf pour les Etats Unis l’été dernier effectivement..) . Et pour le coté “écologie” et préservation de la planète, je pense sincèrement que chacun doit faire ce qu’il peut dans la mesure de ses moyens. dans ma vie de tous les jours par exemple, je privilégie le zéro déchet, le bio ect.. mais il m’arrive régulièrement d’acheter des aliments emballés dans du plastique. C’est pareil pour mes déplacements : je privilégie le vélo des que je peux, mais cet été nous sommes partis aux Etats Unis, donc là, pas trop le choix ! Je pense que tu y contribue justement en nous parlant de toutes ces belles destinations en France. Chacun doit y mettre du sien, et réfléchir avant d’acheter et de consommer, et c’est déjà ce que tu fais. En tout cas merci, et continue ! Tu es une belle personne sincère et authentique, je pense que ça contribue aussi grandement au succès de ton blog. Tu te respectes et tu respectes tes valeurs, c’est le seul moyen d’être heureuse et enthousiaste dans la vie. J’ai cru percevoir dans ton article que tu avais l’impression de vivre une période un peu “dorée” et que sans doute plus tard ça serait un peu moins “chouette” ( Je sais que les années que je vis en ce moment sont extraordinaires, et que quoi qu’il arrive ensuite, cela restera un moment très spécial et mémorable de ma vie.) mais crois moi si tu gardes cette ligne directrice, tu seras surprise d’être toujours aussi enthousiaste dans ta vie. Cela prendra juste une forme un peu différente. Je te souhaite en tout cas une merveilleuse année 2019, avec encore et toujours de belles aventures à raconter !

  • Merci infiniment pour ton message, Sophie, je comprends pourquoi tu es une super coach, je me sens tellement boostée en te lisant, merci !
    Je pense aussi que l’enthousiasme doit être propagé, mais je comprends aussi que les RS puissent déprimer ceux qui se sentent seul ou mal, avec l’illusion d’une vie parfaite, et c’est bien aussi de parler sincèrement ce qui ne va pas, sans rancoeur et auto-apitoiement, mais avec transparence, pour montrer que tout le monde a des obstacles à surmonter et qu’aucune vie n’est aussi lisse qu’il n’y paraît.
    Pour booking, je te comprends, je fais aussi ça parfois : regarder sur booking et réserver en direct ensuite. Mais à l’étranger, ça peut être sécurisant, en effet, je pense que je passerais par booking pour des pays dont j’ignore tout y compris la langue.
    Merci infiniment pour ce mot qui me touche beaucoup. J’espère préserver toujours ma capacité d’enthousiasme et d’émerveillement, quoi qu’il arrive, c’est quelque chose que j’aimerais savoir garder. Je t’embrasse !

  • Merci Alexandra pour cet article débordant de sincérité que j’ai pris énormément de plaisir à lire. Je te rejoins sur ta vision des choses sur la plupart des points abordés et notamment en ce qui concerne le fait de ne pas pointer les autres du doigt sous prétexte qu’ils font des choix différents.
    Je suis contente pour toi, que tu puisses vivre de ta passion est une chose merveilleuse. Et je suis absolument d’accord sur le fait que le blogueur de voyage est naturellement enthousiaste parce que c’est une personne qui est prompte à s’émerveiller de la découverte de nouveaux endroits, de la nature, de personnes… Par contre, ne penses tu pas que Airbnb a permis d’encourager plus de personnes à voyager, de la même manière que les vols Low Cost? Parfois les prix pratiqués par les hôtels ne sont pas donnés surtout quand on voyage en famille.
    Merci encore pour cet article et pour tes superbes photos qui font toujours rêver.

  • Merci beaucoup pour ton gentil commentaire !
    Pour Air Bnb, je pense en effet qu’il a démocratisé le voyage, je reconnais tout à fait ça, mais je m’inquiète des conséquences sociales dans les grandes villes comme Barcelone, Lisbonne, Berlin, Reykjavik, Amsterdam, où Air Bnb, concrètement, chasse les habitants car les propriétaires préfèrent louer très cher la nuit que pas cher un mois à un étudiant ou un travailleur. Et j’ai peur de ça. Du coup, je ne veux pas rejeter Air BnB en bloc, je ferais la distinction suivante: je pense qu’il a un effet positif sur les zones rurales, les petites villes, les lieux qui n sont pas sous pression immobilière, où il peut amener du dynamisme et un nouveau tourisme. Je n’hésiterais pas à réserver une location de maison de vacances en Corrèze ou dans les Baronnies via Air BnB, par exemple. Mais je pense que je m’abstiendrais dans une grande vile sous tension, comme Venise, Londres, et celles que j’ai citées, par exemple. Mais je ne jette la pierre à personne, hein 🙂 J’aime qu’on débatte et discute et réfléchisse à nos choix, mais mon but n’est pas de culpabiliser les gens. Des bises et à très vite sur les réseaux 🙂

  • Je ne vais pas être très originale, mais je tiens néanmoins moi aussi à te saluer pour ce texte, sincère et ton retour à coeur ouvert sur ton année.
    Je trouve que tu as très bien expliqué le problème du tourisme face aux dérives environnementales. Il n’y a, à mon avis, aucune solution miracle. C’est à chacun d’entre nous de savoir où situer sa jauge ‘ecolo-responsable’. Comme toi, je voyage énormément pour le travail, alors j’ai décidé de compenser en devenant végétarienne et pour le moment ne pas avoir d’enfants. Et je pense être mal placée pour juger des familles non végétariennes qui s’octroient un voyage en avion par an.
    En tout cas je te souhaite une très belle année 2019, professionnelle et personnelle, que le bonheur soit au rendez vous, seule où accompagnée 🙂
    Et surtout, continue à nous faire rêver avec tes articles !

  • Merci beaucoup pour ton passage ici et ton message, Sarah. Je trouve tes choix courageux et intéressants, j’adorerais en discuter plus avec toi un de ces jours autour d’un café, ça me passionnerait ! Peut-être qu’on se croisera en 2019 🙂 Des bises !

  • Bonjour ,

    Je me rend compte que je ne commente pas souvent ici mais je te suis activement 😉
    Tout d’abord bonne année 2019 j’espère qu’elle sera pour toi signe d’encore de belles aventures professionnelles et personnelles …
    En tout cas je voulais te remercier pour ta sincérité et y’a transparence face à tous ses sujets autour du blogging ou à la fin on ne sais plus trop ce qu’on lit !
    Merci pour nous faire aussi découvrir cette douce France que l’on connaît pas forcément très bien 😊 nous avons un beau pays et pour rien au monde je ne reviendrai là dessus …
    Merci aussi pour les destinations natures que j’ai pu découvrir grâce à toi cette Année (l’islande et les Açores) et qui me donnent encore plus envie d’agir pour que mes générations futures puissent connaître de tels lieux !
    A bientôt 😉

  • Oh, merci pour ce mot qui me touche profondément, je savais que tu me suivais sur Insta (merci !) mais je ne savais pas que tu venais parfois ici 🙂 Merci pour ton mot adorable, je suis très émue ! Je te souhaite une merveilleuse année 2019.

  • Quel bel article ! C’est toujours un réel plaisir de te lire, des propos intelligents,nuancés et sincères… Et une plume extraordinaire 🙂 Que 2019 t’apporte amour,voyages et bonheur ! 🙂

  • Merci pour ce mot adorable : au plaisir de se croiser dans la Drôme en 2019 :-))

  • Merci pour ces explications que je trouve tellement justes. J’avais une question tout autre si je peux me permettre : as tu fait un article explicatif sur ton parcours, tes etudes? Je suis passionnée par le tourisme et j’aimerais savoir comment tu as pu arriver à ton metier 😊 ? Merci pour ta réponse. Je te souhaite une belle année 2019.

  • Hello Carine ! Merci pour ton passage. Il y a deux articles qui vont t’intéresser dans la catégorie Réflexions voyage : Peut-on vivre de son blog de voyage et Ma vie nomade, stop ou encore ? Je réfléchis sur le métier et raconte mon parcours perso 🙂

  • Je ne serait pas là quand tu viendras à Lille en avril prochain, où j’aurai pu enfin te faire la bise. Mais j’esp Qu’un jour nous autons l’opport de nous croiser dans la vrai vie.
    Je suis tout à fait d’accord avec le contenu de ton billet concernant la blogosphères, et je suis ravie que sur le plan privée tu sois heureuse .

