Abonnez-vous
 
Français English Deutsch
 
3 mars 2019    /    

Le Vercors en hiver : la grande aventure-


Chiens de traîneau en Vercors, randonnée hors-piste dans des paysages éblouissants, expériences insolites au pied des montagnes mythiques… les montagnes du Vercors en hiver, c’est l’aventure authentique. Ce massif préservé, véritable forteresse de falaises et de sapins, a un air de Laponie à deux pas de Grenoble et de Valence. Et le ski n’est pas en reste. Après avoir longuement randonné dans le Vercors en été, je suis revenue en janvier pour expérimenter l’épopée hivernale.a Sauvage, secret, brut, le Vercors séduira les aventuriers. On évolue au cœur d’un parc naturel régional qui tient à son identité si singulière. Pour goûter les Alpes autrement, je vous propose une série d’expériences à vivre et de choses à voir dans le Vercors en hiver.

Chien de traîneau à Vassieux en Vercors
Ski de randonnée à Autrans
Ski alpin à Villard-Corrençon
Yooner à Gresse-en-Vercors

Des chiens de traîneau en Vercors : le grand nord dans nos Alpes

C’est une expérience qui m’a marquée. J’ai quitté ma Drôme provençale par les petites routes par un matin brumeux de janvier. Cap sur les montagnes du nord, sur ce Vercors drômois qui incarnait à mes yeux le summum de l’aventure et du danger quand j’étais petite. Peu à peu l’altitude augmente, les premiers contreforts du Vercors apparaissent. Ce massif, c’est une forteresse, un château de falaises abruptes. Je me sens un peu comme Frodo marchant vers le Mordor.


Dans le brouillard, j’arrive à Vassieux-en-Vercors, chez Jiri alias Esprit du Nord. Et là, j’ai un choc. Je ne suis plus dans la Drôme. Je suis revenue en Laponie. Face à moi se trouve un village de kotas, ces cabanes si typiques de la Laponie finlandaise que je reconnais immédiatement, pour y être allée l’hiver dernier. Il y a aussi des tipis, l’ambiance est bluffante. Et partout, des huskys. Je suis dans le grand nord.


Le musher, c’est Jiri, prononcez Yoraï. Il est d’origine tchécoslovaque (il insiste là-dessus : il a quitté le pays avant la partition, il n’est donc ni tchèque, ni slovaque, il est tchécoslovaque et c’est comme ça), et cela fait plus de vingt ans qu’il s’est installé ici pour vivre sa passion du chien de traîneau dans le Vercors drômois.
Nous partons dans les bois. Les chiens sont surexcités, comme toujours au moment du départ : impatients de bondir. Le traîneau s’élance et voilà que commence ma grande aventure nordique, ma plus belle expérience de chien de traîneau à ce jour.

Où faire du chien de traîneau dans les Alpes ?

C’est une question qui revient souvent dans les messages que je reçois : quel est le meilleur endroit pour faire du chien de traîneau dans les Alpes ? Plusieurs stations ont développé l’activité et je la trouve très sympa. Mais à ce jour, je répondrais sans aucune hésitation : chez Esprit du Nord, à Vassieux-en-Vercors. Pourquoi ?
Parce que Jiri dispose d’un espace immense, peut-être le plus grand des Alpes pour pratiquer le chien de traîneau. Il n’est pas coincé entre deux pistes, comme c’est le cas dans beaucoup de stations, il peut vous emmener sur des chemins immenses, en forêt, sur les hauts plateaux, au cœur de vallées secrètes. Vous pouvez faire du chien de traîneau pour une journée complète sans repasser par les mêmes chemins, ce qui est vraiment exceptionnel dans les Alpes. Ce n’est pas pour rien que de nombreux mushers se sont installés dans le Vercors drômois (il y a quelques années, c’est là que l’explorateur Nicolas Vanier avait établi son camp) : ce massif très préservé, très peu urbanisé, protégé par la dénomination de parc naturel, est un terrain de jeu exceptionnel pour les aventuriers. L’immensité de l’espace, la variété des paysages… tout enchante. Je vais vous dire en toute sincérité, ma journée de chien de traîneau en Vercors m’a encore plus plu que celle que j’avais vécue en Laponie finlandaise ! La variété des paysages, entre forêts et reliefs, plateaux et vallées, sapins et grands espaces, m’a enchantée. Tout était d’une beauté rare.