  • Oh Chacha, je suis triste de ne pas te voir à Lille en avril, j’espère que tu seras dans un endroit merveilleux à ce moment là ! Merci pour ta gentillesse; Je t’embrasse fort

  • Merci pour ce billet plein de sincérité. Je m’interroge souvent sur la sincérité des bloggeurs pro qui font uniquement des voyages sponsorisés. Je pense en effet que tu es sincère mais malheureusement ce n’est pas vraiment le cas de tout le monde dans ce milieu et c’est bien dommage. Quand à la culpabilisation liée à l’écologie j’ai ressenti la même chose que toi cette année. Aujourd’hui on a limite peur de se faire juger en disant qu’on va prendre un long courrier… Par contre, je reste une fan inconditionnelle d’airbnb. C’est grâce à ce site que nous avons pu commencé à voyager alors que nous étions étudiants et c’est toujours grâce à ce site que nous pouvons voyager à moindre frais. Pour cette année, nous allons faire madrid, Jordanie, New York et les Cyclades pendant 3 semaines nous ne pourrions pas faire ces voyages sans le site. Donc je pense que tout est une affaire d’encadrement et de responsabilisation…

  • Merci beaucoup pour ton message. Pour Air BnB, je me permets de copier (car ma réponse est la même :D) ma réponse à un autre commentaire plus haut. Je pense en effet qu’il a démocratisé le voyage, je reconnais tout à fait ça, mais je m’inquiète des conséquences sociales dans les grandes villes comme Barcelone, Lisbonne, Berlin, Reykjavik, Amsterdam, où Air Bnb, concrètement, chasse les habitants car les propriétaires préfèrent louer très cher la nuit que pas cher un mois à un étudiant ou un travailleur. Et j’ai peur de ça. Du coup, je ne veux pas rejeter Air BnB en bloc, je ferais la distinction suivante: je pense qu’il a un effet positif sur les zones rurales, les petites villes, les lieux qui n sont pas sous pression immobilière, où il peut amener du dynamisme et un nouveau tourisme. Je n’hésiterais pas à réserver une location de maison de vacances en Corrèze ou dans les Baronnies via Air BnB, par exemple. Mais je pense que je m’abstiendrais dans une grande vile sous tension, comme Venise, Londres, et celles que j’ai citées, par exemple. Mais je ne jette la pierre à personne, hein 🙂 J’aime qu’on débatte et discute et réfléchisse à nos choix, mais mon but n’est pas de culpabiliser les gens. Si Air Bnb rend possible pour toi des choses qui ne le seraient pas autrement (tout comme pour moi l’avion), je comprends tout à fait que tu y restes attachée. Merci pour ton passage, je te souhaite une belle année 2019 🙂

  • Quel long, très long article !
    Je te rejoins sur de très très nombreux points.
    Oui à la bienveillance, halte à la critique non constructive. Oui aux sourires, même virtuels. Oui on fait tous de notre mieux aussi pour notre planète et non personne n’est “parfait” !
    Continue ainsi et si un jour tu veux t’arrêter entre Paris et Rouen, pas loin de Giverny, la Roche Guyon et Villarceaux (la belle Ninon de Lenclos) fais signe 👍

  • Cela ne fait que très peu de temps que je te suis, je t’ai en fait découvert sur Instagram il y a quelques semaines et je dois dire que je suis ravie de voir tes photos et de lire tes articles.
    Merci de t’être livrée ainsi, si sincèrement, et d’avoir pris le temps de nous dévoiler quelques-uns de tes secrets.
    Je suis contente pour toi que tu aies réussi à surmonter la plupart de tes problèmes. Je sais ce que c’est de voir son monde s’écrouler en un clin d’oeil (ça m’est arrivé il y a très peu de temps) mais ton exemple donne vraiment envie de continuer et de se battre.
    À bientôt et tous mes meilleurs voeux

  • Peu adepte des bilans, j’ai savouré celui-ci.
    Sincérité et intelligence mènent à écrire ce genre de billet qui apporte enfin un éclairage lucide et passionné sur ta double profession qui en fait rêver plus d’un et qui en montre toutes les facettes. Très instructif pour les micro blogueurs comme nous.

    On te sent touchée par les commentaires qui sont les retours les plus courants sur tes productions, néanmoins, pour la partie écologique au moins , twitter ne devrait pas amener à se remettre en question tant les avis sont divers et malheureusement souvent extrêmes.

    Merci pour tes productions diverses et ton blog ! Bonne continuation et bonne année 2019!

  • Je te souhaite une merveilleuse année 2019 Alexandra ! Comme souvent, je te rejoins à 100% sur tes différents propos !

  • Que dire Alexandra … Mille mercis pour ta franchise et ta sincérité qui font que je me dis que le monde du blogging n’est peut-être pas aussi pourri que je le penses de plus en plus … Ça fait tellement de bien de lire autant de franchise et de sincérité qui manque cruellement dans notre monde aujourd’hui. Je te rejoins sur tout et partage ton opinion.
    Concernant la prise de conscience écologique, je fais mon allemande maintenant : gourde, mug que je peux emporter partout, boite pour mettre mon sandwich en allant au travail. Et c’est tellement pas plus mal !

    On a encore énormément de chemin à parcourir en France, mais je suis heureuse que ça change.
    Encore une belle année à toi, et je continuerais à te lire et te suivre en 2019 même depuis l’Allemagne. 🙂

  • Bonne année à toi aussi!
    Merci pour cet article plein d’honnêteté et de sincérité. Ça fait plaisir de lire quelqu’un qui sait mettre de la nuance dans les sujets et dans ses opinions. Merci pour ça.
    Je te souhaite de continuer à rester toi même et de vivre les meilleures expériences possibles, ici ou ailleurs.

  • J’ai longtemps refusé l’affiliation Amazon et booking. J’ai même démarche différents libraires indépendants en ligne et leurs réponses m’ont désespérée. Du coup depuis quelques années j’en fais et je suis effrayée par ce que les gens consomment. Mais tant que je ne trouverais pas une alternative. Je ne peux pas vraiment opter pour autre chose.
    Pour booking, j’ai créé un compte il y a 6 mois, mais ça me gêne et je n’en profite pas. Ce que tu dis va m’inciter à totalement arrêter.
    Belle année à toi !

  • chère Ariane j’ai lu vos confessions avec beaucoup d’intérêt, je vous rejoins sur de nombreux points, surtout ne changez rien, la sincérité de vos propos me touche beaucoup, je vous souhaite mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année quelle soit remplie de projets
    amitiés
    Jeanne

  • je me suis régalée de te lire, toi et ta sincérité. Je suis toujours présente dans tes aventures et tu es une des rares personnes qui ne m’à jamais déçu dans son contenu. Je connais ça le « trop d’enthousiasme » haha j’ai toujours aimé TOUS mes voyages. J’aime même les mésaventures. Je veux pas dire mais les gens enthousiasmes ne sont plus à la mode. Presque maintenant il faut râler pour être normale. Haha mais non il ne faut pas changer et vivre la vie comme tu le fais. Sache que j’en t’admire beaucoup. Tous ses déplacements, ce travail personnel que tu fournis… je pense que ça ne me correspondrait pas. Ce temps que tu passes à échanger et à partager est un travail de tous les jours et chapeau à toi ! Une chose est sure je te suivrais encore en 2019 et j’ai hâte de te rencontrer enfin un jour ! Des bisous

  • Bravo Ariane pour ce superbe article (comme d’habitude devrais-je préciser !), si personnel et si touchant. Je suis entièrement d’accord avec les points que tu soulèves, et ça fait du bien de les voir écrits pour rétablir un peu les choses… A force, on ne sait plus quoi penser de certains blogs quand on est lecteurs.
    Mais ce que je pense du tien n’a pas changé 😉 et encore une fois, c’est tellement agréable de lire un article détaillé, parfaitement écrit et sincère. Ne perds jamais ton enthousiasme !