Deuxième raison : parce que Jiri dispose d’infrastructures exceptionnelles. Il a créé un véritable village de kotas finlandaises chez lui à Vassieux, dont je vais vous parler davantage.
Lors des sorties en forêt, il vous fait déjeuner dans des cabanes forestières en pleine nature, exactement comme dans le grand Nord. Nous nous arrêtons à midi en forêt, Jiri sort les ravioles de Royans (spécialité de la région), le fromage, la charcuterie, le vin d’Alsace. Il cuit les ravioles dans l’eau frémissante et nous déjeunons au cœur des bois, comme en Laponie. L’expérience est fabuleuse.

Troisième raison, la meilleure de toutes : parce que Jiri adore ses chiens et les traite vraiment bien. Pas de petites cages ou de chiens en laisse attachés à leur niche, comme je l’avais vu à Ilulissat au Groenland . Ici les enclos des chiens sont vastes et bien aménagés, les chiens restent ici jusqu’à leur mort, et Jiri les connaît par cœur. Vous sentez chez lui une vraie passion et un vrai amour de ses animaux. Esprit du Nord développe d’ailleurs nombre d’activités d’été pour occuper les chiens même en l’absence de neige : cani rando, cani trottinette, husky kart… En toute saison, cela vaut le coup d’y faire un tour.
Dernière raison : parce qu’il vous associe au mushing. Toutes les autres fois où j’ai fait du chien de traîneau, j’étais assise dans le « berceau », au milieu du traîneau, totalement passive. Avec Jiri, vous êtes avec lui, à l’arrière du traîneau, à pousser dans les montées, déplacer le poids dans les virages, prendre de la vitesse dans les descentes… c’est beaucoup plus sportif et fun.

Dormir dans un kota finlandais au cœur du Vercors

Après l’aventure en chien de traîneau, il est aussi possible de passer la nuit chez Esprit Nordique, en kota ou en tipi. La sensation d’être dans le Grand nord se renforce… je me sens très loin du monde, et il ne me manque que les aurores boréales pour me croire chez les Sami.

Quand le soir tombe, il est temps de prendre possession de ma kota. Il n’y a pas de salle de bain ou WC dans la kota, mais un espace commun au sein de la maison de Jiri. (Pensez à prendre une serviette de bain, et un sac de couchage.) Après m’être douchée, je rejoins ma cabane nordique, qui est spacieuse et confortable. Jiri me montre comment allumer le feu et m’apporte mon repas. Je dîne à la lumière du feu et des petites lampes d’appoint, sans électricité mais baignée d’une douce quiétude. L’atmosphère est extraordinaire. Je m’inquiète de la température, mais heureusement, un chauffage d’appoint maintient une douce tiédeur -je n’aurai pas à me relever pour alimenter le feu. Je dors paisiblement, avec le souvenir des contrées lointaines.

Le ski de randonnée nordique en Vercors, la révélation nature

Voici venue l’autre grande aventure nordique de ce séjour, mon autre épopée après les chiens de traîneau. Le Vercors est un massif qui permet ce genre d’évasion radicale. C’est un massif hors normes, qui respire la liberté. On peut le traverser d’un bout à l’autre par les hauts plateaux, dans une solitude vertigineuse : cela s’appelle la Grande Traversée du Vercors et c’est une des plus belles randonnées de France. L’été vivent des troupeaux de chevaux en totale autonomie et sans barrières sur les alpages. Bien après les temps douloureux de la résistance, le Vercors continue de signifier liberté – mais dans un sens autrement plus léger et joyeux. C’est ici le paradis des sports outdoor, et rien ne me l’a davantage montré que cette extraordinaire journée de ski de randonnée nordique au-dessus d’Autrans-Méaudre.

Je suis désormais rejointe par ma grande amie et éternelle complice des aventures montagnardes, Marion alias La Faute au Graph. Elle restera avec moi pour deux jours, à Autrans puis à Corrençon. Comme toujours, nous nous photographions l’une l’autre, nous échangeons nos photos, et toutes les photos de moi prises pendant ces deux jours sont des photos prises par Marion. Merci pour ces souvenirs magiques !