    Je te souhaite une très belle année 2019, qu’elle soit synonyme de belles opportunités et de magnifiques rencontres et découvertes.
    A très vite,
    Céline

    PS : continue d’explorer notre belle France et d’en vanter ses mérites ! Hâte de découvrir tes futurs voyages !

  • Merci pour la mention Alexandra ! Je suis ravie d’avoir ton avis sur la question épineuse du sens des voyages (et d’un certain côté, de notre vie) et de savoir que ton métier t’inspire un sentiment de plénitude. Pas que j’en doutais, à lire chronique après chronique ton enthousiasme qui fait un bien fou 😉 Ta remise au point sur le fait que les blogueurs rémunérés sont une vitrine pour les destinations et en aucun cas des clients mystères était sans doute nécessaire.
    Je ne savais pas que tu as eu des problèmes de santé cette année, j’espère que tu es remise ou du moins, en bonne voie pour l’être.
    As-tu arrêté la traduction ? Je crois me souvenir que c’était une partie non négligeable de tes revenus jusqu’à l’an dernier, et je suis toujours curieuse de savoir comment mes consoeurs traductrices-blogueuses articulent leurs multiples casquettes.

    Je te souhaite une belle et chaleureuse année 2019, avec beaucoup de voyages écologiques et éthiques 🙂

  • Quel article. J’adore l’intelligence et l’humanité de tes propos. Sincèrement. Et je répondrai sur 2 sujets : tout d’abord, effectivement, en tant que professionnelle du tourisme, je suis contente que tu appuies sur les bienfaits du tourisme, de la protection des paysages que cela favorise. Même si bien sûr, il faut justement rester vigilant pour ne pas tomber dans les travers du tourisme de masse. Ensuite, j’ai hâte de connaître ton point de vue sur l’exposition familiale des blogueurs. Couples, enfants, personne n’est à l’abri sur les réseaux sociaux désormais. C’est un sujet qui me tient vraiment à cœur. J’espère avoir trouvé un équilibre pour ma famille, qui perdurera dans le temps. Mini-M ne sera jamais sur exposé. Pourtant il est tellement photogénique (objectivement je crois 😉) qu’on pourrait en profiter pour avoir du succès. Mais à quel prix 😕. En tout cas, continue le chemin enthousiaste que tu empruntés, et je te souhaite une année 2019 bien plus sereine que la dernière 😘

  • Hello,

    Tes réflexions sont très intéressantes. Merci de partager tout ça 🙂

    Je suis bien d’accord que Booking, Amazon… C’est le mal et que ça tue à petit feu pas mal de petits commerces.

    Pourtant, je continue encore à les utiliser et à pratiquer l’affiliation chez eux. Mais sûrement à tord…

    Alors pourquoi je continue tout de même l’affiliation chez Booking par exemple ?

    – Tout simplement, parce que c’est la solution qui me semble la plus « libre » et simple pour se rémunérer via le blog. Contrairement à toi, je n’effectue et ne souhaite pas faire de la création de contenu pour des offices de tourisme ou des agences de voyages parce que ça ne me correspond pas.

    Je précise que je ne vis pas de mon blog et que les revenus générés par Booking me permettent juste d’avoir un budget plus conséquent pour voyager.

    Je pratique l’affiliation chez eux parce que j’utilise Booking ou Hôtels.com (pas sûre qu’ils soient mieux) pour réserver mes logements en voyage. Leur service est vraiment pratique pour trouver des adresses dans une ville et ses alentours que je n’aurais jamais trouvé sans eux. Et c’est vraiment difficile de les concurrencer sur ce point-là. Les hôtels ont aussi rarement un site à la hauteur pour réserver (connexion non sécurisé ou site plein de bug qui n’inspire pas confiance). Avoir un site qui permet la réservation en ligne ça coûte cher et nombreux d’entre eux proposent donc de réserver par mail ou formulaire de contact. Ça m’est déjà arrivée de passer directement par un hôtel et qu’on me demande mes coordonnées bancaires par mail pour réserver. C’est vraiment limite niveau sécurité…

    Booking ça a longtemps été la solution des hôtels pour ne pas se payer un vrai site qui permette la réservation en ligne. Aujourd’hui, un grand nombre de voyageur réserve via internet et ils sont clairement tous dépendants de Booking :/

    C’est bien malheureux, et j’espère qu’on va réussir à trouver une solution pour taxer plus Booking et éviter l’abus dans leur pratique contre les hôtels qui ne veulent pas être sur leur plateforme.

    Voilà ma réflexion un peu décousue sur Booking mais j’avais envie de justifier plusieurs raisons de mon utilisation du site.

    Merci et bonne année !

  • Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre, Marine ! Je te comprends tout à fait, ton modèle est très différent du mien, tu ne travailles pas directement avec les hôteliers, et tu n’as pas les contraintes que j’ai, en revanche, tu en as une autre, celle de générer des revenus avec ton blog malgré tout, sans être rémunérée pour la création de contenu. Je comprends tout à fait. J’espère qu’au niveau étatique, en France en tout cas, l’Etat va enfin faire quelque chose pour mieux protéger les hôteliers du monopole agressif de Booking. Mais je suis d’accord avec toi : la responsabilité appartient au législateur avant celle du consommateur ! Merci pour ton passage ici.

  • Quel article sincère et humble. Je suis attristé d apprendre pour tn problème de santé, je ne le savais pas. Je te rejoins sur beaucoup de choses, notamment la prise de conscience de l écologie et ses dérives.
    La seule chose où je ne serai pas d accord c est le boycottage de certains pays car finalement qui en payent les conséquences ? A mon humble avis les locaux qui vivent du tourisme..mais je suis d accord chacun ses opinions et chacun fait ce qu il veut de sa vie…tant qu il ait en harmonie avec ses choix, c est bien l essentiel.
    Un ptit clin d oeil pour l étoile de mer, j en parle justement dans l article que je suis en train de rédiger.
    Je te souhaite de vivre des moments extraordinaires en cette année 2019..

  • Je vais aller voir ton article étoile de mer ! Merci beaucoup pour ton petit mot. Pour la question du boycott, je l’avais expliqué (pourquoi je choisis de boycotter certains pays) dans mon article intitulé BLog et morale : pourquoi je n’irai pas aux Maldives. Mais je comprends tout à fait qu’on fasse des choix différents. Je t’embrasse et te souhaite une belle année !

  • Bonjour Alexandra, je viens de terminer la lecture de cet article et j’ai eu subitement l’envie de te laisser un mot – je lis ton blog depuis quelques temps, je l’aime beaucoup en raison précisément de l’enthousiasme que tu communiques et ta plume précise ; et il me donne plein d’idées ! Je rêve d’aller en Aveyron, notamment et en Ouzbékistan, notamment 😉 je suis une de tes anciennes camarades d’HK. Comme tu disais que tu ne pouvais te rendre au Maroc autrement qu’en avion, j’ai pensé t’écrire puisque, coïncidence, je rentre tout juste d’un long voyage à travers le pays. Je n’y étais jamais allée et c’est un pays qui comptera désormais beaucoup pour moi. J’ai décidé d’y aller en bateau, plusieurs entreprises conduisent à Tanger ou Nador au départ de Sète ; un jour et demi de traversée et des rencontres. J’espère y retourner en 2019. Il y a beaucoup à dire sur l’écologie dans les pays en voie de développement et c’est un sujet qui m’intéresse de plus en plus. Bref, un petit salut et un souvenir de nos années d’études, très bonne année 2019, Alice

  • Alice, merci infiniment pour ton petit mot qui me touche et qui fait remonter tellement de souvenirs tout d’un coup ! Je t’envoie un petit mail tout de suite. Merci d’être passée ici, je t’embrasse.