Le ski de randonnée nordique, qu’est ce que c’est ? Contrairement aux apparences, ce n’est pas la même chose que le ski de randonnée tout court (qui ressemble, lui, davantage au ski de fond). C’est à mi chemin entre le ski de randonnée et les raquettes. Votre talon est libre, vous avez des bâtons, vous êtes chaussés de chaussures qui ressemblent plus à des chaussures de rando qu’à des chaussures de ski. Vous pouvez marcher sur le plat, gravir des pentes ou gérer des petites descentes. Bref, vous êtes extrêmement libre et polyvalent. Vous pouvez passer partout, ou presque. Vous partez hors piste et créez votre propre trace, inventez des sentiers au milieu des sapins. C’est un ski d’immersion complète dans la nature, et qui sied parfaitement au Vercors : liberté, aventure, nature, il incarne toutes ses valeurs.

Nous sommes à Autrans-Méaudre, jolie station au cœur du massif du Vercors. Et notre accompagnateur pour cette journée magique, c’est Régis, le grand spécialiste du ski de randonnée nordique et fondateur d’Aventure Nordique, boutique spécialisée dans le matériel d’itinérance : skis de randonnée nordique, matériel de bivouac hivernal, pulkas, il a tout pour les aventuriers d’ici et de très loin. Il est impliqué dans des tas de projets d’itinérance en Vercors, de grands raids et treks qui donnent au Vercors des allures de petite Laponie des Alpes. C’est un vrai passionné, et Marion et moi sommes dans d’excellentes mains.

Nous partirons pour six heures de ski de randonnée nordique, loin des pistes, au cœur de la nature sauvage. Comment vous raconter la pureté, la magie de ces six heures hors du temps ? Je crois qu’il faut laisser parler les photos. Marion et moi nous souviendrons toute notre vie de cette journée. Nous commençons aussitôt notre immersion au milieu des sapins gainés de neige, dans un décor de pure féerie. Nous cheminons en direction d’un point de vue inoubliable : en bord de falaise, nous surplombons Grenoble. La capitale des Alpes s’offre à nous, rayonnante dans ce matin clair de janvier, et je n’ai jamais trouvé Grenoble plus belle. C’est un panorama impérial, Régis a fait de nous les reines du Vercors pour quelques instants.

Puis d’autres points de vue s’enchaînent. Je perds la notion de l’espace sur les hauts plateaux enneigés, mais nous sommes guidées avec sûreté jusqu’au refuge des Feneys. Je suis tombée amoureuse de cette maison colorée au milieu de nulle part. Pendant la guerre, ce fut un abri de résistants, une maison pour les courageux soldats de la liberté. Aujourd’hui, c’est un refuge ouvert toute l’année, chaleureux et accueillant, où on mange merveilleusement bien. Soupe de tomate et de pomme (oui, oui), ravioles de Royans, tarte à la framboise, tout est fait maison et délicieux, surtout après de tels efforts.

Régis nous réserve encore un éblouissement : le plateau de la Molière, fabuleux point de vue sur les hauts plateaux d’où les Alpes toutes entières s’offrent à nos yeux, du Mont Blanc aux Écrins. On se répète, Marion et moi, combien nous aimons nos montagnes françaises. Le jour descend, et nous cheminons vers Autrans au milieu des épicéas, dans une lumière toujours plus dorée. Cette journée fut plus belle encore que mon imagination. Merci, Régis.

Le ski en Vercors : le domaine de Villard-Corrençon

Le plus grand domaine skiable du Vercors ? C’est celui de Villard-Corrençon : 130 km de pistes d’excellente qualité, pour tous les niveaux, des familles aux riders de l’extrême. J’y ai beaucoup skié adolescente, et j’apprécie énormément ce domaine, car il combine un côté familial et préservé avec la qualité du ski. Le domaine est extrêmement boisé, on skie au milieu des sapins, rien ne fait « usine », mais les pistes sont excellentes. J’ai personnellement toujours préféré le côté Corrençon, car c’est un vrai village de charme (tandis que Villard est aménagé façon années 70, avec des barres), et cela tombe bien : nous commençons de ce côté là. On peut passer d’un village à l’autre à ski, se promener toute la journée sur ce vaste domaine très varié. La vue sur les sommets est superbe et les sapins, complètement englués dans la neige, ce qui crée des décors fantastiques. C’est un bonheur de skier dans de telles conditions.

Le Vercors, terre de champions 

Une rencontre avec Guillaume Ruel

Je vous l’ai dit, le Vercors a quelque chose de spécial et le cultive. Je m’en convaincs davantage encore en discutant avec Guillaume Ruel. Guillaume Ruel, c’est un grand champion de freeride – vous savez, ce ski hors-piste spectaculaire où on voit les athlètes dévaler des barres rocheuses en faisant fi de la gravité. Il vient du Vercors, s’y entraîne, et ses nombreux titres rejaillissent sur le prestige du massif, comme ceux de nombreux autres athlètes. Il nous explique que le Vercors soutient beaucoup plus ses athlètes que la majorité des massifs français : les champions ont droit à un VRAI soutien logistique et financier, à un sponsoring efficace qui leur permet de faire leur saison dans de bonnes conditions, de participer aux grandes compétitions internationales. A cela s’ajoutent d’excellentes infrastructures, notamment des sport-études réputés, des centres d’entraînement de grande qualité, la proximité des grands aéroports et lignes TGV… C’est pour cela que la famille Fourcade, par exemple (Marcel, Martin et Simon, les biathlètes de renom), a quitté les Pyrénées pour s’installer dans le Vercors. Guillaume Ruel nous parle de cet activisme pro-sportif du Vercors, du soutien réel des collectivités à leurs athlètes, mais aussi de l’amélioration de la politique de gestion des avalanches, cruciale à son sport. On parle sécurité, équipements, prévention. Malheureusement, Marion et moi n’avons pas le niveau pour partir suivre Guillaume en freeride, nous nous contenterons de skier avec lui sur le beau domaine de Villard-Corrençon.

Guillaume Ruel, champion de freeride, aen action. Photo Guillaume Ruel


Mais le soir, on reste entre les mains des champions…

Ze Camp : l’hôtel des champions (et des autres)

Ze Camp, c’est un projet hôtelier absolument inédit qui a vu le jour à Corrençon-en-Vercors, et qui va continuer à renforcer le prestige sportif du Vercors. Nous avons été très heureuses et honorées de faire partie des toutes premières à tester cet hébergement hors-normes. ZeCamp, c’est un hôtel pour les sportifs, créé par deux champions olympiques, Marie Dorin et Robin Duvillard. Parce que le Vercors attire de plus en plus d’athlètes venus s’entraîner, non seulement dans le domaine de la montagne mais aussi de la course, du football, des sports collectifs, etc, l’idée a germé : il fallait créer un hôtel adapté aux besoins des sportifs.
ZeCamp est situé dans une zone forestière sur les hauteurs de Corrençon-en-Vercors, et se fond au paysage avec sa structure tout de bois. Le cadre est superbe, et invite à se concentrer sur soi. On y trouve tout ce dont l’athlète a besoin pour se maintenir en forme : une VRAIE grande salle de fitness, avec du matériel professionnel, tapis de courses spéciaux, tous les types de poids, haltères et kettlebells, des machines spécifiques, un espace d’entraînement extérieur pour se muscler en plein air, mais aussi un espace de récupération : un bain froid pour une séance de cryothérapie, un box de massage…
Les chambres sont à la fois simples et confortables, cultivant cet esprit rustique boisé, entièrement ouvertes sur l’extérieur avec une magnifique coursive pour savourer le lever du soleil sur son balcon. Nous avons adoré l’espace de détente au coin du feu, avec fauteuils suspendus et canapés, pour se reposer après une journée sportive. Le restaurant propose une cuisine saine, équilibrée et fraîche, avec un chef dévoué au 100% fait maison.
L’hôtel est ouvert à tous, que vous soyez sportif ou non. Vous pouvez tout à fait venir en famille bénéficier du cadre naturel et chaleureux, ou avec votre club de sport pour un entraînement montagnard. Le rapport qualité-prix est très avantageux et les prestations excellentes. Cette initiative m’a vraiment enthousiasmée, moi qui adore les projets hôteliers innovants mettant en valeur le made in France !