  • Quel bel article! j’ai toujours aimé ta façon d’écrire et de dire les choses clairement sans pour autant imposer ton avis.
    En ce qui concerne Booking, c’est en parlant avec des hôteliers, des propriétaires de chambres d’hôtes que je me suis rendue compte des choses. Donc, maintenant j’essaie (mais pas à tous les coups) de répérer sur Booking puis de passer directement par l’hôtelier.
    Sans me comparer à toi blogueuse pro et moi petite amatrice, je fonctionne comme toi lorsque j’ai eu des déceptions, je n’en parle pas tout simplement. Je n’ai pas créé mon blog pour parler du négatif mais au contraire des belles découvertes. Et puis, il faut avouer que les séjours organisés par les offices du tourisme sont toujours vraiment au top (je parle de ma petite expérience).
    J’espère te lire et admirer tes photos encore longtemps car tu arrives tellement à me faire rêver et à me donner envie de voyager.
    Pour nous cette année, nous privilégions la France aussi.
    Je te souhaite une très belle année.

  • Merci beaucoup, Sophie ! J’espère qu’on aura l’occasion de se croiser en 2019, j’adore ce que tu dégages, ta force, ton optimisme, ton humour, ta justesse, ça me ferait très plaisir de boire un café avec toi cette année. Je t’embrasse !

  • Coucou Alex,
    Tout d’abord, je te souhaite une belle année 2019, peut-être moins intense mais avec autant de belles découvertes qu’en 2018 🙂
    Concernant ton article, deux mots : merci, et wow ! Tu parles de beaucoup de choses, très polémiques, mais avec un très bon argumentaire, des idées qui s’enchaînent bien, et finalement à la fin on ne peut que se dire “mais elle a tout à fait raison !”
    Il y a des choses que je ne fais pas comme toi, ou plutôt ne faisait pas comme toi. Certaines choses auxquelles je n’avais pas réfléchi complètement, notamment l’affiliation. Merci d’expliquer tes positions, et surtout de réussir à le faire sans faire sentir au lecteur un quelconque jugement. Pour reprendre l’exemple de l’affiliation, cela me fait réfléchir et je pense me repencher sur la question pour que mon utilisation du blog corresponde à mes valeurs.
    Pour tout le reste, je suis d’accord avec toi, notamment sur le plaidoyer du tourisme, et l’écologie. Je suis dans une position qui m’empêche de dire non à l’avion (j’en ai besoin pour voir ma famille), et je pense également que ce n’est pas une solution viable que d’être si radical. Ce n’est pas une bonne chose non plus que de condamner chaque petit écart par rapport à la perfection que personne n’atteindra jamais, comme tu l’expliques si bien.
    Bref. Merci pour cet article, l’un des meilleurs articles réfléxion (blog) voyage que j’aie lu jusqu’à présent 🙂

  • Merci infiniment pour ton mot adorable qui me touche beaucoup !
    Bien sûr, toi qui es polynésienne, l’avion demeure indispensable, je te comprends tellement.
    J’espère avoir l’occasion de te croiser en 2019, ça me ferait vraiment très plaisir 🙂

  • Encore une fois, tu nous livres là un billet sincère qui interpelle. Je te remercie également d’avoir cité mon article sur le tourisme solidaire.
    Je suis de celle qui ont eu une prise de conscience importante cette année sur mon impact et sur notre impact en tant que blogueurs sur l’environnement. J’ai en parlé longuement dans un billet qui a fait l’objet de nombreux débats sur les réseaux sociaux … et sans être moralisatrice – je déteste ça et prône le chacun fait comme il veut et comme il peut et tout en étant optimiste – je suis persuadée que l’avenir de la planète passe par des renoncements. J’aimerai en effet que le particulier ne soit pas montré du doigt dans les questions climatiques et qu’enfin les plus grands pollueurs soient mis en face de leurs méfaits … malheureusement, nos politiques sont bien trop frileux, peureux et occuper à satisfaire des intérêts à court-terme pour s’attaquer aux véritables causes du réchauffement climatique. Pour autant, doit-on continuer à vivre comme auparavant et surtout les actions que nous entreprenons tous à notre échelle – moins de plastiques, moins de déchets … – suffiront-elles ? J’en doute grandement et je pense sincèrement que nous devrons tôt ou tard, même à titre individuel, revoir nos façons de consommer le voyage, qu’il soit personnel ou professionnel.
    Quant au luxe pourvoyeur de bienfaits … ouais, je ne suis pas tellement convaincue mais tu le sais, nous ne serons jamais d’accord sur ce point-là 🙂
    Je crois très sincèrement que les établissements de luxe peuvent avoir des directions environnementales sincères et intelligentes, voire même préserver des espaces géographiques, mais l’idée même d’accès limité pour cause de moyens me semble bien opposée aux valeurs de partage, d’échange et de découverte que le voyage sous-tend : l’ouverture aux autres me semble dans le luxe, bien absente.
    Je t’embrasse et suis heureuse que cette année se présente sous de meilleurs jours, je sais comme 2018 a pu être difficile pour toi.

  • Hello Olivia ! Ca me ferait vraiment plaisir de continuer la conversation avec toi sur ces deux sujets, car même si je sais que nous avons des points de divergence, nous sommes toutes les deux passionnées par un tourisme intelligent et par la discussion en général, on est deux bavardes qui aiment analyser, argumenter, aller plus loin, et j’adorerais en reparler avec toi. Merci beaucoup d’être venue apporter ici ta contribution au d”bat. Hâte de te revoir pour continuer de vive voix. Je t’embrasse fort

  • J’ai été très émue en lisant ton article, et je te remercie vraiment pour la sincérité dont tu fais preuve tous les jours envers nous . Tu es une femme exceptionnelle est tellement talentueuse ! C’est vraiment très inspirant… On sent vraiment que tu blogues par passion, n’en doute pas un seul instant. Je te souhaite une meilleure année que celle que tu viens de passer, même si elle fut positive sur beaucoup de points. Je te souhaite la santé et l’amour, tu le mérites tellement.

  • Merci de tout coeur. Tu es un des petits soleils de la blogosphère et je t’adore ! j’espère qu’en 2019, on se croisera, à Montpellier, en Lozère ou chez Tara Jarmon ;-), ça me ferait vraiment plaisir. Je t”embrasse affectueusement

  • Juste un grand merci pour ta sincérité.

    Ça fait du bien de lire ce long billet, d’y retrouver des questions nécessaires, des prises de position intelligemment justifiées, loin d’être prises pour s’inscrire dans un courant, et surtout toujours beaucoup de bienveillance.

    Ma façon de voyager est souvent différente de la tienne, mais j’aime toujours lire ton travail, tes récits soignés et doux. J’aime lire ton enthousiasme. Ce sont de belles parenthèses que tu nous offres à chaque fois.

    Je te souhaite de beaux projets et beaucoup d’enthousiasme pour l’année qui débute.

  • Chère Léa, je te remercie infiniment pour ton petit mot et je te retourne le compliment en toute sincérité : tu ne voyages pas comme moi, mais j’aime infiniment te suivre, j’adore ta façon d’écrire, tes aventures poétiques et originales, tu es un petit oiseau libre et sensible qu’on lit avec bonheur. Que ta route soit belle et j’espère que nous nous croiserons !

  • Coucou Alexandra !
    D’abord, je te souhaite une belle année 2019, pleine de voyages, de découvertes, de rêves et d’éclats de rire avec tes proches, de petits bonheurs du quotidien.

    J’ai lu ton article avec beaucoup d’intérêt, car tu évoques des sujets qui m’ont beaucoup questionné ces derniers temps…
    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait de ne pas être manichéen dans notre façon de percevoir le monde, ça vaut pour l’univers des blogs voyage, mais pour tout le reste également. C’est cela qui transparaît dans ton propos et je m’y retrouve complètement.

    Sur la question écologique, je suis impliquée dans une réflexion autour de la réduction de mes déchets, et moi non plus je ne mange plus de viande. Je me rends à mon travail à pied, et j’essaie de consommer local et responsable autant que possible. Mais la question de prendre l’avion plane en effet sur nos actes quotidiens. J’ai eu aussi l’impression que se déployait une véritable “chasse aux sorcières” sur les réseaux sociaux ces derniers temps, et cela m’a mis profondément mal à l’aise. Alors, pour ta réflexion nuancée et surtout, optimiste, je te remercie. J’espère que tes mots résonneront chez d’autres personnes pour éclairer leur réflexion à ce sujet.