Gresse-en-Vercors : beauté et insolites au pied des montagnes mythiques du Vercors

Mon séjour dans le Vercors s’achève par une étape que j’étais très impatiente de découvrir : Gresse-en-Vercors, un des plus beaux villages du Vercors. Je suis passée de « l’autre côté » du massif : moi qui suis Drômoise, je n’avais pas souvent eu l’occasion de venir à Gresse, car le village n’est pas accessible facilement depuis le versant drômois, il faut passer par Grenoble et aborder le massif par son côté Est. En revanche, la station est très facilement accessible pour les Grenoblois.
Gresse-en-Vercors et Chichiliane sont les deux villages qui ont la chance d’abriter les montagnes mythiques du Vercors : le Grand Veymont, point culminant du massif à 2300 mètres, et surtout, le beau, le merveilleux, le sculptural Mont Aiguille, ma montagne préférée au monde. Marion et moi étions parties de Gresse l’été dernier pour réaliser notre sublime randonnée-bivouac sur les hauts plateaux du Vercors, où nous avions dormi face au Mont Aiguille trônant dans sa mer de nuages. Cette région du Vercors qu’on appelle le Trièves est une des plus photogéniques.
Dès que j’arrive à Gresse-en-Vercors, je suis saisie par la beauté du village : l’église majestueuse, le cœur de ville ancien et charmant, se détache sur un décor d’aiguilles magnifiques. L’église date du XIIIe siècle, et elle a ce style si caractéristique du Dauphiné que j’adore, avec sa tour carrée, son clocher sombre où vivent des chauve-souris protégées, sa robustesse montagnarde alliée de délicatesse gothique. Derrière elle, ce sont les plus belles montagnes du Vercors. Je n’ai pas eu de chance avec la météo : j’ai exploré le domaine skiable de Gresse dans un brouillard épais. Mais sachez que par beau temps, on skie à Gresse avec une vue imprenable sur le Grand Veymont et, au sommet du domaine, le Mont Aiguille, et que c’est d’une beauté rare. Je regrette de ne pas avoir pu saluer ma montagne chérie du haut des pistes, mais je reviendrai à Gresse un de ces jours ! Je me suis donc concentrée sur d’autres activités que le ski. Et cela tombe bien, Gresse a beaucoup à offrir.

Insolite : le sauna des neiges

Imaginez la scène. Mon programme spécifie que je vais participer à une séance de « sauna itinérant », et je ne sais absolument pas à quoi m’attendre. J’appelle le prestataire, qui me donne rendez-vous à 18h : « je me suis installé au pied des montagnes ce soir, continuez au-delà des remontées mécaniques jusqu’au bout du chemin, vous allez me voir ». Je chemine dans la nuit sous les étoiles brillantes. Et soudain, au bout du bout, je tombe sur un chemin de torches avec, au fond, une roulotte, une yourte, des chaises longues, un feu allumé. J’ai l’impression d’être tombée au milieu d’une cérémonie ésotérique. Tout ceci est tellement étrange et dépaysant.
Sauna Sphère, c’est un concept insolite très original, inspiré du grand nord. Un dôme géodésique, à l’armature de bois, peut être bâti n’importe où. Il est ensuite entièrement isolé avec des tapis et peaux, comme en Laponie. Ce dôme géodésique retient parfaitement la chaleur et devient un sauna. On y entre dans une obscurité totale, et reste environ 30 minutes dans l’obscurité et la chaleur, à transpirer dans le silence. Quand le dôme est recouvert de neige, on a l’impression étrange que le sauna est un igloo.
Puis on sort dans la neige. On vous verse un seau d’eau froide dessus (j’ai hurlé, j’avoue que je ne referais pas cette partie-là), et vous vous enveloppez dans un peignoir. Vous restez sur les transats au coin du feu, dans cette atmosphère incroyable. On vous sert un verre de chartreuse. C’est comme une cérémonie d’initiation sous les soleils.
Tout est fourni : peignoirs, serviettes, chartreuse. Vous vous changez au chaud dans la caravane. Une expérience de sauna en plein air inédite ! Peut-être pas la plus reposante, mais sans aucun doute la plus nature et originale, dans le cadre exceptionnel des montagnes du Trièves…

Insolites des neiges : le fatbike et le yooner

J’ai rdv chez Grillet Sports, un super magasin qui propose tout un tas d’activités originales pour goûter à la neige autrement. Deux activités au programme pour moi : fatbike et yooner.