    Tes propos sur le tourisme résonnent en moi également. Cela questionne ma façon de voyager, et notamment la question des AIR BNB. Même si je n’en abuse pas, j’utilise AIR BNB deux à trois fois par an, pour de courts séjours. L’article à propos de la crise immobilière à Lisbonne est éloquent, et j’ai presque honte de me dire que je n’avais jamais envisagé les choses sous cet angle auparavant… Le comble pour une travailleuse sociale ! Car en effet, je pense que ça participe d’une certaine manière à la crise du logement dans les grandes villes.
    Malgré tout, j’ai pu faire de belles rencontres en logeant dans des AIR BNB, comme aux Açores où notre hôte Felipe a été adorable, et soucieux de nous faire découvrir les richesses de son île. Je ne vais pas cesser d’utiliser AIR BNB, mais j’y réfléchirais à deux fois lorsque je réserverais un hébergement, et je vais essayer de trouver des alternatives.
    D’ailleurs, ta réflexion à propos des grands hôtels de luxe est aussi passionnante, car on pourrait avoir tendance à les pointer du doigt, en effet, alors que tu démontres bien que ce n’est pas aussi simple.

    Je ne vais pas reprendre point par point ton article, même si chacun des thèmes abordés fait écho en moi. Je tenais avant tout à te dire combien je suis heureuse de te suivre au quotidien, sur les réseaux sociaux et sur ton blog. Tu es toujours disponible pour une petite attention, un petit mot, alors que je suis une “toute petite” blogueuse à laquelle certains ne prennent même pas le temps de répondre… J’apprécie ton authenticité, ta spontanéité, ton inspiration quotidienne. Ta plume me transporte à chaque fois, tes articles sont comme autant de petites madeleines de Proust dont je ne me lasse pas, et tes photos me bouleversent. Alors, en 2019, je continuerais de suivre tes voyages, tes réflexions, tes découvertes, avec un vrai plaisir 🙂 J’espère que tes voyages en France te mèneront un jour dans nos belles Pyrénées-Orientales ♥
    À bientôt !

  • Julie, merci infiniment pour ce mot qui me touche profondément. Merci de ta présence chaleureuse sur les réseaux, de ta gentillesse, et d’avoir pris le temps d’apporter ta contribution au débat. J’apprécie beaucoup ce que tu dis, je comprends ce besoin de nuances que tu ressens, totalemnt. J’espère vraiment te voir en 2019, surtout que tu m’as fait rêver des PO ! Je t’embrasse affectueusement

  • Un article juste et plein de bon sens. Je n’avais pas besoin de cet article pour m’assurer de ta sincérité qui, je trouve, se ressent au quotidien à travers tout ce que tu partages avec nous. Moi, j’aime ton enthousiasme et c’est aussi pour ça que j’adore te suivre.
    Je partage aussi ton point de vue quant à l’ecologie et au tourisme… C’est un gros débat actuellement, mais comme toi, ce qui me dérange ce sont surtout les donneurs de leçons et cette façon de sans arrêt pointer du doigt et dénoncer chaque petit travers… Personne n’est parfait, et personnellement je ne vais pas arrêter de prendre l’avion en 2019. Ça ne m’empêche pas de faire attention à plein de petites choses au quotidien (réduction des déchets, consommer moins de viande, éviter de prendre la voiture lorsque je peux prendre les transports en commun, etc.).

    Merci pour cet article, très plaisant à lire. Je te souhaite le meilleur pour cette nouvelle année Alexandra !

  • Merci beaucoup, Vanessa. J’ai énormément de plaisir à te suivre sur les différents réseaux et je te remercie pour ce mot qui me touche beaucoup. Je suis heureuse de te connaître virtuellement et j’espère qu’on passera IRL un de ces jours 🙂 Je te trouve super. Je t’embrasse !

  • Ton article est complet, tu as tout dit et d’une belle manière . Je te suis sur beaucoup de points et surtout pour la partie écologie . J’ai souvent vu des commentaires de personnes qui deviennent « anti-blogueurs voyages » car pour eux nous sommes des meurtriers de la planète .. je suis aussi attristée de me dire que cela va décourager de plus en plus de gens à découvrir le monde … merci pour ton article

  • Je comprends ton inquiétude à ce sujet… j’espère que l’optimisme et le progressisme resteront forts 🙂 Merci beaucoup pour ton passage ici.

  • Un article dense et complet que je prends (enfin) le temps de lire.. et que je vais compléter par la lecture de quelques liens que tu cites. Merci pour tes mots sincères sur ton ressenti, ton métier, ta vie !
    En tant que “petite voyageuse”, le cas Booking est compliqué (en dehors de la question de l’affiliation).. Comme tu le dis, il est souvent compliqué de trouver le site d’un hôtel en tapant son nom dans un moteur de recherche, et ça devient quasiment mission impossible de trouver un hôtel dans une localité si tu ne connais pas de nom précis sans passer par un site type Booking.. Même s’il m’est arrivé de chercher les coordonnées directes d’un établissement après l’avoir repéré sur Booking et consorts, je cède généralement à la facilité de réserver via le site sur lequel j’ai repéré l’établissement… même si je sais qu’en les appelant directement, j’aurai sans doute des petits plus !

  • Merci beaucoup pour ton passage ! je comprends tout fait cet aspect pratique, c’est comme ça que Booking s’est imposé, et je pense que les hôteliers ont raison d’imposer des tarifs plus incitatifs pour récompenser les gens qui font l’effort de contourner booking 🙂

  • Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas pris le temps de lire un article de blog… Je suis heureuse de lire mon premier article de 2019 avec toi. Je n’ai pas encore pris le temps de rattraper tout mon retard… Mais tout doucement, les choses vont se mettre en place pour 2019 et j’arriverai à récupérer un rythme qui va bien.
    Pour cette année, je te souhaite le meilleur, que 2019 soit plus belle encore, qu’elle ne t’apporte que de bonnes surprises et des moments d’épanouissement.
    Tu le sais, j’adore te lire, même sur ces sujets-débats, ces reflexions toujours très intéressantes et très bien amenées. J’ai suivi de loin les débats environnementaux, et moi aussi, j’ai pris de bonnes résolutions (ça vaut toujours la peine d’essayer), mais comme toi, je ne comprends pas les gens qui crachent sur les autres : on a chacun notre propre éthique et nos propres convictions, et le fait que l’on ne cautionne pas une chose n’oblige pas les autres à en faire de même. En ce qui concerne l’éthique du blogueur et des partenariats, là aussi, on est sur quelques choses d’ambivalent. Tu l’as dit plusieurs fois, et je crois que c’est ce qui est juste : accepter des partenariats qui nous ressemble, et le mentionner dans nos retours.
    Enfin, dernière petite remarque qui m’a fait rire : les gens qui te disent que tu surjoues l’émerveillement ne te connaissent pas vraiment 😉 ils ne savent pas qu’à l’oral aussi, tes phrases sont pleine de superlatives, et c’est aussi cet enthousiasme véritable qu’on aime chez toi.
    Je t’embrasse, à très bientôt dans le Vercors ♥

  • Merci infiniment, Marion ! Ne t’en fais pas, ne lis que ce dont tu as envie. Toi qui me connais, avec qui j’ai le bonheur d’avoir partagé tant de beaux moments, je suis tellement touchée par ce que tu dis – merci, cela m’émeut ! Hâte de te retrouver très vite dans le Vercors. Je t’embrasse fort. A très vite mon aventurière préférée <3

  • Bonjour,

    Tout d’abord, bravo et merci pour ce magnifique article qui répond à de nombreuses questions et surtout, appelle à la bienveillance.

    Non, le monde ne répond pas à un schéma prédéfini en noir et blanc, et votre texte rappelle qu’il est important de ne pas tomber dans la culpabilisation systématique. Comme vous l’expliquez bien avec l’exemple de l’écologie, mettre d’office le doigt sur les contradictions d’un bloggeur est une démarche qui peut être particulièrement contreproductive, et qui va plutôt décourager les efforts.