On commence par le fatbike. C’est un énorme vélo aux roues épaisses, capable d’aller sur tout terrain, y compris dans la neige. On part en randonnée autour du joli village de Gresse, dans de beaux paysages enneigés, entre rivières, fermes, et montagnes au loin. C’est très beau et j’aime beaucoup ce principe de randonnée à vélo en hiver. Mais je dois formuler une mise en garde importante : un fatbike SANS assistance électrique, comme celui que j’avais, c’est très dur. C’est lourd, chaque petite montée est un gros effort cardio, et pourtant je ne suis pas du tout en mauvaise condition physique. Mais pédaler en montée dans la neige molle, c’est vraiment éprouvant. Je pense que j’aurais ADORE cette activité si j’avais bénéficié d’une assistance électrique, comme ce que j’avais testé avec Marion l’été dernier, et que cela aurait changé l’activité. Bref, je vous encourage vraiment à tester cette activité, mais à ne pas faire les fiers et à choisir l’option assistance électrique. Vous profiterez de la forêt, de la neige et des rivières, sans vous épuiser totalement.

On passe à une activité que j’ai adorée, mon coup de cœur imprévu. Je n’ai jamais trop aimé la luge, que je trouve casse-gueule et difficile à contrôler. Je ne pensais donc pas aimer le yooner, une sorte de luge rapide qui ressemble un peu à une vespa des neiges sans moteur. Verdict ? J’ai ADORE. Vraiment. Je suis devenue ultra fan du yooner et je compte en refaire sans tarder. Le yooner est beaucoup, beaucoup plus maniable et précis qu’une luge classique. C’est comme avoir un petit scooter des neiges. On comprend assez vite le truc, après quelques gamelles non douloureuses au début. Et une fois que vous maîtrisez, vous pouvez partir sur les vraies pistes. Avec la joyeuse équipe de Grillet Sport et Gresse Tourisme, nous sommes partis comme une bande de potes à l’assaut du domaine. Nous avons descendu sans souci plusieurs pistes bleues et je me suis vraiment éclatée. Nous avons descendu sans souci plusieurs pistes bleues et je me suis vraiment éclatée. J’ai eu l’occasion de refaire de la luge de descente cet hiver et je vous confirme mon ressenti : je trouve le yooner beaucoup plus maniable, beaucoup plus fun, beaucoup plus agréable. Si vous avez l’occasion de tester, foncez !

Deux bonnes adresses à Gresse-en-Vercors

Grenoblois et lyonnais en quête d’un week-end romantique à la neige, allez à Gresse. C’est beau, il y a plein de choses à faire, et j’ai deux super adresses à vous recommander.

Je commence par un hôtel qui correspond parfaitement à tout ce que j’aime : l’hôtel Le Chalet. C’est un hôtel 3* supérieur de charme, avec de belles chambres spacieuses et décorées avec goût, de grandes salles de bains confortables et tout ce qu’il faut pour un séjour romantique à la montagne. J’ai adoré l’ambiance de cet hôtel élégant, et l’accueil vraiment chaleureux de la famille Prayer, qui le gère. Et le grand atout de l’hôtel, c’est son restaurant, labellisé Maître Restaurateur. Si vous me lisez souvent, vous savez que je milite pour ce label : il est attribué par les services de l’Etat après inspection préfectorale, ce qui signifie son sérieux, et il va de pair avec circuits courts, fait-maison, refus du décongelé, produits locaux, recettes traditionnelles. Bref, c’est un label de gastronomie française soignée et authentique. Je n’ai à ce jour jamais été déçue par un restaurant Maître Restaurateur, et le Chalet a continué sur cette belle lancée. Tout était parfait, du cadre – très belle déco à la fois montagnarde et aérée – au dessert, la spécialité de la maison : le chef est un pâtissier hors pair. Tout était absolument délicieux. Je me suis régalée et je recommande vivement l’établissement !