    Je vous rejoins sur la grande majorité des points ici présentés, et je salue la transparence dont vous faites preuve sur votre activité et son fonctionnement. Je trouve juste dommage de totalement zapper une expérience négative et de ne pas en parler du tout. Je suis d’accord avec le fait qu’une blogueuse/journaliste voyage doit cultiver l’enthousiasme, mais la déception et l’erreur ne font-elles pas partie de la vie? Votre mauvaise expérience, si elle est relatée avec la même sincérité que vos voyages “parfaits”, ne peut-elle pas être enrichissante pour vos lecteurs? Je pense que oui 🙂

    Cela dit, j’apprécie énormément vos écrits et vos photos, ainsi que la sincérité dont vous faites preuve… continuez à nous faire rêver !

    PS: Juste une petite remarque… on dit “au Tessin” et non “dans le Tessin” pour parler de cette région de Suisse italienne. Mais je confirme pour y avoir vécu: elle est magique !

  • Oh, pardon pour le Tessin ! toutes mes excuses, je retiens précieusement l’info !

    Merci beaucoup pour votre passage ici et pour votre contribution au débat.

    Pour les expériences négatives : je pense que cela ne me correspond pas, et qu’en plus, je mettrais beaucoup de temps à choisir précisément mes mots pour être juste, non diffamatoire, non brutale, etc… cela me fatigue d’avance, je l’avoue, d’où le fait que je zappe, sauf s’il s’agit d’éviter au lecteur un piège.
    Merci beaucoup, je vous souhaite une belle soirée et amitiés au Tessin !

  • Bonjour Ariane,
    J’ai lu ce long bilan avec beaucoup d’intérêt. J’ignorais que c’était toi derrière les reportages voyages de Version Femina, je les lirai d’un autre œil désormais ! Et j’ignorais aussi que les étoiles de mer mourraient très vite quand on les sortait de l’eau…
    Je te souhaite une très belle année 2019, pleine de voyage et surtout de bonheur, car on dirait que tu as traversé des choses pas faciles faciles en 2018. 2018 est finie, vive 2019 ! 😉

  • Merci beaucoup Aurélie pour ce gentil mot ! Oui, les étoiles de mer sont des poissons fragiles, hélas. Je te souhaite une merveilleuse année.

  • C’est rare que je lise des articles aussi longs…
    Mais, une si belle plume se lit très bien, je n’ai pas décroché jusqu’à la fin.
    Mais une si belle découverte (première fois que je te lis!) demandait à ne pas juger seulement sur quelques lignes, et je n’ai pas été déçue du voyage!
    Mais surtout, ça fait du bien de lire un témoignage de qualité, authentique, sans jugements inutiles, qui amène des arguments valides et basés sur une expérience solide et pertinente, et surtout qui ouvre à la réflexion.
    Merci pour ce texte!

  • Merci infiniment pour ce commentaire qui me touche beaucoup. Je te souhaite une très belle année !

  • Bravo pour cet article et cette sincérité ! On a adoré ton récit et ce retour d’expérience. On te souhaite le meilleur pour 2019, profites a fond !

  • Merci de tout coeur ! Que 2019 soit rayonnante pour vous!

  • J’ai lu ton article avec attention et je dois dire « chapeau » ! Tu as mis les mots justes là où il faut, je suis tout à fait de ton avis. Je comprends aussi ton point pour l’affiliation, c’est pour cette raison que je cherche à en faire en direct avec de petites entreprises (dans notre mode de voyage, les conseils sur les produits sont les choses qui nous sont le plus demandées). Pas évident ceci dit d’obtenir des réponses de leur part, je trouve ça dommage.

    Aussi, je me suis sentie un peu bête en lisant ce que tu écris sur les moralisateurs. En toute transparence, j’ai un peu du mal avec le concept « écolo qui prend tout le temps l’avion ». Je trouve que l’on sous-estime constamment l’impact de l’avion et j’ai donc tendance à lutter sur ce sujet, précisément ! Peut-être que plus on devient ecolo plus on devient un extrémiste intolérant avec les autres ^^. Le voyage à vélo n’a pas arrangé mon ouverture d’esprit à ce sujet haha ! Fort heureusement, je n’ai pas le temps de troller sur la toile 😁. Ceci dit, tu as remarqué que c’était pour tout comme ça ? Aujourd’hui, une personne demande des conseils pour une destination, t’as l’autre qui répond que c’est pas ça l’aventure, puis ça part en débat sur ce qu’est l’aventure, puis ça s’insulte et la personne qui posait une simple question n’a toujours pas de réponse !

    Et puis, bien entendu, si tu emménages à Nice, tu es la bienvenue à la maison quand tu veux. On est juste à côté, une petite zone peu touristique mais préservée où l’on peut s’emerveiller facilement 🙂

  • Merci pour ton commentaire, Mila.
    Oui, dur de mettre en place de l’affiliation avec de petites sociétés, je suis d’accord. S’il y avait une plateforme globale plus éthique, ce serait génial… c’est un peu ce qu’on peut faire avec Etsy, d’ailleurs, il me semble.

    Je comprends ton scepticisme. Je n’ai pas de problème avec les gens qui, même écologiquement imparfaits, évoquent leurs petits pas, leurs petits efforts. Je comprends qu’on puisse être agacé par ceux qui donnent des leçons tout en étant imparfaits. Bref, on en revient à ce que je disais, faut pas pourrir les gens sur les RS ! Mais toi t’es sympa ;-)) et je trouver ton concept de voyage à vélo super. Merci infiniment pour ton invitation. Je repasserai à Nice, c’est sûr, et je viendrai (à vélo ;)) boire un café avec joie, j’adorerais !

  • Chère Alexandra,

    Tout d’abords, une excellente année pleine de découvertes et de magie d’ailleurs.
    Je me retrouve beaucoup dans cet article très nuancé et sur ta vision du blogging. Je me demande si le fait que nous n’en dépendant pas pour payer nos tartines fait que nous soyons plus “libres” (ou du moins y contribue fortement).

    Le passage sur le ‘positivisme’ m’a beaucoup interpelé parce que moi aussi, je me suis dit : “Un jour, quelqu’un va me dire que je ne suis pas sincère à voir toujours le positif des choses”(a fortiori en voyage invité où on nous montre le meilleur) et finalement, j’ai enfin balayé d’un grand coup d’épaule. Je suis heureuse à 45 ans de pouvoir m’émerveiller des choses comme une enfant.

    Quand au jugement d’autrui, il me semble que tu en avais déjà parlé l’année dernière, si je ne trompe. C’est une question récurrente, malheureusement. J’ai l’impression que nous vivons dans un monde où les nuances de gris qui font qu’on puisse plus facilement se comprendre et se mettre dans la peau d’un.e autre, voire même se rejoindre sur certains points disparaissent au profit du noir et du blanc.

  • Merci infiniment pour ton message, Mélissa. Je sais qu’on partage le même enthousiasme et la même positivité face au monde, et j’adore te lire. Tu me permets de voir qu’on garde cette énergie et ce regard si on le veut <3 Je t'embrasse

  • Alors là que dire ? BRAVO BRAVO ET BRAVO je suis simplement d’accord sur TOUT! Avec une mention spéciale pour la partie écologie et Booking, merci pour tes articles c’est un bonheur à chaque fois 😊

  • Merci Adeline, ça me touche VRAIMENT <3 Je t'embrasse fort

  • Bonjour Alexandra
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ce long article qui aborde bien des sujets. Les commenter tous serait trop long, je me bornerai donc à approuver certaines de vos appréciations comme celle sur Booking et autres Tripadvisor où sur Gogol il faut aller loin dans la recherche pour trouver le site de l’hôtel où on a prévu de se loger lorsqu’on voyage.
    Avec Air BnB, il y a bien des dérives pourtant dans la recherche d’un logement et pour peu qu’il n’y ait ni hôtel ni gîte où s’arrêter pour passer une nuit (comme sur la Costa Vicentina au Portugal), Air BnB apporte des solutions commodes. Il faut donc savoir trier le bon et le moins bon.
    Votre réflexion sur les grands navires de croisière est juste, elle devrait interpeller les candidats au voyage sous cette forme mais je comprends aussi qu’avec les prix pratiqués – ils sont attractifs – de petites bourses puissent se laisser tenter.
    Quant à l’avenir des blogs comme moyen de communication, je ne suis pas très optimiste, le format a bien changé depuis une dizaine d’années, aujourd’hui il faut consommer vite et les « rézos zociaux » prennent la relève. Je rentre d’un voyage photos dans l’Atacama, nous étions cinq, deux d’entre nous ne communiquent pas autour de leurs clichés, les deux autres produise une photo avec une courte ligne par jour et encore pas tous les jours, je suis le seul à rédiger des articles (que je fais courts) illustrés de quinze à dix-huit images.
    J’apprécie vos billets à la lecture aisée, il me reste encore quelques vœux en rayon, pas encore utilisés, que je vous transmets avec plaisir.