J’ai encore une autre belle adresse à vous recommander : un restaurant super chaleureux et bien décoré, La Chicholière. Moi qui suis kitsch dans l’âme et qui adooore la déco montagnarde traditionnelle, avec raquettes, cloches et chamois en bois sculpté, j’étais servie. L’ambiance était géniale. On sert une cuisine régionale typique, bien exécutée. C’est bon et ça réchauffe après une journée de neige.
La Chicholière fait aussi chambre d’hôtes, mais je n’ai visité que le restaurant.

D’autres choses à faire dans le Vercors

Mes lecteurs fidèles le savent, le Vercors est mon massif à moi, mon coup de cœur depuis l’enfance. J’y viens souvent et je l’ai beaucoup parcouru. Si vous cherchez des idées version été, je vous recommande ces trois autres articles :

Cascades et sources secrètes : le Vercors au fil de l’eau

La plus belle randonnée de ma vie : explorer le Vercors à pied et à cheval, sur les hauts plateauxhttps://www.itinera-magica.com/randonnees-vercors-ete/

Le Vercors version aventure : tous les sports outdoor autre que la rando, du parapente à la spéléologie en passant par l’escalade, le vélo électrique, la pêche…

Randonnées dans le Vercors en été et autres incontournables du Vercors

Il me reste des coins à explorer, notamment Chichiliane ou le cirque d’Archiane. Il me faudra revenir encore. Eté comme hiver, le Vercors est un bol d’oxygène et de liberté rare, un petit joyau de nature entre Drôme et Isère. Venez dans le Vercors, faire du chien de traîneau, du ski de randonnée nordique, du yooner, du ski, de la randonnée, du cheval, du parapente, de la spéléologie… vous ne le regretterez pas.

Merci à la Communauté de Commune du Vercors, à Gresse-en-Vercors, au Parc Naturel Régional du Vercors, et tout particulièrement à Inspiration Vercors et à Cécile, pour leur soutien et leur confiance renouvelée. Merci à tous les partenaires cités pour leur accueil. Merci Marion pour ces deux jours avec toi, tu es mon aventurière préférée. Vercors, décidément, je t’adore…

Vous avez aimé cet article ?
Alors n’hésitez pas à le partager ou à l’épingler !

-


Pour suivre l’actualité d’Itinera Magica, aimez notre page Facebook
ou inscrivez-vous à notre newsletter


Merci pour votre soutien et à bientôt !

15 commentaires pour
“Le Vercors en hiver : la grande aventure”

  • En te voyant au guidon du fat bike, j’allais justement te demander, si ce n’était pas archi dûr ! Et tu me le confirmes, jamais de la vie je ne tenterai ça, je vais mourir !! ^^

  • Les vues sont époustouflantes ! Et je n’imaginais pas une telle variété d’activités dans un cadre si beau et si authentique ! Ca fait vraiment rêver !

  • Que d’énergie dans cette article encore une fois ! J’adore tes clichés ! Ce plateau de la Molière m’a l’air splendide et le Sauna Sphère m’intrigue vraiment ! J’adorerai tester 😊
    Merci pour le partage Alex!

  • C’est amusant que tu décrives la déco montagnarde comme kitsch. Je ne l’avais jamais vue comme ça, dans les Alpes, c’est juste une décoration normale ! Mais à y réfléchir, j’ai la même impression devant une déco marine en bleu et blanc sur la façade atlantique, ou une déco avec des cigales, des olives et de la lavande en Provence… cela semble si éloigné de nos repères culturels, on se demande si les gens aiment vraiment ces motifs traditionnels (et la réponse est sûrement oui. J’ai d’ailleurs une cloche de vache et des tissus savoyards chez moi au Canada).

    J’adorerais essayer le sauna itinérant ! …sans la partie à l’eau froide 😉

  • Ah mais la déco traditionnelle provençale que j’ai chez moi et que j’adore, elle est kitsch aussi, je le sais bien, mais j’en suis folle 😉 Cigales, lavandes, or et bleu, rouge et or, oui oui oui 😀

  • Moi qui aime de moins en moins skier (en mode ski alpin, avec l’age je deviens peureuse ah ah) j’adore le Vercors car c’est vraiment un coin magnifique et parfait pour faire d’autres activités plus “douces” comme les balades en raquette ! Faut vraiment que j’essaie le ski nordique ça à l’air trop chouette !

  • Quelle immersion dans le Vercors. Les conditions étaient tout simplement exceptionnelles, et tu nous fais redécouvrir ce Vercors que je chérie tant moi qui suis originaire du Sud Vercors. Tu m’as fait découvrir qu’il y avait des activités et des sites exceptionnels que je ne connaissais pas encore, et des adresses à faire rêver. Merci pour ce beau récit !

  • Merci pour cet article très complet qui me donne très envie de découvrir le Vercors en hiver.

  • Comme c’est beau ! Je suis sûr que je tomberais éperdument amoureux du Vercors, en été comme en hiver. Les photos sont superbes et ton article est passionnant, comme toujours 🙂

  • Je viens justement de lire l’article de Marion. Vos photos sont extraordinaires ! Comme toujours. Quel duo !
    Et puis… C’est impressionnant ce que Guillaume Ruel arrive à faire. WAHOU ! Quelle chance de l’avoir eu comme guide.
     
    Bon… Forcement, ce qui m’attire le plus… C’est le plat de ravioles.
    Non, je rigole. 😇
    J’hésite entre le yooner et le fatbike. Bref, tu m’as donné envie de mettre mes fesses dans la neige ! (habillée, quand même, hein)
     
    Gros, gros bisous ! ♥ xx

  • Quelle belle découverte 🙂 Bon je pense que je ne tenterais pas le spa des neiges ! mais la balade en traîneau je serais bien partante il faudra quand même un jour que je réalise ce rêve qui je pense est facilement réalisable & passer un peu de bon temps dans ces lieux cocooning que tu nous présentes
    c’est juste un pur régal ! merci pour toutes ces merveilleuses photos ainsi que toutes tes bonnes adresses 😉 bises & bon vendredi Christine

  • […] Au cœur de la station d’Orcières Merlette, au milieu des pistes à 2300 mètres d’altitude, Alpi Traîneau s’est installé avec ses huskies et a construit un village inuit, Williwaw, où on peut même passer la nuit dans un igloo après avoir vu le soleil se coucher sur les montagnes. Je n’ai pas testé l’option igloo, mais j’ai eu le plaisir de faire un petit baptême en chien de traîneau : environ 30 minutes de balade sur le plateau de Roche Rousse, entre les barres rocheuses et les étendues enneigées. Les mushers sont très expérimentés et professionnels : le jour de ma venue, le propriétaire du site, Philippe Desmurger, gagnait une des étapes de la Grande Odyssée, une course de chiens de traîneaux mythique en Savoie. J’étais avec Ananda, une jeune musher passionnée, qui m’a raconté le dressage des chiens, la sélection des chiens de tête, et son amour pour cette race généreuse et tellement pleine d’énergie. Une petite parenthèse très sympa entre deux descentes ! J’étais ravie de revoir les huskies après ma belle expérience en chien de traîneau en Vercors. […]

  • […] sereine et heureuse. Avec mon initiation au ski de randonnée nordique sur les hauts plateaux du Vercors, cela a été l’autre sommet outdoor de mon hiver, l’autre moment de pure magie en pleine […]

  • […] Attention, ne confondez pas avec le ski de randonnée nordique, que j’ai testé dans le Vercors voisin, les techniques sont très différentes – notamment parce qu’en ski de randonnée, on […]

  • Votre blog, chère Drômoise, est d’une rare qualité; les photos époustouflantes et tellement bien écrit!
    Au hasard de mes pérégrinations sur la toile sur la Laponie, il m’a semblé reconnaître votre visage et de fait, j’avais raison. Je suis de la même région, et je vous adresse mes félicitations ! Vous donnez envie de rejoindre ces endroits visités.

Laissez un commentaire


Explorez Itinera Magica

Consultez le profil de ItineraMagica sur Pinterest.