  • J’ai lu ton article avec attention et te félicite pour tes choix et tes arguments que je trouve intéressants et fondés. J’attendais particulièrement ton point de vue sur blogging et l’écologie et c’est vrai que c’est un sujet (très) délicat. Merci de l’avoir évoqué et d’avoir apporté quelques pistes en citant notamment des blogs fort intéressants que je ne manquerai pas d’aller lire 🙂

  • Ton article était vraiment très complet et plein de nuances, merci pour ça 🙂 j’avoue que ces temps ci je suis aussi en pleine réflexion sur l’impact des blogs voyages et comptes instagram… Mais je suis bien consciente que lorsque ça devient un métier, on voyage là où on nous envoie, c’est un déplacement professionnel. Je pense qu’on est pas mal à en être conscient, à se rendre bien compte que ce n’est pas un modèle de mode de vie généralisable, que ce n’est d’ailleurs pas l’objectif. Mais sans doute que ça peut créer des frustrations, et donner à certains le sentiment que voyager en permanence est un aboutissement, un horizon à poursuivre. A mon avis, c’est d’autant plus important d’aborder le sujet comme tu le fais dans cet article.

    Concernant l’impact du tourisme, c’est vraiment un sujet sur lequel j’ai du mal à me prononcer. Il y a deux facettes de la médaille, vraiment. Levier économique, mais malédiction parfois, selon les cas… En jeu, des inégalités évidentes qui ne s’adoucissent pas nécessairement avec la “touristification” du monde, au contraire ça participe souvent d’une forme de dépendance (déjà existante) entre pays. Je pense que j’en aurais une vision plus positive le jour où je me dirais que les gens qui vivent dans les pays que je visite pourront venir me voir l’année d’après, au moins pour certains d’entre eux, par exemple…
    J’ai lu récemment une interview de l’auteur de cet ouvrage qui a l’air intéressant sur le sujet :
    https://www.cetri.be/La-domination-touristique
    L’itw est là, attention c’est brut de décoffrage, mais propice à la réflexion : https://grozeille.co/tout-le-monde-deteste-le-tourisme-b-duterme/

    Le fait est que, pour autant, cesser de voyager ne contribuera pas spécialement à améliorer la situation non plus ! Il faut, je pense, se résoudre à l’idée que le changement social se joue ailleurs et donc ne tomber ni dans l’écueil du sur-enthousiasme béat (“ma façon de voyager va changer le monde”), ni dans le refus de voyager (au risque de se frustrer sans que ça change finalement grand chose)… bref faire de son mieux refuser déjà les pratiques les plus dévastatrices, faire le choix de la modération. Et de mon point de vue, on peut aussi tenter à son échelle de proposer des points de vue critiques sur ce qu’on voit en voyage aussi, sur ce qu’on apprend d’un pays, des enjeux complexes même lorsqu’on a nous-mêmes du mal à les saisir, témoigner de ce que vivent les gens sur place, de nos discussions

  • J’aime toujours autant lire ces articles sincères et osés que tu écris, où tu nous parles de tout. Je vais répondre petit à petit, sinon j’ai peur d’oublier des choses (ce qui serait dommage, parce que tout était intéressant !)

    Je suis admirative du travail que tu fais. Pour avoir eu quelques missions rémunérées, j’imagine un peu ce que ça doit être de tout gérer au quotidien… Et je te dis bravo !

    Je comprends que certains disent que tu es “trop” car toujours enthousiaste. Je me suis déjà fait la réflexion en regardant certaines stories où tu parlais sur instagram. Et puis j’ai souri et je me suis dit “C’est bien Alexandra, souriante et émerveillée par ce qu’elle vit, consciente de sa chance quelle que soit la situation”. Alors finalement ça ne me dérange pas, mais parce que je te connais plus personnellement. Je comprends ta position de ne vouloir parler que du beau et du positif sur ton blog, même si on a une vision différente des choses (et une communauté différente, ce qui va avec). Pour autant, pour ne pas que cela paraisse faux, peut-être faudrait-il le contrebalancer quelque peu ? Sur l’un de tes réseaux qui s’y prête le mieux, twitter par exemple ? Juste une petite phrase qui dit “ce n’est pas toujours beau et ça par exemple, ça s’est mal passé. Mais sur le blog je vous montre tout ce qui s’est très bien passé !”. Je ne sais, c’est peut-être une piste pour gagner encore en qualité sur la présentation de destinations que tu fais ? Ce n’est en tout cas pas rédhibitoire, la preuve, tu as déjà tellement bien réussi sans ça !

    J’aime le fait que tu t’en tiennes à tes valeurs et, de ce fait, ne fasse que très peu de liens affiliés. Déjà parce que ça se sent quand les blogueurs en font et à titre personnel, ça m’énerve. Ensuite parce que j’aime ton principe de rester fidèle aux petits entrepreneurs. J’imagine à quel point c’est difficile, quand tu vois tes voisins faire entrer une source d’argent régulière grâce à ces affiliations, mais c’est vraiment une qualité de réussir à y résister pour rester fidèle à tes valeurs. Encore bravo !

    J’adhère aussi totalement à ta position sur la vague d’éco-tourisme absolu qui a déferlé en 2018. Moi qui essaie des faire des progrès, je me sens jugée chaque fois que j’en parle, car ce n’est jamais assez. C’est une prise de conscience générale qui me ravie, mais une dérive qui me désole.
    Je suis aussi profondément d’accord avec toi sur le fait que le tourisme aide à perpétuer des traditions, même s’il les change un peu : c’est toujours moins honnête et authentique quand c’est joué pour attirer des touristes. Après, à nous de faire la différence entre les traditions dénaturées par le tourisme, les traditions modifiées et embellies au fil des années, et les traditions encore authentiques. Chacune garde quelque chose de formidable à offrir au monde. Et ce serait, pour moi, un gros pas en arrière de s’en priver pour être plus écolo. Comme pour tout, il s’agit de trouver le juste milieu qui nous parait le plus équilibré. En ce sens, j’ai fait une belle découverte dans ton article : toute une liste d’établissements de luxe qui réfléchissent sincèrement à leurs actions et leur impact. Il faudra que je creuse cela, mais ça pourrait (entre autres choses :p) me faire changer d’avis sur le luxe en voyage.

    Pour finir, je te souhaite une très belle année 2019. J’espère que tous les combats que tu mènes de front se solderont par la victoire que tu mérites. Et si ce n’est pas le cas, je te souhaites de réussir à garder le cap, comme tu l’as fait au cours de cette très difficile puis très belle année 2019. Tu es une belle personne Ariane, à l’intérieur comme à l’extérieur. Tu es déterminée, joyeuse, admirative, émerveillée, dynamique,, engagée, forte, honnête, … Tu es tellement de choses ! Bravo pour cette multiplicité et bravo de ne pas en avoir perdu ton naturel.
    Je t’embrasse fort, et j’ai hâte de te revoir pour m’émerveiller avec toi de notre belle France !

  • Excellent article! Très nuancé et sans jugement de valeur, j’adore! J’ai également vu des gens plein de bonnes intentions se faire descendre sur Twitter pour presque rien. Pointer du doigt et avoir l’insulte facile derrière son écran est devenu tellement courant… On peut informer des problèmes écologiques autour de nous, sans jouer au gendarme si l’on voit quelqu’un boire un jus avec une paille en plastique par exemple. Chacun sa façon de faire et de voyager, respectons les choix des autres sans juger ni culpabiliser.

  • Bravo pour ce courageux article très complet sur des questions qui préoccupent tout ceux qui aiment notre petite planète mais aussi les voyages et qui ont un cerveau entre les 2 oreilles. C’est très intéressant aussi de connaitre le fonctionnement de nouveaux métiers (hé oui ! je ne suis pas née avec une souris ou un pad entre les mains;) J’avais je le reconnais, une vision caricaturale de la sphère des blogeuses et autres créatures Y, à ongles très très longs vantant sans fin les bienfaits des crèmes de beauté et les test de blush, la déco “je l’ai fait moi-même avec mes doigts” ou les mono-maniaque culinaire du “keskisspass au fond de ma tasse”…
    Caricaturale vous dis-je, et là je dis bravo, j’enlève mes oeillères de génération X (limite baby-boomers), et reconnais avoir beaucoup appris à la lecture de ce long et intéressant bilan sur un métier qui mérite un nouveau prix “Le clic d’or Albert Londres”, (mais je retarde puisque le prix existe déjà:). Merci pour toutes ces clartés sur les rémunérations mais aussi sur les prises de positions sur des sujets complexes que sont le tourisme de masse, le voyage éthiquement correct. Je ne voyage plus comme par le passé, mais j’adore le faire à travers un regard intelligent, et j’ai toujours plaisirs à lire tes articles et regarder tes photos. Merci.

  • Je suis extrêmement touchée par ton article. Tu nous a pondu un texte censé, réfléchis, constructif et intelligent. J’aimerais revenir sur tout ce que tu dis pour te dire “Je suis d’accord avec toi” mais il n’y en a pas besoin. Je suis d’accord avec l’entièreté de ton article (sauf la partie “je ne dis pas si je n’ai pas aimé” mais c’est totalement personnel ; moi je le fais car j’aimerais que les gens ne se fassent “pas avoir” comme moi, mais comme tu le dis, c’est souvent assez délicat au final) , et je suis bien contente de l’avoir lu. Il n’y a peut-être qu’un seul point sur lequel je reviendrais, car je me questionne dessus : notre changement croissant à une consommation plus responsable sera-t-il suffisant tant que les grosses entreprises ne suivront pas le mouvement ? Comme tu le dis, il y a cette chasse aux sorcières qui me rend très mal à l’aise. Parfois j’hésite même à dire certaines choses dans mes articles mais j’ai décidé d’assumer mes paroles et mes convictions, quoi qu’on en pense. Mais au final ce qui me rend triste là-dedans, c’est que l’on se jette tous la pierre alors que nous essayons de faire au mieux à notre échelle, tandis que nous laissons faire les plus gros acteurs de cette dégradation environnementale … Bref, c’est un tout autre débat.
    Merci pour cet article. J’ai été heureuse de te lire et d’en apprendre plus sur toi et ton parcours. Je pense que nous sommes beaucoup à t’admirer et à admirer ton travail. Bonne continuation à toi dans tout ça et continue à t’éclater !

  • J’ai bien aimé ton article intelligemment construit et équilibré. C’est vrai quand on devient blogueur voyage c’est qu’à quelque part on est fondamentalement enthousiaste de nos expéditions (sinon on ne passerait pas autant d’heures à en publier des articles !). Je ne vais pas faire un commentaire à rallonge (je n’ai bu qu’un seul café à l’heure qui l’est ;o) ), mais je te rejoins aussi sur les autres points. Une fois en Bretagne, on était à un endroit, où la plupart des commerçants d’un petit village nous ont dit : surtout vous dites bien à tous vos amis de venir en vacances ici, car on a besoin de touristes !

  • Et bien, il m’a fait du bien cet article ! J’ai dans mon pipeline de rédaction un article similaire. Je compte bien y aller au vitriol. Il y a tellement de choses qui m’exaspère dans ce monde des “Blogueurs” (le nom même m’en devient gênant). Il y a tellement d’hypocrisie, de fausseté,… Cela me rend viscéralement malade. Tu fais partie des rares blogueurs que je lis, souvent de loin, souvent détaché,… Tes billets me font plaisir car je pense que notre “devoir” d’influenceur est aussi d’assumer des positions ! Trop peu le font donc je te remercie. Julien

  • Pour cette année 2019, je ne te souhaite que du bonheur, de la joie, et la santé. À conjuguer au pluriel, bien entendu. Qu’elle soit synonyme de grandes et belles choses. Avec ou sans avion. 😉
    Je te souhaite aussi… DE LA BRETAGNE. (Ah non, mais je ne vais pas te lâcher ! Haha !) ❤
     
    Merci à toi d’être là. Merci de nous faire rêver et voyager. Merci pour tes mots si joliment écrits. Toujours. Et tes magnifiques photos.
     
    Je comprends totalement ton point de vue sur Booking. J’ai discuté avec des collègues et des personnes dans hôtellerie et… ils m’ont dit la même chose. Je ne m’en rendais pas forcement compte il y a quelques années… Maintenant, je passe essentiellement par le site de l’hôtel. (Et c’est vrai que c’est généralement moins cher sur le site même !)
     
    Les gens ne se rendent parfois pas compte… On m’a (trop) souvent reproché d’être TROP HEUREUSE, TROP SENSIBLE… Et trop enthousiaste… “POUR TOUT ET N’IMPORTE QUOI”. Je sais que je suis hypersensible. Et si avant j’étais complètement honteuse de l’être, je suis maintenant plus qu’heureuse d’être comme je suis. C’est fantastique de voir la beauté partout. Et quand on me dit que je surjoue et bien… Tant pis. Et dommage pour eux. Haha !
    Par contre, c’est vrai que je ne parle pas des choses qui ne me plaisent pas, moi non plus. J’ai déjà lu des blogs où des personnes se plaignaient pendant un long paragraphe (voire plus) que, non vraiment, cet endroit est moche, sans intérêt, et qu’il n’y a rien à y faire, et puis regardez par vous-même, les photos ne sont pas belles, etc, etc. Je trouve ça un peu dérangeant. Même si, on ne peut pas leur enlever que… c’est plutôt sincère et honnête ?
     
    Sinon, je pense (malheureusement) que nous sommes tous foutus, pourtant revenir à l’âge de pierre n’aiderait en rien la Planète ! À mon avis.
    De mon côté, j’essaie de faire de mon mieux. Je ne consomme pas du tout de viande, ni de poisson. Je vais au travail à vélo tous les jours. (Je ne prends jamais l’avion, mais ça… c’est à cause de ma phobie, haha !) Je n’achète plus de bouteilles d’eau. Je ne chauffe jamais notre appartement.
    Pourtant… Je ne suis pas parfaite. Loin de là (ça serait ennuyant). Parce que : j’adore me prélasser sous la douche. Chaude. Je voyage en bateau assez régulièrement (sans faire de croisière, par contre). Je compte m’acheter un van, et ça risque d’être un diesel. Etc, etc.
    Mais nous sommes tous foutus, comme l’ont été les dinosaures avant nous. C’est comme ça. L’Homme ne peut pas régner indéfiniment sur cette Terre.
    En attendant, il faut en prendre soin, la chérir. Et la découvrir respectueusement. ♥
    Il faut qu’on le fasse, main dans la main. Sans se faire la guerre. La vie est trop courte pour se haïr les uns les autres.
    (Et puis, sinon, je commence à bien connaître le sujet du tourisme en milieu rural, et la revitalisation des centre-bourgs, par exemple. C’est à la fois intéressant, complexe et parfois triste, on ne va pas se le cacher. Et c’est avec grand plaisir que je te ferai visiter nos petites cités… de caractère de Bretagne ! 😉)
     
    Merci pour cet article. Il fait du bien !
    Je t’embrasse fort ma belle Alexandra. ♥ En espérant te voir très bientôt. xxx

  • Je viens de lire entièrement ton billet que j’ai beaucoup apprécié, tes mots justes pour nous expliquer tant de choses que nous lecteurs nous ignorons, je découvre avec plaisir que tu es l’auteur de Version Femina & j’y prêterait plus d’attentions dès demain ! Merci pour ton honnêteté, pour tes bons conseils sur toutes ces merveilleuses embarcations au fil de tes voyages, Merci pour tous tes beaux reportages sur les terres d’ici ou ailleurs 😊
    Je te souhaite une très belle année riche de belles découvertes & par dessus tout une bonne santé
    Bises & belle journée Christine

  • […] Bilan 2018 et confession sans filtre de Itinera Magica, blogueuse voyage. (Via […]

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.